sujet; [EVENT #2] it's a revolution i suppose

Invité
Invité
[EVENT #2] it's a revolution i suppose - Page 4 Empty
it's a revolution i suppose




Come, let the revolution take its toll

« Marcus ! » Je ne réponds pas à l’appel de mon prénom. Je ne me retourne même pas pour voir qui m’interpelle. Je m’en fous. Il faut que je sorte Aliss d’ici. Que je la mette en sécurité. Rien d’autre n’importe. Je ne suis même pas certain que ce beuglement m’est destiné. Et je n’ai pas de temps à perdre pour le découvrir. Je continue de pousser les gens. Sans me soucier de leur identité. Avant que quelqu’un s’agrippe à mon bras. Et me coupe dans mon élan. « Drôle d’endroit pour un type comme toi. » Je finis par reconnaître ce fou. Auquel je tenais il y a longtemps. Encore petit adolescent naïf et stupide. Qui s’est accroché. Encore et encore. Avant de me rendre compte que son cas était irrécupérable. Condamné par une maladie moldue. Justification de ses actes qu’il ne cherche pas à assumer. Je ne réponds pas. Prêt à emmener Aliss loin de ses crises. Mais il insiste. Avant que je puisse faire un autre pas de plus. « Tu fais quoi ici avec elle ? » Je l’entends à peine. Avec l’agitation. La foule. L’exaltation déplacée. Mais sa question me parvient quand même. Tel un bourdonnement à mes oreilles. Je sais qu’il n’aime pas l’idée de la savoir avec moi. Il me l’a clairement fait comprendre. Avant même nos fiançailles. Ça m’importe peu. Il m’a fallut peut-être trop de temps. Mais Wayland n’est plus mon problème. La haine a finit par s’envoler. Pour laisser place à l’indifférence. Je n’ai de toute façon pas le temps pour ses enfantillages. Il préfère la laisser un peu plus longtemps dans cette situation dangereuse ? Est-il si insensible ? Au point d’ignorer la sécurité d’Aliss ? Quel stupide gosse il joue encore. Il ne changera jamais. Son esprit tordu et cassé doit l’en empêcher. Le rencontrer au milieu de ce désordre ne me surprend même pas. Accro au chaos. Dérangé. Littéralement. « Casses-toi de là Tolly. » Je dégage mon bras de son emprise. « J’emmène ta sœur loin de ce piège. A moins que tu préfères discuter et laisser la foule la mettre en danger ? » Un mouvement de masse près de nous m’oblige à bouger. Et nous sépare. J’en profite pour nous éloigner de Wayland. Ma main toujours liée à celle d’Aliss me permet de ne pas la perdre. Pendant que la foule s’agite un peu plus. « AUJOURD'HUI C'EST À L'ELITE DE PAYER ! » Les cris se répètent. Alors que je parviens à nous sortir du plus gros de la masse. « Je n’arrive pas à transplaner. » Putain mais qu’est-ce qu’on fiche ici ? Pourquoi on n’est pas parti avant que ça dégénère ? Une vitre se brise près de nous. Les éclats de verre se répandent sur le sol. Alors qu’à quelques mètres de là, j’aperçois Roman tomber. Inerte dans les flammes. J’aimerai courir après son assassin. Mais avec Aliss impossible. Je ne peux pas l’abandonner là. Alors quoi ? Retrouver Wayland et la laisser avec lui ? Impossible aussi. Je n’ai pas confiance. Je sors ma baguette de la poche. Au cas où. J’ai été assez stupide pour ne pas la prendre plus tôt. « Tu devrais la sortir aussi Aliss. C’est plus prudent. »

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[EVENT #2] it's a revolution i suppose - Page 4 Empty


Des siècles, par Merlin, que mon séant ne s’était posé à même le manche d’un balai. Et si mon appréhension quant à l’opération tacite achève d’amuser Malfoy guigné tout à ma droite, je n’en demeure pas moins déterminé. Convoyage derechef saisi et enfourché, je ne peux m’empêcher de pester quant à l’improvisée mission qui m’incube. Quelle folie, cette fois encore, s’était emparée de ma pauvre carcasse ? Quelle névrose pour me susurrer pareille idée, moi qui ne sais plus même gouverner un foutu sceptre de bois ? La patrouille et cohorte aériennes permettraient une emprise plus forte sur tous ces débordements, pour sûr, à supposer qu’aucun de nos sbires ne finissent gueule encastrée aux pavés de Londres. C’est qu’aucun sort ne saurait prévenir de la chute ou d’une gaucherie patentée, mais qu’il me faille malgré tout placer suffisamment de confiance en chacun de ces chiens. Difficile labeur, que de s’en remettre aux autres, lorsque la Damoclès redoutée vacille tout au-dessus de sa propre nuque. Ma nuque de fieffé Marqué.

Ne dit-on pas du vol qu’il est une doctrine magique qui ne s’oublie jamais vraiment ?
Ma foi. Il vaudrait mieux pour nous.

Un pouffement éclot dans la trachée comme je mire la risette frondeuse étirer les traits de Draco. « Tu plaisantes Blondie ? » dégoisé-je alors, en réponse à la boutade avisée. « Je vivais et respirais quidditch avant même que ton crâne ne soit voilé de cette toison chatoyante. » Je raille pour détendre l’atmosphère, serres crochetées à ma nouvelle locomotion, puis m’élance, talon autoritaire frappant la glèbe de plein fouet. Lévitant enfin, je ne tarde pas à darder mes prunelles sur les collègues et suiveurs alentours. « Ayez rejoint vos postes avant les dix prochaines minutes. À mon signal, formez l'escadron. Brigade, c'est en défense que vous nous serez le plus utile. D'ici là, pas de sauvetage, pas de débordement, nous nous occuperons des indésirables une fois le dôme et les barrières anti-transplanage levées.  »

Dernier regard. Dernières inclinaisons de têtes en signe d’approbation. Et à ma barbaque de s’élancer, soudain, vers mon propre point d’observation érigé plus haut. Depuis les toits, je conçois que les repérages nous apparaissent plus prospères, même si plus approximatifs. En les ruelles que je surplombe, le peuple geint sa mélopée saumâtre. Sang et larmes se mêlent aux lamentations répugnantes et plus que l’émeute irritant mes tympans déjà contrariés, c’est l’idée d’arriérés Insurgés s’immisçant en le carcan de l’Élite qui me taraude. Les proches. Les amis. La famille. Où sont-ils ? Parviennent-ils à fuir en des mansardes plus sûres ou survivent-ils seulement aux beuglements et agressions primitives les acculant ? J’imagine la charpie dégraissée sur terre à mesure que j’élève mes propres barrières-geôlières autour du domaine. Jamais tout à fait déconnecté, j’inspecte nonobstant les horizons à la recherche d’étincelles et manifestations adverses, relai d’inspections qui ne manque d’ailleurs pas heurter mon perchoir de choix. Tous les recoins de la capitale sorcière cernés et encerclés, compatriotes ancrés à leurs propres postes d’avant-garde, il ne me reste bientôt plus qu’à lancer l’ultime hostilité.

Ainsi d’une menotte se voulant sanglante et ambitieuse, je dégaine une seconde fois la baguette criminelle et inspire, concentré. Une ou deux secondes s’écoulent, à peine, avant que je ne me décide à clamer « MORSMORDRE ! » d’un bras tendu vers les cieux devenus sombres. D’instinct, la Marque symbolique jaillit sur l’encre marine, serpent expié du goitre squelettique monstrueux, et ce sont les décibels aux quatre coins des rues assaillies par les sauvageons qui menacent de faire imploser chaque vitrine marchande. La crainte insufflée à même l’air inspiré, et pourtant, nos entreprises ne s’arrêtent pas là.

Le dôme céruléen érigé. Les statues de pierre ravivées.
Je suis presque sûr d’avoir l’adrénaline perfusée au sang lorsque je fends l’air de nouveau.
Direction l’esclandre.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[EVENT #2] it's a revolution i suppose - Page 4 Empty
Les cris étaient certainement le plus dérangeant. Très vite, les ordres avaient été donnés dans un calme olympien, comme si la situation ne sortait pas de l'ordinaire. Il était vrai que les temps étaient durs et que les grondements du peuple résonnaient de plus en plus aux oreilles du Magister qui en plaisantait à la moindre occasion. Perché sur son balai, Theodore ne tarda pas à se poser sur le toit grisonnant d'une maison victorienne et put ainsi observer l'ensemble de la scène. Il dut plisser les yeux pour reconnaitre certains sorciers mais nul besoin de se concentrer pour voir Roman Travers se faire attaquer sauvagement par un type grisonnant. Il ne put s'empêcher d'ouvrir les yeux grands comme des soucoupes en voyant la lame s'abattre sur le cou du chef des rafleurs. Finalement, lui qui était de mauvaise humeur à l'idée d'être relégué à la brigade aérienne, se sentait soudain soulagé d'être si haut perché, inaccessible, laissant les pions avancer en premier.

Il jeta un regard vers Maksim, positionné quelques toits plus loin, lorsqu'il lança la Marque qui déchira le ciel de plus en plus ombrageux. Theodore laissa un sourire se dessiner sur ses lèvres, satisfait de voir la supériorité du Lord et de ses fidèles, rempli d'orgueil à l'idée d'avoir choisi le meilleur camp, celui des vainqueurs. La Marque eut l'effet escompté puisque bientôt, une majorité de sorciers au sol leva les yeux pour apercevoir avec horreur les mangemorts qui les surplombaient. Presque inconsciemment, Nott bomba le torse et jeta un regard dédaigneux aux autres, ceux d'en bas. Sans savourer plus longtemps sa position, le brun commença à lancer les sortilèges de protection, ceux destinés à bloquer la zone, à supprimer toute issue.

Son balai fermement collé à sa main, Theodore prit un instant pour assister à la panique générale qui s'emparait de la foule désormais prise au piège. Dans la ruelle qu'il surplombait, il vit un malheureux tenter de s'enfuir en courant mais aussitôt eut-il passé la limite fixée par les sortilèges des mangemorts qu'il avait disparu, effacé de la surface du globe, comme le lâche qu'il était et dont on ne se souviendrait pas. La technique était plutôt intéressante pour supprimer les individus et Theodore se prit à réfléchir à un moyen d'utiliser ce genre de sort autrement, en tant qu'effaçeur il aurait un potentiel fou à faire disparaitre ses cibles grâce à des charmes de protection. Sans plus attendre et alors que les soldats de pierre appelés par ses comparses s'élançaient, Theo chevaucha son balai comme il l'avait fait de nombreuses fois lorsqu'il était à Poudlard avant de fendre l'air droit vers la foule. Dans sa descente, il aperçu Draco dont les traits tirés exprimaient tout à la fois le dégoût de ces pauvres gens en bas mais également une certaine joie de pouvoir entrer en action.

Une fois descendu à une hauteur raisonnable, c'est-à-dire pas assez bas pour pouvoir être touché du premier coup ni trop haut afin de pouvoir viser correctement, le jeune Nott tenta de repérer les opportunistes, les insurgés présents dans un seul et unique but : répandre le désordre et ébranler le Magister. Du moins tentaient-ils de semer le trouble et de déstabiliser le Lord, sans grand succès jusqu'ici. Repérant certains visages placardés, Theodore prit un malin plaisir à lancer des Inlusio Carcerem précis pour voir ses victimes piégées et soudainement angoissées au milieu de la foule, tandis que les sorciers, autour, s'éloignaient en courant, redoutant de subir le même sort.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[EVENT #2] it's a revolution i suppose - Page 4 Empty
Elle te serre contre ses bras, tu ressens un soulagement de la voir saine et sauve, elle remarque tes blessures, mais ce n’est pas urgent à tes yeux, elle prend tout de même le temps de poser un sort pour t’aider à guérir les plaies moins profondes. Tu es habitué à la douleur cela ne te dérange pas. Lorsqu’elle te dit de les suivre, tu hésites un instant, à tu vraiment envie de prendre part à tout cela avec les mangemort, elle connait tes opinions sur la question. Elle se reprend et te demande au moins de te mettre en sécurité, mais il est hors de question que tu la laisses seule avec cette foule enragés. « Je ne te laisserais pas ici Susanna! » Tu la sermonnes que légèrement, tu préférais qu’elle prenne la fuite avec toi, qu’elle soit en sécurité, mais tu ne laisseras pas ta cousine seule face à cette foule avec de simples mangemort inconnus pour la défendre. Ils établissent alors un plan, surement inutile rendu à ce point, mais il transforme l’épouvantail mangemort pour lui donner l’allure d’un rebelle, d’un insurgé. Tu vois le changement, mais semble ne fonctionne pas comme ils l’espéraient.

Le ministère à laissé tomber son peuple, peut-être que la cause de tout ça est les insurgés certes, mais le gouvernement n’a pas non plus démontrer beaucoup d’empathie envers la classe moyenne. Ils ont crevés de faim c’est dernier mois, ils saccagent tous pour montrer leur fureur, le centre-ville gronde sous le feu, la rage, le sang. Tout ces évènements de dépasse et un simple chasseur de loup-garous ne viendrait surement pas à bout de quoi que ce soit. Sans doute que seul le « maitre des ténèbres » pourraient arriver à les calmer. Il devrait se montrer, que ce soit pour calmer les choses à la manière douce ou dure. Le connaissant il tuerait sans doute plusieurs de ces gens, enfants compris, il n’a aucun remords face à de tels crimes. Ne sachant trop comment faire, tu essais d’aider la troupe qui entoure ta cousine, bien que tu n’aimes pas prendre partie normalement et que tu prônes la neutralité. D’autre membre des mangemort se joint à vous, donc cet homme beaucoup trop vieux qui lance un sourire et un clin d’œil à Sue, non mais voir que c’est le moment de jouer le séducteur? Tu ne le connais pas, mais à voir ses habit, il travail au même endroit que Susanna.

Puis tout devint sombre, les mangemort venait d’ériger un dôme, un dôme afin d’éviter d’avoir sans doute plus de gens, plus de casse et sans doute que plusieurs insurgés s’était mêlée aux activités du peuple pour semer la rage et la discordes. Tu regardas la marque squelettique apparaitre sur les cieux. Tu savais que bientôt tout se terminerait, sans doute dans un bain de sang. Une guerre de pouvoir, une guerre qui n’en finissait plus et les gens qui l’avaient débutés allaient sans doute regretter leur choix. Tu regardas cette foule, des enfants encourager par leur parents à manifester et tu sentis une énorme angoisse envers ce qui allait bientôt arriver. Les mangemort reprenaient peu à peu le dessus et ils n’étaient pas reconnus pour être clément.

Voilà la seule fois dans ta vie où tu avais honte de l’endroit où tu te tenais, certes tu aidais les mangemort pour ta cousine, mais de devoir attaquer ses gens, de devoir prendre parti, tu n’appréciais pas, toi qui avais la chance d’être de l’élite, tu ne connaissais pas leur tourment. Sans doute aurais-tu été avec eux si tu mourrais de faim, le courage des partisans s’amenuisait peu à peu en voyant la marque sur le ciel, en voyant l’issu du combat qui était sans doute jouer d’avance, certaines femmes prenaient déjà leur enfant et essayait de prendre la fuite, se réfugier à l’abris considérant surement qu’il valaient mieux être en vie affamé que mort.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[EVENT #2] it's a revolution i suppose - Page 4 Empty
Il n'aurait jamais pensé que la journée aurait pu prendre une telle tournure. Encore au ministère lorsque l'alerte avait été lancée, il n'avait pas hésité avant d'y répondre, rejoignant son frère ainsi que d'autres mangemorts rejoints par les raffleurs pour discuter du plan d'attaque. Car attaque il y aurait, nulle question de se considérer comme les assiégés dans cette histoire sordide. Ce n'était qu'une perte de contrôle, qui coûterait cher à ces écervelés. Ou alors à eux-même, s'ils ne parvenaient pas à satisfaire le Lord comme il le souhaitait. Posté sur l'un des divers toits surplombant la rébellion, il écoutait d'une oreille attentive la fureur de la foule. Il resserra sa prise sur son balais, phalanges blanchies sous l'effort alors que son regard glissait sur son frère, immobile près de lui, avant de ne dériver vers les autres mangemorts et collaborateurs prenant places ici et là. Ils étaient les renforts aériens, pseudos chevaliers venant refaire justice comme il se doit, sous les ordres de leur seigneur. Impassible comme à son habitude, il regardait l'amas d'âmes rageuses qui se propageaient dans les rues de Londres. Un groupe divergeait de la masse, mais il ne s'y attarda pas plus que ça, pas tout de suite, se concentrant plutôt sur le cœur de la haine, où un feu de colère brûlait littéralement, fauchant Roman Travers près de celui-ci. Fronçant les sourcils, il lève ensuite sa baguette, suivant le mouvement de ses confrères pour jeter les sortilèges, piégeant les rats dans leurs cages pour mieux les exterminer le moment venu. La Marque pu alors prendre la place qui lui revenait dans le ciel, imposante, inspirant terreur au peuple. Quelques cris résonnent alors qu'il s'imagine les visages se redresser vers eux, esprits vengeurs. Il laisse l'adrénaline, ce goût sirupeux du pouvoir lui brûler les veines, savourant les réactions. Qu'ils tremblent, puisqu'ils ne semblent pas réaliser à qui ils osent s'attaquer. « Londres est menacé, faites donc votre devoir envers notre Maître : protégez les citoyens décents et éliminez l’ennemi. » que scande Draco et il en fait de même sans tarder, mimique le sort pour faire s'élever les gargouilles tout près d'Ypsös et lui.

Il ne lui reste plus qu'à les rejoindre dans les airs, escadron de messagers sombres. Il pince les lèvres et regarde à nouveau la foule. Il se demande s'il reconnaîtra quelques visages ici bas. Sans aucun doute et cette simple certitude fait germé cette graine d'hésitation qu'il s’efforce d'écraser sans remord. Pas question de fléchir ni de se laisser distraire sauf si c'était nécessaire. Seulement, l'idée le trouble, la possibilité de retrouver son visage. Émilia ne pouvait pas être assez stupide pour se foutre dans un tel merdier. Il espérait qu'il en soit autant pour Nhÿx et Susanna, avec de la chance, elles seraient restées sagement chez elles ou dans un endroit sûr. La mâchoire tendue un bref instant, il regarde de nouveau son petit-frère « Prêt ? » qu'il demande simplement, même s'il connaît déjà la réponse. Aucune confirmation n'était réellement nécessaire, mais il insiste quand même à ajouter « tu me donneras une cigarette quand on aura terminé » puis prend place sur son balais et dans les airs, rejoignant la formation. Les jours où il était plus à l'aise étaient loin derrière lui et ce n'était pas étonnant de se dire qu'il n'était pas du genre très balais comme moyen de transport. Ça ne voulait pas dire que ça poserait un quelconque problème avec la tâche qu'ils devaient accomplir. Suivant les autres mangemorts, il fondit vers la foule, se contentant de jeter de simples Stupefix et Expulso précis en avant-goût. Après tout, ce n'était que le commencement.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
[EVENT #2] it's a revolution i suppose - Page 4 Empty
Welcome to the stomach of nature, where we are
all swallowed up and you can either crawl out or rot.
this is primal ; this is not poetic