sujet; (Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it

Invité
Invité
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty


Ca commençait à tourner en eau de boudin cette histoire et lorsqu'Anita Romero fut empoignée par Lazarus, Hécate comprit qu'elle ne pourrait pas la sauver. De la bile lui remonta dans le fond de la gorge mais elle se força à maquiller ce dégoût en lassitude et renifla d'un air méprisant. Quelqu'un allait payer cher pour ça. Ne jamais contrarier émotionnellement une femme aux nerfs en lambeaux.

de l'autre côté du cercle de feu, les squelettes continuaient de les fixer d'un air mauvais, tournant et virant en attendant une brèche. Hécate se prit à réfléchir rapidement. Nous avions donc en présence une armée de squelettes assoiffés de sang, une gorgone de salon armée d'une épée, Lazarus Secoué-de-la-Calebasse Carrow, Owen Hiroshima Avery et bien évidemment le clou de ce spectacle digne du cirque du soleil -en moins brillant- Bellatrix Nagasaki Lestrange. Sans oublier évidemment la BPM armée jusqu'aux dents qui devait les attendre en bas du bâtiment et dont les unités devaient être en train de s'attaquer...

BLAM

....à la porte principale. Il y en avaient qui ne savaient pas exactement ce en quoi consistait une prise d'otage.
Tant pis.
Ils avaient été prévenus.

-Vous deux, avec moi, ordonna Hécate en alpaguant deux de ses collègues non marqués qui jusque là avait joué un rôle particulièrement brillant dans la catégorie "plantes en pot".

Elle se dirigea vers le groupe des otages et en choisit deux aux hasards. Une rombière d'une soixantaine d'années, rondouillarde et vêtue d'une dentelle au prix sans doute exorbitant, et un homme qui avait tout l'air d'un critique d'art.

-Stupéfix

Les sorts fusèrent et les victimes se retrouvèrent immobiles.

-Faîtes les léviter et suivez moi, on va donner de quoi s'occuper aux troupes d'élite. Et magnez vous on a cinq minutes à tout casser!

Envoyant un baiser factice en direction des filles de l'élite, elle se tourna vers leurs gardes et s'exclama:

-Et on oublie pas les gars: la Lestrange et ses copines sont à moi! tu touches à leurs bouilles, tu perds tes couilles, imprimé?!

Son expression dut faire peur à voir car les hommes blêmirent, visiblement incertains quant à l'attitude à adopter. C'était à croire qu'ils avaient oubliés que la Elli Llewellyn en face d'eux n'était pas la vraie et Hécate se jura de se servir un verre d'absinthe en récompense de son jeu d'actrice. Puis, elle fit tourner sa baguette entre ses doigts et s'approcha du rideau de feu avant d'aviser le squelette d'une hyène bicéphale de l'autre côté, qui claquait des dents en sa direction.

-Vous êtes vraiment en manque de chair mes agneaux...vous faîtes pas de bile, j'en connais qui vont être foutrement contents de faire votre connaissance! Incendio!

La baguette d'Hécate lui frémit entre les mains et le rideau de feu se déchira, se reconfigura, afin de l'envelopper elle et ses comparses tenant toujours les otages, dans un cercle de feu plus petit. Franchissant la barrière principale, Hécate appela:

-Par ici les saletés! regardez ce que Tata Llewellyn a pour vous!

Aussitôt, les créatures délaissèrent la gallerie arthurienne avant de se tourner vers elle et ses collègues qui à ce moment n'en menaient pas large. Ils continuaient de faire léviter les otages stupéfixiés, que les squelettes suivaient des yeux comme s'il eut s'agit de gros steaks cuits à points. S'éloignant du lieu de rassemblement des otages, Hécate agita sa baguette, faisant se déplacer le cercle de feu dans lequel elle se trouvait et descendit prudemment les escaliers. Il faisait chaud, elle suait, et les créatures claquaient des machoires, cliquetaient et s'entrechoquaient.

-C'est bien...c'est bien....
-Qu'est ce que tu branles?! on va se faire...
-La ferme Blowell, si tu avais des idées meilleures que les miennes ça se saurait.

Son acolyte d'un jour lui jeta un regard meurtrier une brève seconde puis redirigea son attention sur la meute qui les suivait de près.

-Putain mais qu'est ce que tu nous fais faire là?
-Je nous sauve des tireurs d'élite juste en bas.

Et en effet, un petit groupe de sorciers avançait à pas de loups dans le grand hall. Ils ne les avaient pas encore vu, car Hécate venait d'un escalier perpendiculaire au hall, et de ce fait, dans l'angle mort des agents du gouvernement. Elle jeta un regard furtif, observant le chef des unités disperser ses hommes et sortit rapidement son couteau avant d'entailler profondément les ventres des victimes, toujours pendues la tête en l'air.

-Tu fous quoi?
-Tu vas vite comprendre.

Puis, sans préavis, elle descendit les escaliers.

-LADIES AND GENTLEMEN! merci de vous être joins à nous pour cette magnifique soirée! je me nomme Elli Llewellyn et je serai votre guide ce soir! Permettez moi de vous présenter tout d'abord notre collection tout droit venue des terres lointaines d'Afrique...la Cavalerie de l'Apocalypse!

Il y eut un silence puis un sort fusa et Hécate dut glisser au sol pour éviter le rayon violacé qui lui frôla les cheveux.

-....bien nous avons affaire à des incultes. Les garçons: envoyez la bidoche!

Sur ce, les deux faux insurgés projetèrent sur les troupes de la Bpm les deux corps trempés de sang des deux otages. L'hémoglobine se répandit sur le carrelage et soudain, il y eut un concert de cliquètement. Hécate, dans son cercle de feu, le désigna d'un coup de baguette:

-Oh et pour information: je ne vous ai pas fait un show pyrotechnique juste pour l'amour du spectacle. En fait c'est plutôt pour éviter ça.

Elle sourit juste à l'instant où les squelettes contournaient le cercle et se ruaient dans le hall dans une effroyable débandade. Les corps trempés de sang les avaient rendus fou et la vue de nouvelles victimes dépourvues de protection enflammée sonna le début de la curée. Il y eut un hurlement et les sorts commençèrent à fuser.

-On se replie! lança Hécate avant de remonter l'escalier en trombe. Un sort fendit l'air et lui entailla le flanc juste au moment où elle tournait dans l'angle de l'étage et elle poussa un juron retentissant avant de pénétrer dans la gallerie arthurienne et de fermer les portes pour de bon.

-C'est le rodéo en bas, vous devriez voir ça, on a encore un moment avant qu'ils ne tentent de nous prendre à revers! On en est où avec les babioles, bricoles et farandoles?


Dernière édition par Hecate Shacklebolt le Lun 2 Nov 2015 - 22:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
Du sang, beaucoup de sang, trop de sang. Je ne suis certes pas recouverte que du mien mais l’odeur m’insupporte. J’en ai presque le gout au bord des lèvres et cette douleur lancinante dans mes poignets n’aide en rien. “Heureusement” le feu nous protège quelques instants mais les créatures squelettiques sont elles les créatures les plus dangereuses de cette pièce? Mon regard ne quitte pas mon amie alors qu’elle parvient à se protéger derrière une statue. Elle est sauve, pour cette fois. Comment imaginer alors qu’une épée viendrait embrocher deux personnes et qu’Eris, par je ne sais quel miracle soit épargnée. Chaque seconde apporte son lot d’horreur et de douleurs. Les cris résonnent, le sang coule. Les sorts fusent, les fenêtre explosent et le verre se répands. La peau se fissure, encore. Surprise j’ai juste eu le temps de protéger mon visage de mes mains oubliant une fois encore ces maudits liens. Assez tout cela se répète encore et encore. Les amis qui disparaissent, les vitres brisées, la prise d’otage tout me rappelait bien trop de mauvais souvenirs. Et cette incapacité à agir, à défendre ceux qui m’étaient précieux redoublait mon exaspération. Certains sorts venant de l’extérieur cela ne pouvait signifier qu’une chose, les secours étaient là... Pourtant, je ne me sentais pas plus en sécurité pour autant, trop inquiète de savoir que parmi eux pouvait se trouver mon frère. Aramis serait une cible dès qu’il atteindrait l’intérieur de la pièce. Je n’étais pas assez présomptueuse pour penser qu’il était là pour moi, sans doute ignorait il ma présence et celle de Nyssandra pourtant s’il devait lui arriver quoi que ce soit je ne pourrais encore que penser que je ne faisais que le blesser. Qu’il prendrait toujours pus de risque pour me protéger, pour veiller sur moi. Il était le bouclier et j’étais l’épée et chaque coups affaiblissait sa cuirasse... Je devais éloigner ses pensées de mon esprit, prier pour qu’il soit sur une autre mission loin de tout ce bordel. Reprendre ses esprits et agir, vite... aussi bien que possible. Et la joueuse de quidditch qui semble vouloir faire de nous son quatre heure... Nous sommes “ses” otages, la bonne blague! Mes mains s’abaissent et Eris est près de moi, épée en main, elle ressemble à ces sorcières guerrières des livres d’histoire, ça lui va bien mais le temps n’est pas aux compliments. Plus tard, plus tard je lui dirai qu’elle m’a épaté, qu’elle est plus forte que tout le monde peut le penser, plus tard elle saura. Je tend mes mains, nulle ne sait combien de temps nous avions pour agir. D’autres otages avaient été choisis mais nous pourrions être les prochaines sacrifiées. Coupe mes liens Eris. Un coup sec, n’hésites pas j’ai confiance en toi. Elle pouvait le faire, elle allait le faire. J’ai toute confiance, elle à démontré à tous ceux qui l’ignoraient encore qu’elle était bel et bien une Burke. Qu’elle était une sorcière douée et qu’en possession d’une épée elle pouvait être redoutable. La lame tombe, coupe, je le cille pas. Je serre les dents, les liens rongeant ma chaire, je ne veux pas qu’elle doute une seule seconde de ses capacités. Les liens sont rompus, elle n’a même pas effleurer ma peau. Je me relève rapidement. Merci. Prêtes moi ta baguette. Parce que la vengeance n’attend pas, j’attrape la baguette de cornouiller, elle ne me convient pas, elle n’est pas faite pour moi mais de gré ou de force elle collaborera. Hudson est ma cible, il retient deux otages. Laissez les tranquille!!! Parce qu’il ne doit pas les relâcher, pas tant qu’elles courent le risque de tomber dans le vide. Un informulé pour retenir Astoria. Le sort atteint sa cible mais le corps de la jeune femme tombe au sol lourdement. Elle est blessée mais vivante, pour l’instant. Ma respiration se fait plus rapide quand mon regard croise mon poignet, ma main en sang tient la baguette d’Eris. C’est cet homme qui nous a infligé ces douleurs et d’un geste rapide mais efficace mes liens ensanglantés qui gisaient au sol atteignent Hudson et se referment sur son cou. Ne bougez pas trop, je ne suis pas certaine que ça repousse...   S’il était “possible” de faire repousser des doigts je doutais qu’il en soit de même pour la tête. Je sectionnais les liens des otages restant qu’ils puissent, eux aussi au moins fuir sans avoir à craindre de perdre leurs mains. Et la voix de ma tante résonne... que fait elle ici? Otage? j’étais surprise et c’était peu dire... je l’imaginais d’avantage mordre ses agresseurs plutôt que de se rendre... Toute cette histoire sentait définitivement mauvais. On doit retrouver Nyss...    Quoi qu’il m’en coûte. Nous étions venus ici à trois nous repartirions à trois même si pour cela nous devions user du corps du pâtissier comme d’un bouclier de toute façon ses gâteaux étaient tous bien trop lourds ! L’erreur était fatale !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
event #5
(play)

« On aurait dû négocier. », souffle le stagiaire tremblant de peur & de froid. Et tu serres les dents. Horriblement inquiet. Tu as gardé tous les silences, tu t'es noyé dans une fausse indifférence. A contre sens, tu as bridé ton cœur, tu n'autorises aucunes erreurs, aucunes terreurs. Et les mots  de Dohlov sonne & résonne ; Nous ne négocions pas avec les terroristes. Alors l'armée de costumes, de baguettes se met en marche. Vous n'attendrez pas les rafleurs. Ils n'ont qu'à être à l'heure. « La ferme, MacBet », l'accent bourru de ton supérieur traînasse, crevasse les inclinaisons du jeune homme. Et bientôt au loin les cris résonnent, s'effilochent. L'opération Kaamelott est en route. Et tu n'es plus qu'un soldat sans mémoire et sans histoire. « Tu vas nous faire repérer.  Restez professionnels messieurs », claques-tu en froideur, sans la moindre chaleur. Vous ne négociez pas avec les terroristes. Et les pas craquent sur le toit.

« MacBet, regardez. », et les yeux scrutent à travers le verre les formes floues, observant le lustre décroché. . « Qu'avons-nous plus bas ? Civils. D'importances ? Votre sœur. ». La mâchoire se contracte. Si Gwen était une sorcière douée, d'excellence & d'élégance, elle n'en était pas moins la femme la plus malchanceuse que tu connaisses. « Qui d'autres ? Grimaldi. Burke. Pas de signes de votre … Je n'ai pas besoin de connaître les personnes absentes. », sévère, tu fais  claquer ta  langue. Les  ordres sont simples d'une évidence clairvoyante. Les otages sont votre priorité. Les insurgés peuvent être amochés mais pas traqués. Ce n'est pas votre problème. Les rafleurs n'ont qu'à faire leur job. « On entre. », souffles-tu. « MacBet, couvrez nos arrières sans nous viser cette fois. ». Et les vitres explosent, les morceaux de verres chutent sur les otages, brutalement, terriblement. La stupéfaction vous offre des secondes de répit avant de glisser le long d'une corde magique. Les sorts fusent, offrant dans une précision mortelle, le temps nécessaire pour glisser le long des mètres nécessaires.  Hudson se courbe sous tes yeux, la blessure s'imprimant sur sa hanche dans un grondement. Un sourire apparaît & disparaît. Connard. Il saisit Anietta Romaro.  Bouclier humain, elle devient son dernier rempart.  « A couvert !Terminez ce que vous avez à faire et tirez-vous ! » , un rictus déforme tes lèvres, le bois rouge sang te brûle les doigts. Il se plaque au mur, offrant Anietto à la vue de tous. La diversion a marché. « Cessez le feu camarades, où ce sont les vôtres qui mourront ! » .  C'est toi qui va crever. Vous vous stoppez, suspendus dans le vide. Un regard. Astoria glisse dans le vide. Il en est hors de question. D'un confondus,  ton collègue le percute en pleine tête. La confusion s'étale sur ses traits. Et vous glissez sur les derniers mètres & d'un « accio Astoria Greengass », tu ramènes l'enfant entre tes bras.

Habile, tu la fais passer derrière ton dos. « Montez si vous voulez vivre. », claques-tu. Sa protection t'incombe, glissant entre tes doigts.  Devoir immanquable, tu t'y soumets, tu ne peux t'y soustraire & te taire. D'un mouvement les protego fusent. Risqué, vous avez la partie la plus risquée. Et vous devez tenir, vous retenir. Les yeux dévient vers Gwen. Trop loin, tu ne peux la ramener sous ta coupe. Tu ne peux pas la traîner dans ton étreinte. Malade, tu sens que tu vas encore échouer. Et bordel où est Nyssandra ? « Eris. Gwen. Venez. ». Tu l'as bien vu. Des liens coupés par Eris, qui s'est faite le temps d'un instant Arthur armé d'Excalibur pour sauver la belle. Tu as bien compris, bien saisi. C'est aussi elle qui a retenu le corps d'Astoria, le temps que tu l'attrapes dans un sursaut brutal. Elle a tout les mérites cette princesse guerrière aux fais airs de fillette en détresse. « S'il te plait. Maintenant. ». L'inquiétude jongle sur ta langue. Enfant capricieux, tu ne sais qu'exiger pour ne pas révéler l'intensité de ta douleur & des horreurs. Et bientôt d'autres petits groupes tombent à vos côtés. Ils attaquent, déjà.  Et tu observes d'un œil blasé, abîmé, ta tante trainée par une autre insurgée ( Bonnie ). Ta famille peut-elle, pour une fois, une seule & unique fois, ne pas se mettre dans le pétrin ?

Et Elli Llewellyn entre en trombe. Et dans un instant, tu coupes la protection, laissant un sort lui taillader la hanche. Elle & son frère, tu vas les buter, les amocher, les abîmer. « C'est le rodéo en bas, vous devriez voir ça, on a encore un moment avant qu'ils ne tentent de nous prendre à revers! On en est où avec les babioles, bricoles et farandoles? » « Nul part. », souffles-tu. « Rendez-vous & promis, nous serons un peu indulgent. », ajoute ton collègue.




Ils ne comptaient pas se laisser faire. Absolument pas. Elli Llewellyn n'allait pas s'en sortir comme ça. Les squelettes se déversaient, armée funéraire & guerrière. « Garce », cracha le plus jeune d'entre eux, Willson. « Bougez les gars. Il faut qu'on se fraye un passage. ». C'est le plan, les encercler & les faire reculer, trébucher. Sombrement, ils bougèrent, se positionnant en armée romaine, peloton de défense infernale & imprenable. Les sorts ricochèrent, trébuchèrent. Et dans un mouvement habile de foule, ils inversèrent bientôt la position, semant sur leur passage, leur sillage des pierres de  Godric's Hollow. La cage se referma, les condamna alors que les deux otages imbibés de sang  se retrouvèrent piégés, dans un dernier cri. Dommage collatérale.

Ils avancèrent brutalement. « Dépêchez-vous. On fait sauter cette porte, illico ! », et bientôt, ils cognèrent tels des béliers contre le bois fragile. Ils allaient entrer. Rapidement & brutalement. « Allez, allez ! ».




A l'extérieur, Dolohov croisait les bras, sévère, nucléaire. Les sorts fusaient, ricochaient. Et il vit disparaître Greengass d'un œil critique, acide. Un geste & brutalement,  le feu cessa. Il était temps. Ils avaient pris tout leur temps. Un signe de la tête & bientôt les sorciers grimpèrent. Ils allaient se déverser par les fenêtres, amochant un insurgé ( Carrow), faisant ricocher les sorts à l'intérieur, cherchant une ouverture. Qui allaient tomber ?  
Revenir en haut Aller en bas

HUNTED • running man
Adele Bones
Adele Bones
‹ inscription : 03/08/2015
‹ messages : 2056
‹ crédits : LUX AETERNA, astra, sia, tumblr, simon/mathydabest.
‹ dialogues : #336699
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Y65Mxt4

‹ âge : 38
‹ occupation : en fuite, déchue de tout type de privilèges.
‹ maison : Serpentard
‹ scolarité : 1976 et 1983.
‹ baguette : est en bois d'if, mesure 23,7 centimètres et possède un ventricule de dragon en son cœur.
‹ gallions (ʛ) : 4145
‹ réputation : je suis sans aucun scrupule.
‹ particularité : semi-Vélane.
‹ résidence : ici et là, clamant comme miens les différents cottages investis durant notre cavale.
‹ patronus : inexistant
‹ épouvantard : une vie silencieuse, ponctuée par des râles de douleur, et non plus par les rires des rares personnes auxquelles je tiens.
‹ risèd : une journée d'été, Artur m'aidant au jardin ; Owen Avery se moquant de l'activité sans chercher à dérober son regard attendri.
http://www.smoking-ruins.com/t2469-adele-you-re-gonna-wish-you-n
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
D'un sortilège, Spinnet attira les vêtements encore intacts de la galerie romaine à elle. Jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, elle vérifia si le sortilège de confusion agissait de nouveau correctement sur Nyssandra Ollivander. Soulagée de la voir obéir docilement et ramasser les parures éparses au sol comme elle le lui avait ordonné, Adele s'attela à sa propre tâche. Empaqueter les étoffes précieuses, les capes ensorcelées et autres robes distinguées pour les envoyer en direction de la galerie arthurienne, les paquets hermétiquement protégés pour leur transport dans la malle à fonds multiples. Lorsque les deux premiers paquets passèrent le seuil boisé de sa galerie, la voix de Carrow s'éleva dans les airs pour lui ordonner de rejoindre les autres. Certainement pas ! Bones-Spinnet ne répondait qu'à deux personnes aujourd'hui et si elle avait laissé ses sentiments personnels prendre le dessus et envoyer paître Avery, elle ne quitterait cette galerie que si son père le lui ordonnait. Second coup d’œil vers l'otage (qui continuait de remplir le sac sans-fond des parures magiques) avant qu'Alicia ne compose les deux derniers paquets, ne laissant à la galerie romaine que quelques tissus fumants pour seules œuvres d'arts, et ne les fasse emprunter le même chemin que les premiers. En observant les paquetages entrer dans la galerie arthurienne, une expression soucieuse s'empara des traits d'Adele. Un silence pesant, trop lourd, s'était installé dans sa galerie. Trop calme...

Les vitres explosèrent à ce moment là.

Pur réflexe, Adele recouvrit sa tête de ses avant-bras et recula de plusieurs pas dans l'intérieur de la galerie. La BPM ouvrait les hostilités : elle devait tout de suite retourner dans la galerie principale avec... Un collier nacré se retrouva autour de son cou violemment, laissant juste le temps à la guérisseuse de ne pas être purement et simplement étranglée par un bijou hors-de-prix. La journaliste se débattait une nouvelle fois avec le Confundus et tentait une nouvelle fois de la mettre hors état de nuire en usant d'une des parures … pour l'étouffer aussi sec. Non, Nyssandra n'était pas une simple garce : elle en était la reine. La panique s'infiltra en elle lorsqu'elle sentit la sorcière s'appuyer contre son dos pour serrer plus étroitement le bijou autour de son cou : l'idée qu'elle puisse défaillir face à d'elle ; non pas mourir – cette dinde ne réussirait pas à la tuer même avec un mode d'emploi sous le nez ; lui fit l'effet d'une gifle et la sorcière commença à se débattre rageusement pour se libérer de l'emprise de la journaliste...

Grondements, tremblements.

L'attention des deux furies fut happée lorsque passèrent juste devant leurs yeux ahuris une armée d'animaux squelettiques : Adele sentit l'étreinte des pierres précieuses se défaire de son cou délicat. Bones lui accordait au moins ça : ce n'était pas tous les jours qu'on avait la chance de voir des tas d'os dévaler les escaliers d'un musée. Chance pour l'hybride, entendons-nous bien.  Profitant de l'effet de surprise qui continuait de tétaniser Nyssandra, Alicia frappa les côtes d'Ollivander d'un coup de coude bien placer et la fit chavirer n arrière dans un gémissement sourd. Le sac rempli de bijoux était tombé à quelques mètres de la journaliste, qui tenait toujours son arme improvisée entre les jointures blanchies de sa main droite. « On se replie! ». La voix de Llewelyn, portée par la résonance du hall, attira  l'attention de Bones qui la vit détaller à vive allure en direction de la galerie arthurienne. Dans une exclamation enragée, le bois d'If ensorcela la porte qui se scella les portes de la galerie romaine d'un sortilège informulé. La BPM (et les squelettes) étaient au rez-de-chaussée, la porte magiquement scellée les protégerait suffisamment longtemps pour qu'Adele trouve une porte de sortie de la situation désastreuse dans laquelle l'Ollivander les avait mises (elle refusa bien hypocritement d'admettre, qu'en réalité, c'était son refus d'obéir à Carrow qui les bloquait dans la galerie romaine. Une porte de sortie, une porte de...

Les portes secondaires rendaient les galeries communicantes.

« Impero », l'Impardonnable frappa une Nyssandra bien amochée par les nombreux bris de verre au sol en plein cœur. Bones n'avait plus le temps de laisser cette gamine de l’Élite libre de ses mouvements. Elle aurait du utiliser la manière forte quand elle en avait eu l'occasion : elle aurait éviter la dEt puisque la méthode douce ne semblait plus vouloir fonctionner... Rejoins la porte de gauche et ouvres-là. Automatiquement, sans protestation aucune, les pieds toujours nus, Nyssandra se dirigea vers la-dite porte tandis qu'Adele ramassait le second sac rempli de parures fabuleuses pour le passer autour de son cou, aux côtés du premier. En avançant, Nyssandra dos à elle, elle avala la fiole supplémentaire de son Polynectar avant de la ranger dans la poche vide de sa veste. « La porte est fermée », informa l'otage dans un éraillement de voix anormal. Great. Écartes-toi. L'une des bombes artisanales qu'elle avait dans son autre poche frappa le mur de la galerie et provoqua une explosion suffisante pour créer un passage. Devant moi. Débats-toi assez pour qu'on te remarque mais n'oublies pas : tu restes avec moi. Joignant l'ordre au geste, en à peine une minute, Spinnet et l'otage se retrouvèrent dans la galerie arthurienne.

Capharnaüm sans précédent.

La BPM d'un côté, des otages qui commençaient à être évacué, un Tugwood salement amoché et deux sorciers lambda qui protégeaient et aidaient son père à charger et à sceller la malle à fond multiple. Utiliser Ollivander comme bouclier humain semblait avoir plus d'effets que de se servir d'une Romero mal en point : les sorts de la BPM les évitaient comme par miracle lors de son avancée brusque vers Avery. Enserrant un peu plus fermement le cou de l'Ollivander paniquée dans le creux de son bras, Adele brisa le sortilège de l'Impérium pour pouvoir libérer le Mangemort des liens tranchants qui lui menaçaient les jugulaires. Idiot. Sans un regard de plus pour Hudson, elle força son otage en avant pour se diriger vers la malle à fond-multiples, murmurant une nouvelle fois l'Impardonnable dans le creux de l'oreille de Nyssandra. Allez ma grande, dernière ligne droite : feins encore une fois la panique pour moi. Adele n'avait pas besoin de la voir pour sentir les traits de la sorcière se teinter d'effroi. « Il est temps de décoller. Toi, active la malle le temps que j'aille récupérer Tugwood », la voix de son père s'était adressée au quatrième sorcier chargé du transport de la malle. Pour le couvrir, Alicia laissa ses lèvres se tordre en un sourire odieux avant d'annoncer à qui voulait bien l'entendre – les membres de la BPM, par exemple ; reconnaître le fils de Rabastan Lestrange dans leurs rangs l'ennuya désagréablement – pourquoi la famille de son ami avait l'affreuse habitude de se fourrer dans des situations désastreuses ? ; « Au moindre sortilège de travers, elle trinque ! ». Quand tu entendras 'deux', tu t'éloignes le plus loin et le plus vite possible !. Une minute plus tard, alors que ses Protegos venaient assurer sa sécurité (et celle de Nyssandra), son père revint près de la malle, aidant Tugwood à prendre place pour le transport des œuvres d'arts. « On est prêt à partir », lâcha le quatrième sorcier. Angus Bones s'arma de sa baguette et s'apprêta à toucher le bois. « Dans trois... ». Alicia défit l'emprise mentale et physique qu'elle exerçait sur la sorcière de l’Élite. « Deux... ». Nyssandra s'éloigna des insurgés aussi rapidement que ses nombreuses blessures le lui permettaient. Laissant aux trois sorciers non-responsable de l'activation du Portoloin le soin de jeter des Protegos de façon frénétique. « Un. »

Spoiler:
 

• • •

THIS TOO SHALL PASS, WE'RE RIGHT WHERE WE'RE MEANT TO BE. THERE'S THINGS I DON'T ASK: WHAT I DON'T KNOW CAN'T HURT ME.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty


Aramis.

Elle avait espéré qu'il ne soit pas dépéché sur cette intervention mais comment aurait-il pu en être autrement? il était parmi les meilleurs, sinon le meilleur. Mais pas question de flancher. Pas question de trahir son rôle et de transformer cette situation désastreuse en situation apocalyptique. Encore quelques répliques,quelques pas sur la scène, et tout serait fini. Juste le temps de faire ce qu'elle devait faire: sauve ceux qui pouvaient l'être parmi ceux qu'elle estimait devoir protéger.
Anna, son amie, cette amie bien absente ces dernières semaines mais qu'elle ne parvenait pas encore à détester tout à fait.
Guenièvre, la soeur d'Aramis.

Elle ne pouvait rien pour Nyssandra, piégée entre les serres de Bones, mais elle pouvait au moins faire quelque chose pour tenter de sauver les meubles. Avec un sourire carnassier, elle éclata de rire au nez du mangemort se tenant juste à la droite d'Aramis.

« Rendez-vous & promis, nous serons un peu indulgent. »

Ah ah ah.

-Oh de l'indulgence! alors là je ne dis pas...la proposition mérite réflexion...laissez moi me pencher dessus...hm...non.

Et d'un coup de baguette aussi rapide que rageur, Hécate envoya un sortilège en direction du mangemort. Ce dernier leva sa baguette, tenta de se protéger mais l'impact le percuta en pleine poitrine et il fut éjecté en arrière avec une telle force qu'il traversa une vitre et tomba dans le vide avec un hurlement.

-Un truc qu'on peut vous reconnaître, c'est que vous planez bien. C'est juste l'atterrissage qui est toujours un peu dur.

Elle tentait de garder bonne figure mais en vérité, le sort lancé par Aramis l'avait touchée au flanc, et elle perdait du sang. Un peu, beaucoup, un peu trop. Les médicomages lui avaient dit de ne pas trop se dépenser, ils ne seraient pas déçu par la prochaine visite de contrôle à Sainte-Mangouste...La jeune femme esquiva de justesse un éclair vert lancé dans sa direction et roula en arrière avec une grimace de douleur avant de faire une élégante pirouette et de saisir...de Guenièvre. Elle vit la jeune demoiselle Burke tourner la tête vers elle mais leva sa baguette, menaçant à la fois la meilleure amie de la victime et le frère de cette dernière. Ils ne la toucheraient pas. Pas tant qu'elle avait Guenièvre. Elle comptait bien la leur rendre, après tout c'était un tout petit peu le but, mais elle voulait surtout s'assurer de ne pas perdre de membre dans la mêlée.

-Lestrange, un petit conseil: tiens toi tranquille si tu veux que ta jolie petite soeur te revienne en un seul morceau. Je l'aime bien, ça me ferait du mal de te l'abimer.

Il la meurtrissait du regard et Hécate sentit son estomac se tordre. Pardon Aramis. Pardon pour ça. Voyant qu'au milieu de la mêlée, des sorts et des boucliers, les troupes commençaient à préparer le départ, Hécate poussa un soupir dramatique à l'intention d'Eris et d'Aramis.

-Toujours ce satané timing qui me gâche le plaisir...voyez vous je suis un peu attendue ailleurs et visiblement, mes compères ont fini leur affaire. Je resterais bien...mais c'est la vie comme disent les français. Ne faîtes pas la gueule mes bichons, allez, un peu d'enthousiasme! quelqu'un m'a dit un jour qu'on devait toujours rechercher le soleil...tourner avec les fleurs!Essayez donc de faire ça, ça vous ôtera les nimbus que vous avez dans le cul.

Et sur ces bons mots elle projeta Gwen sur Aramis, assez brutalement pour rendre le geste crédible, pas assez pour risquer d'envoyer la jeune femme dans le feu nourri. Ce rendu d'hotage s'accompagnant d'un éclair lumineux et une entaille apparut sur la pommette du mangemort, profonde, rougeoyante. Dernier détail pour ne pas perdre la face, pour ne pas casser le masque. Elle lui avait déjà donné un indice à lui, son ami. Un indice précieux sur ce qui était en train de se passer, un code que lui leur saurait déchiffrer. Afin qu'il sache. Qu'elle avait essayé. Que tout ce qui venait de se produire n'était pas le fruit du hasard, mais celui de la nécessité et d'un terrible jeu de dupes. Alors que le sang tâchait la joue d'Aramis, Hécate grinça de sa voix à l'épais accent Gallois:

-Petit souvenir. Ta soeur vaut bien une balafre, Lestrange. Et ça donne du charme aux enflures.

Hécate tint en joue Eris et recula d'un pas, puis deux. De l'autre côté de la pièce, la BPM progressait. Pas le temps de venir en aide à Anna.

-Bien. Plus rien à faire ici. Jusqu'à la prochaine, les collabos. Forget me not parce que moi...je ne vous oublie pas.

Et avec un clin d'oeil en direction d'Eris, Hécate attrapa la malle, prêt pour départ qui allait se faire....maintenant.


Dernière édition par Hecate Shacklebolt le Lun 9 Nov 2015 - 18:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

HUNTED • running man
Owen Avery
Owen Avery
‹ inscription : 21/07/2015
‹ messages : 1765
‹ crédits : whorecrux <3.
‹ dialogues : #006666 (owen) #A0A0A0 (selma)
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Tumblr_ngncjreTC41r7i70vo4_r1_250

‹ âge : 43
‹ occupation : dans l'ombre du Magister.
‹ maison : serpentard
‹ scolarité : 1971 et 1978
‹ baguette : est en bois d'acacia rigide, possède un cœur en ventricule de dragon et mesure vingt-neuf centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 3889
‹ réputation : la magie noire a rongé mon âme, dilué toute conscience, accru ma folie.
‹ particularité : fou.
‹ faits : ma soeur jumelle vit dans mon esprit dérangé, secret dont seuls quelques chanceux ont connaissance, que je suis aussi dérangé que peut l'être un sbire de Voldemort, que je n'hésite jamais à user de violences quand bien même elles ne seraient pas nécessaires, car la souffrance et les hurlements me font vibrer comme aucune autre drogue au monde. Mais qu'elles me sont infligées souvent par la main du Magister elle-même, car dieu sait combien de fois je l'ai déçu au cours de mes années de bons et loyaux (haha) services.
‹ résidence : Herpo Creek, dans la maison de mes parents, vide et délabrée; ruines.
‹ patronus : irréalisable, autrefois une hyène bien qu'elle ne soit apparue qu'une seule et unique fois sous forme reconnaissable.
‹ épouvantard : le baiser du détraqueur.
‹ risèd : la fin de cette insurrection qui amène autant de satisfaction que de souffrance.
http://www.smoking-ruins.com/t2376-it-s-just-the-night-in-my-vei
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
« J’observe que vous êtes toujours aussi cliché chez les Insurgés. Tout ceci est tellement sur-joué. Vous ne m’arriverez jamais à la cheville » Le persiflage d'une telle mesquinerie ne pouvait provenir que d'une seule bouche. Le souffle court, la blessure trempant sa robe de sang chaud et poisseux, il trouva quand même l'énergie de manifester de la surprise en avisant Bellatrix sous sa forme propre. Quelle garce ! Il fut tenté dans un premier temps d'envoyer balader la folle mais dans sa bouche ou dans celle d'Hudson, l'insulte aurait sonné bien trop faux. Foule de sentiments, qui suivirent, houleux et un brin terrifiant. Bella était la plus proche du Maître, et au vu du foutoir qui régnait dans le Musée, nul doute que son nom allait être prononcé et pas pour en chanter les exploits. De plus, le fait de voir le masque dissout du bras droit du Magister distilla un sentiment d'urgence angoissant : le Polynectar arrivait à son terme. Il était, grand temps, qu'ils sortent d'ici. Une expression haineuse passa sur son visage lorsqu'il la regarda partir, faussement tenue par une Bonnie Rowle blonde à l'air un peu dépassé. Il ne trouva même rien a répliquer. Son petit jeu était loin de le faire rire tant il s'attendait à en subir les conséquences une fois la mission torchée terminée. Les menaces étaient claires.
Tout s'emballa. Comme si ça n'allait pas déjà trop vite, sans parler des étoiles qui commençaient à danser derrière ses paupières, des élancements de plus en plus vivaces aux côtes. La BPM déboula dans son champ de vision depuis le plafond, les menaces volèrent. « Accio Astoria Greengass » « Laissez les tranquille!!! » Sa baguette vibra, et Astoria tomba au sol dans un bruit mou et glissa en direction d'Aramis sans qu'Avery ne soit en mesure de l'en empêcher, au moment ou ses propres cordes venaient se lover autour de son cou comme autant de serpents venimeux. Les liens agressaient sa peau, tailladaient les couches superficielles qui se mirent à saigner à leur tour. Great. Owen se retrouva projeté contre le mur, à deux doigts de passer dans le vide. Il s'écarta vivement, le menton levé en essayant de ne pas tirer sur les cordes. Satanées cordes, par Merlin ! Les Lestrange allaient finir par l'avoir à l'usure, en s'y mettant à plusieurs mais tout de même... Il s'entoura d'un Protego informulé -il n'osait plus prononcer un seul mot- qui lui évita de se retrouver embroché par un éclair lumineux qui rasa sa tempe. Cette otage ne valait rien, il aurait du prendre la fille Lestrange pour cible voilà ce qu'il aurait du faire. Cette gamine était un poids mort et sa perte n'avait pas l'air d'inquiéter beaucoup la BPM en face de lui. Spinnet déboula dans la pièce, le libéra du cordage serré comme s'il ne s'était agi de rien. Enfin un peu de bon sens Bones.
Il respirait
. Ni une ni deux, il pointa sa baguette en direction des flammes qui léchaient toujours les murs et traçaient un sillon noirâtre au sol. Elles s'agitèrent, avancèrent leurs langues voraces vers la BPM, les effleurèrent pour quelques malchanceux. Il prolongea le tracé du feu, qui consuma bientôt les corps laissés ça et là comme de vulgaires poupées. Il n'avait aucune idée de ce qui arrivait aux personnes sous polynectar une fois qu'elles décédaient et il n'avait pas envie de le savoir maintenant : un aveu post mortem de cette mascarade était hors de question. Il chercha des yeux le porteur de balais : s'il était mort, vraiment... mais non, il était là, bien vivant. « VICTOR ! » Le feu prenait de l'ampleur. Carrow et lui n'eurent pas besoin de se concerter pour savoir qu'il était temps. Le reste des Insurgés emballaient les derniers bijoux et autres fantaisies. L'enchanteur leur tendit les balais puis disparut dans un pop sonore, et les porteurs de la malle transplanèrent à leur tour, suivis par les autres Mangemorts sous couverture. Il enfourcha le balais, jeta un sort à l'un des sorciers de la BPM en le voyant contourner le feu pour essayer de les avoir. Des éclairs fusaient de toutes parts dans leur direction. Il les entoura rapidement d'un sort de protection qui ne ferait pas long feu : il fallait qu'ils dégagent vite s'ils ne voulaient pas crever en plein vol. Carrow et lui prirent chacun un bras de la pauvre Anita, qui les déséquilibra grandement lorsqu'ils prirent leur envol hors du musée, par la fenêtre béante. La fumée commençait à lui irriter les yeux, l'air frais lui permit de retrouver ses esprits. « Victor, on la laisse là ? » demanda-t-il à son collègue qui approuva d'un hochement de la tête. Les poignets de leur victime poissaient le sang et vraiment elle n'était pas pratique à trimbaler : au dessus du groupe de tireurs postés devant le Musée, les deux Mangemorts la lâchèrent dans le vide et la jeune fille termina son vol tout en bas. Avant de quitter les lieux pour de bon, Victor et Hudson tracèrent en lettres enflammées sur la façade du Musée : LA RESISTANCE VAINCRA.

• • •




    Le cynisme de l'extrême solitude est un calvaire qu'atténue l'insolence.
    us and them ~
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
Les sortilèges lancés ça et là par la Brigade de la Police Magique revenaient à leurs lanceurs avec une rare précision. Les Mangemorts sous couverture disparaissaient un à un et Bellatrix Lestrange simula sa fuite au travers de la galerie jusqu’à son arrivée près de ses soi-disant sauveurs. Oui, elle avait reçu un maléfice dans les cheveux et une de ses mèches dégageait une odeur puissante de souffre. Non, ce sortilège n’avait rien à voir avec les faux insurgés. Les forces du ministère étaient totalement nulles à en croire cette intervention. Surgissant de la fureur, la favorite du Maitre ne semblait pas très contente. Il y avait de quoi, sans parler des dommages collatéraux qui, entre vous et moi, n’intéressait pas beaucoup la sorcière. Owen et Lazarus avaient fait un travail abominable en martyrisant avec un peu trop de tragi-comique des membres de l’Elite sorcière. Tout ceci s’était révélé pitoyable. Les otages s’étaient révélés peu dociles, n’ayant pas appris à se contenir lorsque quelqu’un menace votre vie. Seul le pillage n’avait pas connu d’accros imprévus. Ce qui animait Bellatrix, ce n’était que peu de colère, en comparaison avec la peur qui enserrait son estomac. L’ancienne détenue craignait par dessus tout le courroux de son Maitre.

Lord Voldemort était sans doute le seul homme – si cela était encore un homme – qui effrayait Bellatrix Lestrange aussi intensément. Ces dernières années, les quelques échecs de notre sorcière lui avaient valu quelques remontrances à la hauteur de sa proximité avec le Magister. Les tortures étaient plus intenses lorsqu’un membre du Cercle était puni. Cette fois-ci, elle ne payerait pas pour ses collègues. Elle avait fait sa part du boulot, ni plus ni moins. Alors, complétement déjantée, l’épouse de Rodolphus s’approcha en boitant un peu de son neveu. « Aramis, chéri » avança-t-elle en lui prenant la nuque d’une main puissante. Elle posa son front contre le sien, instaurant une sorte d’intimité inconfortable et contrainte avec le fils de Rabastan. De toute façon, il valait mieux jouer la proximité que de le punir. Après tout, il n’était au courant de rien.  La Brigade n’était au courant de rien. Sans doute restait-il quelques pillards s’apprêtant à disparaître. Néanmoins, il fallait les couvrir. C’est pour cela qu’elle débarquait en pleine intervention, se foutant pas mal de l’opération en cours. Rien ne leur laissait prévoir que Bellatrix Lestrange traverserait le No Man’s Land pour venir câliner étrangement un membre de sa famille. « Il faut tout remettre en ordre, petit cœur. » rompant son étreinte d’une intense froideur, elle tapota la joue de son neveu après y avoir déposer un baiser terrifiant. Elle se retourna en direction de la BPM. Souriant de sa dentition pourrie aux brigadiers, Bellatrix Lestrange applaudit de ses deux mains sur un rythme d’une lenteur mortuaire. « Je viendrai à vos funérailles, mes garçons. Je ne vous dis pas à bientôt. Le Magister sera ravi. » Son rire maléfique résonna dans les entrailles alentours, remplissant de son écho les galeries vide. Elle sautilla comme une petite fille parmi les restes du déluge pour sortir de l'enceinte du musée. Son caquètement était amère et il se répercuta bien après qu’elle aie transplaner dans un CRAC sonore.

Inclinée si intensément dans le silence, elle ne le voyait pas. Tout ce qu’elle ressentait, c’était le mouvement trainant de son Maitre à qui elle allait devoir livrer ses conclusions…
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
Le regard de Bonnie passait d'Eris à Draco en passant par Bellatrix. Son périmètre de vision ne devait pas s'élargir, elle ne voulait pas qu'il s'élargisse, sans quoi elle était forcée de voir ce qu'il arrivait à Anita et risquait de perdre ses moyens. Sa main tremblait, à cause de ça mais également du poison, et elle craignait de ne pas pouvoir tenir longtemps ainsi. Elle s'efforça de garder l’œil sur Bellatrix autant qu'elle le pouvait – ou du moins de faire semblant – tandis qu'elle se dirigeait vers son neveu tout en prétextant avoir reçu l'ordre de le soigner. Bonnie se demanda un instant si elle n'avait pas lu dans ses pensées. Elle la laissa donc faire, baguette tendue vers elle pour jouer la comédie, son autre main tenant fermement le butin. Elle l'aurait bien mis dans la malle, mais craignait que ce moment d'égarement ne joue en sa défaveur. Les sorts fusaient, et elle n'osait bouger d'un poil. Elle n'était décidément ni téméraire, ni dangereuse, et jetait par ailleurs quelques regard sur Eris, craignant ses réactions. Cependant, la jeune femme ne chercha pas attaquer mais se servit plutôt de son épée pour libérer Gwen, qui fonça en direction – certainement, puis que Bonnie faisait son possible pour éviter de regarder par là-bas – d'Owen et Lazarus. Évidemment, ce n'était pas l'otage de Bonnie que les gens cherchaient à sauver. Au final, elle se retrouvait cernée d'une gigantesque cohue dont aucun des protagonistes ne convergeait vers elle, ce qui n'était pas plus mal au vu de sa situation délicate, d'autant que les pointes de ses longs cheveux commençaient à revêtir une couleur brune...

Ce fut ce moment que choisit Hécate pour entrer en trombe et les avertir de la progression de la BPM. Par chance, ils n'étaient pas encore sur eux, mais ils n'avaient plus beaucoup de temps. Faux. Ils étaient déjà sur eux. Les membres de la BPM, Aramis en tête, déboulèrent dans la pièce avec fracas. Bonnie retint un cri. Cette fois, c'était fini. Il ne restait qu'un espoir : les otages, dont Bellatrix. Mais cette dernière ne semblait pas se préoccuper outre-mesure de la présence de son autre neveu dans la galerie. Par chance, Adele et son père arrivèrent à ce moment-là, et quand ce dernier lui ordonna d'activer la malle, elle obéit avec plaisir, sans plus se soucier du sort de Bellatrix, jetant le sac dans la malle au passage, observant Nyssandra avec curiosité. Adele l'avait certainement mise sous Imperium. Le père d'Adele profita de cet instant pour récupérer Draco et le faire grimper sur la malle, au grand soulagement de la jeune mangemort. Il n'y avait plus qu'à activer le Portoloin. Les autres sauraient certainement se débrouiller. « On est prêts à partir », lança-t-elle en direction d'Angus, tout en tentant de protéger la malle autant qu'elle le pouvait à grand coup de sorts de bouclier et autres protections. Maintenant qu'elle n'avait plus besoin de tenir Bellatrix en joue, elle était beaucoup plus libre de ses mouvements. Hélas, elle sentait que sa main ne tiendrait pas longtemps. Elle attendit impatiemment la fin du décompte, interminable, tandis qu'Hécate était aux prises avec Aramis, tentant d'être indifférente aux cris qui fusaient à l'autre bout de la pièce.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
Aramis , mon frère ce héros. Sa simple présence avait le don de me rassurer, même dans les pires moments l’avoir près de moi c’était avoir un piller important. Si j’étais la sorcière la plus malchanceuse qui soit, il semblait que mon frère soit aussi atteint de la même « tare » à un détail près. Si lui ne se mettait pas directement (volontairement ?) en danger il courait aux devants de ceux-ci pour me protéger, pour me sauver. Je devais être responsable de la moindre des cicatrices qui couvraient sa peau. Responsable à jamais de ses souffrances et de ses agacements de me voir sans cesse dans des situations inextricables. Nos regards se croisent, j’aimerai tant ne pas être une source d’inquiétude pour lui… mais ce n’est pas pour aujourd’hui. Astoria est sauve et bientôt la voix d’Aramis me parvient. Baguette en main je lance un protego et évite un sort perdu de justesse… Venir à lui, oui, c’est ma plus grande envie. « S’il te plait », les paroles de mon frère ne sont pas anodines et je m’exécute, je n’ai pas l’intention de lui désobéir, pas cette fois. Je pousse légèrement Eris qui avance devant moi en direction de mon frère tout en cherchant Nyssandra du regard. Enfin je la vois. Elle se tient, droite devant une Spinnet qui semble prête à tout pour se protéger. Un mouvement, un simple geste dans sa direction arrêté instantanément quand Elli Llewellyn me prend comme bouclier, otage à nouveau. Encore… Toujours. Après avoir frôlé la mort sous la baguette du frère c’est peut être bien la sœur qui va en finir avec ma vie…  mais je gesticule, bouge pour tenter de m’extraire de son emprise. Ma respiration s’accélère quand elle pointe sa baguette sur mon frère et mon amie. Eris, Aramis… non. Dans l’instant j’arrêtais tout mouvement, collaborant avec Elli afin que plus personne ne soit touché, pas par ma faute. Je retenais même quelques commentaires acides tels que « je t’aime autant qu’une bonne dragoncelle » ou « t’abimer ne me ferait pas de mal », me concernant j’étais même prête à lui arracher les yeux de mes dix petits doigts et en prenant tout mon temps. Ma main me démangeait, un sort sur le bout des lèvres… si seulement Aramis et Eris n’étaient pas visés. Peu m’importait de me retrouver en plein milieu, au contraire je pourrais même rejoindre Nyssandra qui était beaucoup trop exposée à mon gout mais une fois encore j’étais inutile, impuissante, incapable d’agir ou de réagir de façon adéquate. Et l’autre folle qui déversait son fiel sans aucune retenue. Franchement qu’elle m’achève au moins je n’aurai pas à entendre de tels inepties. Elle me poussa en avant et je retrouvais les bras protecteurs de mon frère non sans avoir évité de peu de rencontrer durement le sol. Le lève mon regard au commentaire sur la balafre, Aramis… je me mords la lèvre inférieure, une fois encore il a été touché par ma faute. J’attrape la main d’Eris et nous place rapidement derrière Aramis, là où il voulait que je sois il y a de longues minutes déjà. C’est ça à la prochaine…   Jamais deux sans trois n’est-ce pas? Le rôle d’otage avait l’air de me coller à la peau de toute façon. Je ne t’oublierai pas sois en certaine.  Le son de sa voix, son odeur, son visage, rien ne quitterait mes souvenirs. Mais mon regard ne s’attarda pas sur cette folle, j’avais mieux à faire, Nyssandra. Les réactions de mon amie n’étaient pas habituels, même sa démarche n’avait rien de naturel pour quelqu’un qui la connaissait bien. J’allais jeter un sort lorsque ma tante déboula de nulle part pour embrasser mon frère. Surprise, interloquée je restais muette devant tant de.... comment dire... de... d’extravagance.... Bref j’étais plutôt contente qu’elle se soit contenté d’Aramis pour ses effusions. Heureusement pour nous elle fut aussi rapide à partir qu’à arriver. Aramis allait avoir du mal à s’en remettre de celle-là (ce que tout le monde pouvait comprendre)! Voir un sort visé Nyss me glaça le sang et sans réfléchir je lançais. Accio Nyssandra!!  attirant mon amie dans les bras de mon frère... Elle serait plus en sécurité là!! Nous l’étions toutes les trois. Merlin soit loué, nous étions entière et une chose était certaine, les fiançailles n’auraient pas lieu au musée - et oui, les sorcières de salons ne perdent jamais le nord.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it - Page 6 Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

(Event 5 ; groupe #1) there's only power and those too weak to seek it

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

 Sujets similaires

-
» Les upgrade event.
» Event pirate
» L'Art Est Le Plus Beau Des Mensonges | Groupe 2
» [EVENT] Groupe Dernier étage 1
» Sortie du groupe DeadDogs vs Catacombes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Events et intrigues :: Event #5
-