64 résultats trouvés pour aranyss

AuteurMessage
Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 DgxnSujet: face ou pile ≈ nyssaramis
Invité

Réponses: 6
Vues: 691

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 Nonew12Sujet: face ou pile ≈ nyssaramis    Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 EmptyMer 20 Mai 2015 - 4:59

• {#}Aranyss{/#} 1 •

They hurt you. You hurt 'em back. Or maybe it is the other way around. Whatever.
Someday you might find a way to forgive each other. But it won't be like it used
to 'cause that pain never really goes away.


La colère, l'indignation, le mépris. Les cris, les injures, les menaces. Tout s'effondre. Tout se brise, éclate et s'évanouit sous l'anxiété fiévreuse qui la prend et la dévore. Sa respiration n'est que sifflements de détresse, ses larmes tracent des sillons de désespoir et ses mains s'agrippent aux bras qui l'enlacent. Son corps n'est que tensions, crispations, contractions. Nyssandra a l'impression que ses muscles vont se déchirer. Mais elle a beau ouvrir la bouche, appeler l'air dans ses poumons. Rien ne vient. Rien ne sort. Rien que des râles agonisants, des sifflements désespérés. « Nyssandra, pardon. Pardon, je ne voulais pas. » Ses doigts s'enfoncent dans la chair d'Aramis à nouveau. Pas pour repousser, cette fois, mais pour rapprocher, pour se raccrocher. Sa présence. Autour d'elle. Sous ses doigts. Aramis est la seule chose qu'elle arrive encore à percevoir dans son monde noyé de larmes. Il retient son esprit, fil d'Ariane dans le labyrinthe, ailes de cire avant la dégringolade. Dans son incohérence, dans son illogisme, elle ne se rend pas compte que tout empire avec la présence du sorcier. Elle ne se rappelle pas que ses barrières sont effondrées en des gravas inutiles, que de grandes lézardes laissent passer tout ce qui traverse le cœur d'Aramis. L'angoisse, la peur, la colère - tout ça s'additionne, se multiplie pour la faire chuter. Sombrer. Elle ne se rend pas compte. Nyssandra a trop l'habitude. Elle ne voit pas qu'elle ne fait que diluer sa frayeur dans l'inquiétude. Qu'elle mélange du noir avec du noir.

Quand il s'agite soudain pour la soulever et la mener vers le lit, le tumulte furieux de ses émotions gagne un cran supplémentaire. Atteint un sommet de plus, grimpe une marche supplémentaire. Il veut l'abandonner. Comme dans le placard trop noir, trop petit où une petite fille étouffe. « Non. » S'étrangle-t-elle, souris apeurée. C'est ténu comme un fil, léger comme un souffle trop vite évanoui. Ne m'abandonne pas. Ses doigts viennent trouver le col, l'affolée remarque à peine qu'elle manque de l'étrangler avec sa propre chemise. Elle se débat pour le garder près d'elle. Ne pas être seule. Je ne veux pas mourir seule. Et quand il l'oblige à se détacher de lui pour les allonger dans le lit, un sanglot lui échappe. Elle est impuissante à le forcer, à le contraindre. Faible, misérable incapable. « Respire. Tout va bien. Je suis là. » Nyssandra remarque la fraîcheur des draps, le vent sur son visage. Le froid tout contre elle. Sa chaleur dans son dos. Il est . Il ne part pas. Ca l'apaise un peu, mais il lui faut sa paume contre la sienne, attachées par des doigts entremêlés pour qu'elle arrête de pleurer. « Doucement, inspire, expire. » Sans réfléchir, elle obéit à la voix qui se perd dans le creux de son oreille. C'est difficile au départ. Elle essaie. Les arabesques qu'il trace à fleur de peau l'apaisent progressivement. Doucement. « Pardon, Nyss. » Elle frissonne, brusquement renvoyée dans le passé. Nyss, c'est lointain. La voix est plus grave, c'est un homme maintenant - pas le garçon adorablement tyrannique auquel elle enseignait les échecs. C'est un peu de cette tendresse de leurs anciens rapports, un peu de cette chaleur de leurs anciens sourires. Un retour dans le passé à la faveur d'un bête surnom. « Je suis désolé. » La brune acquiesce, même si ses muscles tremblent encore de la tension qui les a tordus et étirés. Elle accepte. C'est un geste trop profondément gravé dans ses nerfs, dans ses réflexes. Il la blesse, avec ses émotions, avec ses emportements, ses déchaînements et ses furies. Mais Nyssandra revient toujours. Elle s'éloigne un peu, beaucoup, mais elle revient toujours. Passionnément, à la folie. Il est mauvais pour sa santé mentale, et elle le sait. Il érode tout chez elle, ses barrières et ses masques. Et si l'Ollivander ne fait pas attention, il va montrer à tout le monde comme elle est laide, comme elle est vaine. Pourtant, elle revient. Toujours. Ce n'est pas juste Aramis, incapable qu'elle est d'abandonner proprement des êtres chers. Elle s'attache trop, toujours trop. Ils sont comme une part d'elle, un morceau qui s'est détaché et qu'on ne sait pas abandonner, pas amputer. Ce n'est pas juste lui - même si c'est surtout lui.

Les doigts se démêlent et les paumes s'éloignent, le corps se tourne vers lui. Lui fait face. Avant aujourd'hui, elle n'a jamais réalisé à quel point il est devenu grand, à quel point elle est petite. A quel point ils ont changé sans vraiment le vouloir, sans vraiment le voir. Nyssandra tend la main, la pulpe de ses doigts frôle la pommette. C'est un vieux geste, une tendresse jaunie par le temps et la rancœur. Elle veut lui dire que ce n'est pas grave, qu'elle lui pardonne. Comme elle a pardonné le placard. « Ce. » Le reste de ses mots s'échouent contre sa langue, lettres naufragées, alors que l'Anglais s'approche dangereusement d'elle. Sous ses lèvres, elle se fige, statufiée par la surprise. Puis, l'instant d'après, un frisson naît de ses caresses et joue sur ses nerfs saturés. Elle est prête à s'abandonner quand il s'éloigne, la prive de sa chaleur. « Pardon, j-je ne sais pas ce qui ... » Elle veut lui dire de se taire. Les mots ne sont pas nécessaires, l'empathie frôle sa culpabilité, ses questionnements dont elle ne saisit pas le sujet. Les émotions d'Aramis ont tracé pour lui les conclusions auxquelles elle arrive. « s'est passé. » La petite brune se rassied brusquement, ignorant la protestation de son corps pour cacher la pointe de douleur qui s'enfonce là juste sous les côtes. « E-Est-ce que tu veux que je parte ? » Il veut partir, encore - chez lui, elle ne la connait que trop bien cette émotion. Elle n'aurait pas eu besoin de ses mots pour comprendre. « Re-referme la porte derrière toi. »

Et c'est elle qui fuit alors que claque la porte de l'entrée.

CODE (c) HERESY
Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 DgxnSujet: face ou pile ≈ nyssaramis
Invité

Réponses: 6
Vues: 691

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 Nonew12Sujet: face ou pile ≈ nyssaramis    Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 EmptyMar 19 Mai 2015 - 6:28

• {#}Aranyss{/#} 1 •

They hurt you. You hurt 'em back. Or maybe it is the other way around. Whatever.
Someday you might find a way to forgive each other. But it won't be like it used
to 'cause that pain never really goes away.


C'est de sa faute. C'est elle. Elle qui a initié le geste. Le contact. Le rapprochement. « Vraiment ? » Aramis la connait. Bien. Trop bien. Peut-être mieux qu'elle ne se connait. Elle n'aurait jamais dû s'approcher. Jouer de leur vieille complicité pas tout à fait éteinte, de leur affection pas vraiment étouffée. Elle n'aurait pas dû parce que les bras d'Aramis l'écrasent contre lui. La proximité physique rend ses émotions plus puissantes, plus aggressives. Ca la rend moins prudente, moins résistante, le coeur perdu dans la douceur d'un passé qu'ils renient. Dans la tendresse de ces doigts qui glissent entre ses cheveux. Et elle peut seulement voir ses barrières se déliter et s'effondrer sous l'acidité des émotions qui l'assaillent et cherchent à l'engloutir toute entière. Elle peut juste les voir tomber au sol en d'invisibles fragments. Impuissante. « L'homme qui te baise, tu veux dire, mh ? » L'infection est trop forte maintenant, la colère la gagne comme une fièvre, et elle montre les crocs. Tout se mélange, elle sait à peine ce qui est à lui. Ou à elle. « Comment oses-tu, connard ? » Contreattaque-t-elle avec une brutalité acide. Dépouillée de politesse, de vernis et de dorures. Il n'y a qu'Aramis pour se glisser si facilement sous ses défenses et ses masques. Il n'y a que lui pour exposer toute sa laideur. Toute sa pourriture. C'est injuste ce pouvoir qu'il a sur elle.

« Il est ici, Nyssandra, c'est ça ? » Elle se débat, oiseau en cage, oiseau furieux. Elle veut s'arracher à lui, elle veut lui faire du mal. Nyssandra en a assez. Assez d'être la victime. Assez de prendre les coups, de supporter les ecchymoses au coeur, les cicatrices au corps. Mais Aramis est plus fort qu'elle, il l'a toujours été. Et tout ce qu'elle peut faire, c'est s'agiter en vain. C'est cracher son venin. « Pour une fois, dis-moi la vérité. » L'indignation l'étouffe, c'est comme un incendie qu'elle n'arrive pas, qu'elle n'arrive plus à contrôler. « Je t'emmerde. Tu entends ? Je t'emmerde, Aramis. » Son poing s'abat sur le torse, trop faible. Si pitoyablement faible que ça ne fait qu'alimenter sa propre colère de nouvelles braises. « N'inverse pas les rôles. C'est toi qui mens. » Accusation acide, ça pue le règlement de comptes. C'est toi qui me poignardes le coeur avec ta politesse de merde, avec tes faux sourires qui ne cachent rien du mépris que tu as pour moi. « Est-ce que tu couches avec lui ? » « Qu'est-ce que ça peut bien te foutre ? » Ses lèvres prennent un pli frondeur de princesse délinquante. Elle le défie de trouver une réponse à ça. « Je ne veux pas te perdre, Nyssandra. Pas comme ça. » Elle sent sa douleur, elle ne comprend pas pourquoi. Elle l'a rejetté, il l'a accepté. Ils se sont déjà perdus, il y a des années de ça. Des vies de ça. Elle ne comprend pas. « Laisse-moi te protéger. » Marionnette contrôlée par les émotions, elle s'abandonne un peu contre lui, elle se laisse bercer par ses mots. Naufragée trompée par l'accalmie, stupidement, elle croit voir le rivage ... « Je suppose que si tu n'as rien à cacher, on peut aller voir les chambres, n'est-ce pas ? » ... quand ce sont seulement des récifs qui l'attendent. Avant d'avoir eu le temps de réagir, ils avalent déjà les marches de l'escalier. Son équilibre vacille, une fois, mais Aramis n'autorise aucune chute et continue de l'entraîner de force. « Je t'interdis. Aramis, je ne te pardonnerai pas ça. » Son intimité exposée, fouillée. Sa vie privée disséquée pour son plaisir personnel. Une colère amère gronde en elle, se fait l'écho de celle d'Aramis. Elle regimbe, se débat à nouveau, essaie de dégager son bras. Les doigts de l'homme vont marquer, un recoin de lucidité le note - comme si ça avait un intérêt quelconque alors qu'Aramis claque une première porte. « Est-ce qu'il t'attend nu ? » Va te faire foutre. Sa main libre s'accroche à la poigne d'Aramis, cherche à la desserrer. « Est-ce qu'il te rend heureuse ? » Qu'est-ce que ça peut te faire. Ses ongles écorchent la peau alors que ses cordes vocales se déchirent en menaces vaines.

« Est-ce que tu l'as laissé s'enfuir ? » Un glapissement passe ses lèvres quand il se débarasse d'elle sur un lit d'une des chambres qu'elle reconnait à peine. « Est-ce que tu vas enfin me dire la vérité, Ollivander ? » Et la porte qui claque, la claquemure. L'enferme. « Aramis, je, elle s'arrête pour ravaler l'angoisse qui monte, bile noire et poisseuse : Ouvre la porte. » Déjà le coeur s'affole, bat une mesure qui ne fait qu'accélérer et égraine, implacable, impitoyable, son compte à rebours. Quand il cherche une échappatoire, le regard est fébrile, l'iris n'est plus qu'un anneau brun autour d'une pupille trop dilatée. Trop noire. « Également. » De ses entrailles, un serpent de panique remonte le long de sa gorge, l'étrangle et lui vole son air. Nyssandra force la respiration. Et ça siffle, ça lui déchire les poumons. Elle hoquète de douleur, les cils noirs s'ourlent de larmes. « Aramis. » La voix trop aiguë s'est dépouillée de la colère, dévêtue de son indignation. Elle ne vibre plus que sous la supplique. « Seulement toi & moi savons. » Elle entend les mots, elle n'en saisit pas le sens. Le bourdonnement de son sang emplit ses oreilles comme le reflux d'une mer en tempête. « Je n'en ai pas parlé. » « Aramis, s'il te plaît. » Les draps se froissent sous elle, alors qu'elle rampe. Mais soudain, ses mains n'agrippent que du vide et l'angoissée bascule en avant, chute du matelas directement sur le parquet, poupée disloquée par un océan de panique. « Aramis. » Son paysage se borde de ténèbres. Elle a le goût du sang dans la bouche. Le goût de la mort. « Aramis. » Le corps se crispe, se replie sur lui-même. Sa voix a des airs de râle. J'étouffe, je vais crever.

CODE (c) HERESY
Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 DgxnSujet: face ou pile ≈ nyssaramis
Invité

Réponses: 6
Vues: 691

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 Nonew12Sujet: face ou pile ≈ nyssaramis    Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 EmptyLun 18 Mai 2015 - 22:28

• {#}Aranyss{/#} 1 •

They hurt you. You hurt 'em back. Or maybe it is the other way around. Whatever.
Someday you might find a way to forgive each other. But it won't be like it used
to 'cause that pain never really goes away.


Perdue dans son roman, elle n'a pas senti la colère qui gratte contre ses barrières, ni la crainte qui cherche à s'imprimer dans son coeur. Nyssandra croit même que la crainte est la sienne, née d'une implication malvenue pour une personne fictive - le protagoniste est en danger, et depuis plusieurs chapitres, elle est suspendue au bout de cette plume qui la transporte de page en page et joue d'elle, se moquant de ses hypothèses préconçues. Elle en serait presque en colère dans son impatience, si sa lecture n'était pas aussi délicieuse. Sans trop y penser, elle remue, se cale contre l'accoudoir du canapé de cuir blanc. Sa main frôle la table basse à la recherche de la tasse pleine de sa boisson favorite, agrippe la porcelaine chaude et la porte à ses lèvres qu'elle mordille parfois, stupidement anxieuse pour un personnage qui n'a aucune réalité physique.

« Bonsoir Nyssandra. » La voix familière fauche ses rêveries en plein vol, c'est presque douloureusement qu'elle est ramenée les pieds sur Terre. Sous la surprise, le café manque de prendre ses libertés sur le cuir blanc. Aramis Lestrange a toujours été ainsi. Royalement impérieux, impatiemment capricieux. Même à l'époque où il offrait encore des sourires qui n'étaient pas glacés par la duplicité. Instinctivement, la gorge se serre et la respiration se retrouve bloquée par un entrelacs disgrâcieux de culpabilité et de reproches. Il est toujours tellement en colère. Maintenant qu'il est là, qu'elle le voit, qu'elle le sent, c'est impossible à manquer. C'est comme un monstre d'ombres bouillonnantes, d'émotions rampantes et de crocs ensanglantés qui ferait ses griffres sur les murs protégeant son esprit. Aujourd'hui comme hier, c'est impossible à manquer. Aramis n'est pas comme Gwen : il n'a pas d'égards pour son empathie, il la laisse toujours tout sentir. C'est comme s'il s'amusait à lui montrer qu'il ment à la face du monde. Qu'il lui ment avec des politesses de théâtre et qu'il s'en fout bien qu'elle voie comme son coeur la déteste. « Je ne suis pas passé par la porte d'entrée. » L'Irlandaise fronce les sourcils, le mécontentement se peint dans le creux de ses lèvres pincées. Elle veut lui demander, surtout, ce qu'il fiche ici alors qu'il n'est pas invité, qu'aucun drapeau blanc n'a été brandi pour le plaisir d'une partie, d'un cessez-le-feu autour d'un plateau de cases noires et blanches. Ils ne sont plus amis, les mots qu'il lui décoche comme ses émotions le lui hurlent jusque dans le coeur. Il n'a pas à venir sans invitation, il n'a aucune raison de le faire. Elle en a assez de ces hommes qui pensent pouvoir envahir sa tranquillité selon leur bon vouloir. « Toutes mes excuses. » Ne me mens pas, crachent les iris ocre. Acide, elle veut lui demander de quoi il s'excuse exactement. D'être venu la traquer jusqu'ici pour l'assommer de sa colère ? D'être entré par effraction chez elle ? Ou de faire naître une migraine entre les circonvolutions de sa cervelle ? De quoi s'excuse-t-il exactement ? Avec raideur, le corps quitte le canapé, s'arrache au confort et à la chaleur de la cheminée et toute petite qu'elle soit, elle se permet de le toiser.

Contre sa langue, les mots s'enrobent d'amertume et Nyssandra prend de la hauteur pour les lâcher sur lui quand il l'interrompt. « Est-ce que tu es devenue complètement folle ? » Les mots l'écrasent sous l'accusation qu'ils traînent dans leur sillage. Entre ses côtes, le coeur s'est contracté, comprimé par la crainte d'avoir été découverte. Dévoilée. Parce qu'Aramis sait. Bien sûr qu'il sait, elle s'en traiterait d'abrutie. Si les vérités présentes appartiennent à Nyssandra, il a pour lui le passé et le futur. Quand elle ne fait que sentir et palper du coeur les agitations des autres, Aramis voit. Et il a vu. Et il fait partie de la Brigade, et il vient pour l'arrêter. C'est pour ça qu'il est passé par la porte de derrière. Le fantôme glacé de la peur vient lover son souffle glacé tout contre sa nuque, elle vacille sur ses pieds et ses pupilles se dilatent, le noir mange le brun de ses iris. « Tu aurais pu choisir n'importe qui. » Tch. De l'amertume vient se mélanger à la peur. Choisir qui ? Les sourcils se froncent au-dessus du regard couleur de terre, leur arc est celui de l'interrogation. De l'incompréhension. Elle n'aurait pas pu choisir n'importe qui dans un monde où les seuls choix sont le Magister ou les Insurgés. La folie ou la folie. Il n'y a pas de vrai choix, pas de vraies possibilités - et dans sa résignation, ça lui convient, Nyssandra sait que le monde n'est pas pour elle et que sa mécanique est déréglée, inadaptée aux rouages de la société. « N'importe qui ! Mais pas lui. Pas Davius Llewellyn ! Pourquoi, Nyssandra ? » Quand le bleu se plante dans le brun, la sorcière a un mouvement de recul, frappée par le tumulte douloureux qui s'échappe d'Aramis. Ses bras viennent l'enlacer, elle s'isole du monde. Ses barrières sont levées. Mais ça tape. Ca tape. Inlassablement. C'est douloureux contre son crâne, comme une migraine qui pose bagage. Elle veut se rouler en boule, s'exposer le moins possible à l'extérieur. « Pourquoi ? » Nyssandra se force à inspirer et expirer. Son souffle tremble sous la tension, la nuque est raide à s'en briser. Les ongles s'enfoncent dans la chair tendre des bras. « De quoi est-ce que tu parles ? » Elle ment. Elle sait de quoi il parle. Elle croit en deviner la silhouette derrière les mots, derrière les colères et les reproches, et la peur. De quoi a-t-il peur exactement ? Qu'elle mette Gwen en danger ? C'est elle qui doit avoir peur. Elle jette un regard vers l'escalier qui se trouve dans le dos du sorcier, et la réalité lui saute à la gorge : même si elle voulait s'enfuir, ce serait impossible. « Je ne comprends rien à ce que tu me racontes, Aramis. » Elle essaie de se maîtriser. De ne pas paniquer. C'est difficile avec lui qui lui martèle tout ce qu'il a dans le coeur sans le moindre égard. « Pourquoi est-ce que tu me parles de Davius Llewellyn ? » Nyssandra force le mépris et la douleur dans sa voix. La colère et la peur se diffusent naturellement dans ses mots, il suffit de les laisser couler d'entre ses lèvres. « L'homme qui a failli me tuer, je te le rappelle. » Aramis a vu et elle le sait. Mais peut-être que si elle arrive à le convaincre. A le distraire. Peut-être qu'elle peut encore survivre. (Merlin, elle ne veut pas mourir)

CODE (c) HERESY
Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 DgxnSujet: NYSSANDRA OLLIVANDER ► Here I am, the victim of my own choices. And I'm just starting.
Invité

Réponses: 30
Vues: 2812

Rechercher dans: Fiches poussiéreuses   Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 Nonew12Sujet: NYSSANDRA OLLIVANDER ► Here I am, the victim of my own choices. And I'm just starting.    Tag aranyss sur EXCIDIUM - Page 7 EmptyLun 26 Jan 2015 - 20:42
Boys don't cry
une citation de ton choix une citation de ton choix

Ascleus Ollivander
{#}asclyss{/#}

ft. Liam Neeson, (Lutiine)
On raconte que toutes les petites filles veulent épouser leur père, et la petite Eudoxie de son enfance n'a pas dérogé à la règle. Elle voulait désespéremment l'amour de son père, son affection, son attention. Sans doute aurait-elle tout préféré à cette déception permanente, cette impression de ne jamais être assez, de ne pas valoir les quelques moments où il posait le regard sur elle. Tu es une fille. Le reproche éternel. L'infinie déception. Ascleus voulait un fils, et il devait se contenter d'Eudoxie. Une gamine dont les prouesses d'enfant faisaient raisonner des et si douloureux dans sa tête (et si Esther n'avait pas perdu leurs fils en fausse couche ? et si il devait se contenter d'Eudoxie toute sa vie ?). Une adolescente qui a rejeté la Magie, qui a abandonné (qui abandonne toujours). Une femme qui a osé abandonner les siens, s'est convertie à l'indépendance au lieu de continuer à adorer les Ollivander. Aujourd'hui encore, ses mots sont les plus douloureux pour Nyssandra. Aujourd'hui encore, sa déception est un poignard qu'il lui fiche dans le coeur. On ne se débarrasse pas si aisément des liens du sang.
Ardal Ollivander
{#}ollibrother{/#}

ft. Max Irons, (big bad wolf)
Les relations entre Nyssandra et Ardal ont toujours été ... compliquées, délicates. Conflictuelles. La première née des Ollivander aurait dû être l'exemple à suivre, mais Ardal est le fils que tout le monde attendait. Le fils qu'on attendait depuis trop longtemps. Pour l'attention qu'il recevait sans mal d'Ascleus, et pour l'amour que lui témoignait ouvertement Esther, Nyssandra l'a envié, longtemps jalousé pour ça. De son côté, il a méprisé cette sorcière qui rejettait les Ollivander et leur héritage en partant travailler pour des journaux à l'étranger et s'extirpant de l'autorité familiale. Bien sûr, il y a les liens du sang entre eux. Bien sûr, il y a Lorcàn comme un trait d'union entre eux. Mais il y a aussi les individualités fortes que sont Ardal et Nyssandra. Des individualités qui entrent fréquemment en collision alors qu'il donne tout aux Ollivander et qu'elle refuse tout ce qui en porterait le sceau. Il a parfois l'impression qu'elle le rejette aussi pour ces mêmes raisons. Peut-être que leur seul vrai problème ne vient pas des Ollivander et de la lignée. Mais simplement de leur amour mal exprimé.
Lorcàn Ollivander
{#}ollibrother{/#}

ft. Max Irons, (mistake storms)
Lorcàn est un passionné de Magie, comme Ardal. Mais contrairement à son frère, il ne fait pas tout sous le sceau des Ollivander. S'il leur reste loyal, il n'oriente pas ses buts en fonction du bien-être des Ollivander et ne se sent pas obligé de ramener Nyssandra dans la famille. Ce qui explique qu'il y ait bien moins de frictions entre lui et sa soeur. De là à dire que Lorcàn est aussi proche d'elle qu'il l'est d'Ardal, il y a un gouffre. Ils demeurent différents - et Lorcàn prend plus souvent le parti d'Ardal que celui de Nyssandra lorsque ces deux-là s'opposent. Même lorsqu'il n'est pas d'accord. Un détail stupide qui agace la sorcière. Cependant, Lorcàn est le seul à l'avoir soutenue quand elle est partie à l'étranger. Le seul à ne pas avoir critiqué son choix de s'émanciper d'un nom qui lui pesait. Il ne l'a pas dit, bien sûr, se contentant de lui envoyer une lettre pour lui demander comment elle allait. Mais c'était suffisant. Qu'il ne la prenne pas de haut est suffisant à leur bonne entente.

Ian Ackermann
{#}ianyss{/#}

ft. William Fairman, (sovereign)
Ian était pur et c'était bien la seule chose qu'il avait pour lui, auraient dit ses parents. Esther Parkinson ne le trouvait pas assez prestigieux, Ascleus Ollivander ne le pensait pas assez érudit. Après avoir appris à le connaître, Nyssandra, elle, le trouvait très bien. Trop bien pour elle, même. Et elle n'a jamais vraiment compris pourquoi il l'aimait. Elle s'est longtemps (toujours) demandé si, au final, il n'était pas amoureux de la Nyssandra forte, indépendante et adorablement peste plutôt que de cette Nyssandra égoïste, désabusée et pessimiste qu'elle est au fond. Elle n'a jamais su, et n'a jamais voulu le savoir, s'efforçant d'être celle qui serait à la hauteur de Ian et de l'amour qu'il avait pour elle. Oui, elle l'a aimé. Enormément. Au point d'accepter un mariage et d'envisager sa vie avec lui. Mais elle n'a jamais su lui montrer entièrement qui elle était, avec ses failles et des défaillances, de peur qu'il décide de partir.
Roman Travers
{#}roxie{/#}

ft. Luke Evans, (Shiya)
Epouse Roman Travers et tu auras ta place chez les Ollivander. On peut se croire aussi indépendant qu'on veut, on aspire toujours à trouver sa place. Nyssandra a toujours aspiré à obtenir une place dans sa propre famille, une rédemption pour ses promesses brisées. Alors elle a accepté l'arrangement. Pas pour le bien des Ollivander, mais pour son bien à elle. De façon égoïste. Ce qui ne signifie pas qu'elle doive en sauter de joie, n'est-ce pas ? Epouser un Mangemort, ce n'est pas vraiment la joie. Epouser celui-ci ? Pire encore. Aussi prompt à s'enflammer de colères incompréhensibles qu'à envahir son espace personnel comme si elle était sa chose. Fatigante girouette pour ses boucliers mentaux. Elle a pour lui un mépris grinçant et une condescendance acide. Mais aujourd'hui, Roman Travers a rompu les fiançailles en apprenant que ses entrailles sont plus inutiles que celles d'Esther Ollivander. Et quand bien même si lui viendrait l'idée de venir réclamer sa possession sur elle, il lui faudrait revenir d'entre les morts.
Aramis Lestrange
{#}aranyss{/#}

ft. Nicolas Simoes, (sovereign)
Elle s'en va, et elle revient, la trajectoire elliptique au possible. De rencontres aux paroles assassines en trêves sur un champ de bataille bicolore, Nyssandra sait qu'Aramis est mauvais pour elle. Dangereux. Parce qu'il connait par cœur ses masques, ses mensonges et ses pitoyables manipulations. Lui possède la carte de ses failles et, contrairement aux autres, il n'hésite jamais à y enfoncer les doigts pour l'ouvrir toute entière et faire sortir sa laideur. Pourtant, Nyssandra reste. Elle érige des murailles, creuse des douves et aiguise ses mots pour établir des distances sans jamais oser s'éloigner de trop. Il y a des aimants en elle qui tirent, l'attirent et la font dérailler. Il y a l'attraction, la gravité et ces forces cosmiques qui la ramènent toujours à lui comme une planète piégée par une étoile. Ce n'est pas plus mal, susurre la petite voix de ses noirceurs égoïstes : leurs jeux ne se font qu'à deux et elle ne veut pas qu'il se trouve un autre partenaire. Elle ne le laissera pas l'abandonner. Jamais. Pas même pour le Magister et cette Marque qui signe son appartenance à un autre qu'elle.

Draco Malfoy
{#}drassandra{/#}

ft. Tom Felton, (schizophrenic)
Sans qu'il le sache, Draco est celui qui a réconcilié Narcissa avec Nyssandra. Ce n'est qu'avec la naissance de l'héritier Malfoy que l'adulte a adressé ses premiers mots à la fillette qui avait toujours senti l'affection de Cissa mais s'était toujours heurtée à son indifférence glaciale. Paradoxalement, Draco a aussi été source de souffrance pour la gamine, blâmée plus encore d'être une fille par une Esther qui se détestait d'être jalouse du bonheur de sa meilleure amie.
Envieuse, elle l'a été bien sûr : Narcissa incarne un idéal maternel hors de portée et l'attitude de Draco n'y rendait pas toujours justice. Jalouse ? Non. Elle le voyait courir obsessionnellement après l'approbation de son propre père comme elle l'avait fait dans le passé et c'est sûrement pour cette raison qu'elle a mieux et plus aimé le fils de Narcissa que ses propres frères. Ca, et le fait qu'elle sentait bien l'amour de Draco pour sa mère sous ses airs de garçon qui joue les grands. Combien de fois a-t-elle levé les yeux, souri à la cheshirienne ou soupiré d'un air entendu devant la trop grande fierté du blond ? Trop souvent, si on écoute le garçon. Mais lui-même n'est pas vraiment dupe de l'attitude blasée de Nyssandra, de cette indépendance qui dissimule des carences en affection familiale. Match nul donc. Pourtant, avec Draco, cet équilibre ne la gêne pas. Si certaines vérités sont dévoilées, révélées en filigrane, Nyssandra sait que celles-ci se parent du sceau du secret et de la discrétion. Amis, leur complicité et leur confiance se sont étendues jusqu'au secret de la naissance de Scorpius dont elle connait les sombres tenants et aboutissants par la bouche même de Draco. Et, étant une des personnes encourageants le blond à prendre la responsabilité de l'enfant à naître, il lui fallait bien accepter la demande (extravagante, si vous lui demandiez son avis) de l'héritier Malfoy à ce qu'elle soit la marraine de l'enfant. Qu'importe à quel point elle avait peur de décevoir Draco en étant une mauvaise marraine.
Scorpius Malfoy
{#}nyssius{/#}

ft. nobody, (Heresy)
Nyssandra a l'amour égoïste. Il n'y a que placée face à la blondeur et aux moues de son filleul qu'elle revient à sa nature d'antan, celle d'une gamine qui veut donner et ne demande qu'à recevoir un peu d'amour, bien loin de l'adulte qui se permet tout et prend ce qu'elle veut sans permission. Car, pour Scorpius, elle a toutes les attentions, toutes les délicatesses. Imitant inconsciemment Narcissa, elle le couvre d'amour et de cadeaux, sortant de ses sentiers battus pour investir la cuisine en conquête d'un gâteau au chocolat aux bords un peu trop cuits ou pour lui installer une chambre jusque dans son refuge secret de Lake District. Parce qu'elle aime Scorpius et, avec lui, elle se découvre un instinct maternel qu'elle pensait tordu, brisé par Esther. Elle découvre la Nyssandra, plus douce, plus belle, qu'elle aurait pu devenir. Et elle s'assurera que l'enfant deviendra celui qu'il est destiné à être et qu'il ne se retrouvera pas utilisé et brisé par le reste du monde (ou sa stupide et égoïste génitrice), dusse-t-elle se noircir le cœur plus encore pour le protéger.
Bill Weasley
{#}byss{/#}

ft. Domhnall Gleeson, (sovereign)
Il était facile de se moquer de Bill Weasley dont les vêtements passés de mode criaient à la pauvreté. Il était facile de rejoindre la masse. Bien qu'à Poufsouffle, la petite Nyssandra était trop occupée à se chercher une place dans le monde et la société (et peu lui important la société, en vérité) pour se préoccuper d'être juste ou injuste. C'était presque exaspérant qu'il ne réagisse pas à ses piques, que son humeur vacillait à peine face aux moqueries qu'elle lui assénait à chaque fois qu'ils se croisaient. Puis elle a abandonné, frustrée de voir qu'il ne répondait pas à son immaturité patente et se trouvant d'autres cibles. Et enfin, ça l'a un peu attirée, un peu charmée quand elle a cru être tombée sur l'exception à la règle. Sur cette personne au cœur noble de ses idéaux naïfs. D'amis en couple officiel, ils se sont mis ensemble un peu par hasard. C'était une relation tranquille et confortable dont la rupture a été consommée quand Bill a fini ses études sans qu'aucun heurt ne soit fait à leur amitié. Une amitié qui, renouée au retour de l'Ollivander sur les terres anglais, a servi de prétexte à Molly pour une invitation à dîner au Terrier dans l'espoir de vendre une anglaise à son fils aîné et de détourner Bill de son mariage imminent - une manœuvre aussi amusante que gênante pour la sorcière. Son dernier bon souvenir avec Bill avant que la guerre ne rompe le contact à nouveau.

Jeremiah Anderson
{#}jessandra{/#}

ft. Benedict Cumberbatch, (Shiya)
La cohabitation entre Nyssandra et Jeremiah a toujours été un peu délicate. Intelligents tous les deux, mordants tous les deux et  ... le gouffre se creuse quand vient la question de la politique ou de l'idéologie. Quand Jeremiah est passionné et s'engage facilement dans de nombreuses causes, Nyssandra préfère rester en retrait et ne s'impliquer dans rien. Une attitude qui l'agace d'autant plus qu'il trouve la femme intelligente et clairvoyante. Longtemps, d'ailleurs, elle n'a été que l'idiote qui gaspille son cerveau sur des choses inutiles (il n'a jamais eu beaucoup d'admiration pour la section mondaine de la presse) et il a longtemps montré de l'incompréhension sur la relation entre Ian, son meilleur ami, et Nyssandra. Sur la fin, pourtant Nyssandra lui semblait plus fréquentable (et il semblait moins chiant à l'anglaise). Ils auraient pu se considérer comme amis, mais quand elle est revenue en Angleterre pour oublier Ian, l'Ollivander a simplement décidé de rompre leurs liens. Elle ignorait d'ailleurs qu'il était venu avec d'autres journalistes étrangers jusqu'à ce qu'elle trouve son nom dans le Phare à On. Au nom de leur vieille amitié, elle a voulu le sauver, jouant de relations pour tenter de le faire sortir d'Azkaban, quitte à en faire son Rebut, jusqu'à ce qu'elle apprenne sa mort au détour d'une conversation dans les locaux de la Gazette.
Davius Llewellyn
{#}dassandra{/#}

ft. Misha Collins, (Eclatic)
La voix grave de Davius. La chaleur du sort qui la percute. Davius Llewellyn est d'abord synonyme d'une terreur nouvelle, de la réalisation de sa propre mortalité. Une nouvelle vulnérabilité de plus, une faille qui se crée alors qu'elle se vide de son sang. Si elle a accepté ses excuses dans cet atelier maudit et qu'elle l'a aidé, il lui est encore difficile de mettre une étiquette sur ce qu'est l'insurgé à ses yeux. Une alliance ? L'homme qui a manqué de la tuer ? Ou celui qu'elle a aidé contre toute logique ? Une chose est certaine, cependant. Il l'intrigue autant qu'il la dérange. Il a ces serments et ces certitudes qu'elle ne comprend pas vraiment, incapable qu'elle est de déterminer comment elles ont fait pour se cheviller à son cœur si profondément. Et pire encore, il a engrainé en elle des idées dont elle se passerait bien. Que le Magister n'est pas invincible. Qu'elle peut changer quelque chose. ... Peut-être qu'au fond, elle lui en veut de bouleverser ses habitudes et d'essayer de raviver des idéaux qu'elle veut enterrer. Qu'a-t-il dit déjà ? Qu'elle n'est pas comme les autres ? Quelle mauvaise blague.
(Et peut-être qu'elle le remerciera un jour)
Felix Hvedrung
{#}ucey{/#}

ft. Garrett Hedlung, (Shiya)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Keziah Campbell
{#}ucey{/#}

ft. Simon Baker, (Kaiji)
Campbell est l'insupportable blondinet qui tapait sur les nerfs du rédacteur en chef de la Gazette, lequel tapait ensuite sur les nerfs de ses journalistes. Alors fraîchement revenue des Etats-Unis, autant dire que se faire houspiller à la place d'un Monsieur Sourire (et qu'importe les qualités vantées par Eris à propos dudit sourire), ça n'est pas bien passé chez Nyssandra et que la mention de Keziah Campbell suffisait à l'agacer. Jusqu'à ce jour où elle a pu enfin le mordre de sa verve alors qu'il essayait de la titiller alors qu'ils étaient devant le bureau du rédacteur en chef. Pas sensible pour un sou à son numéro de charme, elle reconnaît cependant une intelligence face à laquelle il est souvent amusant de s'opposer.
Alastar Doherty
{#}ucey{/#}

ft. Joseph Morgan, (Shiya)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
Rabastan Lestrange
{#}ucey{/#}

ft. Michael Fassbender, (SWAN)
Bien qu'elle soit une des familières des enfants Lestrange et que sa mère fréquente assidûment Mrs Lestrange, ce n'est qu'une fois au bras de Roman Travers que Nyssandra a rencontré le terrible Rabastan Lestrange, toutes barrières levées. Et c'est à peine s'ils échangèrent plus que des politesses de circonstance avant que Nyssandra ne se désintéresse de la discussion entre les deux Mangemorts, s'excusant pour aller rejoindre ses amies. Depuis, les deux sorciers croisent assez peu, et essentiellement lors d'occasions officielles, mais c'est bien assez pour que sous un masque parfait de la bienséance et du professionnalisme, l'empathie de Nyssandra ait senti toute la méfiance qui émane du sorcier à son égard. Prudente, elle se retranche derrière une politesse impeccable mais évite les contacts superflus avec le Mangemort, persuadée qu'il a appris d'une façon ou d'une autre ses velléités vis-à-vis du Magister dont il est un des plus fidèles lieutenants. Si elle savait les reproches de Rabastan sont d'ordre familial plus que politique, nul doute qu'elle rirait bien joyeusement de sa paranoïa.

Wayland d'Anjou
{#}noway{/#}

ft. Dane Dehaan, (LARME STLAURENT)
Wayland d'Anjou lui fait peur. Lorsque le sorcier approche d'elle, son instinct de survie virait au rouge et il n'avait jamais beaucoup besoin de s'approcher pour qu'elle sente toutes les émotions noires du sorcier gratter contre ses barrières mentales. L'homme est un psychotique, une opinion déjà fort négative qui a trouvé le moyen de s'aggraver encore quand Nyssandra a constaté qu'il prenait un malin plaisir à l'approcher. Comment il est parvenu à comprendre qu'elle le craignait et qu'il la mettait mal à l'aise ? Elle l'ignore, car elle est certaine qu'il n'est ni empathe, ni legilimens. Mais les faits demeurent : Wayland joue au chat cruel qui s'amuse à effrayer la souris et leurs rencontres sont provoqués. Du moins, elles l'étaient jusqu'à ce qu'on l'enferme à Azkaban. Une nouvelle dont elle se réjoui.
Augustus Rookwood
{#}augnyss{/#}

ft. Mads Mikelsen, (credits)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
Nom Prénom
{#}tags{/#} {#}tags{/#} {#}tags{/#}

ft. avatar, (credits)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.



Ajouter AVANT < /center>< /center>:
 
Revenir en haut 
Page 7 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Sauter vers: