sujet; WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Wayland B. d'Anjou
feat dane dehaan • ©️ell

• nom complet ; Ils ne s'intéressent pas à la politique, et sont pourtant au centre des soirées mondaines. Trop français pour les anglais, trop anglais pour les français, les d'Anjou sont autant appréciés pour leur cuisine que traînés dans la boue pour leurs origines. Traités avec dédain dans leur pays d'origine à cause de leur installation en Angleterre, souvent mal vus en Angleterre par l'absence de soutien ouvert au gouvernement sang-pur. Et Wayland Bartholomew, nommé ainsi pour faciliter son insertion, ne semble pas pressé de montrer son allégeance au gouvernement.

• surnom(s) ; Il en a connu beaucoup durant son enfance, beaucoup moins depuis que la taille de son entourage se réduit comme une peau de chagrin. Certains sont toutefois restés, survivant inlassablement au passage du temps. Aujourd'hui encore, ses proches l'appellent d'avantage par Tolly que par son véritable prénom.

• naissance ; Sans doute faisait-il froid ce jour-là. L'été s'achevait, laissant place à un automne sûrement pluvieux. Beauxbâtons venait tout juste d'ouvrir ses portes, ce mardi 3 septembre 1977.  Et, située au nord, Paris n'échappait sans doute pas à ce temps merdique.

• ascendance ; Qu'importent les mystères, les racontars, et les médisants. son sang est pur, et n'a jamais été entaché d'une quelconque bâtardise. Ce sang porté en fierté par ses parents, et qu'il se doit d'honorer chaque jour de sa vie.  

• camp ; A-t-il eu un jour le choix ? Qu'aurait-il pu faire d'autre que de suivre son père dans cette lutte ? Jamais il n'aurait eu l'idée de quitter le sillon familial et choisir la voie des insurgés. Et puis, son affiliation au gouvernement et les responsabilités qui en découlent ne sont pas pour lui déplaire.

• métier ; Depuis toujours, il est l'hériter. Celui qui reprendra la tête de la chaîne familiale à la mort de ses parents. Formé dans ce but depuis la fin de ses études. Mais lui ne le veut pas, n'a aucune passion pour la cuisine. Et écoute vaguement ce que son père, déguisé en professeur, lui raconte. Trop préoccupé par un métier discret, inavouable et illégal, qui lui permet de vivre bien plus que confortablement. Trafiquant de drogues dit-on de lui. Lui se voit plutôt comme un habile commerçant opérant sur le plan international.

• réputation ; Fou, cruel. Inapte aux émotions humaines, incapable de respecter les normes sociales et les règlements. Ne pouvant s'empêcher de flirter avec la limite de l'acceptable, ne comprenant pas le principe de propriété et de vie privée. Les gens disent de lui qu'il est asocial, sociopathe. Et quelques rumeurs font mention d'un trouble psychologique profond, d'un dédoublement de personnalité. Mais lui le nie. Il ne fait qu'écouter les sages conseils de son ange gardien.

• état civil ; Occupé par son trafic, tiraillé par l'envie de se joindre aux insurgés, l n'a jamais été tenté par le fruit interdit, se persuadant lui-même que cela ne serait qu'une perte de temps dans sa recherche de la perfection. Éternel célibataire, il rend las son père. Car ce refus de se marier risque d'être lourd de conséquence.

• rang social ; La réputation de sa famille n'est plus à faire, et permet à ses parents de vivre sur un matelas confortable et des contacts partout dans le pays. Et bientôt, ces contacts seront siens. L'avenir des restaurants reposera sur ses épaules inaptes. Mais pour le moment, il profite de son statut d'élite, se contentant de vivre de la générosité de ses parents.

• particularité(s) ; Il ne dispose d'aucune particularité notable. Il ne maîtrise ni la legilimencie, ni l'occlumencie. Il n'est pas capable de parler aux serpents et encore moins de se transformer. Tout juste est-il capable de prononcer les sorts informulés. Ses particularités sont plutôt d'ordre psychologiques. Malade mental, sociopathe. Il n'attire l'attention que par ses crises de démence et cette voix qui lui dicte chacun de ses mouvements.

• patronus ; Il n'y a rien de pire que la mort. L'âme n'est qu'un conte qui se nourrit de la peur des enfants. Le baiser du détraqueur n'est pas l'horreur qu'elle est réellement à ses yeux. Il n'a jamais ressenti le besoin d'apprendre à lancer un patronus.

• épouvantard ; De ses ailes sombres, elle enveloppe le faible et le malade, l'attirant inexorablement vers une fin éternelle. Elle se veut douce et amicale, et pourtant lui connaît son véritable visage. Froide, cruelle, armée de sa faux tranchante. La Mort l'effraie, le cherche, et veut plus que tout l'attirer dans ses bras aussi séduisants que démoniaques.

• risèd ; L'hiver meurt, le printemps renaît, l'été rayonne, et l'automne se fane. Pourtant lui est toujours là, résistant aux caprices de la nature et aux avances de la Mort. Tenant entre ses mains la puissance absolue, celle capable de vaincre même la grande tragédie. Confiant sa propre vie aux mains d'objets inanimés et pourtant si puissants. Marchant sur les traces du Seigneur lui-même. Tenant d'une main l'objet le plus sombre et terrifiant du monde, un horcruxe. Et tenant de l'autre le trésor sacré de la nécromancie, la pierre de résurrection. Il ne veut pas rencontrer la Mort, et rêve de posséder les artefacts les plus puissants pour l'affronter, et la vaincre.

• animaux ; La mort les guette. Ceux assez fous pour se lier à lui, et le suivre où qu'il aille. Ils ne tiennent pas longtemps, et s'enchaînent comme on enchaîne les vêtements. Jetés dès lors qu'ils sont trop usés pour remplir correctement leur office. Peut-être qu'un jour, ce chat sans nom finira comme tous les autres. Offert en pâtures aux expérimentions familiales.

• baguette ; Le sorcier ne choisit pas sa baguette. La baguette le choisit. Il n'y croit pas un seul instant, et se moque totalement des interprétations que quelques fous donnent à l'objet. La sienne mesure trente-et-un centimètres. Taillée dans du bois de bouleau, elle abrite en son sein un ventricule de coeur de dragon. Mais ce ne sont que des matériaux, pouvant être changés dès lors qu'elle devient inutile.

.

• WIZARDS •
Inventé

The stars have faded away

► Avis sur la situation actuelle : La guerre est mauvaise pour les affaires, dit-on. Sa famille tient ce dicton pour ligne de conduite et a décidé de ne pas prendre à cette guerre. Inutile, pour eux, de perdre des clients ou de faire fermer leurs restaurants à cause d'une participation active au conflit. Ils se disent répugnés par l'attitude du gouvernement sur la vente des rebuts, jugeant cette loi cruelle et inhumaine, mais ne font rien pour renverser l'idéologie sang-pur. Une idéologie qui a participé à leur montée en puissance depuis l'avènement du Lord, et qui leur permet aujourd'hui encore d'attirer de plus en plus d'adeptes. Mais ils ne le soutiennent pas, trop apeurés de voir le peu de soutien français encore existant disparaître en même temps que leurs restaurants et leur siège social. Le cul entre deux chaises, ils naviguent tant bien que mal, tendant de ne froisser ni les uns, ni les autres, se contentant seulement de cuisiner et proposer leurs plats.

Mais tout est différent pour Wayland. Il n'a jamais suivi le chemin emprunté par ses parents et, même s'il profite de son rang d'élite au sein de la société magique, il répugne totalement le marché des rebuts. Des esclaves, devant supporter les humeurs de maîtres pires que lui. Pas plus qu'il ne comprend la traque acharnée de ceux qui s'opposent à ce système. Tout en lui lui dit qu'il doit participer aux combats, affronter les mangemorts, les tuer. Son pays a ordonné à tous ses sujets de revenir. Lui est resté avec sa famille, mais pour des raisons différentes. Bien loin des cuisines, il veut être sur le champ de bataille, détruisant cette société corrompue qui ne donne du pouvoir qu'aux plus hypocrites.

► Infos en vrac : Durant son enfance, peu de temps après la découverte de cette maladie, Wayland a été diagnostiqué comme souffrant d'un trouble de la personnalité multiple. Il possède également plusieurs signes d'un comportement sociopathe. Tolly a possédé de nombreux animaux au cours de sa vie -chats, hiboux et même un chien- qui ont tous connus une mort violente et inexpliquée. Il n'aime pas la cuisine, et se force afin de plaire à ses parents.  Il cherche inlassablement le moyen de créer un horcruxe. Pour lui, l'âme n'existe pas. L'amour est un sentiment futile, qui fragilise. Malgré cela, il voue un amour profond, presque maladif, pour ses sœurs. Il voit d'un mauvais œil le mariage entre son aînée et un pro-mangemort. Wayland a des tendances révolutionnaires, mais ne se lance pas ouvertement en guerre par respect pour ses parents. Il consomme très peu de drogue, suffisamment peu pour ne pas en devenir dépendant. Il est incapable de garder son calme plus de quelques minutes, et s'enflamme très rapidement.


Nothing compares to you

• pseudo & âge ; strun, 22 ans. • comment as-tu trouvé le forum ? j'étais déjà là il y a quelques temps, mais un enchaînement de soucis m'ont enlevé le temps et la motivation pour continuer à rp. je m'excuse d'ailleurs de ne pas avoir pu poster mon asence rougit  • ton avis, tes suggestions ; tuons les traîtres.  :russe:  • connexion ; aussi souvent que je le peux. • quelque chose à ajouter ? content de revenir ! pompom




Dernière édition par Wayland B. d'Anjou le Ven 2 Jan 2015 - 16:19, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty

Here comes the hurricane


――――――-―• i hear voice in my head •――――-―――
Un souffle, un simple murmure. Qui lui intime un ordre aussi limpide qu'autoritaire. Et le pauvre garçon se contente d'obéir, aveuglément, aux ordres de cet homme à la voix grave.  C'est sa première fois, et il n'y prend aucun goût, à la manière d'une première cigarette. Il n'aime pas ça, et l'expression de dégoût sur son visage en est une preuve flagrante. Les supplications de la victimes n'y changent rien, il est à présent trop tard pour faire marche arrière, pour résister à cette voix intimidante. Pour ne pas céder face à la pression qui lui soulève le bras, la baguette dirigée vers cet homme qui n'a eu d'autre malheur que d'en vouloir un peu plus que prévu. Quitte à tenter de le voler. Lui. Une erreur grossière, qui lui coûte la vie. Peut-être est-il tout simplement tombé au mauvais moment, au moment où Wayland tombe dans l'une de ses crises. L'une de ces crises où la raison n'existe plus, où la morale n'est qu'un lointain souvenir, et où seules sa violence et sa folie peuvent s'accorder dans une danse macabre. Debout devant l'homme recroquevillé,  le jeune Tolly reste d'apparence impassible, le toisant de haut. Maintenant un visage fermé, froid, calme. Alors qu'au fond, il est tout le contraire. Bouillant, comme un volcan prêt à entrer en éruption, prêt à laisser échapper toute sa fureur destructrice. Le blond n'a jamais connu pareil délice, pareille excitation. Il aime cette sensation, celle de tenir entre ses mains la vie et la mort de quelqu'un. Cette impression d'être, l'espace d'une seconde, Dieu en personne. Aussi féroce qu'implacable, aussi puissant que la Mort elle-même.

« Avada Kedavra. » Le sortilège impardonnable fuse, touche sa victime de plein fouet. Et le français reste immobile, le regard fixé sur la chute du corps dorénavant sans vie. Aucune trace de remord, ou de tristesse, ne se lit sur le visage du sorcier. Rien ne laisse transparaître sur son état d'esprit. Il Lui a encore obéi, une nouvelle fois, sans aucun moyen de résister à ses mots. Ces mots qui lui indiquent qu'il s'agit d'un mangemort, et que son corps doit disparaître. Avant d'être retrouvé. Avant que l'enquête ne mène les mangemorts jusqu'à lui, jusqu'à sa famille. Avant que ses sœurs ne soient mises en danger par un acte stupide et irréfléchi. Un acte intimé par Lui.

La nuit est sombre ce soir-là. La lune, masquée par les nuages, éclairent faiblement les bois. Suffisamment pour que personne ne voit ce jeune homme se balader, capuche sur la tête, avec une forme étrangement humaine sur l'épaule. Et personne n'est là pour entendre le souffle accéléré du sorcier alors qu'il creuse une tombe à la façon des moldus. Personne non plus pour le voir jeter le corps du malheureux, puis y mettre le feu. Ces flammes qui continuent de se nourrir de la chair et des vêtements, tandis que la terre commence petit à petit à couvrir la peau calcinée.


――――――-―• family is everything •――――-―――
Des larmes, des pleurs. Et cette impression qu'un univers s'effondre, oppressante, implacable. Le laissant seul, sans réellement savoir quoi faire. Sans réellement savoir comment aider, comment la sortir de cette spirale dont elle est victime. Alors qu'elle même se cache, honteuse de sa situation, honteuse de subir les effets d'une maladie moldue. Tout comme lui, qui cache à tout le monde ses troubles psychologiques. Qui ne parle de Lui à personne, pas même à ses propres parents. Et, surtout, qui lutte chaque jour pour ne pas subir une nouvelle crise en présence de sa sœur. Sa cadette. Sa poupée. Ce soir-là, l'autre lui a hurlé de la laisser comme ça, traînant dans sa propre faiblesse. Mais il n'a pas pu le faire, n'a pas voulu le faire. Il pourrait abandonner n'importe qui à son sort. Il pourrait facilement laisser une femme mourir dans la rue, sans sourciller, et continuer son chemin l'esprit serein. Mais elle est la seule à qui il ne peut pas faire ça, pour qui il peut mourir. Charline a toujours été la favorite de leurs parents. De son frère également. Rejeté comme toute sa famille par une sœur aînée trop volatile, voulant s'éloigner de sa famille pour vivre de sa peinture. Les laissant, eux, à la merci de l'ambition familiale. Laissant la cadette souffrir silencieusement de cette maladie qui lui ronge le corps. Qui l'affaiblie, qui lui intime l'ordre de ne pas manger. De recracher tout ce qu'elle avale de force.

Et Wayland semble le seul à pouvoir l'aider, à pouvoir partager son secret. Pourtant, cette voix lui dit encore et toujours de la laisser. L'amour est une faiblesse dit-il. L'amour peut tuer même les plus vaillants guerriers. Il peut pervertir même le plus sain des esprits. Et est toujours l'élément déclencheur des guerres. N'est-ce-pas par amour pour leur liberté et l'égalité que les insurgés ont déclaré la guerre au gouvernement ? Si. Et pourtant il est incapable de passer par-dessus, de la laisser comme ça. Jouant des relations de ses parents, qui seront un jour siennes, trouvant un remède pour la sortir de cette situation. Prenant bien plus soin d'elle que ses parents. Veillant à sa nourriture. Pour la première fois de sa vie, Tolly se sent responsable. Pour la première fois, il ignore Ses ordres et Ses avertissements. Car pour elle, il est prêt à tout. Même à désobéir à son ange gardien, quitte à provoquer son courroux.


――――――-―• impossible isn't a french word •――――-―――
La vie éternelle. Un rêve pour tous les hommes, moldus ou sorciers, devenu obsession pour lui. Elle l'effraie autant qu'elle le fascine. Et l'attire, inexorablement, jusqu'au jour où elle finira par l'envelopper de ses bras aussi tendres que froids. Ce jour, il le redoute. Tente de le repousser par tous les moyens imaginables. Jusqu'à se renseigner sur les méthodes les moins imaginables. Sur les horcruxes, des artefacts aussi sombres que les ténèbres, capables de maintenir à la vie celui capable de les créer. Au prix de son âme. Mais qu'est-ce l'âme, si ce n'est une fable. L'amour est fort, il protégera ton âme de la damnation dit-on. L'amour est une faiblesse, l'âme une utopie. Il n'existe rien après la mort, si ce n'est le néant absolu. Et rien n'est pire que la mort. Il n'a jamais cru aux histoires sur les détraqueurs, capables d'extraire l'âme des gens. Non, ils tuent, tout simplement. Et parviennent de leur magie à conserver le corps, pour mieux effrayer les imprudents. La Mort est son pire ennemi, et les horcruxes sa bouée. Celle qui lui permettra de vivre éternellement, sans se soucier des méfaits du temps ou de la magie.

La magie la plus noire. La plus sophistiquée, la plus puissante. Et comme tout, elle a un prix. Il a passé des années à s'informer sur le sujet, à voyager pour en apprendre plus sur cette magie capable de vaincre la faucheuse. Et pour sauver sa vie, il sait qu'il doit en effacer une autre de ce monde. Et, surtout, n'avoir aucun remord à le faire. Mais quelque chose manque, quelque chose qu'il ne saisit pas et qui lui échappe à chaque tentative. Tout peut fonctionner, de l'objet inanimé à l'être vivant complexe. Pourtant, aucun des objets qu'il a utilisé n'a changé. Rien n'est apparu, rien n'a disparu. Un vase reste un vase, malgré le meurtre commit de sang-froid. Et par moment, il se prend à perdre espoir. Peut-être est-ce finalement un autre conte, raconté pour discréditer la magie noire et montrer toute sa cruauté. Mais au fond de lui, il sait qu'ils existent, et qu'il peut en faire un. Seule manque la finalité du sort, qui lui échappe encore et encore. Mais rien n'est impossible, et sa quête ne prendra fin qu'avec la réussite. Ou la mort.


Dernière édition par Wayland B. d'Anjou le Sam 3 Jan 2015 - 2:36, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Dane + Travers gaah yeux
Choix de malade. I love you panic
Bienvenue et bon courage. yeah
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Bienvenue à la maison I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Dane est cool. Re'bienvenue donc !
Et bonne chance pour ta fiche. mg
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Welcome potte
T'es mignon pour un Travers What a Face
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Bienvenue ! hug (Ton avatar... tbe )
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Bienvenue parmi nous jeune Travers ! (ton avatar envoie du pâté mon cher...)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
REBIENVENUE chou si tu as une question, tu connais la maison nu minikr
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

WBA • No great mind has ever existed without a touch of madness

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» Men ki jan 2 kou deta fini ak Haiti/GREAT LEADERS OF THE CENTURY: ARISTIDE, MAN
» The Great American Bash - 28 juin 2009 (Résultats)
» PEACE OF MIND ► SOA
» Shawn Michaels Vs Eddie Guerrero Vs The Great Khali

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-