sujet; (im.) ☆ night is dark and full of terrors.

Invité
Invité
(im.) ☆ night is dark and full of terrors. Empty
ichabod sirius martell
feat tyler hoechlin • Merenwen

• nom complet ; martell ; un nom sur lequel les avis sont bien souvent mitigés tant la famille est divisée entre deux camps complètement opposés. ichabod, sirius ; le premier est issu du livre moldu la légende de sleepy hollow, un livre que sa mère adorait tout particulièrement et le second apparait à plusieurs reprises dans l'arbre généalogique des martell ; c'est une tradition de réutiliser les prénoms des ancêtres dans la famille.

• surnom(s) ; sa mère à toujours eu l'habitude de l’appeler Ichy, un surnom qui lui est resté bien malgré lui. Il préfère largement qu'on l’appelle Ichabod.

• naissance ; il est né le 24 mars 1978, il a vu le jour dans l'hôpital sorcier de sainte mangouste, dans la ville de Londres en Angleterre.

• ascendance ; ses deux parents étaient des sorciers de sang-mêlé, comme leurs parents et ainsi de suite sur plusieurs génération, mais la lignée a probablement débuté de deux nés-moldus. Ichabod est donc sang-mêlé, comme le reste des siens.

• camp ; ichabod fait bien entendu parti des insurgés, un choix qui coule de source en vue de son parcours.

• réputation ; on le voit comme un traitre aujourd'hui, un imbécile qui de toute évidence a fait le mauvais choix, contrairement à certains autres membres de sa famille.

• état civil ; il a longtemps été en couple, désireux de passer le cap au dessus il avait acheter une jolie bague de fiançailles qu'il n'a jamais eu l'occasion d'offrir à sa bien aimée, aujourd'hui, il ne sais pas vraiment où il en est.

• rang social ; il est insurgé, tout simplement, les responsabilité dans les rangs des insurgés, très peu pour lui, au fond tout ce qu'il veut c'est retrouver sa petite amie.

• particularité(s) ; il est, depuis très peu de temps atteint de lycanthropie, il s'est fait mordre très récemment et n'a pas encore connu sa première pleine lune, il la redoute énormément.

• patronus ; son patronus prend la forme d'un loup, un animal qui lui va de mieux en mieux d'après lui.

• épouvantard ; la pleine lune, depuis très peu de temps, il redoute la prochaine plus que n'importe quoi pour le moment ; mais en temps de guerre, les plus grandes peurs semblent bien variables.

• risèd ; lui, aux côtés de sa petite amie ; autrefois, il aurait certainement vu quelques enfants avec eux, mais aujourd'hui, son plus grand rêve est simplement celui de la retrouver..

• animaux ; il n'a aucun animal, il avait un chat avant la guerre, mais il ne l'a pas revu depuis qu'il a quitté sa maison et il sait qu'il est entre de bonnes mains avec sa sœur.

• baguette ; bois de chêne rouge, elle est rapide et efficace lors des duels, son cœur est composé d'un ventricule de cœur de dragon. Elle mesure vingt-huit centimètres et est particulièrement rigide.

• miroir à double sens; il possède un miroir à double sens en forme de losange, symbole sans doute de sa détermination à sauver celle qu'il aime. Il porte un reflet gris qui représente certainement sa mélancolie, liée à toute cette vie loin derrière lui et qu'il regrette énormément.

• INSURGENTS •
Perso Inventé

The stars have faded away

► Avis sur la situation actuelle : Le monde est devenu aux yeux d'Ichabod un véritable désastre. Il faisait parti de ceux qui pensaient que la guerre prendrait fin lors de la bataille de Poudlard. C'était une erreur et la chute qui dure depuis plusieurs années et dure. Il était bien évidemment, du côté de l'ordre du phénix et suite à cette défaite, il a été contraint de s'enfuir en compagnie de sa petite amie pendant des mois et des mois, pourtant à présent, il l'a perdue, vendue aux enchères comme un vulgaire objet, une idée qu'il ne supporte pas et qui serait bien susceptible de le rendre fou. Il tâche cependant de ne pas perdre espoir, il veut croire qu'il finira un jour par retrouver celle qu'il aime et que les mangemorts seront éliminés ; il s'efforce d'y croire pour continuer de lutter, autrement il serait certainement mort depuis longtemps.
► Infos en vrac : à poudlard, ichabod faisait parti de l'équipe de quidditch de sa maison. Il occupait le poste de batteur et était plutôt doué, cependant, il n'a jamais fait parti de ceux qui rêvaient de faire un jour carrière dans le quidditch aussi loin qu'il se souvienne, il a toujours voulu devenir auror, il était épris de justice et voulait avoir un métier avec de l'action, rester derrière un bureau, très peu pour lui. Il croyait vraiment en ce qu'il faisait avant la chute du ministère ; aujourd'hui, c'est compliqué, même si la justice reste quelque chose d'important à ses yeux - il n'était pas à poufsouffle pour rien - dans le monde actuel c'est une notion qui semble disparaitre de jour en jour il a toujours été très bon en défense contre les forces du mal lorsqu'il était à Poudlard, il était également très doué en duels, capable de faire preuve d'une grande rapidité. Lors de ses BUSEs comme lors de ses ASPICs il a obtenu la note (o) en défense contre les forces du mal, mais aussi en sortilège et en études des moldus ; il était assez bon élève. il est plutôt bon aux échecs sorciers, il sait faire preuve d'une bonne stratégie et il a souvent passé des heures entières à jouer avec son grand-père, c'est lui qui lui a enseigné le jeu d'ailleurs. Il ne connait que la version sorcière du jeu et serait sans doute un peu surpris face à la version moldue. très loyal il est réputé comme étant un très bon ami, il n'aurait jamais laissé tomber l'un de ses amis ou quelqu'un de sa famille, encore moins sa petite amie pour qui il aurait fait n'importe quoi, cependant la guerre a bien évidemment aussi compliqué ça.  il aime beaucoup lire, il a encore quelques livres dans ses affaires, pour passer le temps, se garder l'esprit occupé quand il n'est pas en train de rechercher sa petite-amie - assez rarement en définitive - il a toujours trouvé que la lecture était un bon moyen de s'évader tout en restant, de préférence au chaud, sur un fauteuil au coin du feu son plat préféré est sans l'ombre d'un doute la tarte au chocolat, certainement celle de sa mère qui plus est, d'après lui elle était celle qui faisait les meilleures tartes au chocolat au monde. Notons que, de façon générale, son pêché mignon est le chocolat qu'il peut facilement avaler sous toute ses formes. les chocogrenouilles ont longtemps été une passion chez lui, il en avalait des tonnes et bien sûr, il gardait toujours les cartes, même après Poudlard, avant la guerre, il continuait sa collection. Chez lui, il a une malle remplie de ses cartes. il a toujours sur lui quelques souvenirs de son passé, il possède un sac agrandit par la magie dans lequel en plus du nécessaire de survit, il possède un album photo que sa petite amie avait commencé à faire lorsqu'ils étaient à Poudlard ; il se plonge très souvent dedans. Il possède aussi un écrin avec une bague de fiançailles qu'il n'a jamais eu l'occasion de passer au doigt de celle qu'il aime ayant très récemment fait la rencontre d'un loup-garou, il a maintenant une grosse trace de morsure sur le torse, cette dernière est pour l'heure à peine cicatrisée. Il a hérité de cette fortuite et regrettable rencontre, une malédiction dont il se serait bien sur passé, mais aussi une large griffure lui traversant le dos, cette blessure ne semble pas encore totalement cicatrisé non plus ; il a toujours été du genre à manger sa viande saignante alors ça au moins, ça ne change pas beaucoup malgré cette morsure. il a toujours été très nul en cuisine, il s'est souvent entrainé avec sa mère quand il était plus jeune, mais il était et il reste encore aujourd'hui, une véritable catastrophe alors il a fini par se rendre à l'évidence et il a abandonné toute tentative de cuisiner quelque chose de potable un jour. Une très bonne décision d'après sa mère. sa famille est reconnue comme instable politiquement parlant, ainsi, si sa branche penchait plutôt vers l'ordre du phénix, plusieurs de ses oncles et tantes ont vite rejoint les mangemorts, certains n'ont pas voulu s'engager et d'autres son morts pour l'ordre ; il est difficile de ranger les Martell dans un seul et même panier, lui, on est certain qu'il a été dans l'ordre du phénix. il a toujours su apprécier certaines émissions moldues et la télévision fait très certainement parties de celles qu'il aime le plus. Quand il en avait encore la possibilité, il appréciait passer du temps devant la télévision, tranquillement installé dans le canapé ; maintenant évidemment c'est considérablement plus compliqué. dans sa famille, c'était impossible de manquer l'heure du thé. Pour lui, ça s'est vitre transformé en heure du chocolat chaud puisqu'il n'a jamais aimé le thé, au final ça lui semblait n'être que de l'eau chaude avec un arrière gout amère. Les années passant il n'a pas appris à apprécier le gout du thé. Par contre il buvait beaucoup de café, beaucoup trop sûrement et n'était jamais contre un petit verre de whisky pur-feu, surtout après le travail. il ne supporte pas les brocolis, l'odeur, la couleur, la texture, il n'a rien à faire il n'aime pas ça. Il a souvent prétendu y être allergique pour qu'on lui foute la paix avec les brocolis, cependant il n'en est rien. Cependant il est bel et bien allergiques aux fruits de mer, lui faire manger ça serait un bon moyen de l'assassiner discrètement. il a tendance à souvent jurer. Sa mère n'avait de cesses de lui dire de faire attention à son vocabulaire, mais de toute évidence, les remarques qu'elle lui faisait rentraient par une oreille pour ressortir par l'autre. il a toujours été assez sportif et ça se voit assez à présent. Il lui a toujours semblé important de faire attention à son corps alors bien évidemment, il a toujours travaillé dur pour se muscler, même avec la guerre, un peu de musculation de bon matin ça ne fait pas de mal de toute évidence. si avant la guerre il était plutôt du genre gros dormeur, aujourd'hui, il est plutôt du genre à avoir le sommeil très léger et à se contenter de quelques heures de sommeil, évidemment avec les conditions dans lesquelles il vit depuis plusieurs années, il a bien fallu que son métabolisme s'habitue. il a un côté grand-frère qui se développe très rapidement avec autrui, il a été élevé en compagnie de sa sœur cadette qu'il a toujours voulu protéger et il lui arrive souvent de reporter ça sur autrui ; on lui dit souvent qu'il serait un très bon père, chose qu'il aimerait bien vérifier un jour, mais ce n'est certainement pas pour demain.

loyal râleur fidèle désordonné juste impulsif dynamique jaloux protecteur rancunier attentionné susceptible franc peu délicat joueur têtu extraverti imprudent droit autonome de plus en plus agressif déterminé légèrement allergique aux prises de décisions importantes serviable jure pour un rien.


Nothing compares to you

• pseudo & âge ; sweet poison, anaïs, 21 ans. • comment as-tu trouvé le forum ? par un gros chou sauvage dégoulinant de crème d'amour minikr . • ton avis, tes suggestions ; il faut offrir des cookies aux gens  gaah . • connexion ; 7j/7 :3: . • quelque chose à ajouter ? Allez, y'a plein de bruit, là ! Si ça se trouve c'est bourré d'oiseaux venimeux. Y'en a des rouges, des jaunes, des re-rouges et des pourpres ! Y bouffent que des noisettes et des escalopes de veau. Et quand ils vous donnent un coup de bec vous voyez une grande lumière et ça vous donne la diarrhée !

• coup de main pour le bottin ;
2. Si ton personnage est un inventé ;
TYLER HOECHLIN ; ichabod martell
Code:
[code]▋ ▋ <a href="http://excidium.bbactif.com/u8">▋</a> <pris>TYLER HOECHLIN ;</pris> ichabod martell [/code]


Dernière édition par Ichabod Martell le Sam 16 Aoû 2014 - 1:00, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
(im.) ☆ night is dark and full of terrors. Empty

Here comes the hurricane


――――――-―• then she appears •――――-―――
« Ça va aller ? » La jeune fille n’avait pas prononcé le moindre mot depuis que les quelques autres gamins avec qui elle s’était disputée étaient partis. Il aurait pu la laisser aller à l’infirmerie toute seule, mais il avait tenu à l’accompagner. Il voulait s’assurer que tout ira bien pour elle. Il ne savait pas quel avait été l’enjeu de cette bagarre, mais il trouvait ça injuste que plusieurs gamins viennent s’attaquer à une seule fille. Certes, les tronches de ses agresseurs montraient qu’elle savait bien se défendre, mais quand même, il trouvait ça injuste. Elle n’était qu’en première année, elle aurait mérité de découvrir Poudlard autrement que comme ça. « Ouais, ouais. » Elle détourna le regard de cette façon qui semblait vouloir dire qu’elle voulait juste qu’il lui foute la, paix. Il laissa échapper un léger soupire. Il avait l’impression d’être en face de sa sœur cadette. Margaery était une jeune femme qui ne se laissait pas facilement faire et elle non plus, elle n’avait pas l’air d’apprécier l’aide qu’on pouvait lui apporter. Je peux me débrouiller toute seule ; il s’agissait de sa phrase préférée. Cependant, en grand frère attentif, il ne l’avait jamais laissée se débrouiller toute seule. Il préférait l’entendre râler plutôt que d’imaginer qu’elle puisse être en danger. Il tenait à sa petite sœur plus qu’à la prunelle de ses yeux, il n’y avait pas à en douter. Les frangins Martell étaient très proches, liés comme les doigts d’une main. Il n’imaginait pas sa vie sans elle. Il la voyait dans la façon que la rouquine en face de lui avait de détourner le regard, dans les quelques phrases sèches qu’elle lui avait servie pour le moment. Il revoyait sa petite sœur en elle et s’il n’était pas capable de laisser sa petite sœur dans ses problèmes, il avait cette même réaction avec cette jeune fille. Il ne la connaissait pas, il ne savait même pas son nom, mais, maintenant qu’il avait été témoin de ses problèmes, il se sentait incapable de la laisser patauger dedans. Il voulait l’aider. « Tu veux en parler ? » Elle soupira avant de rouler des yeux. Il voulait l’aider, mais elle n’y mettait pas du sien et pourtant au coin de ses yeux levés vers le plafond, il pouvait voir des larmes naitre, face à ça, il était incapable de partir. Il se leva pourtant du lit d’infirmerie sur lequel il était installé, afin de s’asseoir sur celui où elle était assise, il s’installa à ses côtés. « Je suis sûr que ça va s’arranger. » Il haussa légèrement les épaules avant de poser sa main sur celle de la jeune femme  tout en lui souriant. Enfin, elle posa son regard sur lui et il pu voir les larmes se décrocher du coin de ses yeux pour rouler sur ses joues. Toujours comme s’il s’agissait de sa petite sœur, il la prit dans ses bras pour la réconforter. Il fallait que ça s’arrange et, même s’il ne la connaissait pas, il aurait voulu lui promettre que si ça n’allait pas, elle pourrait toujours venir le retrouver. Elle pleura un moment, avant de se calmer enfin. D’un revers de la manche, elle essuya ses joues rougies. « Merci. » Il lui sourit encore une fois. « Il n’y a pas de quoi. Au fait, je m’appelle Ichabod Martell et si tu as besoin à l’avenir, tu pourras compter sur moi. » Il était grand temps de faire les présentations. Enfin, il vit un sourire se dessiner sur les lèvres de la jeune rouquine. « Daphné Greengrass. Merci beaucoup. » Maintenant, il se connaissait et malgré les quelques années qui séparés leurs deux âges, les différences qui marquaient leurs familles ou les maisons sans rapport dans lesquelles ils avaient été envoyés, elle était devenue ce jour, comme une seconde sœur à ses yeux.


――――――-―• you light up the path •――――-―――
« Tu crois que ça va s’arrêter un jour ? » Le sorcier laissa échapper un soupire. Il ne savait pas. Personne ne savait. Il ne faisait que s’efforcer d’y croire. Ça ne pouvait pas continuer  comme ça. Il attrapa la main de la jeune femme avec délicatesse avant de déposer un baiser dessus. Il releva la tête vers elle, un sourire accroché aux lèvres. « Bien sûr que ça va s’arrêter. » Il vint alors se rapprocher de la jeune femme pour la prendre dans ses bras. Ça allait s’arrêter et ils pourraient reprendre leur vie là où ils l’avaient arrêtée. C’était ce qu’il souhaitait de tout son cœur. Quelques temps avant que cette guerre n’éclate, il avait eu des projets, des rêves et cette maudite guerre était venue tout gâcher. Il avait encore, quelque part dans ses affaires, la bague de fiançailles qu’il avait achetée pour la jeune femme. Celle qu’il n’avait jamais eu l’occasion de lui passer au doigt puisque le ministère de la magie était tombé avant qu’il ait eu le temps de faire sa demande. Il ne voulait pas la faire dans ces conditions alors, la bague restait cachée au fond de l’un des sacs qu’ils avaient emportés avec eux. Ils étaient en fuite. Ennemis de l’état, ils n’avaient pas d’autre choix que celui de vivre reclus du reste du monde. Ils bougeaient sans arrêt et passaient leurs nuits dans une toile de tente. Heureusement, cette dernière avait tout le confort d’une tente sorcier, mais ce n’était pas leur appartement Londonien. Ce n’était pas la vie qu’ils avaient construite au fil des années. Ils s’étaient rencontrés dans les couloirs de Poudlard, des années plus tôt. Avec la vie qu’ils avaient à présent, il avait presque l’impression qu’il l’avait rencontrée dans une autre vie. Poudlard semblait être bien loin à présent. Trop loin sans doute. Il se souvenait pourtant de leur premier baiser dans les couloirs du château, de cet amour naissant qui avait fait battre son cœur plus vite qu’à l’accoutumé, ce brin d’amour qui n’avait fait que croitre au fil des années. Ils étaient ensemble depuis quatre ans maintenant. Ils étaient inséparables et il ne voulait même pas imaginer sa vie sans elle. A ses yeux, soit ils survivaient ensemble, soit ils mourraient ensemble. Il ne voyait pas d’autres possibilités. Il l’aimait de tout son cœur et s’il devait la perdre – option à laquelle il ne voulait même pas penser – il savait qu’il ne pourrait plus continuer. Elle était sa force, elle était son oxygène, indéniablement, au milieu de ce chaos elle était sa raison de vivre. La seule, l’unique alors que tout s’effondrait de jours en jours et que la guerre n’en finissait plus. Il croyait pourtant qu’elle s’arrêterait, que l’ordre parviendrait à gagner ; il y croyait pour ne pas sombrer, ne pas couler dans le désespoir. Tant qu’il était avec sa petite amie, ça semblait facile d’y croire. Il était aisé, à ses côtés, de rêver d’un futur meilleur. « Ça va s’arrêter et tout redeviendra comme avant. » Après un nouveau sourire, il déposa un baiser sur ses lèvres. Tout redeviendrait comme avant et enfin, ils pourraient avoir l’avenir dont ils rêvaient. « J’aimerai qu’après tout ça, ce soit encore mieux qu’avant. » La jeune femme sourit à son tour avant de glisser ses doigts derrière la nuque de son compagnon. « Ah ouais ? » Elle hocha la tête en signe d’approbation. « On pourrait s’acheter une maison, avec un petit jardin et pourquoi pas un chien. » Ichabod rigola légèrement avant déposer un nouveau baiser sur ses lèvres. « On fera ça alors. Une maison, un jardin, un chien. Peut-être des enfants. » Il haussa légèrement les épaules. Ils n’en n’avaient jamais parlé auparavant, ils étaient trop jeunes pour ça, il avait en tout cas, l’impression d’être trop jeune pour ça, mais il se voyait bien, plus tard, avoir des enfants. Plus tard, certainement pas maintenant au beau milieu de cette guerre, mais quand enfin elle cessera et qu’ils auront retrouvé un équilibre de vie, pourquoi pas. « D’abord le chien. » Il ne pouvait qu’approuver, après tout un chien, ça restait plus simple à gérer. « D’abord le chien. » Ils avaient, de toute façon, bien le temps de réfléchir à tout ça, au moins après tout ça. Pour l’heure, ils réfléchissaient surtout à comment faire pour survire, aux sortilèges de protection qu’ils devaient lancer sur leur petit campement pou s’éviter les soucis, aux risques qu’ile prenaient au quotidien. Leur esprit semblait toujours occuper, bien trop pour prendre de véritables décisions quant à l’avenir. Pour l’heure, le plus important, c’était d’essayer de faire en sorte qu’ils puissent le voir, leur avenir. Dans les faits, ça semblait malheureusement bien plus compliqué que ça en avait l’air. La guerre faisait rage et elle entrainait de nombreuses vies dans son sillage.


――――――-―• tear me apart •――――-―――
Emilia. Son prénom semblait être la seule chose qu’il gardait à l’esprit. C’était la seule chose qu’il voulait garder. Le reste n’avait dès à présent plus d’importance. Il sentait le sang dégouliner entre ses doigts et ses jambes n’avaient déjà plus la force de le porter. Depuis un moment maintenant, il était au milieu de nulle part, adossé contre un mur. Il allait mourir et même cette pensée ne semblait plus avoir d’importance à ses yeux à présent. C’était peut-être mieux s’il se vidait de son sang ici. A quoi bon continuer à se battre de toute façon. Il avait déjà tout perdu. Ils avaient déjà tout perdu. L’ordre du phénix avait perdu. La bataille de Poudlard avait été un cuisant échec et les mangemorts avaient eu le loisir de continuer à agir comme ils le faisaient depuis la chute du ministère de la magie. Les choses allaient en s’empirant et les jours passaient, les mois, les années et les choses ne s’arrangeaient pas. Au contraire, elles étaient pires, matin après matin. Le monde sombrait dans la folie et il semblait que plus rien, plus personne ne pouvait vraiment mettre un terme à tout ça. Il avait envie d’abandonner, de jeter l’éponge. A quoi bon continuer si elle n’était plus à ses côtés ? Elle avait été vendue aux enchères, comme un vulgaire objet de collection. Comme un accessoire à la mode clamait-on à travers ce monde qui avait perdu toute lueur d’humanité. Il n’y avait que les ténèbres à présent. Il ne voyait plus d’espoir, la lumière au fond du tunnel avait cessé de briller au moment où on lui avait retiré sa belle Emilia. Il souffrait trop à présent et pas à cause de cette plaie lancinante qui lui traversait le torse, cette morsure tellement profonde qu’il se vidait lentement mais sûrement de son sang, il avait mal parce qu’il avait perdu Emilia. Cette morsure, lui venait d’une mauvaise rencontre dans les bois, une autre, une de plus, encore et toujours la même rengaine, ennemi de l’état, ça ne s’arrêterait jamais. Il n’avait plus la force de continuer à se battre, ça durait depuis trop longtemps maintenant. Il voulait mourir là pour que tout s’arrête enfin, mourir et ne plus jamais avoir de regret, ne plus jamais souffrir. C’était une option qui semblait particulièrement agréable en cet instant. Voir les choses s’arrêter définitivement, ne plus voir ce monde qui se dégradait chaque jour, cesser enfin de rester accrocher à des espoirs complètement vains. Qu’il meurt ici et qu’on en parle plus. Personne ne remarquerait sa mort à présent, ils étaient tous préoccupés ailleurs, occupés à sauver leurs vies de cet enfer. Emilia elle-même ne le saurait jamais. Elle était condamnée à un bien truste sort, une véritable torture. Rebut, disait-ils. Elle avait été vendue comme un animal sur un marché, maintenant c’était un fou qui l’avait entre les mains et Merlin seul savait ce qu’il pourrait avoir l’idée de lui faire subir. Ils avaient tous, torture, crime ou n’importe quelle autre horreur et elle était entre leurs mains. Emilia, son Emilia. Il sentit ses muscles se crisper, sa main se refermer d’avantage sur sa plaie sanguinolente à tel point que ses ongles pouvaient pénétrer ses chaires à vifs. Il voulait mourir, il voulait que tout s’arrête, il voulait avoir la paix et en vue du monde actuel, la mort était le moyen le plus rapide de l’obtenir. Non, c’était trop lâche et il n’était pas lâche. N’avait-il pas été envoyé chez les poufsouffle ? Là où l’on retrouvait les gens les plus loyaux ? C’était le cas, il était loyal. Il ne pouvait pas l’abandonner. Emilia. Il devait la sortir de là. Il devait se battre pour elle, pour cet avenir dont ils avaient rêvé, pour toutes les promesses qu’ils s’étaient faites. Il devait se battre pour un monde meilleur, ce monde dont ils rêvaient tous les deux. Après, ils auraient encore mieux que ce qu’ils avaient pu avoir avant. Il avait encore la bague qui promettait ça quelque part. Il ne pouvait pas abandonner, pas maintenant, ni plus tard. Emilia valait la peine qu’il se batte pour elle. Il ne pouvait pas la laisser entre les mains d’un malade à l’esprit complètement déranger. S’il devait mourir, ce serait pour elle et non pas à cause d’un loup-garou croisé par hasard en plein milieu d’une forêt. C’était une force nouvelle qui coulait dans ses veines à présent, entre vengeance et folie, elle lui permit de se relever. Il était faible, il avait besoin d’aide. Il trouverait la force de se battre suffisamment pour trouver de l’aide, il n’en doutait pas une seule seconde, il semblait qu’il ne doutait plus de rien à présent. Emilia, Emilia, Emilia. Il n’avait plus que son prénom, son image, son parfum même, qui embrumait son esprit. Il allait la retrouver, il allait la sauver.

Revenir en haut Aller en bas
 

(im.) ☆ night is dark and full of terrors.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» IVAN ☩ night is dark and full of terrors
» [#6] Cause the night is dark and full of... Fantominus [Terminé]
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» land speeder dark eldar
» diverses questions sur les drop ns et les mob de moonshines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-