sujet; †† BAD-BOY ICARUS--
MessageSujet: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyLun 8 Juin 2015 - 22:59

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
abram "mag" keenan
feat willy cartier • thug's mermaid

wizards • scénario
• nom complet ; Abram Keenan. Ça rentre et ça sort dans la tête des gens, sans vraiment s'y arrêter. C'est incisif, ça fonctionne, il n'a jamais désiré plus. Un illustre inconnu qui le demeure. • surnom(s) ; Mag. Mélange de folie — mad — et de son totem, la pie voleuse — magpie. C'est un surnom qu'il utilise plus comme nom, maintenant; c'est même ainsi qu'il se présente, à tous ces gadjé ambitieux qui veulent utiliser son talent. • naissance ; un soir d'orage, un neuf mars mille neuf cent quatre vingt, sur la route en irlande. • ascendance ; de sang-mêlé. Il ne s'étend jamais sur le sujet, car il a toujours rêvé de mieux, de plus. • camp ; celui du pouvoir. Le sien. Aujourd'hui, c'est le gouvernement; quant à demain, qui sait? • métier ; entrepreneur indépendant, dit-il. Occupé à se construire une vie meilleure. En fait, il gagne son pain de trois façons: le jour, il aide à la réparation du cuir au Chemin de Traverse, grimoire, accessoires de Quidditch et autres objets qu'il considère superficiels; la nuit, il se bat, à mains nues, côté moldu, les paris nourrissant un ego qui ne fait que grandir; et parfois, trop souvent même, il est à la botte de Parkinson, papillonnant ici et là pour récupérer des informations. • réputation ; un âme que l'on dirait en peine, avec ses silences trop longs et ses regards orageux; un visage parmi les autres, indiscernable, mystérieux mais pas curieux. Quand on note sa présence, quand on se souvient de lui, on se remémore seulement sa froideur et sa distance, sa loyauté indéfectible et son arrogance. • état civil ; célibataire; il a échappé le mariage imposé par sa famille, électron libre qu'on ne saurait apprivoiser, avide de liberté et de choix. • rang social ; prolétaire ne désirant qu'une chose: le rachat, l'or et le pouvoir. • particularité(s) ; animagus depuis l'âge précoce de ses quinze ans, c'est son père qui l'a pris sous son aile — dans tous les sens du terme — dans la tradition familiale. Ainsi Mag se fait-il voisin des oiseaux, car c'est en pie voleuse qu'il se transforme à son gré. • patronus ; un raton-laveur. Un autre animal voleur, mais aussi mal vu, mais aussi terriblement retors. Il a, à maintes reprises, tenté de changer la forme de son patronus — en vain. Ainsi évite-t-il, tant que se peut, d'utiliser ce sort, même pour envoyer un message de la plus haute importance, devant un public. • épouvantard ; une énorme cage, dont les barres ne sont pas d'or mais de fer. Énorme, énorme: on se tord le cou à en apercevoir le bout. Cruelle, aussi, parce que les barreaux sont trop écartés: on y passe un bras aisément; et trop étroits, on ne peut s'y faufiler. Et, pis que tout, on ne peut pas s'y transformer, dans cette cage, qui rétrécit, rétrécit, jusqu'à lui rappeler que la vraie prison, c'est celle de son corps d'homme. • risèd ; étonnamment, même s'il ne l'avouerait jamais, ce serait simplement son propre reflet. Narcissique? Pas vraiment: reflet de lui, certes, mais aussi de sa mère, son père, son frère, ses cousins, ses tantes, ses oncles, sa famille au grand complet avec le sourire aux lèvres. Juste heureux, comme ils l'étaient avant. • animaux ; aucun. Il peine déjà à s'occuper correctement de lui-même. • baguette ; volée à quelqu'un (il ne sait plus trop qui), sa baguette a apparemment un crin e licorne dans un écrin de cyprès. Longue de trente centimètres virgule six, elle est inflexible dans sa main, vindicative. Intransigeante, capricieuse, elle n'en fait qu'à sa tête et, sensible aux émotions de son nouveau maître, il lui arrive de lancer des sortilèges sans utilité au gré de ses envies. Ni fidèle ni obéissante, Abram ne la garde que par loyauté sans failles, même s'il rêverait de la briser en deux à la première occasion.

The stars have faded away
► Avis sur la situation actuelle : Abram reconnait une chose parmi les autres: la force. La force de se révolter, d'agir, de voler, de partir. La force d'être qui on est; la force de l'assumer; la force de tenir la longueur. Les rebuts sont faibles, à ne pas se rebeller. Quoi, ils n'ont pas le choix? Abram est du parti qu'on a toujours le choix, quoiqu'il arrive; et que l'on doit être qui l'on est, ou bien mourir en essayant de l'être. Le régime politique lui plait, du moment qu'il sert ses objectifs: s'enrichir, devenir plus puissant, qu'on se souvienne d'Abram Keenan malgré son origine plus que misérable; les Insurgés, quant à eux, l'intriguent. Beaucoup. À vrai dire, plus d'une fois, il a été tenté de rejoindre leurs camps, de les retrouver, autant pour compromettre Pansy que pour l'embêter que pour satisfaire sa curiosité. Après tout, quelles limites a un oiseau si ce n'est celle de l'atmosphère? Toutefois, il n'aimerait pas se retrouver sur la sellette; ainsi reste-t-il bien sage, dans des rangs trop carrés pour lui.

► Infos en vrac : ses parents sont des irish travellers version sorciers, comme leurs parents avant eux. Ainsi Abram a-t-il grandi dans une roulotte, ainsi a-t-il appris très jeune à se débrouiller seul, ainsi souffre-t-il encore aujourd'hui d'un léger accent reconnaissable entre tous, ainsi que de milles injures quotidiennes: voleur de poules, gipsy, pikey.   il n'est jamais allé à l'école, sorcière ou moldue, c'est ses parents qui lui ont tout appris à leur manière cruelle et brusque. son père lui a très tôt appris à travailler le cuir sous toutes ses formes, ainsi qu'à chasser. Mais surtout, son père lui a appris à voler. dans le sens le plus pur du terme, évidemment. Chose familiale que cela : chaque Keenan est animagus, et c'est non négociable. Lui prend la forme d'une pie; son père celle d'une buse par exemple. il a un tatouage près de la hanche droite: quatre plumes, noires, de la taille d'un doigt chacune. il porte toujours une quantité effarante de bijoux aux doigts. Et il n'en achète jamais. il n'est pas kleptomane. Vraiment. C'est juste que des fois, c'est plus fort que lui. Comprenez-le! il a aussi une cicatrice, qui coure dans son dos comme un ravin, de l'omoplate à la chute des reins. Il n'en parle jamais. il est extrêmement superstitieux. il a un certain talent à la lecture des cartes de tarot, même si le reste de la divination lui passe par-dessus la tête. Il ne se promène jamais sans son deck, et son paquet de cigarettes. Le reste n'est qu'agrément. il se sent mieux sous forme animale qu'humaine.

Nothing compares to you
• pseudo & âge ; lola, dix-sept ans. • comment as-tu trouvé le forum ? pansy.  youpi  • ton avis, tes suggestions ; c'est parfait?? • connexion ; 3/7.  • quelque chose à ajouter ?  youpi  youpi



Dernière édition par Abram Keenan le Mar 9 Juin 2015 - 17:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyLun 8 Juin 2015 - 23:00

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
Here comes the hurricane
Dear bird-boned boy with the stars in his lungs:
are they looking? Do they love you?
Do they know how far you’ve come?
Boy with the sky for a home
who met the dirt like a strong
left hook.

in this story, your mother isn’t the villain. in this story, you find a way to pick the lock, to wake up, to climb out of the tower yourself. in this story, you’re angry. in this story, you meet a dragon and it is afraid of you. in this story, you don’t need to be saved. (...) in this story, you are free and terrifying. in this story, you get away. in this story, you bleed. in this story, you survive.
Ses doigts sont doux sur sa peau, laissant des frissons derrière eux, en vagues, en ouragans. Il regarde le plafond avec une indifférence feinte, ses yeux dans le vague, sa bouche pincée. “ Ton cou est doux, ” déclare-t-elle après l'avoir embrassé. “ Tu es doux. Non, je ne suis pas doux, a-t-il envie d'hurler. Je suis feu et rage et acier, rien ne saurait m'arrêter, je suis vindicatif, je suis la mort, je suis la vie, je suis un dieu et je ne permettrai pas qu'on m'embrasse le cou ainsi. Et pourtant il la laisse faire, bon prince. Ses doigts caressent toujours son torse. Elle touche le tatouage sur sa hanche, quatre plumes, noires comme le plus profond de la nuit. “ Keenan, ” lit-elle, les lettres entremêlées au tatouage. “ Les oiseaux de nuit, ” rajoute-t-elle, moqueuse. “ Raconte moi la première fois que tu t'es transformé.

__

C'est un travail de l'esprit, ” lui explique impatiemment son père. Il est grand. Plus grand encore qu'on ne l'imaginerait, sans l'avoir rencontré. Un colosse de muscles et de glace, avec des yeux trop clairs et un teint trop clair et des cheveux trop clairs. Il est presque à genoux devant Abram, qui à quinze ans est déjà plutôt grand pour son âge, pour être à son niveau. Il pose le bout de son doigt sur son front. “ Là, tu dois être Abram, ” puis il pose son doigt à l'emplacement de son coeur, sur sa poitrine. “ Là tu dois être oiseau.

Abram détourne les yeux pour regarder les plaines, les falaises et les collines. Il n'y a personne, pas âme qui vive — mais il sent, néanmoins, quelque chose qui s'agite en lui, comme ces rares fois où il s'est trouvé en public sans ses parents. Il a envie de se tourner vers son père pour lui crier de s'enfuir, mais il ne sait pas pour quoi. Son titan de paternel lui appuie un peu sur le torse avant de se reculer et de disparaître de son champ de vision.

Des yeux il retrace la ligne de montagnes lointaines. Puis il ferme les paupières, ses cils venant caresser paresseusement ses pommettes et là —
Ça arrive —
Il le sent au plus profond de lui —
Ses doigts —
Ses jambes —
Son nez —
Sa bouche —
La pie s'envole sans grâce ni agilité dans les airs, maladroite mais heureuse, bientôt rejointe par la buse son père.


__

Elle continue de lui caresser le torse, avant de remonter dans son cou, sur son visage, sur sa bouche, son nez, ses sourcils, son front. Elle semble le redécouvrir pour la énième fois, le bout de ses doigts aimants comme ses lèvres avides. “ Ça doit être quelque chose, de voler, ” dit-elle, rêveuse. “ Avec des ailes, je veux dire. Pas avec un balai ou que sais-je encore. Raconte moi. Oh, raconte moi! ” Il n'a pas envie d'en parler. “ S'il te plaît? ” Quand elle le regarde comme ça, avec ses yeux de biche — Dieu. D'accord.

__

Quelque chose ne va pas.
Un homme n'a pas le droit de voler.

Flap flap flap. Les ailes qui battent rageusement contre le Vent. Flap flap flap. Autant d'efforts inutiles pour avancer. Flap flap flap. FLAP FLAP FLAP. FLAP FLAP FLAP.
Un homme ne saurait voler. Un homme ne peut pas voler. Le Vent le sait. Le Vent s'acharne.
Il s'engouffre, comme il est de coutumes, sous les ailes, s'arrête aux plumes, propulse, retient, maintient. Il hurle aux oreilles de la pie : “ ARRÊTE! ARRÊTE-TOI  CE ROYAUME N'EST PAS LE TIEN, CE ROYAUME ET CELUI DES NUAGES ET DES OISEAUX ET DES FEUILLES ET DES INSECTES, MAIS JAMAIS CELUI DES HOMMES!
Le Vent est cruel. La pie s'écrase sur le sol dans un craquement.


Sa mère se précipite vers lui. Elle ne s'inquiète pas trop, se contente de le bercer, jusqu'à ce qu'Abram soit agité d'un lourd frisson et ouvre un œil. Elle abat brutalement sa main sur sa joue. “ Qu'as-tu fait, mon fils? ” dit-elle en regardant craintivement le ciel qui s'assombrit à vue d'oeil. “ Pourquoi as-tu contrarié le Ciel, pourquoi as-tu défié le Vent? ” Il ne volait que voler. Elle tourne vers lui un regard luisant de colère, un regard paradoxalement glaçant. Ses yeux le frappent autant que des poings fermés. Elle abat sa main sur sa poitrine à l'emplacement du coeur, lui coupant la respiration. “ Tu dois être oiseau. Tu m'entends? Tu dois être oiseau! Qui serais-tu pour voler, sinon?

He tasted dusty and sweet. He tasted like regret in the shadows of trees and in the glow of the anarchist’s suit collection.
C'est le cœur de la nuit. Les loups chantent. “ Alors comme ça, tu pars? ” Il ne devrait même pas être surpris. Il n'y a rien de plus collant et d'ennuyeux qu'une femme amoureuse. Ne lui a-t-on jamais expliqué? Les nomades n'aiment pas les sédentaires. Les nomades ne peuvent pas aimer les sédentaires. Il y a quelque chose de cruel à attendre d'eux un amour irréfutable, fidèle et sans défaut : comme demander à un esprit libre de se calfeutrer pour un seul être? Mais à Martha, on ne lui a pas appris ça. À Martha on lui a appris deux choses : l'amour est le même pour tous, et les nomades sont comme tous les autres. “ M'abandonne pas ici. Prends moi avec toi. ” Impossible. “ Je ne prendrais pas beaucoup de place, promis. Tu ne t'apercevras même pas que je suis là. Et ici, personne ne s'apercevra que je serai partie... ” Impossible, tu le sais bien. “ Ma vie n'a pas de sens sans toi. Je t'aime. ” Arrête. “ Je t'aime.

___

Je sais ce que tu fais avec Martha, ” dit son père un jour, alors qu'ils coupent du bois. Il n'aime pas utiliser la magie pour rien, il dit que ça aiguillonne les autorités sur eux et il n'y a rien de pire pour un homme comme Wes Keenan, que d'avoir les autorités sur lui. Il ne regarde jamais Abram dans les yeux quand il lui parle d'un sujet sérieux. “ Niquer des gadji est bien, Abram. Ça les encanaille et ça leur fait plaisir tandis que nous... eh bien nous ça nous vide les couilles sans regret, si tu veux mon avis sur la question, ” dit-il crûment, sans se soucier du regard de désapprobation de sa femme à quelques mètres de là. “ Mais il faut toujours se méfier. Il n'y a pas plus naïve qu'une gadji.

___

Et où tu vas aller de toutes façons, hein? ” Elle s'énerve maintenant. Ses joues se teintent de rouge, même si Abram n'y voit rien dans cette purée de poix. “ T'as nulle part où aller! ” Il n'a jamais eu nulle part où aller. Mais cette nuit semble être la bonne. La lune est derrière un nuage. Les cartes l'ont dit que c'était la bonne. “ Tu fuis! Tu fuis!

___

Son frère lui attrape le bras. “ Je sais que tu vas partir ce soir. ” Sa voix est rauque, Abram n'arrive pas à y différencier la rage du regret, la haine des larmes. “ Tu fuis tes responsabilités, Abram. Tu sais que c'est ainsi que ça doit être. Tu penses que tu es au-dessus de cela mais tu ne l'es pas. ” Sa main serre un peu plus fort le bras de son jeune frère. Ses doigts sont comme des serres dans sa chair. “ Tu devrais rester. Reste. Pour 'pa. Pour 'man. Pour moi. ” Abram le regarde droit dans les yeux, bataille de charbons ardents. Patch relâche son bras. Il crache parterre. Les frères séparent leurs chemins.

___

Il s'approche d'elle à grands pas et lui dévore les lèvres. Elle se laisse aller au baiser, comme si c'était une promesse, ses mains s'accrochant fermement à sa nuque, son corps cherchant le sien, ses lèvres avides, ses lèvres sauvages; mais bientôt il se recule, faisant preuve d'une force qu'elle semble omettre, ignorer, mettre de côté quand il la chaîne, la garde en laisse. Elle se rend tout d'un coup compte qu'elle ne connait pas l'homme devant elle, le gitan à qui elle a tout donné, son corps et son coeur sur un plateau. Elle se rend compte qu'il est grand, et sombre, et fort, et triste, et libre. Dans ses yeux brûlent un feu sourd et dangereux.

Elle se mord la lèvre. Même si on ne lui a pas appris, Martha sait qu'on ne peut pas se battre contre ces feux-là.

L'instant d'après, une pie voleuse s'envole dans la nuit, seule.

you grew up with the threat of an apocalypse, i said. i grew up a part of one.
Regarde.
Regarde ce pour quoi tu as abandonné les tiens.

Les routes lui manquent.
Il regarde chaque passant en espérant attraper leur regard — mais ça ne réussit jamais. Ils passent sans rien dire, sans rien voir, comme s'ils avaient de visières. Ils sont grands petits gros épais musclés riquiquis pathétiques curieux banals, affreusement banals. La ville écume d'une sueur humaine qui gigote à sa surface sans jamais s'arrêter. Il y a dans le ciel des nuages de pollution qui le rendent malade, aux montagnes ont succédé les immeubles et aux chevaux les voitures.
L'adrénaline se déverse dans ses veines comme une drogue. Le bout de ses doigts tremblent. Il sourit.
Ce pourquoi j'ai abandonné les miens.

__

Un coup de poing formidable envoie son adversaire au tapis. Il ne se relève pas.
Abram écume. Ses respirations hachurées forment des nuages gris autour de son visage, les gens applaudissent, ils se redressent. Tous l'admirent: torse nu, fier, farouche, ses yeux noirs cherchant un nouvel adversaire, ses sourcils épais arqués sur son front comme des provocations, comme des insultes. Personne n'ose. Personne ne dit rien.

Il s'apprête à partir, chemise à peine enfilée, clope glissée aux coins des lèvres, quand l'homme s'approche de lui. Il est voûté, le regarde en dessous de ses lunettes comme s'il avait peur qu'Abram le frappe. Il lève brusquement le poing et l'homme tremble, recule. Il crache.
Tiens, ” dit-il en lui tendant une liasse de billets. Abram les prend et les compte. Ça fait beaucoup de livres. “ On peut les récupérer en Gallions si tu préfères...
Les yeux d'Abram brillent. L'homme sourit timidement.

__

Un jour il se réveillera sans rien. Il le sait. Il le sent au plus profond de son coeur. C'est le karma. C'est la vie. Il a appris à vivre avec cette peur, cette impatience, ce savoir. Il a appris à respirer sans penser que demain, peut-être, tout cela sera fini.
Il regarde l'endroit où il vit. C'est un appartemment branlant du Chemin de Traverse. Un train moldu passe non loin toutes les quarante-cinq minutes, faisant trembler les murs, les meubles, ses bras, ses jambes, son corps.

Il n'arrive pas à dormir.

Ses yeux cherchent le plafond à la recherche de n'importe quoi, quelque chose. Ils sont avides. Ils ont faim. Rien ne brille, ici. Tout est noir, ou gris.
Il roule sur le côté pour attraper son paquet de cigarettes sur la table de nuit. “ T'as pas fini de gigoter, oui? ” murmure-t-on à côté de son flanc mais il ne répond pas, allume la cigarette et tire dessus comme si ça allait l'aider à respirer mieux.
(ÇA NE L'AIDE PAS)

Boy dressed up like a man,
hanging on to the wrong side
of hopeful,
plucking butterfly wings because
how dare they, because
once upon a time he
had that kind of softness, too
and he lost it.
J'espère que tu regrettes amèrement d'être parti. Je n'ai pas entendu parler de ta Martha pendant des mois, je pense qu'elle est partie ou que la Guerre l'a tuée. Tu m'en vois désolé. J'espère que tu en souffres.
'Pa a attrapé la dragoncelle. Ses jours sont comptés. Reviendras-tu, Abram? Ou resteras-tu dans ta lâcheté? Si tu reviens, tu ne seras pas bien accueilli, sache-le. Tu nous as tous trahis. Tu nous a fais passé pour des lâches comme toi, pour des traîtres. 'Man et moi on doit s'occuper de tout tout seul. J'espère que tu as honte. J'aurais honte si j'étais toi.

J'ai épousé ta promise, si tu veux tout savoir. Celle que tu voulais tant fuir. Et pourtant, tu l'aimais tant, non? À moins que tu n'aies été un acteur depuis tes cinq ans? Je vous revois encore, à courir ensemble dans les champs, dans le camp, à rire, à vous chamailler. Tu l'aimais, non? Et pourtant, tu l'as laissée tomber comme la dernière des gadji. Tu ne mérites pas le nom d'homme. Encore une fois, j'espère que tu regrettes. Sa chatte est délicieuse.

Ton frère.


__

Il froisse la lettre dans son poing fermé. Il se passe une main dans les cheveux. Il ferme les yeux. Il se donne un coup de poing sur le front, un bleu s'y étale déjà. “ Tout va bien? ” lui demande gentiment Artem. C'est le bookmaker qui l'aide à se faire de l'argent. Il a des yeux doux et un sourire doux et des mains douces, quand elles glissent dans les siennes pour desserrer ses doigts et prendre le papier froissé qu'il déplie et lisse et ouvre et lit. Il fronce les sourcils. Il regarde Abram. Abram le regarde.
Il voit dans le regard d'Artem quelque chose qu'il n'a jamais inspiré avant. Une attention toute nouvelle. Une tendresse collante, étrange, qui s'accroche à sa peau, lui donne l'impression d'être sale. Il se souvient de son père: Il n'y a pas plus naïve qu'une gadji alors il n'y a pas plus naïf qu'un gadjo.
Tout son amour lave le corps d'Abram et le salit en même temps. Il ne sait pas quoi en faire. Il a envie de vomir. “ Peut-être on devrait sortir aujourd'hui? ” Il doit s'en débarasser. Se débarasser de lui. Il l'aide, certes, mais à quel prix? Il ne peut dépendre de personne. Il ne peut pas laisser ces gens trop longtemps dans sa vie. C'est dangereux. Dangereux. DANGEREUX. “ Abram?
Il le regarde dans les yeux.

Comment pourrait-il partir?

__

La respiration lui manque. Il n'arrive pas à distinguer le réel du faux, la vie de la fiction. Il regarde autour de lui en attendant d'y voir des inconnus masqués lui sauter dessus pour le réduire au silence, à jamais. Il regarde autour de lui en attendant d'y voir les flammes de l'enfer lécher les murs jusqu'à lui.

Mais il n'y a rien.

Il est seul.

C'est ce qu'il a toujours voulu. Ce nouveau appartemment sent la peinture. Il sent la peinture et la sueur et le sang et le métal et l'abandon.
Il se terre dans un coin de la salle de vie, sa poitrine se soulevant difficilement, ses bras autour de lui comme une protection, un bouclier, n'importe quoi contre le monde, s'il vous plaît, laissez le tranquille.
La fenêtre est ouverte.
Et ses bras —
Et sa bouche —

ET SES AILES.
Il s'envole le plus loin possible, le plus vite possible, l'air lourd de la nuit de Londres l'emportant vers d'autres horizons, vers d'autres histoires, vers d'autres conneries. Il repousse, systématiquement, les pensées de solitude qui lui viennent.
Il se rend tout d'un coup compte qu'il aime être solitaire, mais pas seul.

__

Tu pourrais m'être utile, ” dit-elle. Elle a une voix douce comme de la soie. Il ne la voit pas très bien, dans le clair-obscur de sa chambre, mais il aperçoit quelques traits: le bout d'un nez bien droit, des pommettes hautes, un air malin et curieux et intéressé. Il reconnait l'ambition sur ses traits, et la superficialité. “ Et moi je pourrais t'être utile. C'est gagnant-gagnant. ” Il fronce les sourcils. Merci. Il comprend les énoncés simples. Pourtant, il ne prononce pas un mot, ne daigne pas briser le silence qui s'installe, alors que l'un attend de l'autre quelque chose, n'importe quoi. “ C'est pas vraiment comme si t'avais le choix, de toutes façons. ” Un sourire sur sa lippe. Malin. Presque cruel. Elle soupire. “ T'es pas très bavard. Encore mieux, ”  dit-elle, alors qu'un sourire amusé et impatient éclate sur ses lèvres. “ Je ne me suis pas présentée. Je suis Pansy Parkinson. ” Elle parle comme si il aurait dû connaître son nom. Elle tend la main. Il recule. Recule. Recule jusqu'au mur.

Il ne peut pas se permettre. Pas encore un, avec son coeur sur sa main tendue, avec son aide évidente, avec son ambition trop évidente, avec son envie de profiter, d'aider, de faire partie de sa vie.
Oh, pas encore.

Mag, ” finit-il par dire en effleurant du bout des doigts la paume de Pansy Parkinson. “ Je m'appelle Mag.



Dernière édition par Abram Keenan le Mar 9 Juin 2015 - 14:51, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyLun 8 Juin 2015 - 23:07

WIZARD • always the first casuality
Pansy Parkinson
‹ disponibilité : dispo bitches
‹ inscription : 25/10/2014
‹ messages : 4640
‹ crédits : prométhée
‹ dialogues : 'lightcoral'
†† BAD-BOY ICARUS-- 1481838266-pangif

‹ liens utiles :
pansy parkinson ft. adelaide kane, nephtys shafiq ft. phoebe tonkin, kid o'faolain ft. richard harmon, maksim dolohov ft. tom hiddleston, amara bataglia ft. rowan blanchard

‹ âge : vingt-quatre ans (née le 5 mars 1980)
‹ occupation : rentière déchue, mondaine destituée.
‹ maison : le choixpeau s'est a peine attardé sur sa tignasse brune avant de l'envoyer à Serpentard, dont elle est devenue préfète en 5ème année.
‹ scolarité : de 1991 à 1998.
‹ baguette : Elle faisait 19 centimètres, en merisier et cheveux de vélane, capricieuse et imprévisible, sensible aux sentiments négatifs. Cette baguette a cependant été volée par le Limier et aujourd'hui, elle en utilise une autre, bien moins adaptée à sa main.
‹ gallions (ʛ) : 7013
‹ réputation : Rien qu'une sorcière de salon, une bonne à pas grand-chose en dehors des ragots et commérages, une peste se régalant du malheur des autres, une idiote aveuglée par ses sentiments, moralisatrice en dépit de son propre penchant pour les écarts et les erreurs. Le roquet de Malfoy, puis celle que Blaise Zabini a cocufié, abandonné puis engrossé avant de partir à nouveau. Une garce qui mérite tout ce qui lui arrive. Une enfant gâtée, malgré l’aide donnée aux insurgés dans l’infirmerie de fortune de Poudlard.
‹ particularité : Complètement à la dérive depuis la fin de la guerre, on la croise souvent alcoolisée et cruelle, prête à se greffer à la moindre rixe, au moindre esclandre.
‹ faits : Elle a perdu la garde de ses filles, les jumelles Violet et Briar-Rose (née en Aout 2002) à la fin des combats, car on a jugé son sang pur comme inapte à les élever et ce même si leur père, Blaise Zabini, est considéré comme un héros de guerre. Elle a également perdu sa fortune et son statut et n’a plus aucune influence. Personne n'est tendre avec elle car les anciens rebelles la voient comme une garce à abattre et les sorciers lambda n'ont l'image que d'une gamine pourrie gâtée qui vivait dans une tour d'ivoire alors qu'ils crevaient de faim. Condamnée à vivre dans une demeure autrefois grandiose mais maintenant totalement insalubre, elle ère coincée entre sa mère tyrannique et sa tante furieuse, désœuvrée et désabusée.
‹ résidence : Dans l'hôtel particulier Parkinson, situé dans le quartier de Barkwith, sur le Chemin de Traverse. Ancien symbole d'une grandeur aujourd'hui étiolée, la demeure tombe en ruine et menace de s'écrouler depuis les émeutes de janvier 2002. Ses parents possédaient un manoir à Herpo Creek, il n'en reste qu'un tas de cendres et elle n'a plus accès à son bel appartement de la Bran Tower depuis la désertion de Draco durant laquelle elle a également pris la fuite.
‹ patronus : Une hirondelle à peine corporelle
‹ épouvantard : Les corps inanimés de Briar-Rose et de Violet.
‹ risèd : Simplement un matin ordinaire, des draps clairs et propres, une chambre lumineuse, des rires d'enfant emplissant le couloir avant que les deux têtes brunes ne sautent sur l'épais duvet. Un avenir pour elles, aussi, surtout.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t3200-pansy-fleur-du-mal
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
THE BAAAAE.
THE MOTHERFUCKING BAAAE.
Rhaaa, t'as refait mon lundi avec ton arrivé, little love, j'suis tellement heureuse de le voir tenté et que ce soit TOI qui le joue quoi, j'aurais pas pu demander mieux. bave
J'ai hâte au possible de lire ta fiche. N'hésite pas si tu as besoin de quoi que ce soit kr oh et tu peux réserver ton avatar ici

'taiiiin je suis heureuse, on va pouvoir conquérir le monde gaah sex

• • •


Some days I feel everything, others are numbing, can never find the in between, it's all or nothing. Half my bones in city streets, the other in my sheets, and I don't think they'll ever get the chance to meet. I never wanted to be here now, one foot in the grave, other on the ground. I can't process what I'm feeling now, this skin I can do without.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyLun 8 Juin 2015 - 23:16

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty

bienvenue & bonne chance pour ta fiiiiiiiche potte palpite
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyLun 8 Juin 2015 - 23:18

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
@pansy en un mot comme en cent, dearest: palpite palpite iiih iiih :'O':

@astoria merci beaucoup. brille minikr
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyLun 8 Juin 2015 - 23:32

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
Bienvenue!!! *frotte les joues*
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyMar 9 Juin 2015 - 8:58

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
merci beaucoup, petit rouquin. I love you
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyMar 9 Juin 2015 - 11:31

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
mine
Toi quand t'es validé je fonce sur ta fiche de liens ! La différence d'âge entre nos persos va peut-être un peu compliquer les choses mais je m'en tape, entre anciens nomades ayant plaqué leur famille pour vivre leur vie comme ils voulaient on se serre les coudes guedin

Très joli début de fiche en plus. La suite !
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyMar 9 Juin 2015 - 13:30

Invité
Invité
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
je pense qu'effectivement, un lien s'impose. I love you je vais dépêcher de finir ma fiche et on voit ça!
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: †† BAD-BOY ICARUS--   †† BAD-BOY ICARUS-- EmptyMar 9 Juin 2015 - 13:31

PRISONERS • bloodstains on the carpet
Draco Malfoy
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 8775
‹ crédits : faust.
‹ dialogues : seagreen.
†† BAD-BOY ICARUS-- Tumblr_ob1ibueZ761rmsoypo3_250

‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; calixe davis w/ audreyana michelle ; uc w/ uc ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook ; jelena kuodzevikiute w/ ariana grande.

‹ âge : 23 yo (05.06.80).
‹ occupation : ancien langue de plomb (spécialisé dans les expérimentations magiques) ; fugitif et informateur de la RDP entre le 26.05.03 et le 08.12.03 ; condamné à 22 ans à Azkaban pour terrorisme, au terme d'une assignation à résidence et d'un procès bâclé, tenu à huis-clos.
‹ maison : Slytherin — “ you need a little bit of insanity to do great things ”.
‹ scolarité : entre 1991 et 1997.
‹ baguette : un emprunt, depuis qu'il est en fuite. elle n'est que temporaire et il ne souhaite pas s'y intéresser ou s'y attacher, puisque la compatibilité est manquante.
‹ gallions (ʛ) : 12288
‹ réputation : sale mangemort, assassin méritant de croupir à vie en prison pour expier ses crimes et ceux de ses ancètres.
‹ particularité : il est occlumens depuis ses 16 ans.
‹ faits : Famille.
Narcissa (mère) en convalescence. sortie de son silence depuis peu pour réfuter l'annonce de son décès ; reconnue martyr. lutte pour que le jugement de son fils soit révisé.
Lucius (père) mort durant la tempête du 03.03.2004.
†† BAD-BOY ICARUS-- 489546spea
Spoiler:
 

‹ résidence : emprisonné à Azkaban depuis le 06.01.04. en fuite depuis le 08.05.04.
‹ patronus : inexistant.
‹ épouvantard : l'éxécution de juillet 02, ses proches en guise de victimes: leurs regards vidés par l'Imperium, la baguette de Draco dressée, les étincelles vertes des AK et leurs cadavres empilés comme de vulgaires déchets.
‹ risèd : un portrait de famille idéal, utopique.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4710-draco-there-s-a-hole-in-my-so
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
BIENVENUUUUE parmi nous avec cet excellent scénario iiih ramenée par Pansy en plus, j'ai envie de dire que c'est un gage de qualité :siffle: j'te souhaite bon courage pour le reste de ta fiche du coup, vu qu'elle a l'air déjà bien complète là yeah si t'as des questions on est à ta disposition ofc (mais j'me doute que t'es déjà très bien entourée jule ) superman

• • •

I'M SORRY I'M SUCH AN ASSHOLE
I'll be good, i'll be good • I thought I saw the devil looking in the mirror. Drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. My past has tasted bitter for years now, so I wield an iron fist. Grace is just weakness or so I've been told. I've been cold, I've been merciless. But the blood on my hands scares me to death, maybe I'm waking up... today.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
†† BAD-BOY ICARUS-- Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

†† BAD-BOY ICARUS--

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» icarus is flying too close to the sun. (asher)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-