sujet; (FACULTATIF) Moeurs & Coutumes sorcières

FONDA • tomorrow's a mystery
Oblivion
‹ inscription : 13/09/2013
‹ messages : 1551
‹ crédits : Heresy.
‹ âge : 100000
‹ occupation : Big Brother.
‹ gallions (ʛ) : 3598
‹ réputation : je sais tout.
Voir le profil de l'utilisateur http://excidium.bbactif.com
(FACULTATIF) Moeurs & Coutumes sorcières Empty
Moeurs Sorcièresbeginner's guide to wizarding life
À retenir : cliquez sur les titres des cinq onglets ci-dessous afin d'obtenir des informations sur la vie quotidienne dans le monde sorcier.
» fiançailles
Accompli en présence d'un Mage de cérémonie et des témoins, le rite de fiançailles se compose de trois symboles fondamentaux :








Au-delà d'une simple soirée, les fiançailles sorcières sont un évènement fort populaire auprès des demoiselles. Cependant, si elles ont une portée sociale engageante (par leur caractère publique et officiel), elles sont purement symboliques sur le plan magique et peuvent donc être aisément rompues.


» mariage
Si les traditions divergent plus ou moins selon les origines de la famille, elles gardent cependant toutes la même base de rites visant à lier, magiquement, les deux futurs conjoints et à faire entrer la magie de l'épousée dans le patrimoine magique de l'époux. Pour les accompagner tout au long de ceux-ci, les deux époux doivent chacun nommer deux témoins, un sorcier et une sorcière, dont le rôle est de soutenir et conseiller. Exigeant une préparation contraignante et longue, ces rites s'étalent sur plusieurs semaines et sont souvent très onéreux. En effet, la magie invoquée est à la fois complexe et délicate, pouvant endommager celle des futurs époux si mal manipulée. Il est donc  nécessaire de faire appel aux services, non pas d'un Mage de cérémonie, mais d'un Enchanteur qualifié (et ce, à plusieurs reprises au cours de la série de rituels).

Par tradition autant que par commodité, le dernier rite effectué est toujours le rite des vœux et scelle le lien magique. Après confirmation par les témoins que les traditions ont été dûment respectées et les rites correctement effectués, les vœux des époux sont échangés au cours d'une cérémonie publique, clôturée par une fête.

• Mariages de nos jours : depuis le début du siècle dernier et la moldufication massive des usages sorciers sous le gouvernement démagogique de Fudge, le passage des différents rites a tendu à se réduire de plus en plus, voire à disparaître dans les couches les plus populaires de la société. Ainsi, de nos jours, il persiste de façon majoritaire des foyers qui n'ont contracté qu'une union dite informelle (c'est-à-dire un mariage où seul l'ultime rite, celui des voeux maritaux, a été accompli). Autrefois légalement valables, autant dire qu'ils sont désormais considérés comme, socialement et juridiquement, au même niveau que les mariages moldus. Très utilisée dans les milieux Sang-Pur (et de plus en plus démocratisée chez les Rachetés et le Prolétariat), l'expression mariage blanc désigne d'ailleurs une union magiquement non valable car ne liant pas les magies (et ne renforçant donc pas le patrimoine magique des héritiers, dit-on). Avec l'avènement du Magister et l'arrivée des strates traditionalistes au pouvoir, on constate cependant que la tendance s'inverse. Les unions suivant le modèle moldu sont très mal vus, voir interdits. Les jeunes couples tendent à privilégier des mariages de plus en plus traditionalistes afin de prouver leur soutien à l'idéologie du pro Sang-Pur, allant jusqu'à considérer le nombre de rites passés comme un critère d'union réussie (et ce, bien que leur signification profonde soit bien souvent méconnue, voire inconnue, en dehors des cercles traditionalistes).


» divorce
Les vœux jusqu'à ce que la mort vous sépare, sans être définitifs, ne sont pas de vains mots chez les sorciers et le divorce pose des complications bien plus délicates qu'une simple séparation de biens :
    Il nécessite l'intervention d'un Enchanteur agréé afin de défaire (ou plutôt détruire) le lien magique entre les deux époux. Cette coupure consiste en une autre série de sorts complexes et délicats à effectuer.
    Il est courant que le patrimoine immobilier se trouve exposé et ses protections affaiblies car, autrefois lié aux magies des deux époux, la rupture du lien marital provoque de fortes fluctuations qu'il est nécessaire de réparer en employant les services excessivement onéreux des sorciers spécialisés dans les protections à grande échelle.
    Sur un plan plus personnel, les magies des deux divorcés sont alors salies par les sorts qui détruisent le lien, entraînant des dysfonctionnements. Les plus traditionnalistes (et les plus superstitieux) vont jusqu'à dire que la chance naturelle du sorcier est perturbée car il n'existe à ce jour aucune solution, autre que le temps et la patience, pour réparer les magies des sorciers divorcés.
Bien évidemment, plus le mariage a suivi les rites traditionnels, plus les magies sont liées et plus les effets d'un divorce seront importants. Il en est de même si le lien entre les époux a eu le temps de s'ancrer avec le passage des années. C'est pourquoi de nombreux sorciers de Sang-Pur préfèrent une séparation officieuse à un divorce. Voire à attendre qu'effectivement, la mort les sépare puisque le décès du conjoint n'entraîne pas une rupture du lien aussi brutale que le sont les rites du divorce.


» grossesse traditionnelle
Les nombreux points communs entre les grossesses magiques et moldues contredisent l'idéal pro Sang-Pur selon lequel les deux engeances ne sont en rien comparables. Les enfants à naître évoluent de façon strictement similaire, et rien ne saurait les différencier avant le 4e mois. A partir de cette étape, le bébé draine peu à peu les pouvoirs de sa mère sorcière, dont il se nourrit pour se construire. La femme est alors vulnérable, sa magie étant capricieuse durant les semaines suivantes, puis inutilisable dès le 8e mois. Une génitrice dépourvue de pouvoirs est quant à elle dans l'incapacité d'en fournir à son enfant, qui se rabat alors sur son énergie ; ce n'est qu'à partir du 7e mois que le bébé né-moldu parvient à accumuler une dose de magie égale à celle de son congénère d'ascendance sorcière. Dans les deux cas, les capacités du bébé se scellent d’elles-mêmes à la naissance, pour un laps de temps indéterminé, jusqu’à ce que le corps de leur porteur s’y soit accommodé. Face à un danger réel, la magie accumulée pour le développement de l'enfant s'assemble d'elle-même et forme un bouclier pour la mère et son enfant. La puissance du sort ou du maléfice peut toutefois briser cette barrière magique et laisser la sorcière, son enfant ou même les deux, complètement dépourvus de pouvoirs magiques (Cracmols). Par ailleurs, aucun d’entre eux ne saurait survivre à un sortilège de mort. Les premières manifestations normales apparaissent rarement avant cinq ans et sont, sans surprise, instables et impossibles à maîtriser.


» bébé chaudron





Les couples désireux d'employer cette option doivent subir de nombreux bilans de santé permettant de confirmer qu'un bébé-chaudron est bel et bien leur seul espoir de donner la vie. Ils doivent aussi être capables de financer l'ensemble du traitement -lourd et coûteux- impliqué. Ils sont soumis à des conditions très strictes, telles que la présence d'un père et d'une mère sorciers dans la cellule familiale : le Ministère et l'Ordre des Médicomages Agréés (OMA) ont statué qu'un couple homosexuel ou incluant une Créature magique (ex. Loup-Garous) ne peut offrir un environnement stable à un enfant, et que dans le cas où l'un des parents est dénué de pouvoirs, le couple est apte à bénéficier des différentes méthodes scientifiques élaborées par la communauté sœur, le monde moldu. »


» naissance & introduction
Au sein des familles conservatrices, nommer le nouveau né est une étape importante et implique la consultation d'un voyant. La prédiction peut être annoncée aux parents qui le souhaitent, avant qu'ils ne se chargent de choisir un prénom lié aux indications du voyant. Ceux qui préfèrent n'en rien savoir, cependant, laissent le soin au mage consulté de leur suggérer un prénom en accord avec la destinée de leur enfant. Si la tradition est considérée comme ridicule par les sorciers adeptes de modernisme, elle a en réalité un fondement sérieux et peut avoir un profond impact, positif ou négatif, sur la vie du l'enfant : si ce dernier parvient à choisir une voie correspondant à sa destinée, son épanouissement est assurée. A contrario, la satisfaction profonde lui est déniée s'il commet des erreurs et s'engage sur une voie trop différente de celle qu'il aurait dû emprunter. De fait, bien des parents considèrent comme essentiel pour leur enfant d'être conscient de l'avenir qu'il lui est préférable d'envisager. Beaucoup se sont toutefois condamnés à cause d'une mauvaise interprétation de la prédiction de leur naissance.

Chez les Sang-Pur, les naissances sont habituellement annoncées, mais les enfants sont rarement présentés au public avant l'apparition de leurs pouvoirs. Cette vieille habitude conservée par certaines lignées permet aux plus extrémistes d'entre elles de se débarrasser ainsi des cracmols, puis de prétendre la mort naturelle (due à un accident où à une constitution fragile).


» apparition des pouvoirs & cracmols
Sauf exceptions, l’apparition des pouvoirs ne survient qu’entre 3 et 7 ans (hormis cas spéciaux, tels que les métamorphomages et les voyants). Avant cette période, il est recommandé d’utiliser les jeux pour sensibiliser l’enfant à petites doses à la magie qui sature son environnement. Il peut ainsi évoluer en tenant compte et en prenant conscience des possibilités ou risques qui y sont liés, ce qui limite les risques d’accidents qui pourraient survenir suite à l’apparition de ses propres pouvoirs.

Une fois l’étape de la première manifestation de magie franchie, les parents doivent s’attendre à être confrontés à toutes sortes d’accidents, variant en fonction des capacités et de l’environnement de l’enfant. Un jeune sorcier unique, troublé par sa solitude, aura une propension naturelle à animer ses peluches. Mais d’autres cas peuvent être plus embarrassants ou même dangereux : par exemple, un enfant amusé par sa capacité à se dévêtir en un clin d’œil pourrait développer une tendance à faire ses vêtements s’évanouir dans la nature à n’importe quel moment. Un autre, curieux de ce qui l’entoure ou désireux de fuir un danger, courra le risque de transplaner et de finir désartibulé. Pour limiter les risques, le port de vêtements sorciers est à privilégier, puisqu’ils sont spécialement charmés pour résister aux sorts de disparition, bloquer les déplacements intempestifs et s’adapter à d’autres tours de passe-passe — telle la soudaine apparition d’une queue.

Parfois, la magie d’un enfant s’avère trop instable, insuffisante ou inexistante et lui interdit le statut de sorcier. On le qualifie alors de Cracmol. Il est néanmoins délicat de déterminer si un individu l’est bel et bien ou risque simplement de se développer sur le tard ; mais si les premières manifestations n’ont toujours pas eu lieu l’été précédent l’entrée à Poudlard, le nom du concerné est rayé de la liste des élèves.


» suivi médical & maladies infantiles
Le bébé sorcier s'avère plus résistant qu'un autre, dépourvu de magie, aux affections moldues ; mais il passe une batterie de tests médicaux adaptés à son milieu : un enfant en bas âge risquant de se retrouver à proximité de Dragons sera, par exemple, traité contre la Dragoncelle (forme de varicelle, maladie infectieuse aiguë, grave et potentiellement mortelle) afin de diminuer les risques de contamination. De manière générale, le suivi médical implique des traitements contre les maladies listées ci-dessous :












» prophéties, malédictions & hérédité
Prophéties et Malédictions ont longtemps inspiré aux sorciers un respect mêlé de terreur. Les croyances tendent à se perdre et l'influence de la Communauté Sœur pousse les sorciers de sang-mêlé ou d'ascendance moldue à les considérer comme de pures fabulations. Elles sont pourtant inhérentes à la vie des sorciers, et leur crédibilité est aisée à établir pour quiconque possède deux mornilles de bon sens.

• Malédictions : Elles étaient autrefois courantes et exemptes de punitions, si bien qu'il n'était pas rare qu'un sorcier ou une famille sur plusieurs générations soient frappés de maux divers et variés (verrues mal placées, cornes, pouvoirs aléatoires, mort à un jeune certain âge, etc). Elles sont désormais très rares, puisque les personnes frappées ont la possibilité de porter plainte, de demander réparation ou de demander des dommages et intérêts proportionnels au préjudice causé. Une peine de prison, de 2 à 6 mois peut être incluse dans la sentence.


» bases de l'enseignement primaire
Contrairement aux moldus, les jeunes sorciers ne commencent leur cursus scolaire qu'à partir de leur entrée à Poudlard. Alors que les enfants nés ou élevés dans des familles moldues doivent, jusqu'à réception de la lettre de Poudlard, fréquenter les écoles maternelles et primaires, cette obligation ne s'applique pas aux familles sorciers. Avant l'âge de 11 ans, il incombe aux parents de se préoccuper de l'éducation de leur progéniture jusqu'à ce que les professeurs de Poudlard prennent le relai. Il existe deux moyens certifiés comme légaux par le Ministère de la Magie pour donner les bases élémentaires à un jeune sorcier :
  • Les parents s'occupent eux-mêmes de dispenser des leçons à la maison. Dans ce cas, il est obligatoire d'être reconnu compétent par le Ministère de le Magie, en devant titulaire du Certificat d'Aptitude à l'Enseignement Primaire (CAEP).
  • Les parents peuvent engager un précepteur dont les compétences sont reconnues par le Ministère. Ce dernier aura le même rôle que le parent-professeur, sauf qu'il donnera des cours contre rétribution (finances, logements, etc.) déterminée entre les partis concernés.

À l'aube de ses onze ans, un jeune sorcier doit avoir validé un certain nombre de matières. C'est facultatif (aucun jeune sorcier n'a jamais été obligé de repousser sa rentrée à Poudlard à cause de ses mauvais résultats aux tests de contrôle distribués par les enseignants), mais préférable afin de faciliter les débuts à Poudlard. Mais quelles sont ces matières à valider ?
  • Lecture & littérature
  • Arithmétique & géométrie
  • Histoire & Géographie du Royaume-Uni
  • Initiation au vol (entre 3 et 6 ans, à l’aide de balais miniatures à magie limitée, qui flottent juste au dessus du sol)
Le Centre Educatif Préparatoire pour Apprentis Sorciers (CEPAS ; 3 à 10 ans), ouvert en décembre 2002 en vue d'une première rentrée scolaire en janvier 2003, initie désormais les enfants aux rituels, traditions, langues et bases de la magie et leur inculque une culture solide en vue de leur entrée à Poudlard.


» poudlard
Après la mort d'Albus Dumbledore en 1997, Poudlard est tombé sous le joug du Directeur Snape et des Carrow. Ils rétablirent les châtiments corporels et l'emprisonnement dans les cachots pour quiconque ne se pliaient pas aux règles en septembre 1998. L'option "Étude des Moldus" fut remplacée par un cours obligatoire d'Art de la Magie Noire. En 2003, Poudlard est devenu une pierre angulaire du combat contre le gouvernement et a été repris par les Insurgés le 25 mars.

Il n'existe pas d'établissement Universitaire sorcier en Angleterre, car Poudlard se fait un devoir de former des sorciers compétents, prêts à entamer une formation ou à intégrer directement le monde du travail. Au début de leur 7ème année, les élèves remplissent une fiche d’orientation et choisissent, en fonction du métier visé, un professeur avec lequel suivre un Apprentissage Orienté. Les matinées sont dédiées au cursus habituel au sein de Poudlard, les après-midi aux tâches pratiques ou aux cours théoriques dispensés dans le cadre de l’AO, hors du château. Au cours de l’année, ils placent à leur guise huit semaines de Pratique durant lesquelles ils travaillent exclusivement aux côtés d'un professionnel ayant accepté leur candidature. Ils ont le statut d’“Apprentis”, mais le terme “Stagiaire”, introduit par les connaisseurs du monde moldu, est de plus souvent en plus employé pour les désigner. Les étudiants diplômés (ASPIC) sont prêts à exercer un emploi dès leur sortie du Collège, bien que certains métiers (Guérisseurs, Médicomages, Tireurs d'Elite, ...) nécessitent des programmes d'entraînement spécifiques pouvant durer plusieurs années. Quelques jeunes sorciers choisissent également de voyager à travers le monde pour se spécialiser et gagner tant en expérience qu’en renommée. L'Académie des Examinateurs Magiques et le Magenmagot sont habilités à homologuer les diplômes supérieurs passés dans des universités sorcières étrangères (validation d’acquis) ainsi qu’à attribuer des titres suivant les compétences d’un sorcier, généralement reconnues s’il se démarque par un acte bénéfique à la communauté. Albus Dumbledore est notamment connu pour avoir cumulé de nombreux titres : Commandeur du Grand-Ordre de Merlin, Docteur en Sorcellerie, Enchanteur-en-chef et Manitou suprême de la Confédération internationale des Mages et Sorciers.


» vitmagic
• BASE : Pour le sorcier moyen, « Vitmagic » a longtemps été synonyme d’éducation basique réservée aux élèves médiocres. Sorciers désireux d’améliorer leurs capacités anormalement basses, cancres aux parents alarmés par les lacunes accumulées au fil des ans et cracmols en quête d’identité ont bien souvent placé leurs espoirs dans ce système d’études par correspondance qui leur garantissait l’anonymat — mais aucun cracmol n’est parvenu à pallier ses déficiences en terme de capacités magiques par le biais de ces cours.

• AMÉLIORATION : La guerre a élargi la clientèle de Vitmagic. C’est notamment courant de l’année scolaire 1996-1997 que la méthode a été améliorée et complétée afin de devenir une alternative valable à l’enseignement dispensé à Poudlard, pour ceux et celles ne désirant plus y poursuivre leur scolarité. L’avantage de Vitmagic est sans conteste son accessibilité : tout sorcier peut s’y inscrire, quel que soit son âge et son niveau, sans avoir à s’inquiéter du regard des autres, dans la mesure ou son apprentissage se fait de façon individuelle avec des professeurs prêts à se concentrer autant que nécessaire sur ses lacunes. Le premier point négatif, du point de vue commun, est l’aspect privé et donc payant des formations proposées, une pratique à laquelle les sorciers ne sont pas habitués dans le domaine de l’éducation. Le second est bien sûr lié à l’image de marque de Vitmagic et aux préjugés qu’elle entraîne. Il n’est pas rare que les jeunes sorciers manifestent du mépris pour cette méthode qu’ils considèrent comme du « travail mâché », incomparable avec le rythme soutenu, continu, imposé à Poudlard. Par ailleurs, l’enseignement par correspondance prive évidemment l’étudiant des expériences inoubliables qu’impliquent les années passées au château.

Le fonctionnement est tel que le sorcier inscrit se doit de s’imposer une discipline personnelle afin de mener ses efforts à terme et de ne pas se décourager avant la fin. Il reçoit chaque semaine des parchemins à étudier, à la suite desquels se trouve systématiquement un lot d’exercices préparatoires à accomplir. S’ensuivent des Épreuves Notées (EN), exercices de contrôle visant à le placer en situation d’Examen. Les EN se passent à domicile, avec matériel (encrier, plumes et parchemins ensorcelés pour prévenir toute tentative de triche) imposé et temps limité. Un aigle messager est chargé de la surveillance et de la récupération des copies remplies — ceux qui ont eu le malheur d’y voir une occasion de profiter du supposé laxisme du système l’ont regretté : les étudiants s’étant levés en plein examen ont retrouvé leurs table vide à leur retour, les copies ayant été emportées dès l’instant où ils ont quitté leur siège. Quant à ceux ayant opté pour demander de l’aide ou consulter leurs ouvrages, ils se sont retrouvés aux prises avec les serres d’aigles bien décidés à leur confisquer leur parchemin et, ainsi, à mettre fin à l’Épreuve.

Les véritables Examens (BUSE & ASPIC) se passent à des dates fixes, en tant que candidat libre dans l’enceinte de Poudlard.


» balai magique
Le balai est le moyen de transport préféré des sorciers pour sa praticité. Si les enfants peuvent utiliser un balai avant leur onzième année, ce n’est que lors de la première année à Poudlard qu’ils apprennent à voler. Ensuite, les sorciers peuvent l’utiliser pour pratiquer de nombreux sports comme le Quidditch ou encore le sautebuisson. Il est important de noter que le balai est un objet qui n’est pas seulement utilisé comme moyen de transport. C’est une véritable institution dans le monde magique, et de nombreuses associations s’élèvent pour empêcher les dérives ou les mauvaises utilisations.


» transplanage
Discipline exigeante, le sorcier doit être parfaitement entraîné pour pouvoir disparaître d’un endroit et apparaître presque aussitôt ailleurs. Depuis la fin du XIXème siècle, le Ministère a rendu obligatoire la détention d’un permis de transplanage pour les sorciers voulant transplaner. C’est au sein même du Ministère que sont dispensés les cours d’apprentissage, qui permettent d’apprivoiser les sensations désagréables inhérentes à la pratique du transplanage (tourbillon, sensation d’enfermement voire d’écrasement). Y est également enseignée la règle des 3D ; destination, détermination et décision. Une partie pratique fait suite à la théorie. Le sorcier apprend à éviter une désartibulation : une partie du corps de l’incompétent se retrouve bloquée et si le membre n’est pas arraché, il est sérieusement endommagé. Aujourd’hui, ses cours dispensés le samedi matin se payent rubis sur l’ongle (40 gallions).

Après avoir obtenu son permis de transplanage, un sorcier est soumis à un certain nombre de décrets. En cas de manquement à ces décrets, le permis de transplanage peut être invalidé pour une durée décidée par le département des transports magiques.

• Certains lieux sont protégés contre le transplanage (barrière anti-transplanage) : Azkaban, Poudlard, Sainte-Mangouste, le Ministère et la gare de King’s Cross. Quelconque quidam tentant de pénétrer ces lieux via un transplanage se retrouvera directement dans une petite pièce du Ministère pour être interrogé.


» portoloin
• CRÉATION : Un portoloin est un objet ensorcelé par un simple sortilège, Portus, qui permet de se déplacer en disparaissant totalement l’espace de quelques secondes. L’objet servant de portoloin est si insignifiant voire banal qu’aucun moldu ne pourrait s’y intéresser plus que de raison. Au début réticents, les sorciers ont bien vite fini par adopter les portoloins pour leur déplacement sur de très longues distances. Néanmoins, le portoloin que nous connaissons a bien changé depuis sept longs siècles, régulé et amélioré à la suite de différents évènements et accidents.












• CONTRE-INDICATION : les femmes enceintes, personnages âgées et les malades (incluant les personnes ayant un taux d’alcoolémie élevé) ne sont pas autorisés à se déplacer par ce moyen. En effet, ces trois catégories de personnes sont sujettes au Mal du Portoloin, qui se caractérise par des nausées, des étourdissements, voire même des crises de nerf. Il est préférable d’avoir l’estomac bien accroché !


» poudre de cheminette
Inventée par Ignatia Wildsmith en 1280, la poudre de cheminette est un des moyens de locomotion préférés des sorciers. Connu pour sa structure sécurisante et sa facilité d’emprunt, le réseau de cheminette permet de se rendre aux quatre coins du Royaume-Uni. En effet, contrairement à d’autres moyens de transports, ce dernier ne peut être utilisé pour franchir les frontières de la Grande Bretagne. Lorsqu’un sorcier jette la poudre dans la cheminée, les flammes deviennent alors vert émeraude, et ce n’est qu’à ce moment-là que le sorcier doit prononcer de manière intelligible son lieu de destination. Il est très important d’articuler et de ne pas balbutier, sous peine de se retrouver au milieu de nulle part. Néanmoins, le nombre de destinations pouvant être atteintes est réduite, du fait de la présence obligatoire d’une cheminée dans le lieu choisi. En effet, le Ministère de la Magie contrôle, via la régie autonome des transports par cheminée, les cheminées utilisées pour se déplacer.


» déplacements originaux
• Armoire à disparaître : objets précieux et rares par excellence, les armoires à disparaître permettent d’outrepasser tous les sortilèges de protection connus pour se déplacer rapidement. Contrairement aux autres moyens de locomotion, une armoire à disparaître ne permet pas de se rendre n’importe où. En effet, cette dernière a une jumelle qui se trouve dans un endroit précis. Le sorcier ne peut alors se rendre qu’à une destination précise. L’utilisation de ces armoires a connue un apogée lors de la première guerre contre Voldemort avant que lesdits objets ne soient mis hors d'état par le Ministère. Sous le régime du Magister,, elles étaient très recherchées par les puissants mangemorts, et surtout les plus fortunés. Il faut en effet débourser de grosses sommes pour pouvoir les réparer, d'autant que ce sont des meubles fragiles et fonctionnant avec une forme de magie très puissante. En cas d’endommagement, le sorcier peut être transporté dans le néant, et ne plus jamais en revenir. Perspective peu enviable, n’est-ce pas ?

• Magicobus : S’il déteste voler, transplaner ou alors l’odeur de la fumée des cheminées, le sorcier a recours magicobus. Il s’agit d’un bus à triple impériale de couleur violette qui peut apparaître à n’importe quel endroit, sur un simple mouvement de baguette. Ce bus permet d’accueillir tous les sorciers en perdition. Si le jour, ces derniers peuvent profiter de fauteuils plus ou moins confortables, la nuit ils sont obligés de dormir dans un lit qui bouge au gré du trafic moldu. Désormais très prisé par les élèves du CEPAS, le réseau des magicobus s'est agrandi pour desservir toute la ville de Londres.

• Diligences : autrefois utilisées pour transporter les élèves de Poudlard de la gare de Pré-au-Lard au château, elles sont aujourd'hui une attraction comme une autre conduisant les visiteurs au musée qu'est devenu l'ancienne école de magie. Elles sont toujours tirées par les Sombrals, élevés près de la Forêt Interdite.


» célébrations sorcières
Les sorciers ne prient aucun Dieu ni ne nourrissent d'espérances semblables à celles des moldus. Cependant, ils croient — en la Magie, tout d'abord, puis en des sorciers ayant marqué l'Histoire et étant devenus des Légendes : Merlin, Morgane, Godric, Salazar, Helga, Rowena et Paracelse sont les plus connus. Il n'est d'ailleurs pas rare d'entendre les plus jeunes jurer sur leurs noms, ce qui tend à choquer les plus vieilles générations et qui peut leur valoir un sortilège cuisant aux fesses de la part de leurs parents ou grands-parents.

Les célébrations annuelles sont un héritage ancestral ayant largement évolué avec les siècles, notamment à cause de la fréquentation de sorciers issus du monde Moldu. On peut notamment mentionner :
















Approuvé par le Ministère de la Magie
Revenir en haut Aller en bas
 

(FACULTATIF) Moeurs & Coutumes sorcières

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Descendants des grandes familles sorcières
» [FB 1617] La musique adoucit les moeurs, dit-on. {Sören}
» La musique adoucit les moeurs
» Modèle Instagram (facultatif)
» Jouer pour adoucir les mor... moeurs. || J.B. Lulli

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: HRP & beuglantes staffiennes
-