sujet; No pain, no gain (Cole N. Rowle)
MessageSujet: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 16:51

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Cole Nathan Rowle
feat James Franco • crédit swan

Insurgé • Inventé
• nom complet ; Cole Nathan Rowle • surnom(s) ; Cole Nathan. Il a transformé son deuxième prénom en nom : ses origines le gêne et il les cache. Sur le plan amical, il n’en a pas, jugeant son nom déjà suffisamment court pour ne pas le raccourcir davantage. • naissance ; Londres, 1975, 14 mai • ascendance ; Il est de Sang-Pur. S’il en a tiré une certaine fierté lors de son enfance, il maudit aujourd’hui ses origines. Il a honte  de la réputation de la plupart des familles de Sang-Pur et évite autant que possible de révéler son identité, pour ne pas recevoir un regard suspicieux, haineux ou plein de dédain. Il ne se vante plus depuis longtemps d’être issu des Rowle. • camp ; Insurgé. Il hait de tout son corps, de toute son âme le Magister et son gouvernement. Il méprise ceux qui suivent sans rien dire bien qu’ils ne soient pas d’accord par craintes de représailles et déteste ceux qui au contraire, le sont. Il n’éprouve que du dédain pour ceux qui profite de la situation pour s’enrichir et de la pitié pour ceux qui se contente de survivre. • métier ; Journaliste pour la Gazette du sorcier puis pour des journaux sorciers français avant de rejoindre la résistance, il adorait son métier qui lui a ouvert l'esprit • réputation ; On connait son nom, il est issu d’une famille de Sang-Pur. Il est considéré comme un traitre à son sang par les Sang-Pur qui sont aux côtés du Magister. Il est détaché, presque j’m’en foutiste chez les Insurgés, ce qui le fait passer pour quelqu’un qui n’accorde pas de valeurs aux évènements. Il préfère que l’on croie ça de lui, plutôt que de voir la grande détresse qu’il éprouve. • état civil ; Célibataire endurci • rang social ; Insurgé • particularité(s) ; / • patronus ; Un coyote • épouvantard ; Être revendu en tant que Rebuts à une famille Sang-Pur qui le considère déjà comme un moins que rien et qui en profiterait pour le rabaisser davantage • risèd ;  Le manoir des Rowle où il serait le bienvenu• animaux ; / • baguette ; Sapin, ventricule de dragon, trente et un centimètres, dure  • miroir à double sens; Etoile, reflets violets div>


The stars have faded away
► Avis sur la situation actuelle :
Le régime politique actuel lui donnerait presque envie de vomir. Il ne sait pas, ne comprend pas comment le Magister a pu imposer une telle dictature sans plus de réactions des pays étrangers. Il ne comprend pas la facilité avec laquelle il s'est auto-proclamé Magister, avec quelle facilité il a gangrené puis pourri le gouvernement, avec quelle facilité il a réussi à instaurer une terreur pareille. Cole est perdu et les rêves de démocraties paraissent bien loin. Alors chez les Insurgés, il ne montre rien sauf un masque froid de négligence. Comme s'il le fichait de la situation, que ça ne le touchait pas personnellement. Les gens peuvent lui en vouloir, il s'en fiche, du moment qu'on ne vient pas creuser sous la solide carapace pour voir l'incertitude qui le ronge.
Les traques menées contre les gens comme lui lui font peur évidement, il n'a pas envie d'être pris, « jugé », torturé, revendu peut-être ou tué. Mais elles font rire sa conscience, car elle illustre bien que le Magister n'a pas réussi à soumettre tout le pays et tant qu'il y en aura, il y aura de l'espoir. Le jour où elles cesseront, il commencera à avoir vraiment peur.
La propagande fait crisser ses dents de frustration. Il sait que des gens y croient en ces conneries, il y a toujours des personnes crédules pour le faire. Il les comprend, c'est plus facile de gober ça que de se poser des questions. Moins dangereux aussi. Mais cette propagande de tous les instants lui rappelle la dictature dans laquelle il vit, guère plus enviable que des pays qu'il critiquait pour leur régime politique peu démocratique il y a quelques années encore. L'Angleterre a fait un bond dans le passé, elle régresse.
La fuite perpétuelle à laquelle il se livre lui rappelle qu’il ne vit plus légalement, que ses années tranquilles sont loin derrière lui et qu’il ne voit devant qu’un épais brouillard qui représente assez bien son avenir : incertain.
Les Rafleurs le révulsent, il ne voit pas comment des gens peuvent avoir aussi peu de conscience. Les jeunes qui sont embrigadés de force, il les plaint, mais il craint que certains y prennent goût, que d’autres croient que c’est ainsi que la paix est maintenue. Les Rafleurs ne sont qu’un élément de plus dans la dictature mise en place et qui, à chaque nouvelle annonce ne fait que le maintenir dans son idée qu’il préfèrerait mourir plutôt que de capituler.
La vente des Rebuts. C’est la chose en trop. C’est au-delà de tout ce qu’il pouvait imaginer. C’est une torture, une humiliation atroce. Il craint de finir comme ces gens vendus sans pouvoir rien dire. Cole ne cherche pas à comprendre comment des gens peuvent acheter des humains pour les faire trimer jusqu’à la mort. Non, décidément, il ne voit pas.  Pur sadisme ou folie ? Il ne sait pas, mais ça aussi c’est une preuve que l’Angleterre sombre dans une ère arriérée.
Quant aux quatre ans de guerre … Que dire ? C’est énorme. C’est trop, beaucoup trop. Tellement que ça lui fait tourner la tête. Quatre ans qu’il est plongé jusqu’au cou dans cette guerre qui tue et détruit joyeusement. Quatre ans qu’il fuit avec son groupe d’Audacieux ceux qui le traquent comme un chien qui a la gale. Quatre ans qu’il agit pour essayer d’améliorer la situation. Quatre ans que ça ne fait qu’empirer. Quatre années qui ont de quoi décourager. Pas lui. Lui il se dit qu’il a trop souffert pour abandonner maintenant.

► Infos en vrac : Il aimait lire Cole et la bibliothèque de la famille Rowle est sans doute ce qui lui manque le plus chez lui Se passe l’index droit sur le nez quand il est stressé (c’est-à-dire souvent vu sa condition) Débrouillard Il n’aime guère faire équipe avec les gens, étant plutôt individualiste Il a une cicatrice qui lui barre la moitié de la cuisse intérieure gauche Fier, voire arrogant Il porte un tatouage sur l’avant bras droit qui représente trois cercles noirs entrelacés Il serait insensible au sort des autres et n’aurait rejoint les Insurgés que pour les espionner. Rumeur de Sang-Pur bien sûr. Maladroit sur le plan affectif Joueur, sarcastique pour cacher le mal-être qu’il éprouve Voudrait oublier ses origines Impulsif A peur de sa haine envers les mangemorts : il repense à chaque moment où il ne fait rien à cet homme qu’il a tué de sang-froid Adore les caramels  Gourmand  Colérique Aime le luxe, mais ne l’avouera jamais, à moins de vouloir tuer sa réputation à jamais  Jamais coiffé Fumeur à ses heures perdues Audacieux  Loyal envers les Insurgés malgré tout ce que l’on peut dire à son sujet Hait l'ennui et se débrouille pour occuper son cerveau en permanence. C'est ça ou repenser à toutes ses erreurs Il a la phobie de la folie : il a peur de devenir fou  Peu bavard  Méfiant

Nothing compares to you
• pseudo & âge ; /  • comment as-tu trouvé le forum ? Grâce à « je fais du rp » qu’on m’avait donné sur un autre rpg … Une longue histoire … • ton avis, tes suggestions ; Le forum est magnifique et j’ai rarement vu une telle organisation. ; 3/7 • quelque chose à ajouter ? Rien



Dernière édition par Cole N. Rowle le Jeu 26 Fév 2015 - 16:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 16:52

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Here comes the hurricane
citation de ton choix, citation de ton choix

Souvenirs

Il marchait lentement dans le couloir qui menait à la Grande Salle, comme pour s'imprégner de chaque odeur, de chaque bruit, de chaque sensation qui se présentait à ses sens aux affûts. Sa septième année à Poudlard touchait à sa fin et comme à chaque fois qu'il allait quitter quelque chose de cher, il se disait qu'il n'en avait pas assez profité. Les souvenirs revenaient pêle-mêle dans son esprit et des détails oubliés depuis longtemps lui revenaient à l'esprit, comme pour lui rappeler tout ce qui allait lui manquer ici. Il quittait sans regret les cours rasoirs de divination qui n'avaient fait que lui confirmer qu'essayer de lire l'avenir dans des résidus de thé, ça n'apportait jamais rien de bon. Il laissait derrière lui sans se retourner les nombreuses heures à travailler d'arrache-pied pour obtenir ses diplômes de cinquième et septième année. Bien qu'ayant été affecté à Serdaigle, travailler à la lueur des bougies jusque tard dans la nuit n'était pas sa prédilection. Il avait de loin préféré acclamer son équipe au Quiditch depuis les tribunes, qu'il vente, qu'il pleuve ou qu'il neige. Il avait adoré se rendre au Pré-au-lard pour faire l'acquisition de bonbons plus ou moins aimés par la suite. Il avait été fasciné dès son arrivée à l'école par tous les coins et recoins du château et s'était fait un devoir de tous les explorer avant la fin de sa scolarité. Si aujourd'hui, il ne pouvait plus se perdre, même en le faisant exprès, il repensait, amusé, à sa panique lors de sa première année quand il s'était retrouvé dans une aile déserte et poussiéreuse sans savoir comment retrouver son chemin. Sept ans étaient passés depuis cette année là et c'était sans aucun doute celle qu'il avait préférée, à découvrir émerveillé toutes les possibilités de la magie. Si ses parents étaient des sorciers et l'avaient initié depuis sa naissance à vivre avec de simples sorts qui amélioraient le quotidien, il avait découvert de nombreuses perceptives qu'il n'aurait jamais imaginées avant. Le jour où il avait reçu sa lettre l'invitant à Poudlard lui avait valu les félicitations chaleureuses de ses parents et celles cordiales des autres membres la famille, qui ne devaient être guère étonnés puisque toute la famille était composée de sorciers. Il se souvenait clairement de son excitation quand il s'était rendu au chemin de Traverse pour acquérir le matériel demandé. Il avait de loin préféré acheté sa baguette, passage qui, à ses yeux d'enfant était un rituel. Il l'avait tenue en main toute la journée sans vouloir la lâcher. Quand il avait enfin vu le Poudlard-Express dont on lui avait tant parlé, il n'avait pas été déçu et s'était contenté de claquer une bise sur les joues de ses parents avant de monter à bord sans attendre. La cérémonie de la répartition le jour de son arrivée était gravée dans son esprit et il était sûr de s'en souvenir toute sa vie. Il se souvenait de s'être levé devant tous les résidents de l'école pour se faire coiffer du chapeau. Il se souvenait d'avoir assisté à la scène comme derrière une barrière, comme si son corps n'était plus le sien. Il se souvenait être revenu à la raison quand les applaudissements et sifflets avaient percé sa bulle, quand on avait annoncé qu'il était de Serdaigle. Il se souvenait de sa première question posée par l'aigle qui gardait les chambres de sa maison. Il se souvenait de son premier sort raté, de sa déception et de sa volonté à le réussir. Il se souvenait de l'avoir prononcé jusqu'à l'écœurement, jusqu'à ce que la baguette qu'il avait appris à chérir produise enfin le sortilège tant attendu. Il se souvenait de sa première potion, qui sentait plus l'œuf pourri que la violette (parfum qu'il aurait normalement dut sentir en sentant la fumée de la potion). Il se souvenait avoir applaudit à son tour les nouveaux arrivants lors de sa deuxième année, puis de sa troisième, puis de la quatrième, etc. Il se souvenait de la sensation de liberté éprouvé quand il était monté sur un balai pour la première fois. Il se souvenait du premier Noel qu'il avait passé à Poudlard, alors qu'il le passait traditionnellement chez sa famille. Il se souvenait de sa première partie d'échec animé gagnée. Il se souvenait de son empressement à revenir à l'école quand il passait les vacances dans le manoir de la famille Rowle, au fin fond de la campagne anglaise. Et ainsi s'enchaînaient les souvenirs, cascade sans fin de réminiscences qui venaient pour être replacées aussi vite par une autre, elle-même chassée par une nouvelle.
Si on remontait plus loin, il n'avait aucun mal à faire ressurgit les brides de son enfance. Le manoir l'avait vu grandir avec les jumeaux, paisiblement, sans que rien ne vienne briser le charme d'une enfance de Sang-Pur. Sa mère lui avait appris à ne jamais faire valoir ses origines comme supérieures à celles des autres tandis que son père lui enseignait tout ce qu'il y avait à savoir pour bien se faire voir et des Sang-Purs et des Sang-mêlés ainsi que des Nés-moldus. Son éducation lui avait valu de s'intégrer rapidement et sans mal parmi les sorciers de Poudlard. Oh, il n'avait jamais été le dernier à faire remarquer qu'il était un Rowle, mais n'avait jamais poussé le bouchon trop loin. Cole aimait profondément ses parents et se faisait souvent la réflexion de ne jamais les remercier pour tout ce qu'ils avaient fait. Pour cette piscine creusée dans le jardin qui ne servi jamais, les jumeaux et lui-même préférant de loin se baigner dans les eaux glacées du lac qui se trouvait au fond de la propriété. Pour toutes ces soirées passées dans le grand salon à regarder sur l'écran de mauvaise qualité des films plus ou moins biens. Pour les heures où ils avaient patiemment expliqué au petit garçon qu’il était les règles de grammaire et de mathématiques qu'il ne comprenait pas. Pour les vieilles histoires et légendes racontées au coin du feu. Pour leur éducation certes stricte, mais qui lui avait permis de réussir sans problème sa scolarité à l'école de magie. Pour les sorties en ville qui se soldaient toujours pas une séance au cinéma à regarder des films moldus. Pour leurs remontrances sèches quand il désobéissait, qui sur le coup l'énervait plus qu'autre chose, mais qui, avec le recul, paraissait justifiées. Il avait été l'un des petits garçons les plus heureux qu'il soit et il se rendit compte, en débouchant dans la Grande Salle, que depuis son enfance, sa vie n'avait été qu'un long fleuve tranquille.

Changements

Cole se passa une main sur son visage tendu. Des cernes noirs soulignaient ses yeux, son front était barré d’une ride d’appréhension qui ne le quittait pas, ses muscles étaient tendus, prêts à le faire bouger, à lui sauver la vie, comme ils l’avaient fait plus d’une fois. Tout son corps lui criait de s’arrêter, de se reposer, de dormir, de lâcher sa prise. Sa conscience lui hurlait de faire attention, de rester aux aguets, de tenir sa baguette, sa meilleure amie avec force pour être prêt à parer à toute éventualité. Il avait envie d’abandonner, de dire stop, de se rendre pour que ça s’arrête. Cette peur continuelle qui lui tordait le ventre, qui était toujours là et à laquelle il ne faisait même plus attention à force. Pour que cette angoisse, ses cauchemars cessent. Pour qu’il puisse respirer sans avoir l’impression de se faire entendre à des kilomètres à la ronde. Tous les soirs, il se demandait comme il en était arrivé là. Et tous les soirs, la réponse était la même, inlassablement.
Journaliste pour la gazette du sorcier en sortant de Poudlard, comme il en rêvait depuis longtemps, il avait été envoyé de nombreuses fois en France et à l’étranger pour couvrir les informations internationales du monde de la magie. Il avait adoré faire ça, découvrir de nouvelles cultures et façon de penser, de nouveaux régimes politiques, de nouvelles personnes et beaucoup d’autres choses. Evidemment, chez les Rowle, sa décision professionnelle avait déclenché de nombreux débats animés, certains trouvant inamissible qu’un Sang-Pur fasse du journaliste, d’autres trouvant très bien d’avoir un nouveau contact avec les autres pays. Cole étant habitué à ces prises de bec permanentes, il n’en avait pas tenu compte. Il avait fini par trouver la France tout à fait à son goût et à ses vingt et un ans et s’était installé dans la région parisienne. Il avait alors alterné les articles pour la presse sorcière française et ceux pour la Gazette du sorcier qui n’avait pas craché sur un sorcier basé à l’étranger pour leur apporter des nouvelles du monde. Il était resté deux ans en France avant d’être rappelé en Angleterre par son père. Celui-ci ne lui avait pas donné le choix et lui avait ordonné de revenir au manoir familial. Voldemort avait alors pris le pouvoir très peu de temps après et Cole s’était mordu les doigts de ne pas être resté en France malgré la pression de son paternel. Ne sachant dans quel camps s’embarquer, il fit le mort jusqu’à la bataille de Poudlard, où il se rendit sur l’ordre de son père pour soutenir les mangemort, la mort dans l’âme. Profondément attaché à Poudlard, il craignait de devoir se retrouver face à d’anciennes connaissances, voire pire : amis. Tuer le révulsait davantage encore, surtout quand il ne savait pas pour quoi il se battait : pour l’instant le nouveau gouvernement n’avait pas brillé à ses yeux et s’il se rendit à Poudlard plus dans la peur de blesser quelqu’un d’innocent que dans celle de se faire blesser lui-même, c’était uniquement par obéissance à son père. Il regrettait bien vite cette obéissance aveugle.

L'homme était de dos. L'homme leva sa baguette. La jeune fille qui lui faisait face ouvrit la bouche. Peut-être pour le supplier de l'épargner, peut-être pour lancer un vain un sort qui pourrait la sauver, peut-être pour hurler et se donner du courage. L'homme ne lui lassa le temps de rien faire, pas même d’émettre le moindre son. Un jet rouge de magie jaillit de la baguette et vint frapper la fille en pleine poitrine, la tuant sur le coup. Cole ne la connaissait pas, ne l'avait jamais vu, mais il vit le corps tomber, sans vie. Il vit à travers ce cadavre une vie prise sauvagement, une fille qui n'avait sans doute rien demandé, il vit des amis, une famille, un avenir arraché. Il vit dans cet homme de dos un bourreau, un homme cruel et qui, comme lui obéissait aux ordres. Alors c'était ça qu'il devait faire ? Tuer sans se poser de question ? Tuer des élèves, des filles de deuxième année qui n'avaient aucune chance contre lui ?
Cole leva sa baguette. Il ne se dit pas qu'on ne tuait pas les gens de dos. Il ne se dit rien à ce moment-là. Il ne voyait pas un homme face à lui, mais un animal, un prédateur. L'homme ne s'était pas dit qu'on ne tuait pas des jeunes filles comme ça. Alors, lui non plus, il ne se dirait rien. Cole tua cet homme de sang-froid. Il vengea cette fille qui aurait pu être lui s'il était né quelques années plus tard. Il ne regarda pas le visage de cet homme. Il ne savait pas à l'époque, qu'il rêverait de lui chaque nuit et que toutes ces nuits, il lui inventerait un nouveau visage pour le tourmenter. S'il avait su, il aurait été regarder.

Cole a alors rejoint la résistance en fuyant le château. Il s'est joint au groupe des Insurgés. Il les a rejoints sans hésiter. Il a vu ce que le Magister fait à l'Angleterre en bouillant de rage. Il n'a plus de nouvelles de sa famille depuis qu'il a rejoint les Insurgés, quatre ans plus tôt. Il a vu le désordre naitre et l’Ordre éclaté. Il s’était joint à un groupe d'Audacieux et depuis quatre ans, il s’efforce de vivre, ou du moins, de survivre. Il participe aux actions mises en place avec la peur continuelle de se faire attraper. Mourir ne lui fait pas peur. La torture et l’esclavagisme eux en revanche, le hantent bien plus.
Les Sang-Purs qui mettent son pays dans un tel état lui font honte et il ne veut en aucun cas être comparé à ces gens-là. Il oublierait volontiers ses origines dont il était fier par le passé, pour les troquer contre celle de n’importe qui. S’il est fier d’avoir eu le courage de prendre sa propre décision concernant son camp dans le conflit meurtrier qui déchire l’Angleterre, il est fatigué des fuites perpétuelles, des traques et de la peur de se faire prendre, d’être torturé et revendu en tant que Rebut.

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 17:08

PRISONERS • bloodstains on the carpet
Draco Malfoy
Draco Malfoy
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 8775
‹ crédits : faust.
‹ dialogues : seagreen.
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Tumblr_ob1ibueZ761rmsoypo3_250

‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; calixe davis w/ audreyana michelle ; uc w/ uc ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook ; jelena kuodzevikiute w/ ariana grande.

‹ âge : 23 yo (05.06.80).
‹ occupation : ancien langue de plomb (spécialisé dans les expérimentations magiques) ; fugitif et informateur de la RDP entre le 26.05.03 et le 08.12.03 ; condamné à 22 ans à Azkaban pour terrorisme, au terme d'une assignation à résidence et d'un procès bâclé, tenu à huis-clos.
‹ maison : Slytherin — “ you need a little bit of insanity to do great things ”.
‹ scolarité : entre 1991 et 1997.
‹ baguette : un emprunt, depuis qu'il est en fuite. elle n'est que temporaire et il ne souhaite pas s'y intéresser ou s'y attacher, puisque la compatibilité est manquante.
‹ gallions (ʛ) : 12438
‹ réputation : sale mangemort, assassin méritant de croupir à vie en prison pour expier ses crimes et ceux de ses ancètres.
‹ particularité : il est occlumens depuis ses 16 ans.
‹ faits : Famille.
Narcissa (mère) en convalescence. sortie de son silence depuis peu pour réfuter l'annonce de son décès ; reconnue martyr. lutte pour que le jugement de son fils soit révisé.
Lucius (père) mort durant la tempête du 03.03.2004.
No pain, no gain (Cole N. Rowle) 489546spea
Spoiler:
 

‹ résidence : emprisonné à Azkaban depuis le 06.01.04. en fuite depuis le 08.05.04.
‹ patronus : inexistant.
‹ épouvantard : l'éxécution de juillet 02, ses proches en guise de victimes: leurs regards vidés par l'Imperium, la baguette de Draco dressée, les étincelles vertes des AK et leurs cadavres empilés comme de vulgaires déchets.
‹ risèd : un portrait de famille idéal, utopique.
http://www.smoking-ruins.com/t4710-draco-there-s-a-hole-in-my-so
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
oooh James jule BIENVENUE parmi nous iiih un Rowle fugitif, ce sont les insurgés qui vont être contents de voir arriver une nouvelle recrue What a Face j'te souhaite pas bon courage pour ta fiche du coup, vu qu'elle a l'air finie (si c'est le cas btw, hop, fais un tour just here pour qu'on sache qu'on peut s'occuper de toi) gaah cela dit j'te souhaite de bien t'amuser parmi nous fire n'hésite pas à contacter le staff si besoin, on est là pour ça !

• • •

I'M SORRY I'M SUCH AN ASSHOLE
I'll be good, i'll be good • I thought I saw the devil looking in the mirror. Drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. My past has tasted bitter for years now, so I wield an iron fist. Grace is just weakness or so I've been told. I've been cold, I've been merciless. But the blood on my hands scares me to death, maybe I'm waking up... today.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 17:20

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Merci pour l'accueil iiih

J'ai été poster pour signaler que ma fiche est terminée superman En espérant ne pas avoir fait trop d'erreurs ^^

Je n'hésiterai pas à vous harceler si je n'ai pas compris quelque chose fire

P.S : Je m'excuse pour la réservation d'avatar d'avoir posté au mauvais endroit, mais la connexion internet est tellement mauvaise que je n'ai pas pu reposter au bon endroit Arrow En fait, le lien donné ne veut même pas s'ouvrir, encore désolé.


Dernière édition par Cole N. Rowle le Mar 24 Fév 2015 - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 17:33

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
bienvenue sur le fofo potte
très bon choix de vava jule
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 17:46

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Un insurgé ! Bienvenue à toi, même si tu incarnes un audacieux. On trouvera bien le moyen de faire griller quelques mangemorts ensemble, darling. Au plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 18:07

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Bienvenue ! Très bon choix d'avatar ! :D
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 18:50

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Tiens, un Rowle ! J'me souvenais pas qu'y avait encore des héritiers portant le nom hors Maverick mdr * Rowle indigne quoi *
Bienvenue dans le coin What a Face
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMar 24 Fév 2015 - 19:57

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
james franco. bave bave

bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: No pain, no gain (Cole N. Rowle)   No pain, no gain (Cole N. Rowle) EmptyMer 25 Fév 2015 - 19:51

Invité
Invité
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Bienvenue sur excidium gaah
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
No pain, no gain (Cole N. Rowle) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

No pain, no gain (Cole N. Rowle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» grey + no pain, no gain
» [RP] Boulangerie chez Lina et Arnoldo "L'amour du pain"
» [THEME]Soirée détente [PV Zeno Rowle] TERMINE
» Cole vs Ryder
» Retrouvailles à l'école [PV Layla Price]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-