sujet; i'm burning alive - adonis.
MessageSujet: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyLun 28 Sep 2015 - 18:29

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
Adonis Ignazio² Avery
feat diego barrueco • crédit tumblr
❝ We're running in circles again ❞death eater ; Inventé

☇ pseudo complet & surnom(s) ; Un nom qui fait grimacer, qu'on a un peu trop peur de prononcé. Avery. Reflet d'une pureté certaine, qui n'en demeure pas que fierté. Avery, l'histoire de la folie. L'ivresse de la folie. Adonis, un prénom latin dont il ne comprend pas le sens. Une divinité sans pouvoir, un dur oxymore face à sa personne. Ignazio, deuxième prénom totalement oublié.
☇ naissance ; La genèse de son monde a débuté un douze septembre 1983 à Sainte-Mangouste.
☇ ascendance; Il est rare d'en trouver de plus pure, ce qu'il compte bien perdurer.
☇ métier ; Il aspire à pénétrer dans le département de la justice magique au ministère, en tant que juge à la cour de la justice magique..
☇ camp ; Ses idéologies ne sont pas secrètes puisque tous savent qu'il fait partie du gouvernement. Il est très pro-Voldemort.
☇ réputation ; Digne héritier de la famille Avery, il en va de soit que l'on raconte partout sa folie, sa bipolarité, et son ambition de mangemort.
☇ état civil ; célibataire, bien que son père use de son temps afin de lui trouver une épouse.
☇ rang social ; c'est un futur mangemort, profitant également des avantages et de la décadence de l'élite sorcière.
☇ baguette ; elle est faite d'un bois d'if, composée d'un crin de sombral, 27,2 cm.
☇ épouvantard ; Des souvenirs qui s'envolent, quittant son esprit sans allégresse, laissant un vide étrange, où les pensées résonnent sans se comprendre. La peur d'un noir soudain, froid et pénétrant, le privant de sa plus grande force de pouvoir.
☇ risèd ; Une vie sans rébellion, faire tomber tous les insurgés, le Magister fier de lui.
☇ patronus ; Il n'a jamais pensé à exécuter ce sortilège, de toute manière, il n'aurait aucun souvenir heureux à invoquer. De plus, son âme est tellement noire que rien de bon ne peut en sortir. Il n'en a donc aucun.
☇ particularités ; Il n'en a pas besoin.
☇ animaux ; Aucun.
☇ miroir ; Aucun.

☇ Avis sur la situation actuelle ; Il y a des rêves qu'on peine à voir réalisé, dont on ne perçoit jamais des bribes, qui restent enfouis dans un inconscient de songes. Puis il y a ceux qui se réalisent sans que l'on s'en aperçoivent. Qui s'installent doucement et qui laissent des rictus sur les bouches. Adonis se joue de la tournure que prend la vie sorcière, même s'il ne se trouve pas sur le devant de la scène. Il ne pouvait guère en être autrement. Depuis son enfance, baigné dans des idéologies racistes et discriminatoires, il a appris à se forger une idéologie de supériorité face aux autres, aux souillés. Il s'est toujours sentie au-dessus de la pile, son sang pur lui offrant un avantage considérable face aux sorciers issus de mélanges. C'est pour cette raison que, depuis que le Magister a pris le contrôle du gouvernement et fait éclater son pouvoir, il se sent d'autant plus puissant. Ainsi est aménagé son monde parfait: l'Elite sorcière, les mangemorts et les sangs purs à leur juste place: au-dessus de tout.

Il a une soif de haine qui se trouve inassouvie, une haine qui le pousse à désirer plus que tout pouvoir user de sa baguette qui lui démange. Contre les insurgés, notamment, qu'il rêve de voir tomber face à lui un à un. Ils les traquent, de son côté. Son côté obsédé et sa démence n'arrangent rien à la tâche qu'il s'est donné.

☇ Infos complémentaires ; Il est très silencieux et secret, c'est réellement compliqué de le cerner. C'est ce que lui a appris son père: ne jamais se dévoiler. Toujours regarder un œil extérieur pour mieux frapper. Il n'a jamais connu l'amour, et il compte bien se garder de ce genre de sentiments. Pour lui, c'est une simple forme de faiblesse. Laisser l'autre prendre une place trop importante dans sa vie. Il est plus fort que ça. Trop égoïste pour imaginer penser à quelqu'un d'autre qu'à lui-même.   Il est atteint d'une certaine démence. Très lunatique, il passe pour bipolaire aux yeux des autres. Ses colères sont toujours explosives même si elles sont rares. Très calme, il essaie de se contrôler, mais ses excès sont toujours incontrôlables. Il est très enfouie dans la magie noire. Certains disent que son âme est damnée, qu'elle n'est plus que ténèbres. Il en rit bien, puisqu'il se fiche de son âme. Tout ce qui compte pour lui, c'est le pouvoir. C'est pour cette raison qu'il est fasciné par cet art occulte. Il se sent puissant. Il est le seul héritier de la famille Avery et il s'en sent fier. Il fera tout pour faire perdurer le nom de sa famille, ainsi que la pureté de son sang. Il attend patiemment que son père lui trouve une épouse convenable, dont il ne tombera jamais amoureux mais qui pourra lui procurer du plaisir de temps à autres.   Il a le gout de la boisson. Il aime les bons vins, les bonnes bières anglaises et le whisky pur feu. Il n'en est pas accroc, mais il prend plaisir à se remplir un petit verre de temps à autre. Ça le rend encore plus fou.   Il est très raciste et le fait savoir. Il est même dégoûté à l'idée de se retrouver dans la même pièce de l'un de ces sangs souillés. Il a en horreur tous ceux qui n'ont pas le même sang que lui, et d'autant plus ceux qui s'évertuent à le salir en se mélangeant.

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi ablaze./sandy. J'ai 18 ans, je viens de PACA et j'ai connu le forum via moi-même yeah . Si tout va bien vous me verrez connecté(e) 6 jours sur 7. Je veux bénéficier de l'aide d'un parrain ou d'une marraine : [] oui / [x] non. Un dernier mot ? je vous aime kr



Dernière édition par Adonis Avery le Dim 4 Oct 2015 - 20:11, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyLun 28 Sep 2015 - 18:30

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
burn in hell
i'm already in hell


❝ l'esprit, la plus grande source de pouvoir ❞1990 & Londres











« Chacun de nous est la somme de tous les instants que l'on a vécue, avec toutes les personnes que l'on a connues et ce sont ces instants qui écrivent notre histoire. C'est comme notre propre compilation personnelle de souvenirs, qu'on repasse et repasse en boucle, sans arrêt. » Il y a un temps pour tout dans l’existence. Un temps pour avancer et un temps pour oublier. Parfois, on ne se doute pas que la vie d'une personne ne tient qu'à un fil, qu'elle peut être réduite à néant en un simple claquement de doigt. Non, on ne se doute pas. Et pourtant, tout peut s'effacer, chaque homme peut être tourmenté par des blessures irréparables, des blessures qui fendent le cœur, formant des cicatrices en son âtre qui jamais ne s'arrêtent de saigner.
Une odeur de rouille et une eau des plus troubles, poisseuse, qui s'insinue dans ses narines sans résistances. Du noir, rien que du noir. À perte de vue, puisqu'il n'y a que ça à voir. Méandres d'un dessein qui s’enfuit, las d'une vie sans songes, sans lumière. Alors que les âmes se recueillent sur un corps frêle et sans essence, des doigts se mouvent, lentement. Un frisson suspend l'instant. « Est-ce qu'il va s'en sortir, docteur ? » Une question qui reste sans réponse. Des milliers d'interrogations informulées dont on ne trouvera jamais justification. Si jamais ? Et si jamais le cerveau n'était qu'un organe sans protection, fragile et fort à la fois ? Un organe, capricieux, qui n'accepte jamais la facilité d'une résurrection certaine, aussi bonne soit-elle. Et quand tout disparaît, quand les fragments se détachent, pour devenir solitaires, sans vouloir exercer leurs réelles tâches, tout ce qui a compté jusqu'à présent s'envole. Des idées s’entrechoquent, des questions deviennent une obsession, autant que la soif de savoir qui ne vient jamais, laissant un horrible sentiment d'abandon, d’insuffisance. On raconte que les sorciers sont des êtes extraordinaires. On dit beaucoup de choses. Mais ces choses ne sont que dérisoires face aux caprices de la vie. « Vous savez, le cerveau n'en fait souvent qu'à sa tête, si je puis dire. Chaque traumatisme est différent, c'est pour cette unique raison qu'on ne peut se projeter sur son cas. Les maux de tête dureront, longtemps, peut tête toute une vie. Peut-être qu'ils cesseront demain, mais les souvenirs ne refleuriront pas au printemps. Il faut du temps, beaucoup de temps. » Alors des larmes roulent sur les joues quand des yeux s'ouvrent enfin. Mais ces yeux ne cherchent rien, ces yeux n'expriment rien. Un néant puissant qui fait tourner la tête. Du vide. Des prunelles tâchées. Un regard usé de toutes ces blessures. Les yeux se posent sur d'autres sans comprendre, sans aucun rattachement. La vie a fragmenté son existence, a brûlé ses souvenirs comme un papier jauni. Et les années sont passées, les souvenirs se sont reformés, un peu. Comme apercevoir son reflet à travers une vitre embrumée. Une recomposition approximative qu'on s'est obligé à reconstruire et accepter. Des failles demeurent, torturant les sens et brûlant son esprit. La colère est souvent inexpliquée. Que s'est-il réellement passé ?

❝ never let me go ❞2000 & Poudlard











Les sombres fumées que dégageait le Poudlard Express émettaient un bruit sourd en s'envolant à travers la brume et la pluie tombante du mois de septembre. Il empruntait les ponts, surplombait les collines et les plaines immaculées, les arrachant à leur tranquillité certaine. À l'intérieur, l'air était pesant, suffoquant, presque. Le jeune Avery avait retiré sa cravate, qui avait glissé le long de ses jambes sans qu'il n'y prête attention. À vrai dire depuis qu'il avait quitté le manoir quelques heures plus tôt, le goût amer que les convenances dont il devrait faire preuve lui avait laissé un goût bien trop amer qui brûlait sa gorge. Alors que ses yeux s'étant perdu dans le paradis flou du paysage, la porte coulissante couina et son regard se posa alors sur celui de la petite brune au regard malicieux. Elle esquissa un sourire en l’apercevant et se posa à ses côtés. Il se surprit à apprécier l'odeur enivrant qu'elle émanait, gardant le précieux silence toujours souverain. Une de ces mains gracieuses vint se poser sur les siennes, forte et rugueuse où l'on pouvait apercevoir quelques morceaux de peaux arrachées, notamment dû aux nombreuses potions qu'il s'évertuait d'inventer. « Adonis. Tu m'as manqué. » Il osa enfin serrer sa main dans la sienne, comme pour lui prouver de nouveau qu'elle était la personne la plus importante qu'il ait eu dans sa courte vie. Le visage appuyé contre la paroi froide de la vitre, il ferma les yeux. Le noir lui était beaucoup plus agréable. Tout était plus agréable que se sentir de nouveau enchaîné. Il avait tant besoin de liberté. « Iris. Comment ai-je pu me faire berner par une simple sang-mêlé de ton genre ? » Il avait dit ça dans un petit rire, qu'elle avait joint au sien. Adonis avait le racisme dans la peau, le mépris dans les veines, la discrimination dans la tête. Mais elle était différente. Il y avait cette folie dans son regard, cette folie qui lui faisait comprendre qu'elle n'était pas une souillée comme les autres. Elle était sa souillée. Son amie la plus fidèle et la plus tordue. Si la magie noire avait une place plus que cruciale dans la vie du ténébreux, elle avait également sa place dans cette de la jeune femme aux rires déments. « La folie est contagieuse. Elle rapproche toujours. »

**

Il ne savait plus très bien depuis combien de temps la situation lui avait filé entre les doigts. Il savait simplement que se rattacher à elle était une erreur, il savait à présent que sa confiance avait été bafouée, et Merlin sait combien elle était dure à donner. Ses poings s'étaient serrés très forts, formant sur ses phalanges des taches violettes et écorchant sa peau. Elle l'avait regardé dans les yeux et avait tourné les talons. Le laissant là, la haine bouillonnant dans son être et la déception emplissant son cœur. Mais il savait. Il savait comment tout ça aller se terminer. Ses pieds tapaient au sol, ne faisant que retarder l'échéance brutale qui marquerait à tout jamais la fin de leur amitié fusionnelle et éphémère. Alors, il reprit conscience et toute sa haine explosa. Ses pieds se remirent à courir et ses bras l'emprisonnèrent avec force, leur arrachant un cri de surprise où tintaient des nuances de peur. Il attrape son poignet qu'il retourna rapidement, plaquant son corps contre la paroi de pierre dans un bruit sourd. À quelques centimètres de son visage, il pouvait de nouveau sentir ses effluves suaves. Quand leurs yeux se croisèrent, il put sentir cette tension orageuse, cette lueur de défi, qui le rendit fou. Il prit sa tête entre ses mains et le frappa avec violence contre le mur. Elle hoqueta, mais ne dit rien. Malgré la douleur qu'il savait présente, elle ne cilla pas. Son regard toujours plongé dans le sien. Une tentation bien trop forte. Elle jouait avec le feu. Il allait la brûler.
Sa baguette se retrouva entre ses doigts en une fraction de seconde. Il la pointa contre son cou, un rictus de démence accroché à la bouche. Elle hurla alors contre ses tempes. « Fais-le, alors ! Fais-le, puisque tu es si fier d'être dans leurs rangs ! Puisque tu n'as plus rien à perdre, vas-y. Tu ne gagneras pas et je m'en fiche. Si je meurs, on ne crachera plus sur son nom, on ne lui dira plus que ce sont les autres qui souffrent de sa guerre parce qu'ils verront bien que ce n'est pas vrai, que c'est partout qu'on crève ! »  Il ne comprit pas tout de suite le sens de ses mots, mais une fois qu'ils prirent sens, sa colère redoubla et il enfonça plus profondément sa baguette, lui faisant froncer les sourcils et trembler les lèvres. « Fais attention à toi, Raventhrone. Ne me prends pas pour un misérable pion. Le fait que tu sois une femme ne me réprime en aucune raison, je n'ai aucune pitié. » Elle eu un rire un peu effacé, qu'elle voulait méprisant, sans doute, mais qui paraissait faible pour celui qui en connaissait toutes les nuances.  « Contrairement à moi, qui me joue du fait que tu sois bientôt un Mangemort. »

❝ the monster of your life ❞2001 & Pré-au-lard











Les doigts scellés avec force à sa baguette, il pointe la jeune femme aux yeux rougis et aux cicatrices sur le corps. Elle ne criait plus, ses paroles s'étaient tues. Tout comme la lumière dans son regard. Les yeux vidés, les cheveux emmêlés, elle murmurait. Paroles inaudibles dont ils se fichaient. « Tu fais moins la maligne, à présent, gourgandine. » Un rire perça le silence qui régnait depuis quelques instants. Le souffle court, il la regardait, un voile devant les yeux. Il la haïssait plus que tout, mais ici, en face de lui, elle paraissait si faible qu'il lui aurait donné l'asile. Mais il ne pouvait pas, il était un Avery. Et il devait rester un Avery. Ses muscles se contractaient ses muscles faisaient mal, tout son corps s'embrasait sous la douleur. Rester Avery. Rester sur ses positions, rester froid, rester con. Rester Avery. Ne pas devenir niais, ne pas ressentir de sentiments, ne pas laisser battre son cœur. Rester Avery. Faire mal, blesser, abattre, pour oublier plus vite. Rester Avery. Digne, fier, arrogant et froid. Rester Avery. Aucune émotion, aucun sentiment et surtout, aucune pitié. Rester Avery. « Laissez-moi... Je vous en supplie... » Une souffrance non dissimulée, une voix casée par la douleur. Il ne pouvait plus la regarder, il ne voulait plus la regarder. Ses yeux se posèrent sur le profil du déluré. Ses mains étaient tâchées de sang, son regard, illuminé d'une démence qu'il n'avait encore jamais aperçu. Il était censé être le malade de la bande, le fou furieux. Mais le besoin de torture ne l'avait jamais animé, pas comme eux. « On va faire mieux que ça, ma belle. On va t'apprendre la vie. Tu croyais pouvoir te jouer de nous ? Balancer tes cheveux en arrière et continuer t'as route comme si rien ne s'était passé ? » Il s'approcha d'elle et claqua avec force sa joue, faisant tomber sa tête lourdement sur ses épaules. « Tu croyais nous humilier? Tu as oublié quelque chose, la poufsouffle. » Il prit son visage entre ses mains et la força à croiser son regard. « Nous sommes in-tou-cha-bles. »
La gêne se lisait dans tes yeux, pourtant ses sourcils restaient froncés et sa baguette bien pointée contre son visage. Il ne savait pas pour quelle raison, mais sa gorge était nouée et aucun son ne pouvait en sortir. Pourtant, il n'était pas le dernier à aimer savoir que tous le respectaient, à n'importe quel prix. Mais cette fille n'avait rien fait, réellement, elle avait juste fait tomber Marcus dans ses filets, et l'avait jeté. Elle n'avait rien à voir avec lui. Mais il fallait qu'il montre de quoi il était capable. Car il était capable de tout. Marcus se retourne, le regard toujours de feu. « Qu'est-ce que tu attends ? Tue-la. » Il soupire. « On n'est pas venu ici pour l'observer à moitié nue. On est venue ici pour qu'elle serve de leçon. » Il rit. « Personne ne se joue de moi. Alors tue-la. »
Ses yeux étaient remplis de larmes, sa bouche murmurait sans cesse des excuses. « Pitié... » Il ne la lâcha pas du regard en murmurant. « Avada Kedavra. »



Dernière édition par Adonis Avery le Dim 4 Oct 2015 - 13:50, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyLun 28 Sep 2015 - 21:27

HUNTED • running man
Adele Bones
‹ inscription : 03/08/2015
‹ messages : 2056
‹ crédits : LUX AETERNA, astra, sia, tumblr, simon/mathydabest.
‹ dialogues : #336699
i'm burning alive - adonis.  Y65Mxt4

‹ âge : 38
‹ occupation : en fuite, déchue de tout type de privilèges.
‹ maison : Serpentard
‹ scolarité : 1976 et 1983.
‹ baguette : est en bois d'if, mesure 23,7 centimètres et possède un ventricule de dragon en son cœur.
‹ gallions (ʛ) : 3972
‹ réputation : je suis sans aucun scrupule.
‹ particularité : semi-Vélane.
‹ résidence : ici et là, clamant comme miens les différents cottages investis durant notre cavale.
‹ patronus : inexistant
‹ épouvantard : une vie silencieuse, ponctuée par des râles de douleur, et non plus par les rires des rares personnes auxquelles je tiens.
‹ risèd : une journée d'été, Artur m'aidant au jardin ; Owen Avery se moquant de l'activité sans chercher à dérober son regard attendri.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t2469-adele-you-re-gonna-wish-you-n
i'm burning alive - adonis.  Empty
OOOOH COMMENT AI-JE PU TE RÂTER TOUTES CES HEURES, TOI yeah
bonjour, Adele, enchantée, taquelage ? yeah Tu préfère le rouge ou le noir pour la dentelle ? perv

REBIENVENUE CHEZ NOUS PAV-PAV potte kr guedin COURAGE POUR LA SUITE gaah t'es pas gâté niveau famille Arrow

• • •

THIS TOO SHALL PASS, WE'RE RIGHT WHERE WE'RE MEANT TO BE. THERE'S THINGS I DON'T ASK: WHAT I DON'T KNOW CAN'T HURT ME.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyLun 28 Sep 2015 - 22:01

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
Hello you :3.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyLun 28 Sep 2015 - 22:13

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
Ce prénom. inlove
Je l'adore tellement. inlove
Et puis Sean... :russe: Une fiche vide, ce n'est pas permis, allez zou, remplis nous tout ça pour qu'on puisse lire et apprécier. Bon courage pour celle-ci en tous cas. kr
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyLun 28 Sep 2015 - 23:06

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
ADELE LA PLUS BELLE yeah
Je préfère tous les tester, après je te donnerai mon avis yeah

Merci kr kr kr et ne critique pas les fous furieux please (a)

Sergueï - coucou twa :oué:

Désiré - owh, merci potte t'inquiète pas, elle ne va pas le rester très longtemps, je me vais de ce pas l'entamer iiih I love you
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyMar 29 Sep 2015 - 8:39

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
Mon neveu égaré a écrit:
☇ ASCENDANCE; Il est rare d'en trouver de plus pure, ce qu'il compte bien perdurer.

Tu fais bien de le préciser, on aurait comme eu un doute yeah

Rebienvenue et bon courage pour la suite de ta fiche !! huug
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyMar 29 Sep 2015 - 9:12

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
REBIENVENUE yeah Sean est magnifique, il a des yeux de ouf malade quoi bave

Bonne chance pour ta fiche du coup kr
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyMar 29 Sep 2015 - 9:30

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
SEAN !!! ow
Je l'ai eu en vava il y a quelques années. jule C'est un très bon choix. :russe: Et puis, ce prénom... kr
Rebienvenue du coup, et bon courage pour cette nouvelle fiche ! saute
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: i'm burning alive - adonis.    i'm burning alive - adonis.  EmptyMar 29 Sep 2015 - 10:28

Invité
Invité
i'm burning alive - adonis.  Empty
T'as pas de soucis à te faire, tantine :-^:
merci I love you

Merci Malfoy yeah kr  et oui il est tellement.. j'ai pas de mots bave mdr

Merci Ilario potte kr
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
i'm burning alive - adonis.  Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

i'm burning alive - adonis.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» Legend of the burning sands
» ronon&logan ☍ « don't walk away when my world is burning »
» [UPTOBOX] Dead or Alive [DVDRiP]
» Adonis Nightsprings - " Come on, baby, and show me what you're got. ". [ Finie ]
» DOA : Dead or Alive /!\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-