sujet; (etl) and everything ends.
MessageSujet: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:00

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty
Emilia Tuder-Lewis
feat shelley hennig • soapflaws

• nom complet ; emilia est ce prénom qui résonne nettement au fond de son esprit, se répercute dans les racines les plus profondes de son passé ; tuder-lewis est le nom de ses propriétaires, deux sorciers aigris et amers, qui parfois la regardent avec véhémence, indifférence, froideur ; ne lui laissent guère le choix, ils l'ont transformée grâce à un sortilège, ont fait d'elle leur fille, unique héritière qui ne fera guère disparaître leur lignée, qu'ils traitent cependant comme une marchandise. maisler est le nom de ses parents, l'origine du sang qui coule dans ses veines, l'ombre du passé dont elle ne se souvient plus.

• surnom(s) ; on ne lui donne plus guère de surnom, parfois on la regarde avec un simili-respect quand on l'appréhende comme la fille d'une grande famille. d'autres fois, ses propres parents, ne daignent même pas l'appeler : son nom est tombé dans le néant parfois, le silence pur et dur. il y avait un temps, à poudlard, où certains l'appelaient emi et où ce petit signe affectueux la berçait de douces illusions.

• naissance ; originellement, elle est née un treize octobre, dans la petite ville anglaise de wembley où ses parents ont tous les deux grandi dans un monde on ne peut plus moldu. la modification de ses souvenirs a effacé tous les souvenirs qu'elle avait de wembley, cette petite banlieue où elle a grandi, et de ses parents ; aujourd'hui, emilia tuder-lewis est née dans le domaine familiale, dans la plus grande tradition sorcière.

• ascendance ; se cache en elle la tare, la responsabilité horrible d'être une sorcière née-moldue ; ayant été vendue en rebuts à une famille de sang-mêlée, aujourd'hui emilia est persuadée d'être leur fille, et donc une sorcière de sang-mêlé : malgré cela, les tuder-lewis restent une généalogie importante, qui, grâce à sa richesse et à son renom, peut aujourd'hui prétendre à se mêler à certaines familles de sang-pur - c'est pour cela qu'ils ont cherché une héritière afin de perpétrer leur nom aux yeux de tous.

• camp ; originellement, elle était dans son propre camp, et dans celui de l'homme qu'elle aimait, ichabod - ensemble, ils défiaient toutes les lois du monde, fuyaient comme des parias et ne vivaient que l'un avec l'autre. à présent, les choses ont bien changé, victime de son lavage de cerveau, emilia ne garde qu'un souvenir hostile d'ichabod, homme qu'elle doit bannir de sa vie, et elle fait preuve d'une allégeance exemplaire envers le nouvel ordre, bien qu'il l'effraie grandement.

• métier ; avant la guerre, emilia comptait rejoindre la banque sorcière de gringott's afin de voyager au loin dans des contrées magiques et découvrir des choses ; aujourd'hui, tout ceci n'est plus qu'un lointain souvenir flouté - sa nouvelle famille voulant garder toute leur influence sur elle, emilia n'a aucun emploi, si ce n'est celui de suivre une ligne de conduite exemplaire et calculée, pesée. sa mère lui dit que les femmes ne doivent pas travailler, mais s'occuper du foyer, garantir l'excellence de la lignée.

• réputation ; le gouvernement n'a vu en elle qu'une marchandise bonne à vendre : emilia maisler existe toujours, quelque part dans leurs dossiers poussiéreux. même si les tuder-lewis l'ont effacée pour la remplacer par une autre personne, à même de suivre leur ligne de conduite et faire survivre leur famille, aux yeux du gouvernement, elle reste une née-moldue qu'ils ont eu la bonté de ne pas tuer, mais de vendre comme esclave.

• état civil ; emilia est célibataire, présumée à se fiancer très vite ; pourtant, elle n'a aucun prétendant ce qui l'amène parfois à se questionner avec acharnement. pourtant, dans son autre vie, elle vivait un amour parfait, sans ombre et sans nuage avec ichabod, elle était tout pour lui, il était tout pour elle ; maintenant, il n'est qu'une image d'une vie idéale qu'elle compte avoir avec un fiancé au sang noble.

• rang social ; elle est une rachetée, depuis quelques temps "adoptée" par une famille tout aussi complexe que froide ; emilia n'a aucunement conscience qu'elle n'est pas leur fille, tous ses fondements ayant été modifiés par un sortilège complexe. elle reste persuadée donc, d'avoir une excellente réputation au sein du monde magique, et les efforts des tuder-lewis à cacher la vérité ont réussi à faire d'elle quelqu'un de très respecté et prisé.

• particularité(s) ; elle est une sorcière ordinaire, presque banale, quoique aujourd'hui reconnaissable par une cicatrice blanchâtre qu'elle garde de sa capture, des sortilèges qu'on lui a jetés alors qu'elle tentait de se défendre : dans sa tête, cette cicatrice n'a aucune explication aujourd'hui, mais elle reste une marque grandiose de la survivance de la jeune femme qu'elle avait été à une époque.

• patronus ; son patronus est une immense louve, plus grande que les espèces naturelles que l'on peut croiser dans le monde moldu.

• épouvantard ; c'est aujourd'hui son reflet dans le miroir, qui n'agit pas comme elle, semble se débattre, saigner, souffrir ; une âme au regard noir, profond et torturé, le cri de sa vie d'antan qui remonte à la surface, et qu'elle fuit plus que tout.

• risèd ; jeune, emilia se serait vue avec un chapeau d'aventurière, à parcourir le monde sans jamais s'arrêter, des tonnes et des tonnes de souvenirs de ses voyages avec elle. puis quand elle a rencontré ichabod, elle a parfois vécu avec l'impression que le miroir du risèd ne reflèterait plus rien de nouveau pour elle, que tout bonheur était enfin à sa portée. aujourd'hui, emilia tuder-lewis se verrait au bras d'un homme grand, blond, bienveillant ; une montagne d'or derrière eux, et le signe éternel d'un monde magique enfin équilibré, sans guerre et sans risque.

• animaux ; côté moldu qui est ressorti, emilia n'a jamais eu de chouette, ou de crapaud : elle a un chien, jumanji, qu'elle a recueilli lorsqu'elle avait dix-neuf ans et avec qui elle a toujours eu une relation privilégiée. elle n'a aujourd'hui aucun souvenir de l'animal, pourtant parfois elle se surprend à frissonner quand elle saisit un aboiement.

• baguette ; elle est faite dans un bois d'épicea, symbolique d'un esprit vif ; la baguette a pour cœur une plume de phénix unique et d'un bleu profond. mesurant vingt-neuf centimètres, fine et agile, souple et loyale, elle a perdu de son efficacité depuis qu'emilia a "changé" bien malgré elle.

• miroir à double sens; caractéristiques (pour les insurgés uniquement) voir explications.

ENSLAVED • INVENTÉ

The stars have faded away

► Avis sur la situation actuelle : résiste en Emilia une part d'elle-même, étouffée par l'oubli, qui est une née-moldue orgueilleuse, accrochée au souvenir de ses parents désormais décédés. Emilia Maisler n'a eu de cesse de lutter, se battre pour ses convictions : elle a fui avec acharnement, a combattu les ennemis qui se mettaient sur sa route - parfois, elle s'est crue prête à devenir un monstre dans un monde toujours plus noir ; mais la situation l'a rattrapée, et l'injustice a pris le pas sur sa vie. Quand elle était encore pleinement consciente de sa situation de future vendue, dans sa cellule à Azkaban, la sorcière n'a eu de cesse de résister, les poignets en sang à force de lutter, l'épuisement noyant son esprit.

Et tout a basculé, fille de bonne famille, Emilia Tuder-Lewis, le voile qui cache la vérité, a ces souvenirs de haine viscérale envers les nés-moldus, ceux qui ont semé le chaos dans le monde de la magie - les impurs, qui effacent peu à peu la pureté du sang magique. Une part d'elle voudrait simplement que la guerre s'arrête, l'autre cherche désespérément à purifier son héritage afin de redorer le blason de sa famille, défaire de leur amertume ses parents, qui n'ont jamais vu en elle autre chose qu'une éternelle survivance d'un sang-mêlé, pollué par des moldus depuis des générations. La situation actuelle est nécessaire, se plait-elle à croire, enfermée dans son petit monde bien loin des atroces préoccupations qui hantaient son autre vie ; Emilia sait que purifier le monde aujourd'hui, permettra aux générations futures d'être plus nobles, plus fortes et plus pures - c'est l'héritage des siens, de ses ancêtres qu'elle compte défendre coûte que coûte.

► Infos en vrac : EMILIA MAISLER a toujours eu une âme de garçon manqué, contrairement aux autres petites filles, elle disait toujours ce qu'elle pensait sans détour : à Poudlard, il a semblé tout logique qu'elle s'intéresse plutôt au Quidditch qu'aux bavardages "inutiles" des demoiselles dans les couloirs découvrir le monde de la magie a été comme un rêve d'enfant se réalisant : lorsqu'elle avait onze ans, il n'y avait que l'euphorie qui avait bercé ses illusions. Jusqu'à ce que tout se complique : irrémédiablement, un fossé s'était créé entre elle et ses parents, les amis d'enfance qu'elle avait toujours eus, et qui étaient hors de son monde à présent - car à Poudlard, il a parfois été difficile pour la petite fille de se faire des amis elle a toujours aimé les chiens, les adore littéralement, et avait un lien très profond avec Jumanji, l'animal qu'elle a adopté des rues de Londres dès qu'elle a terminé ses études à Poudlard. Emilia a ce côté très loyal, fidèle, responsable qui rappelle cet animal, elle a toujours lutté coûte que coûte pour ses convictions, quitte à se faire des ennemis. Bornée, têtue, elle a toujours été quelqu'un qui ne lâchait jamais la faire, sa ténacité l'a d'ailleurs bien souvent aidée. le désespoir l'a cependant souvent envahie ; lorsque la guerre a commencé à faire rage, défaite de ses points de repère, éloignée de ses parents, Emilia a bien souvent senti le pessimisme s'emparer d'elle : c'était comme si toutes ses convictions s'envolaient aussitôt qu'elle n'était pas confrontée au risque ou au danger. A quoi bon continuer, se disait-elle, tandis que le monde magique tombait de plus en plus dans les ténèbres. Seule dans sa cellule à Azkaban, elle a nourri une profonde haine pour le monde de la magie, l'injustice grondant au fond de ses entrailles en pensant à tout ce que Poudlard lui avait fait perdre, ce monde qui était venu la chercher dans sa vie tranquille, pour finalement la punir des années après. petite fille, Emilia est tombée d'un arbre où elle avait grimpé avec des copains, elle s'est entaillée le genou, il lui a fallu des points de suture, elle en garde donc une cicatrice. Bien petite cependant, en comparaison de celle qui lacère son dos, impérieuse dans chaque jour de sa vie, qui, à Azkaban, lui avait rappelé sans cesse sa captivité, l'irrémédiable fin à laquelle elle allait être confrontée. quand bien même elle ait, depuis toute petite, aimé tout ce qu'elle découvrait au sein du monde magique, Emilia n'en restait pas moins une petite fille agitée, plus encline à grimper partout qu'à rester assise sur une chaise à écouter un professeur parler : ainsi, elle n'a jamais été très bonne dans ses classes d'un point de vue théorique, mais a toujours manié parfaitement bien la baguette ; intuitive, instinctive, farouche, elle s'est bien souvent retrouvée à improviser lors de duels, mais reste une adversaire redoutable qui ne recule devant rien bien qu'anglaise de naissance, fille d'une anglaise et d'un londonien, Emilia n'a jamais aimé le thé, qui est pourtant le breuvage phare du pays ; elle a toujours préféré le café, et n'avait de cesse de grimacer à Poudlard lorsqu'on lui servait des mets qu'elle ne connaissait pas, et n'appréciait donc pas. Goûter l'inconnu n'a jamais été quelque chose qu'elle aimait faire, ainsi, elle a toujours préféré se raccrocher aux friandises et autres plats moldus plutôt que goûter ceux du monde magique. Seul le Quidditch, semblait gagner son cœur par rapport à tous les sports du monde moldu, si ce n'est le rugby, qu'elle a toujours regardé avec beaucoup de passion.

EMILIA TUDER-LEWIS se souvient, petite fille, des longues heures qu'elle passait, assise dans la bibliothèque de son père, à lire des ouvrages parfois bien trop complexes pour elle : on la disait brillante, appliquée, douée d'un incroyable talent pour comprendre les choses aisément. La magie a toujours été très facile à comprendre pour elle, qui a toujours grandi dedans, les potions, la métamorphose et l'arithmancie ayant toujours été des arts dans lesquels elle a excellé. Ses résultats aux examens de Poudlard, font sa fierté, elle est une digne héritière des siens. l'esprit patriotique l'a toujours animée, tout comme elle a toujours habité son père, Abraxas Lewis, membre du Magenmagot au caractère froid et impérieux ; le rêve de la jeune femme avait, aussi loin qu'elle s'en souvienne, de suivre l'exemple de ce grand homme, toujours déterminé à défendre les droits des sorciers, et protéger le monde de la magie face à la menace des moldus. il a toujours été inculqué à Emilia comment être une bonne femme de maison dans la tradition sorcière : tout comme sa mère, elle a appris à être présentable, à gérer le foyer d'une main de maître avec les elfes de maison, et ne surtout jamais rien laisser au hasard. Emilia est donc une excellente danseuse, qui connait les moindres pas de la valse sorcière, et autres danses inventées au cours des siècles, malgré les années qui passent, les Tuder-Lewis ont toujours été de ces puristes, faisant survivre les traditions ancestrales, sans jamais comprendre l'intérêt que certains pouvaient avoir pour le monde moldu, qu'ils trouvaient attardé à souhait. La jeune femme ne connaît donc rien du monde moldu, elle s'en fiche complètement, et n'y met que rarement les pieds. il n'y a rien qu'Emilia préfère plus que les livres de l'histoire de la sorcellerie, elle pourrait en dévorer des tonnes, et a toujours reçu des ouvrages hors de prix venant de ses parents pour Noël ou pour ses anniversaires. Emilia n'est en rien une jeune femme vibrant d'un désir de se battre, d'être dans le feu de l'action ; au contraire, se forçant au calme et à la diplomatie, elle est une femme qui se doit de réfléchir, peser ses mots et ses actes, et non pas un barbare qui attaque au premier regard de travers : c'est ainsi que sont les nés-moldus, dit-on, jouissant de pouvoirs qu'ils n'ont pas le droit d'avoir, ils en profitent pour en abuser. Elle, elle aime comprendre les fondements de la magie, découvrir ses progrès et se plonger dans la politique d'un environnement de velours. tout comme ses parents, elle se doit de condamner toute rébellion qui s'éveille au sein du monde de la magie ; pour plaire aux siens, la jeune femme aimerait rejoindre les rangs des Mangemorts afin de lutter activement contre ceux qui débordent de partout, et tendent de plus en plus à renverser le monde de la magie tel qu'il le faudrait. elle a longuement rêvé, dans son enfance, des jours où elle trouverait l'homme de ses rêves, le personnage idéal au visage de prince charmant qui viendrait lui demander sa main : beaucoup rêveraient de lier sa famille à la lignée des Tuder-Lewis, et il a toujours semblé évident qu'Emilia trouverait un promis très vite. Elle reste cependant, aujourd'hui, sans promis et sans mariage à l'horizon, ce qui semble attirer les foudres de ses parents, et éveille donc la honte et la disgrâce de la jeune femme.


Nothing compares to you

• pseudo & âge ; MARY-W. (marie), 22 ans. • comment as-tu trouvé le forum ? bah on m'a séquestrée, kidnappée, droguée pour que je vienne, huhu. • ton avis, tes suggestions ; il est seks, j'adore le header, j'adore les idées, euuuh  hinhin . • connexion ; tous les jours, mais pour faire bonne figure on va dire cinq jours par semaine. • quelque chose à ajouter ? soirée crêpes.

• coup de main pour le bottin ;
2. Si ton personnage est un inventé ;
SHELLEY HENNIG ; emilia tuder-lewis
Code:
[code]▋ <a href="http://excidium.bbactif.com/u9">▋</a> <pris>SHELLEY HENNIG ;</pris> emilia tuder-lewis [/code]


Dernière édition par Emilia Tuder-Lewis le Dim 31 Aoû 2014 - 20:10, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:01

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty

Here comes the hurricane


――――――-―• Don't go around tonight, There's a bad moon on the rise •――――-―――
« Est-ce que ça veut dire que tu ne reviendras pas ? » « Quoi ?! Mais combien de temps ?! De quoi tu parles Emi ?! » La sorcière pinça les lèvres ; ce qu’elle avait cru pouvoir affronter avec un tant soit peu de dignité ressemblait de plus en plus à un cauchemar qui lui enserrait la gorge avec force. Les rumeurs persistaient, elles devenaient de plus en plus fortes ; elles résonnaient dans les rues du monde magique. Et Dumbledore mort… Elle stoppa ses pensées, qui lui semblaient de plus en plus déplaisantes au fil des secondes, serrant les mâchoires, fermant les yeux avec rage pour faire le vide dans sa tête. « C’est compliqué. » Et dire qu’elle ne trouvait que ça à dire, elle qui bénéficiait d’un vocabulaire foisonnant – du côté magique comme du côté simplement moldu – aucune phrase, aucune explication convaincante ne convenait à ses pensées. Voldemort était de retour et elle, elle ne savait qu’à peine ce que cela pouvait signifier : meurtres, disparitions, danger, sorcellerie. Danger pour sa famille. Les informations tournaient et tournaient dans sa tête, le flot de celles-ci ne s’estompait pas et plus rien ne pouvait la protéger de ça, de cette peur grisante qui la paralysait. Pathétique : elle avait finalement bien fait de s’orienter vers les tréfonds des bibliothèques poussiéreuses et ennuyeuses, de Fleury et Bott plutôt que vers des aventures fantastiques. Elle n’aurait pas été de taille, si rien que l’évocation d’une possibilité, d’un bruit qui courait, d’une idée naviguant de journal en journal l’effrayait autant. « Vous devez rester en sûreté et... et je ne peux pas venir parce que… » Devait-elle vraiment parler à ses parents de l’existence d’un Mage Noir surpuissant et de ses disciples envoyés à travers le pays pour supprimer tous ceux qui n’étaient pas estimés comme purs et dont elle faisait partie à cause de ses origines ? A cause de sa famille elle-même ? Elle souffla, ne trouvant rien de mieux à dire, aucune explication à donner. « Je suis désolée. Mais faites-moi confiance… je. J’reviendrai dès que je le pourrai. Je sais pas quand exactement. » Elle aurait pu répéter que cette histoire était compliquée mais ça n’avait aucun intérêt, ils avaient saisi l’essentiel du message, peut-être bien son inquiétude ambiante puisque sa mère détourna le regard, tentant de masquer la sienne également, ainsi qu’une vague de tristesse, d’incompréhension amenant des larmes au bord de ses yeux. Son père, lui, tentait de faire bonne figure, acquiesçant simplement. « Donnez ça aux autres. Elle tendait un des ouvrages qu’elle avait clandestinement sorti de la librairie, et qui n’y reviendrait sûrement jamais. Ça parle de dragons et de… trucs. Je suis sure qu’ils vont l’adorer, je viendrai le lire avec eux, bientôt. Promis. » Elle n’était sûrement pas bonne actrice non plus, mais ses parents s’en contentèrent, Mrs Maisler attrapant l’ouvrage vieilli entre ses mains. « Je suis désolée. » C’était tout ce qu’il y avait à dire, alors qu’elle portait en silence le lourd sentiment de ne plus être l’exception de la famille. Juste la menace qui mettait tous les siens en danger, parce qu’il avait fallu qu’elle soit une sorcière.
Une née-moldue, en somme.


――――――-―• I see a bad moon rising, I see trouble on the way •――――-―――
Le Ministère était tombé. Laissant tomber un livre sur le sol de bois, Emilia avait quitté sa tâche sans même se retourner, ramassant ses affaires pour arpenter le Chemin de Traverse en des pas rapides. Sur son sillage, des dizaines et des dizaines de murmures avaient bourdonné à ses oreilles : tantôt inquiets, tantôt terrorisés, gagnés par une adrénaline servile, les gens parlaient, parlaient sans cesse de ce qui allait se produire. Vous savez qui et Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom sifflaient dans l’air entre les lèvres, au creux des gorges aux voix terrorisées. Silencieuse, Emilia avait poursuivi son chemin jusque dans la salle du Chaudron Baveur. Vide. Étrangement vide. Yeux bas, elle n’avait pas voulu y faire attention, ne prêtant des oeillades attentives qu’à ses pieds, qui marchaient d’eux-mêmes vers l’extérieur : arrivée dans les rues moldues de Londres, un poids s’était effacé à sa poitrine, comme si elle reprenait enfin une goulée d’air. C’était lâche. Elle le savait, l’avait su à l’instant où elle avait passé la porte de leur appartement. Pourtant, la jeune femme ne pouvait s’empêcher de le faire, encore et encore. Elle pliait bagages à toute vitesse, balançant ses affaires au fin fond d’un sac à toute vitesse : les vêtements en boule, des fioles diverses et variées, quelques livres, les billets d’argent moldu qu’elle avait retirés sur le chemin. Les gallions qu’elle avait dans ses poches - elle devrait retourner à Gringotts en chercher encore, disait sa raison. Avant d’être avalée, avalée par l’océan d’inquiétude qui la submergeait littéralement, et serrait ses entrailles au fond de son ventre. Elle devait partir, elle devait partir : seule cette pensée devait survivre dans chaque recoin de son cerveau, sans quoi, elle faiblirait. Sans quoi, elle serait incapable de faire quoique ce soit. Jumanji, à côté d’elle, avait sa grosse tête posée sur le matelas du lit, juste à côté d’elle : lui, savait ce qui allait se passer, et il ne remuait pas la queue, ne faisait en rien preuve d’une quelconque joie. Au contraire, il restait là, à analyser, observer chacun de ses faits et gestes comme si c’était le dernier, et qu’elle allait disparaître. Ichabod ne voudrait sans doute pas du chien ; sa gorge se serra à l’idée de ne plus jamais le revoir. Non, non. Elle se forçat à la discipline, glissant une main raide au sommet du crâne du chien, avant de reprendre ce qu’elle faisait. « Qu’est-ce que tu fais ? » La voix, quoique posée, curieuse plus que colérique de son petit-ami la fit sursauter. Prise en faute. Emilia n’osa guère bouger pour de longues secondes, aucun son ne sortit de sa bouche : mais c’était comme si c’était un réflexe, coulant dans ses veines avec le reste. Elle reprit contenance, rassemblant quelques pulls pour les fourrer dans son sac, agrandi par un sortilège. « Tu n’as pas à venir avec moi, je peux me débrouiller toute seule. » Qu’il ne vienne surtout pas. Qu’il l’accompagne, disait une autre voix, en même temps que celle de sa raison, son coeur qui voulait qu’il soit sauf. Son égoïsme, qui ne voulait pas qu’elle soit seule dans un monde si hostile. Loin d’Ichabod : sans lui, le monde n’aurait plus le moindre sens, et dans son sillage elle sèmerait des doutes et des questionnements sur ce que leur vie aurait pu être. Un gémissement du chien manqua de faire dégringoler les larmes qui étaient montées à ses yeux, qu’elle masquait en continuant de mettre ses affaires dans son sac. Encore, et encore. Mais une main la stoppa, une prise impérieuse, inévitable. Douce. Pourquoi fallait-il que les choses se passent ainsi ? La question glissa malgré elle, dans le regard presque hostile qu’elle lança sur lui. Il n’avait sans doute pas la réponse ; elle ne l’avait pas non plus. Elle ne méritait pas ça. Le coeur battant à tout rompre au fond de sa poitrine, Emilia sentit ses jambes faiblir, Ichabod la retenir alors qu’elle était incapable de retenir plus longtemps les sanglots qui avaient été coincés dans sa gorge pendant ce qui lui avait semblé être une éternité. Peur, colère, désarroi. Abandon. Et pourtant, elle savait, elle savait déjà qu’elle avait commis la faute suprême ; qu’il viendrait avec elle, et que ça les perdrait.


――――――-―• I see earthquakes and lightning, I see bad times today •――――-―――
« Ichabod ! » Le coeur tambourinant contre sa poitrine, la jeune femme avait le regard qui partait dans tous les sens : toujours, depuis de nombreuses secondes déjà, elle sondait les alentours à la recherche de son fiancé. Encore allongée au sol après avoir été touchée par un sortilège, elle dût se faire bataille pour se relever, trouver à tâtons sa baguette et l’agiter. « Lumos. » Le faisceau de lumière éclaira avant tout les corps morts qui étaient juste là, l’odeur de la grande faucheuse remontant déjà de leurs chairs ensanglantées. Elle avait lancé un sortilège sans réfléchir, dans le vif de l’action et n’avait sans doute pas pensé aux conséquences. Les conséquences. Elle voulait bien dire qu’elle s’en foutait, tant sa vie était chaotique ces derniers temps : sans doute pourrait-elle prétexter les nuits sans dormir, les journées passées à fuir, changer de lieu de refuge, regarder par-dessus son épaule. La main tremblante, Emilia sentit une salive acide glacer toute sa gorge, se répandre dans tout son corps tandis qu’elle osait enfin faire un pas. Un mouvement plutôt, de son pied foulant les feuilles mortes qui avaient recouvert le sol. L’air lui semblait plus froid que jamais ; et une plainte la prit, s’échappant d’elle-même sans qu’elle n’ait pu la retenir entre ses lèvres serrées. Ichabod devait être là, ils avaient été tous les deux, transplanant à peine avec pour projet de monter le camp ici pour la nuit, avant de se faire attaquer par un groupe de rafleurs sorti de nulle part. Ils avaient couru, couru dans la nuit, sous la pluie battante qui résonnait encore à ses oreilles. Un frisson parcourut toute l’échine de la sorcière, avant qu’elle ne trouve une silhouette, bougeant parmi toutes celles immobiles. Elle se précipita jusqu’à lui, Ichabod, trempé jusqu’aux os, les vêtements tachés de boue, le visage dégueulasse. Elle s’en foutait, un sourire étirant ses lèvres aussitôt qu’elle trouva son regard, qu’elle le sentit passer une main sur sa joue. Ils avaient survécu. Ils survivaient depuis si longtemps : irrémédiablement, leurs chances de sortir vivants de cette guerre s’amenuisaient de jour en jour, de minute en minute. Mais ils voulaient y croire, y croyaient encore, elle, venant se blottir entre ses bras, et lui, l’étreignant avec cette chaleur à même de chasser la froideur de la pluie, d’une énième nuit dans la forêt, de toutes les horreurs qu’elle avait vues. Qu’elle avait commises.
Et le monde s’effaçait.


Dernière édition par Emilia Tuder-Lewis le Dim 31 Aoû 2014 - 23:04, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:03

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty

Here comes thunder

――――――-―• i know the end is comin' soon, i feel rivers overflowin' •――――-―――
Le froid avait réussi à s’insinuer jusqu’au plus profond de ses chairs. Repassaient devant ses yeux clos, les dernières images de ses instants de liberté. Les cris, les éclairs de sortilèges, volant dans tous les sens ; une horrible douleur, lui lacérant le dos, et la faisant s’écrouler au sol. La douleur, la peine qui étaient toujours aussi présentes. Combien d’heures, de jours s’étaient écoulés depuis ? La gorge sèche, l’esprit hagard, Emilia ne savait plus ; Emilia ne comptait déjà plus. Ichabod n’était plus là, il était Dieu seul savait où ; elle n’avait donc plus aucune raison de relever la tête, de bouger ne serait-ce que d’un millimètre. Ses phases de sommeil semblaient durer une éternité, où elle s’enfonçait dans des ténèbres toujours plus épaisses. Glaciales, comme si le gel grimpait sur ses membres au fur et à mesure qu’elle se laissait gagner par l’immobilisme. Le silence. Le désespoir. Jamais plus elle ne reverrait Ichabod. Ou ses parents. Eux. Un frisson la parcourut ; étaient-ils seulement encore en vie ? Il lui était impossible de pleurer à cette idée, tant tout l’avait quittée, pour ne laisser qu’une coquille vide que l’on comptait exploiter : dans les couloirs d’Azkaban, on avait parlé de Rebuts, de nés-moldus, d’anciens rebelles vendus comme des animaux au plus offrant. Elle ne voulait pas- ne voulait pas finir comme ça. Elle aurait voulu ne pas finir comme ça, lutter, orgueilleuse ; lutter jusqu'à crever. Les Détraqueurs étaient pires que la mort, et sans doute avait-elle commis l'acte irréfléchi qui lui sauverait la vie. Mais la promettrait à une existence misérable. Les bras serrés autour de ses jambes recroquevillées, la sorcière sentit un long frisson la parcourir, lécher avec douleur la cicatrice encore sanguinolente qu’elle avait dans le dos. Aurait-elle seulement son mot à dire, sur ce qu'elle allait devenir ? Ici, on passait sans même la voir, on partait aussitôt ; elle avait eu beau hurler des insultes, des menaces, des phrases en l’air lors de ses premiers jours de captivité, personne n’avait rien fait contre elle : les seules réponses qu’elle avait eues, avaient été des hurlements plus forts encore, plus désespérés. Fous, complètement fous. A Azkaban, c’était un tout autre monde qui s’était ouvert sous ses pieds, l’Enfer à l’état pur qui avait déjà germé au fond de son esprit. L’enfer. Le pire qui soit ; fait des souffles des Détraqueurs, de douleurs incessantes lancées par des sortilèges, d’une solitude extrême. Seule avec elle-même, elle était seule avec sa culpabilité, avec ses songes, ses pires peurs - et aucun moment heureux ne traversait la brume épaisse de son désespoir. Elle pensait à Ichabod, surtout pour songer à comment ils l’avaient tué, au combien ses jours seraient longs sans qu’elle ne le voit plus jamais, quelles souffrances il avait pu connaître lui. S’il pensait à elle, lui aussi. Ou si. Ou s’il pourrissait déjà dans le sol. Elle n’avait même pas trouvé la force d’espérer. Désespérer. La porte de sa cellule s’ouvrit, elle ne daigna même pas bouger, alors qu’un gardien de prison lui balançait un nouvel habit, pour remplacer les lambeaux qu’elle portait sur elle. « Dépêche-toi, on t’emmène. » Et elle aurait presque voulu que ce soit pour mourir, être exécutée sur la place publique et en finir enfin avec cette guerre : pourtant, au fond de ses entrailles, elle savait, elle savait que tout ne faisait que commencer pour elle, dans l’aride désert de sa solitude. Elle l'avait choisi, son désert personnel.


――――――-―• i hear the voice of rage and ruin, it's bound to take your life •――――-―――
Sa mère lui avait posé une robe sans même se retourner, passant comme une ombre dans son dos : Emilia l’avait juste entendue, observant son reflet dans le miroir à quelques pas d’elle - d’après sa mère, la robe qu’elle avait choisie ne lui allait pas, et celle qu’elle venait de lui donner irait mieux. Elle en doutait sincèrement, cependant, elle n’avait pas vraiment son mot à dire. Ne l’avait jamais eu : c’était ça, le lourd prix d’être une fille de bonne famille, vivre ainsi, selon des codes qui dépassaient les jolis robes, les choix personnels. Sa mère en savait sans doute plus sur ce qui pouvait plaire aux riches sorciers de famille noble qui viendraient pour « faire du repérage » ; activement, les Tuder-Lewis cherchaient un homme pour marier leur fille, faire survivre leur héritage. Quittant le tissu clair de sa tenue, laissant le tissu retomber sur le sol dans un bruit discret, Emilia arpenta sa chambre en quelques pas : l’endroit lui semblait presque étranger, au fin fond de ses entrailles - sans doute était-ce parce qu’elle était surtout habituée à passer du temps dans les dortoirs à Poudlard, quitte à en oublier d’où elle venait. La belle et digne maison des Tuder-Lewis ; où, pourtant, transpirait sa présence partout : il y avait des photos aux murs, qui parfois bougeaient, la présentant, elle, petite fille, posée avec sagesse sur une chaise, les jambes croisées, les mains posées sur ses genoux. Emilia Tuder-Lewis, la digne fille à marier ; inlassablement, elle répétait dans sa tête toutes les politesses, toutes les traditions qu’elle avait apprises dans sa vie, et que sa mère lui rappelait sans cesse ces derniers temps. Il semblait que c’était devenu une obsession, de faire de l’héritière unique de la famille, une fille mariée, et disposée à faire des enfants. Perpétuer l’héritage, le sang de la famille. Un frisson la parcourut malgré elle, comme sorti du silence de la chambre où elle se trouvait ; le parquet grinçant sous ses pieds, elle venait d’enfiler la robe présentée par sa mère : moins claire, plus complexe à appréhender. Elle n’avait pas de beaux décors inutiles, ni de détails inutiles, elle était simple sous tout rapport, et pourtant, elle lui allait mieux que la précédente. Encore une fois, sa mère avait eu raison ; et c’est un sourire, presque dépité, quoique reconnaissant, qui passa sur les lèvres de la jeune sorcière. « Qu’est-ce que je t’avais dit ? » Souligna une voix, presque amère ; Mrs Tuder n’avait jamais aimé être contredite, et Emilia, sa propre fille, en avait souvent fait les frais : parfois, il lui arrivait de parler sans réfléchir. La jeune femme fit volte-face vers sa génitrice, pour venir l’enlacer avec cette affection dont elle débordait - et qui, pourtant, manquait grandement aux siens. Sa mère parce qu’elle cachait des songes bien secrets, qui lui arrachèrent même un frisson entre les bras de sa fille. Son père, sans doute parce qu’il aurait préféré voir un fils faire survivre son héritage et son nom. « Elle est parfaite, mère. » Et la femme aux traits tirés, une certaine détresse vrillant son regard, laissa une main s’aventurer sur la joue de la brune lui faisant face. En bien des aspects, elle ressemblait à son Astrée, morte il y a peu, à cause de cette guerre sans foi ni loi. Astrée disparue ; il restait Emilia, une illusion. Un mirage, sur lequel elle lisait parfois le visage de sa fille, son sang, sa chair. Emilia n’était qu’un Rebut qu’ils avaient choisi avec son mari, un mensonge aux yeux du monde ; un mensonge qu’elle ne parvenait pas à accepter, elle. Tout n’était qu’illusion, ici, maintenant, et elle se répugnait rien qu’à l’idée de montrer une quelconque affection pour une sang-de-bourbe. Prétendre. Se grimer d’un masque d’amour, d’un attachement qui avait été transformé en cendres par le chagrin qui l’avait consumée. Jamais, Emilia ne pourra remplacer Astrée, quand bien même ils avaient vidé son esprit pour y replacer les souvenirs de leur propre fille ; Astrée était morte, cette impure vivait, respirait, et portait à la perfection cette si belle robe qu’elle avait destiné, pourtant, à sa propre fille.


Dernière édition par Emilia Tuder-Lewis le Lun 1 Sep 2014 - 0:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:04

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty
AMOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUR  bed bed bed bed bed bed hardcore hardcore hardcore hardcore hardcore hardcore 
JOTEM A LA VIE A LA MORT  brille miam 
Bienvenue ici, bonne chance pour ta fiche et si tu as des questions, viens me voir  bed 
Je suis dans ta baignoire, je t'attends, viens l'eau est chaude, y a des pétales de roses et du champagne  hug :yiha: kr ptitkr trognon love palpite potte I love you hehe
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:08

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty
MON DIEU, UN TROU DE BALLE QUI PUE  gaah 
Bienvenue mon ex de l'enfer, bon courage pour ta fiche et... il nous faudra un lien, hein, ça me semble évident *joue des coudes* et j'ai plein de gifs pour de futurs rps, quoi. BREF, si t'as une question... bah n'hésite pas à venir me parler hein parce que les trous de balle qui puent, je les nettoie à la sauvage moi, j'ai peur de rien  gaah love u.  jule


Dernière édition par Daphné Greengrass le Sam 23 Aoû 2014 - 0:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:12

PRISONERS • bloodstains on the carpet
Draco Malfoy
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 8775
‹ crédits : faust.
‹ dialogues : seagreen.
(etl) and everything ends. Tumblr_ob1ibueZ761rmsoypo3_250

‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; calixe davis w/ audreyana michelle ; uc w/ uc ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook ; jelena kuodzevikiute w/ ariana grande.

‹ âge : 23 yo (05.06.80).
‹ occupation : ancien langue de plomb (spécialisé dans les expérimentations magiques) ; fugitif et informateur de la RDP entre le 26.05.03 et le 08.12.03 ; condamné à 22 ans à Azkaban pour terrorisme, au terme d'une assignation à résidence et d'un procès bâclé, tenu à huis-clos.
‹ maison : Slytherin — “ you need a little bit of insanity to do great things ”.
‹ scolarité : entre 1991 et 1997.
‹ baguette : un emprunt, depuis qu'il est en fuite. elle n'est que temporaire et il ne souhaite pas s'y intéresser ou s'y attacher, puisque la compatibilité est manquante.
‹ gallions (ʛ) : 12281
‹ réputation : sale mangemort, assassin méritant de croupir à vie en prison pour expier ses crimes et ceux de ses ancètres.
‹ particularité : il est occlumens depuis ses 16 ans.
‹ faits : Famille.
Narcissa (mère) en convalescence. sortie de son silence depuis peu pour réfuter l'annonce de son décès ; reconnue martyr. lutte pour que le jugement de son fils soit révisé.
Lucius (père) mort durant la tempête du 03.03.2004.
(etl) and everything ends. 489546spea
Spoiler:
 

‹ résidence : emprisonné à Azkaban depuis le 06.01.04. en fuite depuis le 08.05.04.
‹ patronus : inexistant.
‹ épouvantard : l'éxécution de juillet 02, ses proches en guise de victimes: leurs regards vidés par l'Imperium, la baguette de Draco dressée, les étincelles vertes des AK et leurs cadavres empilés comme de vulgaires déchets.
‹ risèd : un portrait de famille idéal, utopique.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4710-draco-there-s-a-hole-in-my-so
(etl) and everything ends. Empty
BIENVENUUUUE iiih héhé, voilà donc la fameuse partenaire d'Anaïs, c'est cool de te voir par ici hehe pour les questions, adresse-toi à Icha, Daph et June, pour les déclarations d'amour i'm here hinhin -pan- blague à part, merci de nous avoir rejoints (oui oui je le dis au masculin, genre personne ne sait que y'a que des meufs cachées derrières les avatars, chut) et bon courage pour ta fiche !

• • •

I'M SORRY I'M SUCH AN ASSHOLE
I'll be good, i'll be good • I thought I saw the devil looking in the mirror. Drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. My past has tasted bitter for years now, so I wield an iron fist. Grace is just weakness or so I've been told. I've been cold, I've been merciless. But the blood on my hands scares me to death, maybe I'm waking up... today.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:20

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty
@my love, MY LOOOOOOOOOVE  gaah bed hardcore 
jotem encore plus, je te fais des beybeys nuit et jour par la pensée  bave craque merci pour l'accueil et je n'hésiterai pas pour les questions et ouhlala je me dépêche je veuuux la baignoire-euh  love trognon iiih fire ptitkr inlove saute 

@zizid'or, UN GROS CACA VERT  colors style oh god je veux un lien, oué oué avec holland la rousse sexy et puis voilà quoi, AVEC TOI  gaah on se trouvera un lien de bonnes grosses lesbiennes pour ouvrir grand le passage au STEREK  :hhh: le ultimate ship quoi, luv ya too  iiih 

@draco, hmmm un blond sexy  waouh :3: merci pour l'accueil, haha, crois-moi, tu préférerais que je sois pas venue, mais si tu veux, je vais t'écrire un poème de ce pas en guise de déclaration d'amour  minikr wi merci merci pour l'accueil, draco c'est d'la balle  miam 
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 0:33

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty
owi des bébés  I love you on va repeupler la terre, toi et moi  bed viens, viens dans la baignoiiiiire  gaah 

(et jsuis sûre y en a qui shippent le Lylia puisque c'est AUSSI probable et évident que le Sterek xD)
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 1:02

Invité
Invité
(etl) and everything ends. Empty
La terre aura plein de petits bébés sexy  gaah bed 
la baignoire is the best  hehe u coquine

(bah c'est encore plus évident, namméh, elles se sont souri plusieurs fois quoi  ow )
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: (etl) and everything ends.   (etl) and everything ends. EmptySam 23 Aoû 2014 - 8:49

HERO • we saved the world
June Winchester
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue
(etl) and everything ends. Tumblr_n386dvTGPL1rv3a9bo4_250

‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5783
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
(etl) and everything ends. Empty
STEREEEK (j'ai retenu que ça... bravo)

BIENVENUUUUE !
Shelley ♥️ enfin bref c'est cool de te voir ici brille n'hésite pas à donner ton avis sur le forum et puis bonne chance pour ta fiche et have fun parmi nous  palpite 

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
(etl) and everything ends. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

(etl) and everything ends.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Stargate Atlantis - The adventure will never ends
» (F) DORMER ➹ This is the start of how it ever ends
» this is the way the world ends, not with a bang but a whimper // well, i'd still bang you
» (mmk) family, where life begins and love never ends.
» Néron » I'll tell you all how the story ends : Where the good guys die and the bad guys win

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-