sujet; "Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
Hécate Shacklebolt Loyauté, Détermination, Résilience.
❝ I wouldn't hold my breath if I were you 'Cause I'll forget but I'll never forgive youHunted ; Inventé

☇ pseudo complet & surnom(s) ; Hécate Shacklebolt  ou "Cat", surnom autrefois donné par sa petite soeur Léda. Depuis la mort de cette dernière elle refuse que quiconque l'appelle ains
☇ naissance ; 22 juin 1975 à la Nouvelle Orléans.
☇ ascendance; sang-pur (descendante de la célèbre dynastie des Shacklebolt par son père et du lignage des St Marc, puissant clan vaudou, par sa mère).
☇ métier ; ancienne enquêtrice au département de la Justice Magique, brigade du renseignement et contre renseignement. Actuelle fugitive/
☇ camp ; autrefois, le gouvernement. Par nécessité plus que par conviction. Désormais elle n'a plus qu'un camp : le sien.
☇ réputation ; jeune femme à l'esprit affûté, au tempérament volcanique et aussi habile dans l'art du doloris que dans celui du coup de poing dans le nez ou du couteau dans l'orbite.
☇ état civil ; Célibataire. Toutefois son coeur n'est plus à prendre.
☇ rang social ; Criminelle. Paria.
☇ baguette ;  Bois de cyprès, ventricule de coeur de dragon, 28 cm, parfaite pour des mouvements rapides et fluides (excellente arme pour les embuscades et les guérillas en milieu sauvage).
☇ épouvantard ; Sa grand mère, Léonora Saint Marc, le mage le plus noir et le plus malfaisant à ses yeux que le monde ait porté, loin devant Voldemort.
☇ risèd ; Elle-même, en paix, déchargée du poids de ses responsabilités, de ses angoisses.
☇ patronus ; Un alligator
☇ particularités ; aucune
☇ animaux ; un  Chat abyssin nommé Legba, au caractère épouvantable et au comportement proche de la psychopathie.
☇ Avis sur la situation actuelle :
Hécate a émigré depuis sa Louisiane natale vers l'Angleterre en 1998, suite au divorce catastrophique de ses parents et de l'obtention par son père de la garde exclusive de son petit frère et de sa petite soeur. Chargée par sa famille maternelle de protéger Virgile et Léda, encore enfants, de l’extrémisme de leur père et de sa fourberie congénitale, la jeune femme, alors âgée de 22 ans a abandonné son statut de princesse vaudou et sa vie aux Amériques pour suivre son père et s'est de là longtemps trouvée isolée au sein de la société britannique. Tout aussi peu désireuse de s'y intégrer que de choisir un camp dans le conflit interne du pays, Hécate a longtemps rejeté l'Angleterre dans son ensemble, n'attendant que le moment propice pour se détacher de l'influence presque vampirique de son père et ramener les petits au pays. Les temps ont toutefois bien changés et la jeune femme a désormais forgé ses allégeances: sa soeur de 13 ans, Léda, ayant trouvé la mort dans une attaque insurgée, elle nourrit à l'encontre des rebelles une haine farouche. Elle ira aussi loin que nécessaire pour leur faire payer sa douleur au centuple ainsi que pour protéger ses proche sur le sol anglais et tout particulièrement celui qui lui a tendu les armes de sa vengeance en lui accordant sa confiance: son mentor, Rabastan Lestrange. S'il suit le ministère, elle en fera de même, ce dernier lui apporte d'ailleurs revanche, pouvoir et protection. Mais que nul ne s'y trompe: Hécate n'a de loyauté qu'envers les individus qu'elle choisit d'épauler. Rabastan n'est pas le Seigneur des Ténèbres et la dévotion au premier n'est pas synonyme de fidélité au second. Princesse héritière des Clans Sacrés des marais, établis depuis la Louisiane jusqu'aux Caraïbes, elle a la fierté gravée dans les os et ne se mettra jamais à genoux face à un sorcier qu'elle juge indigne de respect, peu importe son sang et peu importe son titre. Elle choisit ses alliés, choisit ses allégeances et n'a de loyauté absolue que pour son clan d'origine, mené par sa Grand Mère, Léonora St Marc.

☇ Infos complémentaires ; Hecate est athlétique et possède un sens inné de la survie en milieu sauvage ou hostile. Née au coeur des marais de la Louisiane et formée depuis sa plus tendre enfance à l'art de la guérilla, elle est parfaitement capable de s'adapter même aux conditions de vie les plus rudes tout en demeurant une redoutable combattante / elle est ce que l'on peut appeler une experte dans le domaine des artefacts magiques ainsi que des créatures sauvages, un trait commun à tous les membres de son clan / elle est une excellente lanceuse de couteaux. Ne jamais la contrarier si un objet tranchant se trouve à portée de sa main: elle s'en servira déterminée, loyale, endurante.caractère volatile, orgueilleuse, revancharde. Elle possède une trace de morsure à la cheville droite, souvenir d'un douloureux épisode guerrier au cours duquel un poisson tigre Goliath appartenant au camp ennemi à tenté de l'entraîner au fond de l'eau des marais. On raconte que son mystérieux clan d'origine pratique les sacrifices humains, rumeur jamais démentie en ce qu'elle contribue à former autour d'elle une aura de peur.Hécate pratique la magie Occidentale  mais également la magie vaudou: broyer des os pour obtenir des talismans, ensorceler des animaux pour en faire des armes, invoquer des puissances noires et invisibles sont des pratiques dont elle a l'habitude, mais sa réelle spécialité se trouve dans les sortilèges de sang: en échange d'une mutilation volontaire, Hécate est capable d'utiliser ses fluides sanguins pour matérialiser des animaux aussi agressifs que redoutables, pour traquer, pour tuer. Sa plus grande arme n'est pas sa baguette mais elle même.Elle parle le français (sa langue maternelle), l'anglais et la langue noire, propre à son clan. Celle ci est un mélange de plusieurs langues indo-européennes ainsi que d'arabe, et lui sert souvent à proférer des invocations ou des sortilèges de magie noire. Hécate est destinée à succéder à sa grand mère à la tête des clans sacrés lorsque celle ci décèdera. Par conséquent, elle a depuis son enfance été considérée comme une future dirigeante et élevée comme telle par sa famille maternelle, au grand dam de son père qui aurait voulu faire d'elle une parfaite petite Shacklebolt, policée et docile. Hécate a, outre Léda, un frère cadet nommé Virgile. Elle est très proche de sa grand mère maternelle, Léonora St Marc, de sa tante maternelle, Annabelle St Marc et des enfants de cette dernière, Seth, Quini et Mako, tous demeurés en Louisiane. La Grand mère d'Hécate, Léonora Saint Marc, est une voyante extrêmement réputée et règne sur les clans depuis désormais près de 70 ans. La tradition veut qu'elle annonce une prophétie pour chaque nouveau né de la branche principale de la famille. Sibylline, comme toutes les autres, elle a pour Hécate une valeur sacrée mais la terrifie parfois: "Quand d'autres goûteront le miel de la vie, la petite en boira le sang. Reine des combats, déesse à la tête de lion, elle connaîtra moult haines mais un seul amour. Nul de plus, nul de moins. L'orage gronde, la blanche île aux falaises à pic appelle. Cour des animaux, la voilà agitée! l'île coule! La vipère attaquera, le caïman répondra et les serres d'un oiseau de nuit détermineront le destin de la princesse du Clan St Marc  . A ce jour, Hécate n'a toujours pas compris le sens de cette prophétie.

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi Juju ou Moody! au choix!. J'ai 22 ans, je viens de BRETAGNE! et j'ai connu le forum via Pansy! / bazzart / prd / ... Si tout va bien vous me verrez connecté(e) 7 jours sur 7. Un dernier mot ? paix sur vous, les pépitos.

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Hecate Shacklebolt le Mar 20 Déc 2016 - 20:43, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
Loyauté, Détermination, RésilienceThere might be pain, there might be suffering, but where others fall I will continue to rise
❝ L’enfant Caïman ❞

Petit, petit, assieds toi et ouvre tes oreilles bien grand! car voilà l'histoire de la petite fille Caïman.

Une nuit chaude et humide, lourde des vapeurs de l'été, naquit au coeur de l’éternelle et Nouvelle Orléans une enfant aux yeux d'ombre et à la peau d'ébène. Elle naquit avec les cris de tous les petits prêts pour la guerre de la vie, prêts pour la grande aventure! Quelle beauté! quel spectacle!

Sa mère était la descendante du clan St Marc, Anne Lise la si jolie, la fille de la grande Léonora, la fille de la matriarche vaudou des bayous et des caraïbes, l'aînée de la dynastie des grands guerriers de sang! Une princesse, voilà ce qu'elle était! Une princesse au ventre rond, une mère au sourire profond!

Son père quant à lui, tu aurais du le voir! Quelle prestance trompeuse! quelle joie bien fâcheuse! Il était le froid sous la chaleur, le calcul sous une belle armure! Eric Schacklebolt, voilà quel était son nom! Il venait de l'autre côté de l'océan, ce banni, chassé par sa famille pour avoir soutenu un mage plus noir que les iris de son enfant tout juste née! En silence il avait fuit sa patrie, en silence il s'était glissé dans notre pays, puis dans le coeur d'Anne Lise, puis dans son lit! Il était silencieux sur son passé, ça oui il le cachait! Léonora avait bien vu mais sa fille résistait! l'amour a ses raisons que la raison ignore et la perfidie du serpent anglais, elle l'ignorait!

Viens la suite de l'Histoire! Écoutes bien car l'enfant grandit!

Passèrent les jours, passèrent les années et soudain, le bébé se transforma en petite fille!
Regardes dans les flammes, bel enfant! regardes la fumée! tu la vois?
Elle court et elle saute avec ceux de son espèce, l'enfant sauvage du bayou! elle connaît les murmures des crocodiles, elle caresse leurs écailles et monte sur leur dos! Elle nage, elle ne craint pas l'eau noire, c'est une petite fille caïman! comme sa grand mère avant elle! et la voilà qui rit aux côtés de ses futurs frères d'armes! la voilà qui rit, quand ses futures alliées de guerre lui tressent les cheveux! tous unis! tous amis pour aussi longtemps que le soleil se lèvera à l'Est! admire la troupe d'enfants des marais! vois la curieuse compagnie de ces petits prédateurs! ils sont vifs et colorés, brillants comme des étoiles! déjà ils savent tuer mais quelle vie dans leurs coeurs! Hécate a maintenant un frère et une petite soeur! elle grandit, vois comme elle pousse!

Tic tac, tournèrent les aiguilles du temps, et Hécate changea avec les saisons! elle se transforma en une jeune femme aux yeux brillants et à la chevelure souple! Comme elle courait à travers les forêts et comme elle combattait aux côtés de ses aînés face aux ennemis du clan St Marc! Elle était devenue ce qu'elle était née pour être et aux côtés de sa grand mère, des ses aïeux, elle apprenait afin un jour de porter la couronne des clans! De graver dans le bois de chaque arbre son nom! De le murmurer au vent, qui le porterait jusqu'aux confins des Caraïbes et des ses eaux bleues! Comme elle était grande la princesse Caïman, la jeune Hécate, qui protégeait les faibles faibles et punissait les insolents! Sa baguette était aussi souple que son esprit et nous avions tant d'espoirs! Tant d'espoirs...

Puis vint l'orage, vint la pluie, vint le retour du mage Noir et le début de l'infamie...Quand le serpent anglais, son géniteur perfide appris la nouvelle il laissa tomber le masque et déchira son costume d'époux! Son costume de père! La joie devint aigreur, la patience irascibilité, la tolérance fanatisme! Son ombre grandit et éclipsa la lumière de sa femme! Comme elle pleura, des torrents de larmes, alors qu'il rêvait déjà à un départ, à retourner près du monstre blanc à l'âme fragmentée! Il chercha à la séduire, il ondula comme un cobra, mais elle refusa de céder et le cobra devint un basilic! Il se dressa face à elle, cracha et mordit, la mena presque à la folie! Les efforts de tous furent vains, Léonora menaça mais sa fille l'empêcha de punir l'impudent! Notre princesse Caïman observa l'orage avec derrière elle ses protégés les plus chers, son frère et sa soeur, fruits de la même union brisée et fracassée comme un miroir! Les cris déchirèrent l'air, les menaces se firent amères, les mots acides, le père de plus en plus avide!

Et un jour il alla chercher l'aide de Boston! L'aide des magistrats! Celle des avocats, des Judas! Ceux çi virent un homme malin à l'accent bien propre! ah ils le virent! et ils l'aimèrent, ce fils de chien! Anne Lise, la beauté déchue, ils l'aimèrent moins! Désespérée, exténuée elle fit un pauvre effet! Une bien piètre impression! et avant qu'elle ne puisse dire un mot, elle perdit ses enfants, ils les prirent sans sa permission!!

Hécate, la pauvre Hécate regarda son coeur se déchirer en lambeaux et son père piétiner sa mère et tous ses cadeaux! Les petits firent leurs valises, ils firent leurs adieux et de sa mère, Hécate reçut une prière, une supplication, un voeux: qu'elle accompagne ses cadets an Angleterre, que sa rage et son feu les garde en sûreté! qu'elle garde en elle le souvenir de sa terre et parte affronter l'enfer! qu'elle suive le diable Shacklebolt, qu'elle suive son père! La belle mission! La belle affaire! L'enfant Caïman, la princesse des sauriens, envoyée chez les vauriens, réduite à une moins que rien! Adieu couronne, adieu le soleil de la Louisiane! elle perdrait nom et renommée dans un monde construit pour d'autres et pour d'autres formaté!

Elle obéit notre petite! Elle partit pour l'île grise par delà la mer, la voix de sa famille dans le coeur, le souvenir des combats dans le sang.

Et c'est mon tout petit, de l'histoire d'Hécate Shacklebolt, le commencement...

❝ Here Come hot tears and Battle scars ❞18 Août 1996, Nouvelle Orléans, Louisiane

Les grillons faisaient au coeur du marais un tintamarre digne d'une fanfare aux partitions bien rodées. La nuit était lourde, lourde de la chaleur de la terre, de la moiteur de la boue, lourde de la sueur des hommes et de leurs haines intestines.
Au coeur de l'ombre brillait la majestueuse Nouvelle Orléans, qui perçait le noir comme un phare aux mille lumières. Et au délà de cette dernière, le marais, ses tréfonds puants et ses dédales de cyprès engloutis, de rivières à l'eau opaque. Ses armadas de moustiques, de serpents invisibles dans les hautes herbes, de sauriens en chasse, de créatures multiples dont les hurlements, chants, cris, formaient une mélodie nocturne et terrifiante que seuls savaient apprécier les enfants du bayou.

Ils étaient d'ailleurs cette nuit là tous en route. En route pour le Grand Concile de guerre. Léonora St Marc, matriarche des clans sacrés depuis bientôt près de 70 ans, avait convoqué toutes les familles, tous les guerriers, sorciers, manipulateurs de poupées et nécromanciens à la rejoindre pour une rencontre au sommet, attendue de tous depuis déjà des mois.

On savait que seraient débattus l'avenir de la secte des putréfiés, la position des clans sur la question du gouvernement sorcier blanc de Boston, les mesures à prendre contre les rivaux hispaniques de la côte Ouest. Autant de décisions qui seraient prise au terme de nombreuses disputes, de nombreux cris, au terme d'affrontements qui en viendraient peut être même aux mains. Il en était ainsi depuis maintenant des siècles et une tradition telle que celle des clans sacrés n'était pas prompte au changement.

Il y avait une personne qui attendait ce concile plus encore que les autres: la jeune princesse Caïman, héritière de Léonora, Hécate. Alors que les lucioles entamaient leur danse nocturne entre les pans de mousse et les herbes folles, la jeune femme sillonnait le bayou sur un bateau de bois propulsé par la magie. Derrière elle, à la poupe, se trouvait Seth, Quini et Mako, ses cousins et éternels complices dans toutes les aventures et âneries qu'elle avait pu vivre depuis sa naissance. Les quatre fantastiques, les quatre mousquetaires ou les quatre cavaliers de l'apocalypse, selon les avis. Chacun avait son opinion sur les St Marc, mais une idée demeurait toutefois: cette famille était dangereuse et avait fait couler assez de sang, depuis sa légendaire naissance sur les rives du Nil, pour inonder un pays entier.

Ils étaient craints, certains plus que d'autres, mais ils terrifiaient, ces enfants des crocodiles, ces guerriers aux yeux noirs et aux traits altiers. Hécate, la fille de l'anglais -ce...Shacklebolt- était la première en lice pour succéder à la formidable Léonora, montagne d'autorité et de puissance, et nul ne doutait qu'elle y parviendrait.

Il aurait d'ailleurs été risqué d'affirmer le contraire à ce moment précis, alors que la jeune femme se rendait au concile entourée de ses plus proches amis et alliés. Petite mais athlétique, elle avait hérité de la longue crinière noire de sa mère, alors coiffée en une multitude de tresses ornées de perles et brillants d'éclats dorés. Ses yeux étaient noirs et charbonneux, sa peau lisse et marquée des peintures rituelles propres aux enfants de dirigeants. Elle portait sur le visage les marques de la mort, un simulacre de crâne peint à l'argile blanche et à la cendre afin de lui donner l'air d'un squelette aux orbites pleines dont seule la bouche avait un aspect humain. Ses cousines, jumelles, et son cousin, plus âgé, portaient quant à eux des maquillages similaires mais variant en couleurs ou dans les détails, le groupe formant comme un quatuor de revenants, la pâleur de l'argile scintillant sous la lune pleine.

Hécate avait attendu ce moment toute sa vie. Ce concile était le premier au cours duquel elle prendrait place aux côtés de sa grand mère, au même titre que sa tante, et qu'elle pourrait prendre la parole en tant que chef de guerre. Elle avait été commandante d'unité à l'âge de 15 ans et six années de plus avaient été nécessaires à sa maturation, à son entraînement, afin qu'elle devienne une meneuse sans concessions, sans failles et sans pitié.Cette nuit, elle se lèverait et donnerait ses premiers ordres à une assemblée qui l'avait vue naître.

La jeune femme de 21 ans inspira profondément alors que le bateau s'engageait dans un bras d'eau à peine assez large pour lui. L'eau noir d'encre était parcourue de ridules et une forme massive passa au ras de l'embarcation, la faisant tanguer un petit peu. Hécate n'eut le temps d'apercevoir qu'une tête écailleuse au dents proéminentes et une paire de nageoires grisâtres avant que la créature ne s'enfonce de nouveau sous l'eau, montant la garde avec ses soeurs autour du lieu de rassemblement des vaudous.

La Cabane sur Pilotis.

Elle avait été le lieu de tant de conciles, d'unions et de déclarations de guerre que nul ne pouvait imaginer se rassembler ailleurs qu'en ces lieux légendaires, bâtis par les premiers esclaves afin de pratiquer leur magie loin de leurs maîtres. L'endroit n'avait désormais plus de cabane que le nom et l'apparence extérieure. Perchée sur des troncs à demi immergés, la petite bicoque bancale semblait prête à tomber à tout moment, mais à la seconde où l'on passait la porte se découvrait une formidable demeure à la décoration riche et hétéroclite, au parfum capiteux et à la lumière tamisée. Ensorcelée, la Cabane n'attirait que ceux qui la connaissaient. Les ennemis des clans sacrés avaient bien tentés de la trouver ou de la détruire au cours des âges mais cette demeure changeait constamment de position, protégée qu'elle était par d'antiques sorts de protection. Seuls les initiés en connaissaient la route et savaient déjouer les pièges qui la gardaient: chemin magiques tracés sur l'eau, le long desquels un seul faux pas vous envoyait par le fond-, poissons tigre-goliath grossis à l'aide de la magie et constamment affamés, chauves souris ensorcelée, poupées espions pendues aux arbres , cadavres reposant sous la vase dans l'attente d'intrus....
La Cabane était un sanctuaire et quand Hécate aperçut sa modeste silhouette au milieu d'une clairière inondée, elle fit signe à son cousin d'accélérer le moteur.

-Magnes toi! On est en retard!
-Détends toi moustique, répliqua Seth dont la cigarette touchait à sa fin, on est parfaitement à l'heure! tu connais l'expression "quart d'heure de politesse"?
-Tu veux savoir ce qu'on pense Kitty-Cat? demanda Quini, un sourire provocateur sur les lèvres.
-Tu te soucies trop de tout, finit Mako.
-Et vous votre problème c'est que vous ne vous souciez de rien! rétorqua Hécate avec un éclat de rire féroce avant d'envoyer une giclée d'eau à la tête des jumelles, qui reculèrent dans un concert de cris d'indignation.

Seth jeta l'ancre au milieu du plan d'eau et sans sembler s'inquiéter une seconde, enjamba le rebord de l'embarcation avant de sauter à l'eau. Au détail près qu'il ne traversa pas la surface ondulante du marais. Ses pieds se posèrent sur l'eau comme il l'auraient fait sur de l'herbe sauvage et il baissa les yeux, observant paresseusement un poisson monstrueux évoluer juste sous lui.

-On se dépêche les minettes! et on suit mes pas! Quini laisse ce putain de paquet de clopes ou je te fous à la flotte!


Quini lâcha un râle d'exaspération et suivit son frère cadet -qui avait pris la sale manie de se comporter comme l'aîné depuis qu'il les dépassait toutes de deux têtes- et le suivit alors qu'il marchait sur l'eau en suivant un chemin que lui seul semblait voir. Mako suivait sa soeur de près et en dernier marchait Hécate.

Plus la Cabane approchait et plus son coeur battait vite. Il était maintenant semblable à un cheval au galop et lorsqu'ils grimpèrent la courte échelle menant à la porte, elle laissa ses yeux se perdre sur l'eau de la clairière. Il y avait déjà de très nombreuses barques amarrées là. Des centaines de personnes devaient à ce moment précis être assises dans la grande salle du concile à fumer, manger et se disputer pour la forme. Sa grand mère devait être assise sur son trône d'os, de plumes et de bois, gardienne vigilante de la foule colorée. La jeune femme douta un instant d'être prête. Prête à jouer dans la cour des grands. Le meurtre, le sang, le combat, n'avaient plus aucun secret pour elle. Mais chaque année lui apportait de nouvelles responsabilités. Sa mère ayant un manque flagrant de puissance et d'instinct décisionnel, et sa tante ayant au contraire un peu trop de velléités belliqueuses, elle avait été choisie.
Choisie pour décider.
Choisie pour saigner.
Choisie pour régner.
Ce soir, elle allait diriger leurs combattants contre la secte des putréfiés, dont les nécromanciens avaient depuis peu pris possession de Baton Rouge, trop près de leurs frontières. La bataille serait sans merci, un véritable bain de sang et c'était elle, petite fille d'une vingtaine d'années qui allait tirer sa lame et sa baguette avant d'ordonner à leurs sorciers de se jeter dans la mêlée, qui choisirait pour tous la marche à suivre de ce jeu de mort.
Nerveuse, Hécate passa une main dans ses tresses, toucha l'argile qui recouvrait la partie supérieure de son visage -en espérant que le crâne peint à même la peau aurait l'effet escompté- jusqu'à ce que Seth l'attrape par l'épaule. Il avait beau être de trois ans plus jeune qu'elle il avait une carrure de déménageur et la maturité de tout bon guerrier. Il avait été un adolescent responsable et devenait un homme tout aussi protecteur.

-T'es parfaite, crevette. Rentres là dedans et montre leur qui est le chef.

Hécate le dévisagea, regarda son visage aux traits fiers et anguleux.

-Si je me plante, Nana va me tuer.
-Comme si elle allait toucher à un cheveux de ta caboche! La violence chez elle, c'est pédagogique!
-Alors elle me bottera pédagogiquement les fesses.

Seth éclata de son rire rauque.

-Tu es prête Hécate. Je suis sous tes ordres depuis trois ans et toutes les vendetta que tu as menées ont été des succès. Tu es née pour ça, et je parles pas de nos conventions en matière de succession! t'as le pouvoir dans le sang, alors laisse ton sang parler! Si tu paniques, on sera juste devant, au premier rang, t'auras juste à regarder la salle tronche des jumelles pour reprendre courage!

-Sale petite charogne! fit Hécate avec amusement en sautant pour lui coller une claque bien méritée sur le côté du crâne. Seth esquiva avec souplesse et désigna la porte avec une révérence.

-Si Madame The commander veut bien se donner la peine.

Ils entrèrent dans la Cabane et comme à l'accoutumée, les odeurs de fumée et d'encens sautèrent aux narines d'Hécate. Les chandeliers et lampes à huiles étaient allumés, les portraits conversaient tranquillement d'un tableau à l'autre et les têtes miniatures rapportées d'amazonies se fendaient la poire à propos d'une plaisanterie sur des cannibales. En voyant arriver la dernière génération des St Marc, elles s'interrompirent et déclarèrent en coeur:

-Bienvenue princesse, bienvenue beau gosse, bienvenue les beautés! Heureusement qu'vous êtes là, l'était temps d'arriver! Tout le monde est dans la grande salle et tout le monde crève la dalle! magnez vous d'y aller vous êtes attendus et faîtes gaffes à pas vous faire botter le cul!

Hécate leur adressa un signe de la main alors qu'elle ouvrait la marche. Les sorciers de garde ce soir là s'inclinèrent sur le passage des descendants de la matriarche et lorsqu'ils arrivèrent devant les portes noires menant au grand salon,  celles çi s'ouvrirent seules.

Devant eux, une immense pièce, des visages fiers, une myriade de couleurs, de bijoux, de baguettes et de bâtons magiques, de poupées de cires posées sur le sol, de serpents sommeillant sur les commodes, de chats perchés sur les épaules de leurs maîtres, et devant l'assistance, le trône d'os. Léonora St Marc posa son regard noir, ses yeux fripés, sur les nouveaux arrivants et ne dit rien, se contentant de pencher la tête vers l'avant en guise de salut. Hécate avait l'habitude de cette attitude. Il n'y avait en ces lieux aucune grand mère pour elle et seulement une dirigeante. La tendresse viendrait plus tard cette nuit là, lorsque tout serait conclut.

Alors elle posa un genoux au sol, tournant la paume de ses mains vers le ciel en signe de respect. Un garde frappa le sol de son bâton et annonça d'une voix forte:

-Kaonsil! Hiré Quini a Mako deho klan St Marc, bahila sangue e mirohiri sorké!  Seth deho klan St Marc, Lida ouniti haounta! e Hécate St Mark! Kommanda gera e prinkessa dehi Klani Sakri! Bohiohed!  (Concile! Voilà devant toi Quini et Mako du clan St Marc, danseuses de sang et sorcières miroirs, Seth du clan St Marc, chef des traqueurs et Hécate St Marc! Commandante de guerre et princesse des clans! Incline-toi!"

Hécat fit quelque pas en avant et observa la foule alors que celle çi, exception faîte de sa grand mère, inclinait la tête et posait une main sur son coeur pour la saluer. Tous la regardaient.

Inclinant elle même la tête elle se tourna vers sa grand mère et cette dernière frappa le sol de son bâton par trois fois.
Clac!
Clac!
Clac!


-Kene Kaonsil dehi Klani hegin!

Hécate vint prendre place à la droite du trône et posa son couteau ainsi que sa baguette devant elle, comme tous les dignitaires. Sa tante, placée à la gauche de la matriarche, lui adressa un sourire complice. Mako, Quini et Seth, au premier rang de l'Assemblée, lui sourirent.

"Que le concile commence".

Et que la guerre bientôt, ravage les terres de la Louisiane.

❝ The Grey mornings of England ❞2000, Londres

La lumière qui tombait sur l'allée des embrumes était grise. Tout en Angleterre semblait gris et malgré les années, Hécate avait peine à s'y habituer. Les matinées de la Nouvelle Orléans étaient parfois recouvertes de brouillard mais toujours chaudes et teintées de mystère. Ici, la pluie dégoulinait des briques comme un suc répugnant et c'était comme si l'air lui même transpirait une sueur froide. Les rues sentaient la pluie, le béton et la peur.
Se détournant de la fenêtre de son appartement, Hécate ouvrit les portes de son placard et en sortit une robe noire qu'elle enfila avant de placer à ses oreilles des boucles d'oreilles en argent. Tout était hors de prix, ouvragé à la perfection et adapté à ses nouvelles fonctions.  
Employée stagiaire au ministère de la magie. Il avait fallu du temps, des relations et des faveurs à son père pour lui obtenir ce poste bien qu'elle ne l'eut jamais réclamé, allergique qu'elle était à toute forme de procédure administratrive. Malheureusement pour ses allergies, Il semblait que les membres du gouvernement en contact avec son charmant géniteur aient littéralement sauté sur l'occasion de placer une des rares Shacklebolt encore en vue en vitrine du système, toute "sauvage" et "farouche" qu'elle était. Hécate représentait pour eux ni plus ni moins qu'une pastille de ce que les moldus appelaient "javel": elle ôtait les tâches, et celles qui marquaient sa famille étaient de celles que le Magister n'était pas prompt à oublier.
Elle n'avait pas bondi de joie à l'annonce de sa nomination, loin de là. Un travail de bureau. Un travail de sous-fifre. Si cela n'était pas l'enfer, ça y ressemblait presque trait pour trait et tout les éléments de sa nouvelle vie, qui s'accumulaient depuis maintenant près de deux ans, semblaient tous concorder pour créer un tableau toujours plus gris, toujours plus insupportable et abrutissant. Hécate haïssait cette existence mais s'était pliée à la volonté de son père, se rappelant la raison première pour laquelle elle avait daigné venir en Angleterre en même temps que ses cadets.

"Protèges les Hécate, jures moi que tu les protégeras."
"Ton père les perdra tous mon enfant. Suis les."
"Quand le moment sera opportun, ramènes les. Nous veillons sur ta mère."
Jures moi que tu les protégeras.

Hécate n'était pas seule dans cette grande équation que représentait leur vie, et son frère ainsi que sa soeur, se devaient de demeurer en sécurité et bien nourris jusqu'à ce que...que quoi d'ailleurs?
Que leur père décède? Que Voldemort passe à trépas? que les insurgés soient définitivement écrasés et que la survie de la famille devienne assurée?
"Quand le moment sera opportun".
Une belle expression pour une notion atrocement vague.
Hécate ne savait pas quoi attendre du futur et avait la plus grande peine du monde à s'adapter à ce nouveau pays, à ce nouveau rôle qu'on lui avait assigné lorsque son père avait décidé de tomber le masque et briser leur famille pour retourner se cacher dans les jupes du Seigneur des Ténèbres.
En Louisiane, elle avait été une princesse, ici elle n'était personne.
Rien ne l'attendait. Rien ne la faisait avancer et cette guerre n'avait pour elle pas le moindre intérêt. Tout ce qui avait été fait depuis son arrivée sur cette île de malheur l'avait été pour sa famille, tout ce qui serait fait, serait fait pour les mêmes raisons. Elle n'avait pour les mangemorts aucune admiration et pour les moldus aucune haine. Mais elle avait appris à toujours se trouver du côté du manche, particulièrement quand l'avenir des siens se trouvait dans la balance. Le sommet de la pyramide permettait de voir venir les dangers et écraser plus faible que soi était souvent le tragique prix de la sécurité.

Alors chaque matin elle se levait pour accomplir ce devoir qu'on avait choisit pour elle: protectrice de ses cadets, un rôle assigné par sa mère, et fierté des Shacklebolt, un rôle qui ne lui allait pas mais qu'elle s'efforçait de jouer. Pour Virgile. Pour Léda.
Chaque matin elle traversait l'allée des embrumes la tête haute. Certains la saluaient comme on salue la fille d'un des plus grands historiens du gouvernements, d'autres évitaient son regard.
Chaque matin, elle pénétrait dans le hall du ministère de la magie et inclinait poliment la tête devant les cohortes de Mangemorts qui arpentaient les couloirs. Certains lui adressaient en retour des sourires en coin. Ils étaient amusés et légèrement intrigués par ce petit bout de jeune femme aux yeux noirs et à l'expression déterminée, fraîchement débarquée de Louisiane et déjà assignée à la brigade de police sorcière. On racontait qu'elle était aussi habile de sa baguette que des armes blanches -toutes moldues qu'elle soient- et que formée correctement, elle rejoindrait peut être un jour leurs rangs. Peut-être. Il aurait sans doute été plus facile d'en juger si la gamine cessait un instant de se comporter comme un fauve farouche, prêt à sortir les griffes. Pas commode la Shacklebolt, pas facile à approcher et encore moins à tenir en respect. Gare à celui ou celle qui avait le malheur de la contredire avec un tant soit peu d'ironie lorsqu'elle se trouvait lancée dans une enquête ou un rapport. Devenue la bête noire des gratte-papiers, la terreur des secrétaires Hécate constituait l'objet d'étude de quelques mangemorts, les plus curieux d'entre eux, toujours ravis de la voir dispenser ses discours acides lorsqu'un individu un peu trop sûr de lui se sentait d'humeur spirituelle. Il lui faudrait peu de temps pour grimper les échelons.

Hécate était douée, trop douée pour demeurer longtemps cantonnée à un rôle aussi routinier qu'effacé. La jeune femme était un être de feu, aux veines emplies du fuel le plus inflammable et une étincelle suffirait à l'embraser, à la faire briser ses chaînes. Un jour, elle trouverait une raison de sortir de sa torpeur. Et ce jour là, ils pourraient tous trembler.

❝ Diplomatie et coups de griffes ❞ don't give me a reason to want you dead...

Hécate leva le nez de son parchemin en même temps que son chat Legba, qui paressait depuis le début de la matinée sur une pile de document. La porte du couloir venait de claquer et des pas vifs se dirigeaient vers le placard à balais que son supérieur hiérarchique appelait généreusement "bureau". Joie, félicité et sérénité: il était l'heure de sa beuglante du matin.

-un, deux, trois....compta la jeune femme.
-Shacklebolt! où sont ces fichus dossiers?!

Précis comme une montre suisse. Chaque matin sans la moindre exception, Hécate recevait la visite d'un mangemort plein de zèle et au caractère plus qu'ombrageux: Thelonius Blackwood. Elle avait cru comprendre que la famille de son père était liée à celle des Black par un quelconque lien de parenté, mais elle n'y avait guère prêté d'attention: tous les sang-purs étaient après tout plus ou moins cousins.
La seule chose qui lui importait était que Blackwood ne pouvait s'empêcher d'empiéter sur son espace vital au moindre revirement d'humeur, et qu'il avait une fâcheuse tendance à hausser la voix. Dès qu'il se trouvait contrarié - c'est à dire environ toutes les demi-heures- les couloirs résonnaient de ses invectives et son visage se crispait jusqu'à lui donner l'air d'un fauve prêt à mordre. Ses cheveux châtain clair quittaient alors leur coiffure nette pour lui retomber devant les yeux et il crispait la main sur sa baguette comme si l'envie de poignarder son interlocuteur avec le démangeait. Hécate n'était que très peu impressionnée par ses démonstrations de colère, elle avait vu bien pire lors des conciles de sorciers en Louisiane. Mais Blackwood avait des yeux d'un bleu presque blanc, qui la dérangeaient et lui donnaient l'impression d'être sermonnée par un husky devenu fou. Elle doutait d'avoir la patience de le supporter encore bien longtemps et se prenait parfois à souhaiter qu'un ulcère l'achève avant qu'elle ne se décide à le faire.

Alors qu'il pénétrait dans son bureau, tempêtant et jurant comme à l'accoutumée, elle posa sa plume et inspira. Surtout, pas de mot plus haut que l'autre. Hécate avait des cordes vocales plus qu'efficace et se serait volontiers offert une extinction de voix à retourner le Taj Mahal en d'autres circonstances mais le destin avait voulu que ce nigaud démoulé trop chaud soit son supérieur direct et si elle voulait conserver son poste, elle se devait d'agir et de lui parler comme s'il avait plus de deux neurones à l'intérieur du crâne. Crâne qu'elle aurait volontiers fracassé à coups de presse papiers, toujours en d'autres circonstances.

-Bonjour à vous aussi. Puis-je demander à quels dossiers vous faites référence ce matin? ceux de la dernière descente sont aux mains de vos hommes, un hiboux est en route avec les rapports de la semaine dernière et je crois savoir que vous êtes en possession de ma dernière note sur les miroirs volés.


Blackwood la fusilla du regard. et plaqua ses mains sur le bois du bureau, le chat d'Hécate lui crachant aussitôt dessus avant de filer se mettre en sûreté sur une armoire.

-Les interrogatoires des derniers prisonniers, Shacklebolt. Je vous avais ordonné de me les donner aujourd'hui à la première heure.

-Il est sept heures du matin, je vois difficilement comment faire plus tôt. En outre, vos mains sont actuellement collées sur les dits interrogatoires et l'encre est encore fraîche.

Blackwood poussa un juron retentissant et recula avant de remettre ses cheveux en place et de brailler:

-Vous ne pouviez pas me prévenir?!
-Cela aurait été avec plaisir, répondit Hécate tout en ramassant ses papiers, mais je m'en serais voulue de vous contrarier en vous interrompant. Je connais votre attachement au respect de la hiérarchie.

Blackwood la sonda des yeux comme s'il cherchait une réponse appropriée, se massa l'arcade nasale et finit par cracher:

-Recopiez moi ça et envoyez les moi aussi vite que possible.
-Mais certainement. Toutefois, si je puis me permettre...

Le mangemort poussa un soupir d'exaspération, ramena une nouvelle fois ses cheveux vert l'arrière et siffla:

-Quoi?
-Vous avez de l'encre sur le nez.

Blackwood s'empourpra et quitta le bureau en claquant la porte, le bruit de ses cris de contrariété résonnant dans tout le couloir. Hécate se tourna vers son abyssin, qui était revenu se lover à ses côtés.
-Cet homme a un caractère épouvantable.
Le chat se contenta de miauler d'un air las.
-Je sais, la pression du métier. La couronne de la tyrannie est bien lourde à porter...notes donc ça pour la postérité.

Et sur ces mots, elle colla un petit coup de plume sur le museau du chat, qui feula et partit faire ses griffes sur une vieille boîte en carton. Blackwood ne perdait rien pour attendre...un jour, il finirait par glisser dans l'escalier et ce serait fort malheureux.

Mais après tout et comme le disent les français "c'est la vie"

-Eh oui, murmura-t-elle en souriant, amusée par sa propre pensée, "c'est la vie"



Dernière édition par Hecate Shacklebolt le Mer 21 Déc 2016 - 13:11, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas

WIZARD • always the first casuality
Pansy Parkinson
Pansy Parkinson
‹ disponibilité : dispo bitches
‹ inscription : 25/10/2014
‹ messages : 4640
‹ crédits : prométhée
‹ dialogues : 'lightcoral'
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt 1481838266-pangif

‹ liens utiles :
pansy parkinson ft. adelaide kane, nephtys shafiq ft. phoebe tonkin, kid o'faolain ft. richard harmon, maksim dolohov ft. tom hiddleston, amara bataglia ft. rowan blanchard

‹ âge : vingt-quatre ans (née le 5 mars 1980)
‹ occupation : rentière déchue, mondaine destituée.
‹ maison : le choixpeau s'est a peine attardé sur sa tignasse brune avant de l'envoyer à Serpentard, dont elle est devenue préfète en 5ème année.
‹ scolarité : de 1991 à 1998.
‹ baguette : Elle faisait 19 centimètres, en merisier et cheveux de vélane, capricieuse et imprévisible, sensible aux sentiments négatifs. Cette baguette a cependant été volée par le Limier et aujourd'hui, elle en utilise une autre, bien moins adaptée à sa main.
‹ gallions (ʛ) : 7158
‹ réputation : Rien qu'une sorcière de salon, une bonne à pas grand-chose en dehors des ragots et commérages, une peste se régalant du malheur des autres, une idiote aveuglée par ses sentiments, moralisatrice en dépit de son propre penchant pour les écarts et les erreurs. Le roquet de Malfoy, puis celle que Blaise Zabini a cocufié, abandonné puis engrossé avant de partir à nouveau. Une garce qui mérite tout ce qui lui arrive. Une enfant gâtée, malgré l’aide donnée aux insurgés dans l’infirmerie de fortune de Poudlard.
‹ particularité : Complètement à la dérive depuis la fin de la guerre, on la croise souvent alcoolisée et cruelle, prête à se greffer à la moindre rixe, au moindre esclandre.
‹ faits : Elle a perdu la garde de ses filles, les jumelles Violet et Briar-Rose (née en Aout 2002) à la fin des combats, car on a jugé son sang pur comme inapte à les élever et ce même si leur père, Blaise Zabini, est considéré comme un héros de guerre. Elle a également perdu sa fortune et son statut et n’a plus aucune influence. Personne n'est tendre avec elle car les anciens rebelles la voient comme une garce à abattre et les sorciers lambda n'ont l'image que d'une gamine pourrie gâtée qui vivait dans une tour d'ivoire alors qu'ils crevaient de faim. Condamnée à vivre dans une demeure autrefois grandiose mais maintenant totalement insalubre, elle ère coincée entre sa mère tyrannique et sa tante furieuse, désœuvrée et désabusée.
‹ résidence : Dans l'hôtel particulier Parkinson, situé dans le quartier de Barkwith, sur le Chemin de Traverse. Ancien symbole d'une grandeur aujourd'hui étiolée, la demeure tombe en ruine et menace de s'écrouler depuis les émeutes de janvier 2002. Ses parents possédaient un manoir à Herpo Creek, il n'en reste qu'un tas de cendres et elle n'a plus accès à son bel appartement de la Bran Tower depuis la désertion de Draco durant laquelle elle a également pris la fuite.
‹ patronus : Une hirondelle à peine corporelle
‹ épouvantard : Les corps inanimés de Briar-Rose et de Violet.
‹ risèd : Simplement un matin ordinaire, des draps clairs et propres, une chambre lumineuse, des rires d'enfant emplissant le couloir avant que les deux têtes brunes ne sautent sur l'épais duvet. Un avenir pour elles, aussi, surtout.
http://www.smoking-ruins.com/t3200-pansy-fleur-du-mal
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
Kniiiii kr
Hého, c'est quoi cette délation, là èé je nie toute responsabilité, j'ai pas mis longtemps à te convaincre (a)
Bienvenue sur Excidium ! J'espère que tu vas t'y plaire han N'hésite pas si tu as la moindre question, tu sais où me trouver et tu peux contacter les filles aussi, elles se feront un plaisir de t'aider.
J'ai hâte de lire ta fiche en tout cas, bon courage pour la suite bave

• • •


Some days I feel everything, others are numbing, can never find the in between, it's all or nothing. Half my bones in city streets, the other in my sheets, and I don't think they'll ever get the chance to meet. I never wanted to be here now, one foot in the grave, other on the ground. I can't process what I'm feeling now, this skin I can do without.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Tumblr_mntzq9TUsO1re72ijo1_400

ma cousine, kesketiébelle. jule
j'ai commencé à lire ta fiche et cughbfcoifoier j'ai hâte de te voir validée, gosh, Hecate (qui est le prénom de mon chat IRL, comme quoi hein) promet d'envoyer du lourd. Bienvenue dans la famille beauté, n'hésite pas à me mpotter pour parler chiffon (ou plus largement de la famille, mu). hinhin
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
June Winchester
June Winchester
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Tumblr_n386dvTGPL1rv3a9bo4_250

‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5935
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
CAPTAIN MILLS I love you
J'admire le choix de l'avatar juste trop parfait de la vie là trognon
Bienvenuuuue sur exci ! N'oublie pas d'aller réserver la miss et puis pour le reste Panpan a tout dit brille bonne chance pour l'écriture de ta fiche et amuse-toi bien parmi nous minikr

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
Pansy a encore ramené son club mg Bienvenue ici, bon courage dans ta rédaction !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
Bienvenue kr
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
Welcome, divinité lunaire What a Face
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty

bienvenue et bon courage pour ta fiche! palpite
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
OMG, je connaissais pas l'avatar mais WOW ! j'adhère à 2000%, c'est absolument magnifique !
love leche
bienvenue parmi nous, mam'zelle !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

"Si vis pacem para bellum"- Hecate Shacklebolt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Hecate, le retour.
» Alors, paraît que y'a un p'tit festin de charogne par ici ?
» Quand paraître n'est pas être...
» Le sacrifice paraît une condition nécessaire à la vie ▬ Heather
» Une lionne fête ses 19 ans il paraît!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-