sujet; [Mission #1] Memories of the future [Beatrix]

Invité
Invité
[Mission #1] Memories of the future [Beatrix] Empty
Jamais Lazarus Carrow ne cessait de travailler. L'adversité ne le voyait jamais plier, parce qu'il était dans sa nature profonde de combattre. Personne ne vous donnait aucune putain de chance dans ce monde, personne ne voulait l'écouter, et bien soit, il l'acceptait, et il avait décidé de faire plier le monde de force. Lazarus Carrow adoptait une attitude de défi terrible. Peut-être parce qu'au départ il était mal armé pour se défendre face à cet univers violent, il avait compris et accepté les règles du jeu, qui inlassablement, l'avaient taillé à leur image. Il ne regrettait strictement rien et restait cet homme sans regrets, sans scrupules, sans compassion, mais jamais sans intelligence. Le sourire qu'il avait était étrange. On aurait dit qu'il était incapable de monter jusqu'aux yeux, et dans ceux ci brillaient invariablement, si ce n'était pas du défi, de la haine ou de la tristesse. La provocation à deux balles, la colère, cela faisait partie de l'école Lazarus Carrow. On avait voulu l'abattre, détruire sa famille, on lui avait fait du mal. Il était triste, triste à en crever, la douleur qu'il avait passait près du cœur, il la sentait avec une puissance immonde, il la ressentait tous les jours, et il en voulait au monde entier d'avoir mal et voilà pourquoi il leur faisait payer à tous, cette rage et cette tristesse et même la honte de n'avoir pas sauvé son père. Il n'était pas le meilleur des hommes. Mais eux ? Étaient-ils meilleurs ? Quel âge avait-il en 76 ? Vingt ans, peut-être ? A peine mieux qu'un gosse...on avait calculé la peine qu'on pouvait faire à un enfant. Tant de honte sans vomir. Tant de honte sans périr.

Et il travaillait à éliminer ses bourreaux. Cela le laissait épuisé, mais il le faisait. Enchainant les discours rassurants pour défendre les taxes et blâmer les insurgés, il continuait dans une logique du tout sécuritaire, dictatoriale à souhait. Cela ne suffisait pas pour enrayer la contestation, même le Magister devait parler lui aussi. De son coté, Lazarus avait été chargé de faire quelques discours à l'étranger pour mater par la peur toute tentative de révolte...il n'était pas tout à fait sur qu'ils s'y soient pris de la bonne manière, peut-être qu'ils auraient du le laisser parler lui, Carrow, pour être rassurant avec le peuple – tout terrifiant qu'il soit il le restait moins que Voldemort – et de laisser le Lord faire peur à leurs alliés étrangers. C'était sa vision des choses, mais comme il était bon dans les relations étrangères, il faisait ce qu'on lui demandait, soldat sans visage, marchant toujours sous le ciel rouge. Sa vie entière rentrait dans une valise, qui appartenait à l'ami d'un ami, et il voyageait encore et encore.

Maintenant, il était rentré, mais alors qu'il devait déjà faire son rapport, le Maitre décida de lui confier une nouvelle mission. Lazarus ne contesta pas, il ne contestait jamais, il faisait. Quand bien même il était au bord de l'épuisement physique et nerveux, les jointures de ses mains serrées sur la poignée de sa valise, blanchies par la douleur. Quand bien même c'était sa petite fille, à qu'il aurait voulu épargner la vision du sang et des larmes – même s'il n'en prenait pas le bon chemin depuis sa naissance – que le mage noir lui assignait comme partenaire. Il avait toujours fait ce qu'il fallait pour que tout fonctionne, pour la Victoire. Lazarus Carrow était capable de tous les sacrifices. Les scrupules ne faisaient pas partie de sa manière d'être. Ils étaient absents de la mentalité familiale depuis trop longtemps déjà, de toute façon.

Les ordres claquèrent, sévèrement, concis. Une vélane qui avait prononcé une prophétie, son mari mort sur l'Ile de Man pour la libérer de toute emprise. Déterminer comment le mari était mort, revenir dans le temps pour l'empêcher de mourir, le torturer au besoin pour en apprendre le plus sur la prophétie. Il n'y avait plus qu'à s'incliner et partir.

Le vent soufflait sur l'Ile lorsqu'ils arrivèrent. Il faisait vraiment un sale temps, et aucun d'entre eux ne semblait avoir envie de parler. Leur espion disparut aussitôt qu'ils arrivèrent, les laissant seuls face à une maison glaciale et un cadavre. Manifestement, un sang mêlé, ça se voyait à la télévision qu'il possédait. Sur le bureau, un revolver chargé. Lazarus ouvrit le barillet. « Pas une balle ne manque...il ne voulait pas se louper, je suppose. » Ce qui l'inquiétait plus c'est que le type serait armé s'ils revenaient dans le temps, sans compter qu'il aurait une baguette à sa disposition et qu'il s'en servirait. « Il a donc utilisé autre chose...Potion ? » Lazarus n'était pas un bon potionniste, ses résultats à Poudlard étaient navrants. Il commenta : « C'est toi la meilleure d'entre nous pour déterminer ce qu'il a pris, je crois. » Après, il faudrait partir, le temps passait vite. Trop vite. Avec un léger sourire, Carrow songea que c'était bien la première fois qu'une de ses missions consistait à sauver une vie.


Dernière édition par Lazarus G. Carrow le Jeu 15 Jan 2015 - 10:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[Mission #1] Memories of the future [Beatrix] Empty
Lazarus&Beatrix

❝ "Do not fall in love with me," She'll warn you in the sweetest darkness, right before the brutal honesty of dawn, after your bodies melded together, and yout breaths matched the thumps of your hearts. ❞
Un oiseau à qui on avait coupé les ailles. Il les avaient coupés, avec un sourire en plus, comme si t'handicaper ainsi était un cadeau, le mieux pour toi. Tu l'avais encore de travers dans la gorge, n'arrivant pas à lui pardonner sa gourmandise. Tu n'avais même pas la chance de dire oui ou non, tu étais foutue. Le seul choix que tu avais c'était de te sauver. Et si tu osais une trahison du genre, tu serais recherchée, comme si du jour au lendemain tu aidais les insurgés. Le travail était le seul endroit où tu avais un peu de liberté. Et encore, c'était quand le directeur des raffleurs vous donnait un peu de temps pour respirer, ce qui était très rare. Il était le centre du monde et ses missions étaient toujours la fin de celui-ci. La fatigue et la lassitude pesaient sur toi. Pourtant ta journée était loin d'être terminée. Au contraire. Une missive de ton père te fît comprendre que le Lord t'avais choisie pour aider ton père, ce traître, dans une mission. Même si aucune marque ne reposait à ton bras, tu savais pourtant que tu ne pouvais pas refuser. Comme chaque fois qu'il était question de ton père et de ses mangemorts, l'autorité suprême, tu en avais marre. Pourtant tu savais que ce n'était pas que ta réputation qui pesait sur tes épaules, pas non plus unique celle de ton père, c'était celle de ton fiancé et de tous ses gens comme vous, tous les hybrides, les demie et semi vélanes, tes propres enfants. Tout tes actes, bon ou mauvais, auraient une répercussion.

Tu avais rejoins ton père, sage petite fille, toujours obéissante, mais pas moins effrontée, enragée. Le Lord donnait ses ordres, vous assignant les positions que vous deviez prendre, petits pions sur son jeu d'échec. Ton père était la violence dont il avait besoin, toi, sa manipulation, son charme. Ton père le savait bien, qu'un jour tu lui serais utile, tu leur serais utile, et ce n'était qu'un début. Tu écoutais attentivement, enregistrant les informations avant qu'on n'annonce votre départ. Tu n'attrapais même pas le bras de ton père, transplanant toute seule, comme une grande fille, pour une fois. L'île de Man, très loin de Londres. Cet endroit glacial avec son vent emmêlant tes cheveux, même si aujourd'hui, tu t'en fichais. Tu n'avais pas à être jolie pour papa, trop fâchée pour l'être de toutes façons. Devant vous, la maison, seule en haut de la colline, abandonnée. Quelques pas plus loin, vous étiez sur la scène du crime. Tu t'approchais du cadavre, mort depuis assez longtemps. Pourtant, l'odeur de la mort était là, encore bien présente malgré la froideur du corps que tu t'approchais pour examiner. Ton père, de son côté avait remarquer autre chose sur le bureau alors que tu relevait ton regard sur lui. « Pas une balle ne manque...il ne voulait pas se louper, je suppose. » Tu hochais doucement de la tête, pas si convaincue de l'hypothèse. « Peut-être qu'il voulait être certain que personne ne le retiendrais... » Une hypothèse inquiétante, surtout pour vous. Ton regard se posait de nouveau sur le pistolet. Te demandais si apporter le flingue avec vous dans le passé pourrait vous aider. Est-ce que le sorcier mort en serait dépossédé puisque vous lui aviez dérober dans le futur ? Tu n'en savais rien, il t'aurais fallu Draco, même si tu n'aurais jamais cru penser à lui pour t'aider, surtout avec les nouvelles réglementations de son département. « Il a donc utilisé autre chose...Potion ? » Tu t'agenouillais près du cadavre pour chercher des traces de ce qu'il aurait utiliser pour se donner la mort. Un flacon, un verre, une corde ? : « C'est toi la meilleure d'entre nous pour déterminer ce qu'il a pris, je crois. » Rampant doucement vers le bureau, y trouvant un flacon que tu approchais doucement de toi. Pas besoin de l'approcher d'avantage de ton visage pour sentir l'odeur repoussante semblable à de l'urine de chat. Tu te relève, attrapant de quoi essuyer tes mains, tout en observant le sang qui tâchait encore les dents du cadavre.

« De la ciguë. Avec soit de l'anémone ou des feuilles de mélilots pour accélérer le processus. La mort par ciguë est lente et douloureuse, mais les saignements internes sont plus rapides, l'agonie est moins longue. »

Des mots si lourd sur une langue si tendre, dans une si jolie bouche.  Le regard que tu posais sur ton père était pourtant froid, dépourvu de l'amour et l'admiration que tu avais pu lui porter autrefois. Tu ne savais pas vraiment si savoir comment l'homme était mort vous aiderait. Qu'importait. Tu voulais en finir et rapidement, tu n'y prenais pas plaisir. Tu contournais le cadavre, attrapant le pistolet pour le glisser dans ta poche. Tu n'en avais jamais tenu un avant, mais tu n'étais pas moins ignorante concernant son fonctionnement.

« Bon, on retournes ? On ferait mieux de sortir, non, ou encore de se cacher quelque part dans la maison ? » Proposais-tu, ne sachant pas laquelle était la meilleure option, ne sachant pas comment vous alliez agir. D’abord l'empêcher de boire le poison, ensuite le torturer pour avoir des informations sur sa femme, sa trajectoire, sa cachette. Parce qu'au final, il pourrait boire la potion après, sauf si vous ne le tuez avant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[Mission #1] Memories of the future [Beatrix] Empty
Ignorer les cadavres, et éviter les pièges pour ne pas en devenir un soit-même. C'était une des règles adoptées par Lazarus Carrow pour survivre et jusqu'à là ça lui réussissait plutôt bien. Bien sur, parfois, il y avait des ratés, des erreurs, mais cela restait marginal et facile à corriger. Le mangemort ne pensait jamais qu'il pouvait se planter, c'était ça, pour lui, la mentalité des vainqueurs, faire le meilleur plan possible et réussir, quoiqu'il en coute. Il n'y avait pas de défaites pour Lazarus, il n'y avait que des obstacles et les obstacles, il pouvait les surmonter, tous. La défaite, il l'avait connue, une fois, lors de la mort de son père, mais ça, plus jamais il ne voulait le revivre, c'était fini, et de toute façon, il ne pouvait plus rien perdre. Il était seul, le dernier des derniers. Personne ne pouvait l'aider. Il était seul et il fendait la foule, une foule haineuse et envieuse qui n'attendait rien de lui sinon d'avoir le droit de se foutre de sa gueule. Mais Lazarus Carrow crachait à la face du monde avec insolence et sans faillir.

La plupart des sang-purs se battaient parce qu'ils avaient peur, mais ce n'était pas dans le caractère du mangemort, ça, il ne savait pas faire. Cela supposait une certaine dose d'inconscience, évidemment, mais en réalité, c'était un état d'esprit entier tourné vers le combat, vers la victoire. On tentait de lui faire peur, de le réduire à néant. On tentait de le faire taire. Et bien non, ça ne marchait pas, et il allait le prouver, encore et encore, jusqu'à qu'il n'y ait plus aucun ennemi devant lui ou jusqu'à ce qu'il en crève. Ce n'était pas de la peur, ce n'était même pas de la haine, c'était de la rage. Lazarus Carrow avait eu peur lorsque son père était mort, il avait été triste aussi. Mais la tristesse et la terreur n'étaient pas de bons moteurs. C'était la colère, une colère permanente qui lui permettait de survivre. Elle était si profondément ancrée en Carrow qu'elle dictait sa vie depuis des années, elle conditionnait tous ses actes, jusqu'au moindre de ses gestes. Du plus banal au plus grave.

Et même encore aujourd'hui. C'était sa plus fidèle alliée, sa plus vieille alliée. Lazarus ne se rendait pas compte que la rancoeur l'isolait, qu'il devenait de plus en plus aigri. Il ne voyait que les conséquences : ce regard là, de la part de Béatrix, il ne pouvait pas le supporter, il fallait qu'elle comprenne. Et se remettre en cause, se dire qu'il agissait pour une vengeance qui était dépassée, finie, vide de sens depuis longtemps, ne paraissait pas admissible au sous-secrétaire d'Etat.

« C'est Barty Crouch Sr qui a condamné mon père au baiser du Détraqueur. »
Il semblait s'adresser plutôt au cadavre qu'à sa fille. « Il n'a pas survécu un an à l'exécution de la sentence. Il avait ce même regard vide, à la fin, le même que ce type là. » Il releva les yeux vers Béatrix. « J'avais juré à ma mère de le venger. J'ai tenu ma promesse. Ils nous ont détesté, durant toutes ces années, ils disaient que nous étions fous et qu'ils valaient mieux que les Carrow, qu'ils avaient réussi à condamner, et maintenant, maintenant, ils veulent revenir en grâce. Et pour le faire, ils n'ont pas eu le choix...il a fallu plier devant nous, devant toi. L'humiliation suprême. J'ai vengé mon père. Tu as vengé ton grand-père. » Il fit une pause, assez longue. Le silence était pesant, et il était probable qu'elle ne lui pardonnerait pas. Il essayait, pourtant. Jamais il n'atteignait la perfection, mais il essayait. Les échecs de Lazarus Carrow, en tout cas, le convainquaient un peu plus chaque jour que seuls l'argent et le pouvoir étaient fiables en ce monde. « Il aurait été fier. Maintenant, tu connais l'importance que j'accorde à la vie conjugale. » Des clopinettes. Il ne l'obligerait à être une épouse modèle. Ni une fille modèle. Lazarus aurait été mal placé pour ça. Il sourit vaguement.

Et revint à la mission qui leur était confié. Poison violent, et balles de revolver, un cocktail détonant qui promettait de mauvaises choses pour la suite. Il fallait qu'ils s'y mettent de toute façon. Tout programmer, concrètement, et puis y aller, pour de bon cette fois ci. « Nous avons un retourneur de temps, utilisons le. Le but est d'arriver avant qu'il ne prenne le poison...combien de temps met-il à agir ? Si nous pouvons le coincer juste avant, ce sera parfait, il n'aura pas le temps de réagir et de changer ses plans. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[Mission #1] Memories of the future [Beatrix] Empty
Froide. Calculatrice. Il n'était pas ton père, il n'était plus ton père. Pas depuis la trahison dont tu avais été la victime. Tu n'arrivais toujours pas à comprendre comment il avait pu te faire cela. Ton père, celui que tu aimais tant, que tu admirais alors qu'il préparait ta propre exécution, dans l'ombre, dans ton dos. Tu voulais simplement en terminé. Parce qu'avoir une mission avec lui était plus souffrant que d'en avoir une avec qui que ce soit d'autre, même si, auparavant, vous aviez prouvé être une équipe merveilleuse, travaillant dans le même élan rageur. Tu n'avais plus cette passion aujourd'hui, plus cette envie qu'il soit fier de toi, qu'il embrasse ton front en te disant que tu étais la meilleur, que tu le serres en sachant qu'il croyait en toi, qu'il te faisait confiance et que c'était magnifique. Un confiance assassiné, comme ce stupide cadavre empoisonné par ses soins, par l'amour trop grand d'une vélane, d'une bête qu'il n'aurait jamais dû aimer. Tu étais prête à partir à passer à autre chose, mais il fallait qu'il règle cela, qu'il soulage sa conscience, qu'il en parle, qu'il se conforte dans le pire choix qu'il avait fait dans son existence. « C'est Barty Crouch Sr qui a condamné mon père au baiser du Détraqueur. » Semble-t-il dire au cadavre, tandis que tu te retournes vers ton père. Tu le savais. Tu le savais très bien ce qu'il avait fait, ce qu'ils avaient faits. Il l'avait dit, redit et le redisait encore aujourd'hui. Un disque grinçant qui tournait, encore, encore et encore, même s'il n'y avait plus de musique accompagnant les tours. « Il n'a pas survécu un an à l'exécution de la sentence. Il avait ce même regard vide, à la fin, le même que ce type là. » Ton regard passes du mort à ton père, qui te regarde. Tu n'es pas moins froide. Pas moins touché par ce grand-père que tu n'as jamais vraiment connu. « J'avais juré à ma mère de le venger. J'ai tenu ma promesse. Ils nous ont détesté, durant toutes ces années, ils disaient que nous étions fous et qu'ils valaient mieux que les Carrow, qu'ils avaient réussi à condamner, et maintenant, maintenant, ils veulent revenir en grâce. Et pour le faire, ils n'ont pas eu le choix...il a fallu plier devant nous, devant toi. L'humiliation suprême. J'ai vengé mon père. Tu as vengé ton grand-père. » Tu le regardes. Tu le détestes. Tu les détestes tous, tous ses sangs purs, tous ses hommes et toutes ses femmes bourrés d’orgueil. T'as envie de pleurer, de courir vers la forêt, de courir, de t'y perdre, t'y retrouver, à genoux, dans la terre, tu serais reine. Le silence lourd pesait sur vous. Tes bras croisés sur ta poitrine, tu ne savais plus comment lui dire que tu le détestais, toi qui l'avais tant aimé. Plus peut-être que ses deux autres enfants. « Il aurait été fier. Maintenant, tu connais l'importance que j'accorde à la vie conjugale. » Pourtant, il ne savait pas l'importance que la famille Crouch y accordait, cette famille dont tu faisais désormais partie. Constantin t'avais menacée. Faudrait-il que tu te fasses torturer jusqu'à ce qu'il s'en lasse, pour que tu ais la paix, que tu puisse aimer comme bon te semblait, comme ton père semblait s'amuser avec des gamines de ton âge. Le sujet changea pourtant sans vraiment que tu ne puisses y ajouter quoique ce soit. « Nous avons un retourneur de temps, utilisons le. Le but est d'arriver avant qu'il ne prenne le poison...combien de temps met-il à agir ? Si nous pouvons le coincer juste avant, ce sera parfait, il n'aura pas le temps de réagir et de changer ses plans. » Tu hoches simplement de la tête. Sort le médaillon que tu portes dans ton cou, t'approches doucement de ton père. Tu prend le revolver, le fou dans la poche de sa cape, ce sera lui le méchant sorcier, pas toi, il portait mieux ce masque que toi.

« Quelques minutes seulement, avec le cocktail, je dirais que la mort aurait été constatée après maximum dix minutes. » Calcules-tu approximativement. Vous verrez bien, en remontant le temps, son corps se relever, partir, le poison recraché. Tu passes la corde du médaillon autour du cou de ton père, annonce le voyage. « Remontons jusqu'au matin, un peu après le départ de sa femme, enfin, supposons. Et quand on en arriva finit, on peu aussi aller foutre une balle dans la tête de Crouch, si ça peut m'éviter un mariage. » Rages-tu avant d'enclencher le processus. Le temps se ravalant de lui-même sous vos yeux, le soleil défaisant son chemin, les heures se renouvelant. Vous reculez jusqu'à vous en étourdir. Tu tentes de te concentrer, d'oublier les Crouch et ta proposition probablement impossible. Lorsque tu arrêtes le voyage, le soleil est à peine levé. Un porte claque. Tu serres le pendentif et tu sors ta baguette, aux aguets. Dès que l'homme, bien vivant, arrive devant vous, tu lances les hostilités.

« Experlliarmus ! » Ton sort le rates. Attaqué, l'homme tente de se défendre également, mais heureusement son sort te rates. La rage te prend, ta fierté aussi, qui se gonfle. Tu ne veux pas échouer, pas devant ton père. Tu te laisses envahir par la rage, celle qui pourtant n'est pas assez puissante et qui s'entrechoque avec ta nature. « ENDOLORIS ! »  Ce sort, ce putain de sort qui fonctionne jamais avec toi. Il tombe à la renverse, mais sans pour autant se plier de douleur. T'abandonnes, tu pourra jamais devenir un cruel mangemort. La panique te prend pourtant alors que tu appelle au secours. « PAPA ! » Ce mot résonne avec dégoût contre ta langue, contre ton torse qui tremble de rage, de peur, d'échec. Bordel. Heureusement que le sort n'as pas fonctionné, sinon tu ne donnerais pas cher des restes de cet homme.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[Mission #1] Memories of the future [Beatrix] Empty
Sa fille. C'était sa fille, et il ne les laisserait pas lui faire du mal. Personne. Il lui en faisait peut-être lui même, mais Lazarus Carrow ne s'en rendait pas compte, il remplissait ses objectifs, il était loyal envers lui même, envers ses promesses, envers sa famille. Le privilège de la détruire en essayant de la sauver lui appartenait pour toujours et cela ne changerait jamais réellement, quoi qu'il fasse. Il ne s'en rendait même plus compte, comme il ne s'était jamais rendu qu'il ne s'était pas relevé à la mort de son père, contrairement à ce qu'il croyait. Il pensait être debout, il pensait avoir réussi. Mais sa vie n'était qu'une longue descente aux enfers, incroyablement percutante et impossible à éviter. Il ne pouvait rien faire, il ne pourrait jamais rien y faire. Il aurait fallu qu'il réalise, mais il ne savait pas qu'il était à l'origine des catastrophes et du désamour qui se produisait et qui déchirait les Carrow. A tout vouloir gagner, il était en train de tout perdre et les reproches s'accumulaient encore et toujours. Il ne pensait pas que Béatrix pourrait un jour devenir son ennemi, et pourtant c'était le cas. Alors il fallait qu'il s'accroche, qu'il essaye, cependant. Même devant ce ton si glacé et terrible, il ne renoncerait pas. « Ecoute moi. Si j'ai fait une erreur, si je me suis trompé, dis le moi. Maintenant. Je réglerais ça. » Les Crouch n'étaient personne. Une petite famille de bourbistes qui s'accrochait à son petit pouvoir mesquin. Ils pensaient passer entre les mailles du filet. Mais lui n'oubliait ni ne pardonnait rien. « S'il te menace, s'il te touche, je le tuerais. » Que lui importait les conséquences. Jamais il ne laisserait personne le séparer du dernier enfant qui ne le haissait pas. D'une fidelité constante, Lazarus l'était : il se fichait éperdument des conséquences. D'autant plus qu'il avait loyalement averti Constantin.

Ils remontèrement le temps, et rapidement, l'homme fut devant eux. La femme n'était pas là, pas encore, pas encore, pas maintenant, mais l'instinct était là : elle fut là avant même qu'il ne puisse faire quoique ce soit. Pressentiment ? Pas le temps de savoir, il fallait la tuer, mais déjà Beatrix lançait le combat et l'homme répliquait. « Pas elle ! » Il voulut répliquer, trop rapidement, en informulant un sort. L'homme en profita pour contreattaquer, et Lazarus détourna le sort, sans plus attendre pour réattaquer. « Endoloris ! » Mais la vélane se jeta sur lui à ce moment là, détournant son attention. Le sort échoua de nouveau. Il ne pourrait pas lutter contre la femme. « Occupe toi d'elle, je me charge de lui ! » il ajouta froidement. « Elle, je la veux vivante. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
[Mission #1] Memories of the future [Beatrix] Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

[Mission #1] Memories of the future [Beatrix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» kimitori, la future mangaka
» [UploadHero] Rambo II : la mission [DVDRiP]
» Entre mission de sauvetage et opération d'infiltration
» Rapport de Mission
» Mission: Les documents secrets du bourgmestre [Privé ---> Lucy]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Trésors rpgiques
-