sujet; Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with.

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Melusine Rose
feat Deborah Ann Woll • crédit Riddle
❝ We're running in circles again ❞Groupe ici ; SC

☇ pseudo complet & surnom(s) ; Melusine Rose. Ils sont nombreux ceux qui aiment à la surnommer. Si elle tolère la chose avec grâce, ce n'est pas pour autant qu'elle apprécie. En revanche, elle aime bien qu'on l'appelle par son nom de famille. Quoi qu'il en soit il faut être sacrément proche d'elle pour qu'elle ne vous retourne pas un sourire glacé lorsque vous la surnommez.
☇ naissance ; 27 mai 1972, Sainte-Mangouste.
☇ ascendance; Sang mêlée purifiée. Elle est Ecossaise d'origine.
☇ métier ; Chanteuse de jazz et co-gérante du Blue Velvet, cabaret de jazz situé sur l'Allée des Embrumes.


☇ camp ; S'il a bien une chose qu'elle comprend c'est que la fin justifie les moyens. Si elle n'est pas toujours alignée avec les méthodes mise en oeuvre cela ne l'empêche pas de comprendre et de partager (in fine) les ambitions du Lord. Les moyens ne sont pas toujours à son goût mais elle sait garder ses réserves pour elle.  Publiquement, elle se rallie à la cause du Magister mais pour être tout à fait honnête, il faut avouer que toutes ses questions l'embarrassent un peu parce qu'elle n'a jamais eu à avoir un avis sur la chose : sa famille, ses amis et son statut social font qu'elle adhère à l'idéologie. Nouvellement fiancée à Louis, elle sait qu'il lui faudra naviguer dans les eaux troubles de la politique et donc s'intéresser davantage au monde dans lequel elle vit.  
☇ réputation ; On dit d'elle qu'elle est délicieuse. Le miel de sa voix et ses manières charmantes ne sont pas étrangères. Toujours très polie, elle évolue dans les hautes sphères avec une aisance que beaucoup lui envie. Ne vous fiez pas à ses manières dociles, sa langue peut être aussi acerbe que sa voix est de velours, et gare à ceux qui voudrait la provoquer : sans jamais lever le ton (ça serait inconvenant) elle sait faire payer les affronts qui lui sont fait de la plus élégante des manières.
Self-made women, elle a bâtit sa réputation à force travail et d'acharnement et si elle est reconnue aujourd'hui dans l'Europe entière, ses fiançailles avec Louis n'ont que très peu à voir avec le phénomène.

☇ état civil ; Fiancée à Louis Werner.
☇ rang social ; Élite, de par ses fiançailles, collaboratrice du gouvernement.
☇ baguette ; Plume de phoenix et acajou.
☇ épouvantard ; Elle-même sans langue, dépourvue de sa voix : sa plus grand arme et son plus bel instrument.
☇ risèd ; Le Blue Velvet au sommet de sa gloire, devenue l'emblème du glamour et du savoir-vivre à l'anglaise mais aussi lieu de beauté intemporelle où tous les grands de ce monde aiment se retrouver. Et elle au milieu, régnant sans partage sur le cabaret, un Louis toujours aussi beau à ses côtés.  
☇ patronus ; un rouge-gorge
☇ particularités ; RAS
☇ animaux ; Non
☇ miroir ; voir l'onglet "miroirs".

☇ Avis sur la situation actuelle ;
La situation profite à la famille Rose, aussi Melusine en est plutôt satisfaite même si elle n'en conçoit une joie incontrôlable. Elle comprend la nécessité de toutes ces batailles : punir la révolte en exécutant les Rebuts, mettre un terme aux actions des insurgés ... Elle comprend mais la politique n'est pas son métier. C'est une artiste : elle se nourrit et vend de la beauté - ce qui est parfois difficile dans ce contexte. Aujourd'hui fiancée avec Louis, elle est obligée de naviguer dans les eaux troubles de la diplomatie et parfois, s'y amuse même.
La vague de fanatisme ne lui fait ni chaud ni froid : peut-être que ces personnes sont victimes de chantage, peut-être tentent-elles de séduire le Magister par la flatterie ? Qui peut le dire ?
Melusine est assez détachée de la situation actuelle : elle n'a pas vraiment à s'en soucier. Sa vie quotidienne n'en est pas bouleversée. Bien sûr qu'elle enrage quand ces satanés insurgés mènent des actions punitives mais elle fait confiance aux forces du gouvernement pour remédier à la situation rapidement.
Pourquoi diable remettrait-elle en cause tout ce en quoi elle a toujours cru alors que le vent à toujours souffler en sa faveur ? C'est le privilège de Melusine et des autres sorciers bien nés, que de ne pas remettre en question les dogmes. Il n'y a pas pu aveugle que celui qui ne veut pas voir et, soyez certains que les yeux de Melusine sont rivés sur des questions autrement plus importantes (comment pousser Louis à la demander en mariage, par exemple.).

☇ Infos complémentaires ; Elevée en Ecosse dans une famille intransigeante, Melusine est devenue une femme mondaine et attentive à l’étiquette. Serpentarde contrariée, elle a passé sa scolarité dans la maison Serdaigle Chanteuse brillante et pianiste correcte mais acharnée Entretient une entente cordiale avec sa famille mais ne les voit que très peu. Ses ambitions d'artiste diffèrent de la ligne familiale La fin justifie les moyens Sa voix est son outil de travail : elle la protège par tous les moyens (elle évite les produits laitiers, orne toujours son cou d'un foulard, se mure dans un mutisme entêté si l'environnement est trop bruyant) Avec l’avènement du Lord Noir, la famille Rose est considérée comme purifiée et a connu une ascension fulgurante jusqu'au sommet de la hiérarchie Ecossaise Toujours irréprochable en société Retenue par sa peur de ne pas être parfaite, elle peut se montrer lâche et fourbe afin de plier dans le sens du vent Responsable de la mort de l’ancienne fiancée de Louis Ses sourires glacés sont des poignards mondains A Poudlard elle était très bonne en potion et métamorphose mais n'a jamais réussi à faire pousser la moindre chose en classe de botanique. Elle n'a jamais été ce qu'on appelle une beauté "fatale" et à même longtemps été disgracieuse avec ses membres trop longs pour l'adolescente qu'elle était. Aujourd'hui ses traits particuliers sont ce qui lui confère le charme qu'on lui connait. On voit bien qu'elle est encore dans la fleur de l'âge et qu'elle porte en elle la fraîcheur et la délicatesse de la jeunesse mais un observateur attentif pourrait également deviner l'acier trempé sous la pureté de la jeunesse. Il se cache derrière ses sourires mais se devine dans la froide rigidité qu'elle maintient sans cesse, dans son cou tendu et presque altier ou la manière dont elle se tient sur une chaise, immobile et droite comme une fille de dix-sept ans.  Elle pianote dans le vide quand elle s’ennuie ou est stressée Perfectionniste, elle ne supporte pas la médiocrité  Elle rejoint un orchestre itinérant en sortant de Poudlard : le Swiss Nothing. Ses cheveux roux sont une source inépuisable de fierté Déterminée quand quelque chose lui tient à coeur, elle fait néanmoins facilement volte-face quand son intérêt n'est pas en jeu. A la tête du Blue Velvet après la destruction de celui-ci Les apparences sont trompeuses mais importantes Partisane du minimaliste : elle croit fermement que l'élégance réside dans la mesure Ses racines écossaises peuvent faire leur apparition, à l'occasion, quand elle est soumise à de fortes émotions.

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi Louise. J'ai 23 ans, je viens de du sud de la France et j'ai connu le forum via une personne qui en parlait sur internet. Si tout va bien vous me verrez connecté(e) x 5 jours sur 7. Pour les scénarii uniquement : j'ai l'aval du créateur concernant ma fiche [xxx] oui / [] non (le créateur du scénario est très satisfait, même, écrit-il de lui-même dans cette partie, huhuhu). Un dernier mot ? Ca faisait longtemps que je voulais m'inscrire sur ce forum. Il a l'air génial  ow .



Dernière édition par Melusine Rose le Sam 21 Nov 2015 - 18:42, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Do not trust what you see
even salt looks like sugar.


❝ Dear young me1972 - 1985 // Edimbourg

On la dit hautaine et froide à en glacer l’âme mais bien souvent on prend ses manières policées pour un manque de sensibilité chronique. La vérité est que pour survivre dans une famille comme la sienne, il est de bon ton de savoir faire taire ses élans sentimentaux.
L’arbre généalogique des Rose n’était malheureusement plus considéré comme pur depuis qu’un de ses illustres ancêtres avait fauté avec une moldue insipide, mais cet incident de parcours n’avait pour autant jamais dispensé les enfants Rose de se comporter comme s’ils l’étaient. Bien sûr, quelques ajustements avaient dû être fait : l’arrogance féroce des familles les plus nobles avait cédée la place à plus de tempérance et de discrétion, mais ce fut-là les seules concessions qui furent faites.
Bien évidemment, son aïeul fut frappé d’opprobre par toute la fratrie. On ne parlait de lui que très rarement, et la mère de Melusine ne répondit à ses demandes curieuses d’enfant qu’en une unique occasion – et du bout des lèvres seulement.
Si Melusine ne se souvient ni de sa question ni de la réponse de sa mère, elle n’oublia jamais la psychose qui l’avait prise durant toute l’année qui suivie : trop jeune pour comprendre les métaphores, elle avait cru que son sang était véritablement entaché.

Son père avait mis fin à cette croyance idiote quand il l’avait surprise en train de s’ouvrir l’avant bras pour vérifier, comme tous les mois depuis sa discussion avec sa mère, que son sang restait rouge et seulement rouge. La claque que Robbin, son père, lui assena fut si virulente que la trace sur sa joue perdura jusqu’à la fin de la semaine.
Pour justifier cet acte de violence, il lui expliqua froidement que : « Les Rose n’agissent jamais de façon idiote.».
Il lui tourna le dos et Melusine, du haut de six ans retint ses larmes, même une fois qu’il eut disparu. Comme je l’ai déjà dit, c’est une question de survie de maîtriser ses sentiments quand on fait partie de pareille famille, et ce fut à cette occasion que Melusine compris les exigences liées à son nom.

Dès le lendemain, elle se présenta devant son père (il était dur mais savait être bienveillant avec ses enfants) en lui expliquant qu’elle ne voulait plus être une idiote mais qu’elle ne savait pas comment faire. Il s’en amusa et l’emmena dans la bibliothèque familiale.
« C’est dans les livres que repose le savoir ma fille. Tu es trop jeune pour apprendre seule mais un jour viendra où tout ce savoir te sera accessible. Ce jour-là, je voudrais que tu ne le dédaignes pas. ».  Bien décidée à se racheter aux yeux de son père, Melusine avait hoché la tête avec solennité. Poussant les bonnes dispositions de sa fille à son avantage il s’était agenouillé pour se mettre à son niveau « En attendant, je voudrais que tu te consacres plus sérieusement à ton étude de la musique, tu veux bien ? » .
Melusine était encore trop jeune pour comprendre que la question n’en était pas vraiment une, et c’est pourquoi elle y réfléchit sérieusement avant de froncer les sourcils et d’acquiescer : « Je veux bien. »
Et elle tint son engagement enfantin en se plongeant avec application dans l’étude de la musique et du piano.

A treize ans, ses doigts volaient sur les touches noires et blanches avec la grâce et l’agilité que confère la pratique. Ce n’était pas une virtuose mais avec l’âge elle avait su développer nombre de qualité qui compensaient son manque de talent inné : le souci du détail et une obsession de la perfection. Une nouvelle passion s’était liée à celle du piano : le chant – et dans ce domaine-là au moins, nul ne doutait de son talent naturel.

❝ So sorry for your loss❞ Novembre 2001 // Londres

Les ans furent gracieux avec elle : ses traits juvéniles s’étaient effacés plus tardivement mais sa beauté se révélait d’année en année. Il fallait dire que ses voyages au sein de l'orchestre Swiss Nothing avaient participé à sa construction et son épanouissement : elle savait désormais remplir l’espace de sa seule personne, tout comme s’effacer lorsque la situation l’exigeait. Ses sourires étaient comme autant de flèches tirées vers ses admirateurs et quand sa délicieuse bouche s’ouvrait … et bien, c’était comme si le monde renouait avec son harmonie.
Cependant on oubliait trop facilement qu’elle n’était pas qu’une voix ni même qu'un physique, et si elle dédiait ses nuits à enchanter celles des autres, elle avait bien plus de profondeur que ce qu'elle offrait à son auditoire. Il était facile de voir en elle une poupée de cire, un bel objet, parfait sous les angles mais Melusine ne souffrait d’être réduite à cela.
Elle pouvait être dangereuse. De ces menaces insidieuses  qui se ressentent mais ne se voient pas. Comment la soupçonner ? Elle était toujours délicieuse, les lèvres tournées au sourire, gracieuse et pleine d'attention.
En vérité, elle ne se souciait guère que du sang macule le talon de ses superbes chaussures. En plusieurs occasions, elle avait dû en venir à de brutales extrémités pour que ses volontés soient faites sans que jamais cela ne préoccupe sa raison outre mesure.

En ces moments qui précédaient ce genre de violences, Melusine se souvenait invariablement de sa répartition à Poudlard. Le choixpeau avait longuement hésité entre Serdaigle et Serpentard, maugréant dans son esprit des bribes de phrases qu'elle peinait à reconstituer. Juste avant d'annoncer sa décision, il s'était adressé à elle sans qu'elle ne parvienne jamais à déterminer s'il la mettait en garde ou au défi :« Ta tête est bien faite, je le concède, et une pareille soif de connaissance trouvera certainement sa place chez notre chère Rowena. Mais, Melusine, je devine que tu choisiras toujours de faire ce qui est nécessaire plutôt que ce qui est sage, juste ou courageux. Nous verrons si les années à venir parviendront à estomper cette inclinaison. SERDAIGLE ! »

Des années après, cette « inclinaison » comme le disait si joliment l’ancien couvre-chef ne s’était pas effacée. Ce qui était arrivée à Vera, la fiancée de Louis, été regrettable mais nécessaire. Melusine lui avait pourtant offert d’innombrables portes de sorties mais Vera n’avait jamais su s’en saisir.
Malheureusement pour elle, Melusine était amenée à fréquenter et à chanter pour toutes sortes de gentilshommes. Certains étaient des notables du gouvernement mais, certains autres, avaient des talents tout à fait particuliers.
Une parole, une poignée de main, quelques galions avait scellé le destin de la jeune femme.

Melusine s’était rendue à l’enterrement. Elégante comme toujours.
Elle n’avait pas poussé l’audace jusqu’à verser une larme mais avait tout de même levé sa baguette pour honorer la mémoire de la jeune femme.
Ils étaient nombreux à s’être réunis et Melusine se vit rapidement interpellée par des connaissances. Elle se plia au jeu des mondanités avec grâce, tout en guettant le moment opportun pour présenter ses condoléances à Louis.
Quand il se présenta, elle se défit poliment de ses compagnons et s’approcha modestement de l’homme.
Même dans ces circonstances tragiques, il était beau. Il semblait affecté mais n’irradiait pas le chagrin.
Mélusine mis à profit ses talents pour qu'il lise compassion et sollicitude sur son visage. Il était facile pour elle de revêtir une expression ou une autre : elle était chanteuse mais si ses performances étaient tant appréciées, c’était autant pour sa voix que sa capacité à transmettre des émotions.

« Toutes mes condoléances pour votre perte, Louis. » Sa voix était chaude et câline, de ces inflexions qui immédiatement vous réchauffent le cœur.
Le garçon eut l’air surprit mais attrapa la main qu’elle lui tendait.
« Merci … Melusine, c’est bien ça ? » Elle acquiesça avec un sourire encourageant, bien que terriblement vexée de l’hésitation qu’il y avait dans sa voix.
Ils échangèrent quelques politesses et la discussion dériva naturellement vers la musique. Comme à chaque fois qu’elle était en sa compagnie, Melusine se surprit à ne lui trouver aucun défaut. Il éclipsait aisément toute compétition : il était charismatique, intelligent et gracieux. Il ne disait jamais dix mots quand cinq suffisaient, ne se déplaçant jamais de deux pas quand un seul convenait. Il était minimaliste mais portait la sobriété  aussi bien qu'une couronne.
A regret, elle mis fin à l’échange, non sans l’inviter - avec une idée en tête - à venir au Club la Chouette Noire, le club où elle se produisait en attendant la réouverture du Blue Velvet. Dès qu’il se serait remis de l’horrible tragédie qu’il était en train de vivre, bien entendu.

Honey let me sing you a song ❞ Janvier 2002  // La Chouette Noire, Londres

Les notes de piano s’égrènent de manière suave alors que les épais rideaux rouges s’écartent pour dévoiler la scène plongée dans l’obscurité. La mélodie s’arrête mais la mesure continue d’être battue par le claquement de talons contre le parquet.
Dans la semi-pénombre, on peut distinguer la silhouette d’une femme qui s’avance. Elle s’immobilise, et c’est alors que le piano reprend.
Ses bras ondulent, les doigts claquent en symphonie avec l’imposant instrument. Le jeu d’ombre et de lumière semble couler sur le corps de la jeune femme comme l’eau pourrait le faire.
Enfin, moment de délivrance, sa bouche rouge sanguine s’approche du micro. Une inspiration, et voilà que sa voix chaude et douce comme le miel enveloppe le public.
Elle ne parvint pas à réprimer un frisson d’exaltation. C’est son moment préféré : celui où les regards s’écarquillent et où tous, l’espace d’un instant, sont hypnotisés.
Elle continue d’onduler doucement au rythme des inflexions graves qui quittent ses lèvres. La chanson est hypnotique, une de ses préférées, et les accords langoureux subliment s’il le faut l’élégance des paroles.
Son teint diaphane et cristallin est rehaussé par le rouge de ses lèvres et de sa chevelure relevée. Sa peau, si pâle, semble transparente, si bien que ses paupières paraissent comme veinées d’azures lorsqu’elle ferme les yeux et que ses cils viennent mourir sur l’ivoire de ses joues.
Quand elle les rouvrent, son regard parcourt l’audience avec malice jusqu’à tomber sur Louis. Elle est surprise mais ne laisse rien paraître : show must go on.

Il avait mis du temps à se présenter mais il était venu. Elle ne l’attendait pas ce soir mais elle l’attendait. Elle s’était assurée d’attiser sa curiosité : au cours des derniers mois ils s’étaient souvent croisés. Plusieurs fois dans la rue, avec à son bras toujours des hommes plein de charme ou dans des cafés où ils ne s'étaient pas adressé plus qu'un regard. Sûrement avait-il repéré plusieurs fois, au loin sa chevelure flamboyante, ou bien perçu son parfum sans totalement savoir à qui cette flagrance lui faisait penser.
Melusine le savait : l’absence est la plus grande forme de présence. C'est pourquoi, elle s'était débrouillée pour que, plusieurs fois par semaines, plusieurs objets de son quotidien le pousse à penser à cette femme qu'il ne connaissait pas vraiment. Il fallait l'intriguer et … laisser le temps faire son ouvrage.

« Bonsoir mesdames, bonsoir messieurs » Elle leur sourit avec chaleur. « Ce soir est une nuit un peu particulière : j’aimerais vous présenter une de mes compositions. » La slave d’applaudissement qui accueilli l’annonce la conforta dans son choix.

Un coup de baguette agitée dans les coulisses réarrangea la scène de sorte que le piano occupe le centre de celle-ci. Elle y prit place avec délicatesse et ferma les yeux un instant. Interpréter une nouvelle chanson est toujours un moment spécial : c’est une véritable torture pour les nerfs. C’est une épreuve terrifiante, un peu comme se déshabiller pour la première fois devant son amant. Tous les musiciens connaissent ce sentiment et elle était certaine que Louis y serait sensible. Sans rouvrir les yeux, elle commença.

La chanson se racontait aussi bien en musique qu’en parole et quand elle l’acheva elle fut récompensée par une standing-ovation. Ivre de bonheur, elle salua la foule – notant au passage que Louis ne se leva que lorsqu’elle porta son regard sur lui.
Le spectacle se déroula dans de très bonnes conditions, mais tous reconnurent que cette nuit fut exceptionnelle grâce à une Melusine au sommet de son art.

Après la fin de son spectacle, elle prit place dans l’assistance pour profiter des musiciens qui passaient après elle. Sans prêter attention à Louis, elle s’installa au bar et sirota un de ces cocktails sucrés dont elle raffolait mais qui étaient loin de soutenir la concurrence de ceux qu'on servait au Blue Velvet. Elle patienta longuement mais Louis fini par venir la féliciter. Elle l’accueilli avec un sourire conquérant.

« C’est une très jolie chanson que vous nous avez offert ce soir. Où tirez-vous votre inspiration ? » lui dit-il avec sa sobriété caractéristique.
« Vous comme moi le savons Louis, la musique est une maîtresse orgueilleuse et capricieuse. Offensez-la en manquant d’égards et un jour viendra où vous l’appellerez et elle ne répondra pas. Il faut céder à l’inspiration, peu importe d’où elle vient. » Elle vit un sourire étirer le coin de ses lèvres et devina avoir fait mouche. Elle ne laissa pas filer sa chance et poursuivit   « Ce qui me plaît c’est construire et créer, je suis une artiste. »
Elle avait piqué son intérêt, elle le devinait à la manière dont il se penchait un peu vers elle comme pour ne pas manquer une seule de ses paroles. Elle n’eut pas à faire beaucoup d’effort pour entretenir la conversation : ils étaient parfaitement complémentaires. On ne pouvait nier l’alchimie presque naturelle entre les deux : ils se comprenaient comme s’ils étaient deux cordes d’un même instrument et bientôt, Melusine abandonna les faux-semblant et se plongea dans la conversation sans même plus essayer de l’attirer dans ses filets. C’était un homme passionnant et plus elle le découvrait plus elle était déterminée à le faire sien.


❝ Cause if you liked it, then you should have put a ring on it ❞ Avril 2002 // Allée des embrumes


La reconstruction du Blue Velvet avançait doucement mais sûrement. Maintenant à la direction, Melusine ne pouvait s’empêcher de scruter chaque latte de parquet apposée, chaque lumière installée : tout se devait d’être parfait. C’était la première fois qu’elle était à la tête d’un tel projet : plus que sa réputation de chanteuse, c’était maintenant sa responsabilité de gérante qui était en jeu. Elle n’ignorait pas que l’ascension de sa famille au pouvoir en Ecosse ainsi que ses fiançailles avec Louis avaient agacés nombre de sorciers et sorcières. On redoutait ce qu’elle allait faire de ces tous nouveaux statuts et aucun faux pas de ne lui serait permis. Heureusement pour elle, Melusine était une équilibriste hors pair.

« On pourrait avoir de l’eau mademoiselle Rose ? » la héla un sorcier ouvrier en épongeant son front de sa manche. Melusine considéra le geste avec dégoût mais lui sourit de toute ses dents, lui faisant miroiter l’espace d’un instant qu’elle allait accéder à sa demande. Toujours tout sourire, elle s’approcha pour que l’homme et ses camarades l’entendent distinctement. « Bien sûr Rick, dès que vous aurez fini d’installer l’estrade que vous m’aviez promis de terminer la semaine dernière. Je n’aime pas que l’on prenne des engagements qu’on est incapable de tenir. Soyez prudent la prochaine fois, il se pourrait que je sois dans de moins bonnes dispositions qu’aujourd’hui. » Sa voix était de miel mais il n’y avait aucun sucre sur sa langue.  
Elle se redressa et s’éloigna avec légère et innocente comme si les menaces à peines voilées n’avaient jamais existées. Après avoir signifié à son associé qu’elle reviendrait d’ici deux heures, elle s’engouffra dans la rue pour retrouver une ancienne amie, rencontrées lors de ses années folles au sein du Swiss Nothing.

« Katharina ! Par Merlin, tu n’as pas changée. » Et ce n’était pas là de la flatterie. La tchétchène était toujours aussi élancée, et si quelques plis commençaient à apparaître au coin de ses yeux ou de ses lèvres ce n’était que les témoignages d’une vie passée à rire et à chanter. « Et toi tu ne fais que t’embellir avec le temps, les années sont douces avec toi. » Le rire de Melusine remplit la petite salle du restaurant.
En dépit des nombreux compliments et félicitations qu’elle recevait inévitablement à chaque fin de prestation, il lui était difficile de les accepter de manière gracieuse – pire encore si on la complimentait sur son physique. Je l’ai déjà dit mais Melusine était lasse de n’apparaître aux autres qu’à travers le prisme de son physique. C’était une des raisons qui l’avait poussée à s’associer à la tête du Blue Velvet : pour qu’enfin on la reconnaisse enfin comme une femme de pouvoir.
Mais cela ne l’empêcha pas de serrer son amie. 3 ans qu’elles ne s’étaient pas revues, pas depuis le départ de Melusine, elle n’allait pas commencer avec les reproches.
Melusine demanda après chacun de ses collègues, avide de savoir ce que son ancienne famille devenait.  Katharina ne se fit pas prier. Elle avait toujours été bavarde et une merveilleuse conteuse d’histoire. Elle-même avait évolué dans la troupe et avait quitté les chœurs pour obtenir deux solos dont elle était très fière.
« Promets-moi de venir nous voir ! C’est tellement rare que l’on se produise à Londres ! » Melusine reconnut les accents théâtrales dans la voix de son amie.
« Il se trouve que ...  j’ai déjà réservé les deux meilleures places de tout le cabaret. » Un sourire amusé fendit ses lèvres alors que l’autre battait des mains avec entrain.
« C’est génial Melusine ! L’équipe sera ravie d’apprendre que tu viens et … Attends ! Deux places ? » Les yeux de la Tchétchène firent deux ou trois aller-retour entre les billets et la bague à son doigt avant de saisir de la main tendue. « Tu es fiancée !? Pourquoi ne m’as-tu pas envoyé un hibou ? »
« C’est tout récent et je voulais te l’annoncer à voix haute. A vrai dire, c’est quelqu’un que tu connais …» ; « Qui? » ; « Louis Wener. »
Les yeux ronds de Katharina prêtaient à rire mais par égard pour son amie, Melusine se retint. Louis, Katharina  et elle, avaient partagés plusieurs années de voyages et Katharina connaissait l’intérêt que Melusine entretenait déjà pour le garçon. Louis ne leur avait, alors, jamais accordé plus que quelques paroles cordiales.
Melusine savoura la suite de la conversation comme on le fait avec un met particulièrement rare : Katharina était une des seules à pouvoir mesure le chemin parcouru pour que cette bague trône à son doigt. Elle s’appliqua à raconter l’histoire de leur rencontre le plus fidèlement (en évitant de révéler ses manigances ou son forfait à l’encontre de Vera). Une fois n’est pas coutume, Katharina fut à la hauteur de ses attentes : aussi attentive qu’investie.
Bientôt l’heure fut à la séparation mais avec la promesse de se revoir très bientôt. Cet interlude avait été tout à fait divertissant mais si elle voulait faire ses preuves, elle avait encore une montagne de travail à abattre.




Dernière édition par Melusine Rose le Mer 25 Nov 2015 - 20:29, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Officiellement bienvenue ici ! Bonne rédaction, j'ai hâte de découvrir ton interprétation de Melusine I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Bienvenue la belle du PasbeauMort (= Louis) kr
Tu me gardes Louis au chaud jusqu'à ce que les gentils gagnent la guerre et que je puisse briser les doigts de Louis ? (Blair a été la rebut de Louis jusqu'à Halloween 2001) (promis, je laisse intact celui où il y aurait l'alliance hehe le mariage, c'est sacré Arrow )

Excellent choix de scénario en tout cas, j'ai hâte de te voir l'oeuvre iiih
Si jamais tu as des questions, n'hésite, pose les à Louis Arrow Il fait genre que non, mais il est du staff aussi mdr (j'ai même pas honte, Fred What a Face )
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Tu sais comme j'aime faire genre mg
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
occupe toi de ta fiancée un peu hehe
Revenir en haut Aller en bas

PRISONERS • bloodstains on the carpet
Draco Malfoy
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 8775
‹ crédits : faust.
‹ dialogues : seagreen.
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Tumblr_ob1ibueZ761rmsoypo3_250

‹ liens utiles : draco malfoy w/ lucky blue smith ; ginevra weasley w/ holland roden ; calixe davis w/ audreyana michelle ; uc w/ uc ; indiana alderton w/ nicola peltz ; heath ravka w/ im jaebum ; even li w/ jeon jungkook ; jelena kuodzevikiute w/ ariana grande.

‹ âge : 23 yo (05.06.80).
‹ occupation : ancien langue de plomb (spécialisé dans les expérimentations magiques) ; fugitif et informateur de la RDP entre le 26.05.03 et le 08.12.03 ; condamné à 22 ans à Azkaban pour terrorisme, au terme d'une assignation à résidence et d'un procès bâclé, tenu à huis-clos.
‹ maison : Slytherin — “ you need a little bit of insanity to do great things ”.
‹ scolarité : entre 1991 et 1997.
‹ baguette : un emprunt, depuis qu'il est en fuite. elle n'est que temporaire et il ne souhaite pas s'y intéresser ou s'y attacher, puisque la compatibilité est manquante.
‹ gallions (ʛ) : 12287
‹ réputation : sale mangemort, assassin méritant de croupir à vie en prison pour expier ses crimes et ceux de ses ancètres.
‹ particularité : il est occlumens depuis ses 16 ans.
‹ faits : Famille.
Narcissa (mère) en convalescence. sortie de son silence depuis peu pour réfuter l'annonce de son décès ; reconnue martyr. lutte pour que le jugement de son fils soit révisé.
Lucius (père) mort durant la tempête du 03.03.2004.
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. 489546spea
Spoiler:
 

‹ résidence : emprisonné à Azkaban depuis le 06.01.04. en fuite depuis le 08.05.04.
‹ patronus : inexistant.
‹ épouvantard : l'éxécution de juillet 02, ses proches en guise de victimes: leurs regards vidés par l'Imperium, la baguette de Draco dressée, les étincelles vertes des AK et leurs cadavres empilés comme de vulgaires déchets.
‹ risèd : un portrait de famille idéal, utopique.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4710-draco-there-s-a-hole-in-my-so
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
BIENVENUUUUUUE parmi nous, avec cet excellent choix de scénario iiih j'ai hâte dans lire plus et comme l'a dit Blair, n'hésite pas à harceler Louis mdr mdr mdr mais aussi le reste du staff si besoin, après tout on est là pour ça jule bon courage pour la suite de ta fiche !

• • •

I'M SORRY I'M SUCH AN ASSHOLE
I'll be good, i'll be good • I thought I saw the devil looking in the mirror. Drop of rum on my tongue with the warning to help me see myself clearer. My past has tasted bitter for years now, so I wield an iron fist. Grace is just weakness or so I've been told. I've been cold, I've been merciless. But the blood on my hands scares me to death, maybe I'm waking up... today.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
deborah iiih tu me rends encore plus impatience pour la prochaine saison de daredevil là iiih bienvenue sur exci avec ce super pv en tout cas inlove
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Soit la bienvenue sur Excidium calin
Bon courage pour la rédaction de ta fiche pompom et comme l'ont dit Blair et Draco n'hésites pas à ennuyer ton fiancé, il le mérite bien hehe
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Merci à tous pour les mots de bienvenue. Promis j'hésiterai à harceler Louis si nécessaire rougit hehe !

Blair : je veux bien te le garder au chaud si les gentils gagnent mais il faudra qu'on renégocie la partie où tu veux lui couper les doigts :russe:

En tout cas même si la rédaction avance doucement (et pas forcément comme je veux) j'ai déjà hâte de vous recroiser tous IRP dent
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with. Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Melusine # Do not underestimate me : I'll choke you with the same hands I fed you with.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Mélusine
» BIBBO HOBBS ∞ originality is an underestimate of perfection.
» La fée Mélusine
» Nam Ho Seok ▬ How dare you underestimate me ?
» Isobel ♠ Choke you to death

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-