sujet; Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust ›

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
Nhÿx Heÿsilæ Dolohov
feat sandrah hellberg • crédit o.dream

Wizard • Pré-inventé
• nom complet ; dolohov, patronyme étranger, aussi froid que la contrée dont il est issu, célébrité accomplie sur les deux continents où ils ont décidés de s’établir, s’inspirant de leur notoriété pour mettre le reste du monde à bas, pour être reconnu, pour gagner sans lever le petit doigt, le respect de leurs pairs, et de ceux qui ne sont nullement digne de leur intérêt. Nhÿx la personnification de la nuit, sans que l’on ne sache ni comment, ni pourquoi la génitrice de la jeune enfant eut cette étrange idée de prénommer ainsi sa cadette. Quant à son second prénom, Heÿsilæ, il en va tout naturellement de même, allez comprendre les méandres de l’imagination fertile d’une mère. • surnom(s) ; Avec un prénom aussi court, nul besoin de surnom, le second toutefois, parfois au goût de ceux qui le connaissent, se voit raccourci au profit d’un simple Silaë • naissance ; 1976, Moscou, le 15 février pour être exact. Une naissance banale, dans un hôpital l’étant un peu moins, au cœur de l’hiver glacial. Elle est la plus jeune, la cadette, la dernière héritière. • ascendance ; sang-pur, celui qui en douterait aurait bien tord et se verrait certainement bien accueillie par l’un des membres Dolohov. L’honneur est une chose sacrée, la pureté de leur lignage l’est tout autant. • camp ; le gouvernement, a t’elle seulement eu le choix de cette réflexion ? Liée au Lord par l’allégeance de son ainé, elle a toutefois eu la chance de ne pas être elle-même soumise à la même promesse. Famille oblige toutefois, il aurait été mal vu qu’elle rejoigne les dits insurgés ou n’atterrisse pas traitrise dans le lot des rebuts. Ce qui ne l’empêche pas de porter un regard bien soucieux sur l’avenir du monde. • métier ; employée en recherche des mystères. L’avantage d’avoir un frère déjà présent au ministère, c’est l’aide qu’il peut apporter pour la faire entrer à son tour. Érudite née, c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers les mystères et les secrets, se faisant un réel plaisir d’observer une arche aux pouvoirs non-définis, de tenter de décrypter les légendes qui courent, de faire des recherches sur la magie ancienne, ou de se renseigner le plus subrepticement possible sur la nécromancie, ou quelque notions de cet art au sein de ce pays qui n’est pas le sien. • réputation ; arrivée récemment, la délicieuse fleur de Russie n’a pas eu le temps de laisser le monde lui conférer une réelle réputation. Certains ne la voient que comme étant la sœur de Maksim Dolohov, l’assimilent volontiers à la même réputation que lui, et la belle ne lèvera certainement pas le petit doigt pour changer la donne. • état civil ; peu disposée à laisser sa liberté s’étioler sous le mariage ou de simples fiançailles, la créature se complait dans son célibat, sans même daigner accorder d’attention ni à la gente masculine, ni même à ses propres besoins. • rang social ; élite par son nom, sa fortune, ce sang qui coule en ses veines. Pas forcément proche du Lord, elle n’aspire pas non plus à s’agenouiller face à lui. Pour l’heure, profite de cette nouvelle vie, profite des festivités. • particularité(s) ; nécromancienne et sous son désir, ses paumes se lèvent face au ciel, sa volonté est faite, sur la terre jamais au ciel. Sous ses prunelles céruléennes, l’enfer sur son sillage, la mort sur son passage. • patronus ; autrefois, quand la jeunesse se voulait encore dorée et innocente, son patronus prenait la forme d’un lynx. Toutefois, depuis qu’elle joue avec la mort et s’est enfin attiré le regard de sa famille, l’animal terrestre a laissé place à une chauve-souris, symbolisant la mort symbolique et la renaissance. • épouvantard ; sa propre faiblesse, se caractérisant par l’absence de fils sur ses propres pantins, sa mort personnalisée griffant sa gorge pour mieux la mener au trépas. Il n’est pire peur pour une prêtresse de la Mort, que de tomber devant elle.  • risèd ; indéfini, car ce qu’elle désirait le plus au monde, c’est à force de travail et de persévérance qu’elle l’a obtenue. Alors aujourd’hui, son plus grand rêve pourrait sans doute être celui de devenir l’une des plus grandes nécromanciennes de son époque, de trouver un époux convenable, de diriger la lignée principale des Dolohov… Elle-même l’ignore, pour l’heure. • animaux ; à l’image de son patronus, il est ce petit animal qui s’est lié à la sorcière, une chauve-souris de la famille Nyctinomops macrotis. Celle-ci quitte rarement sa maitresse et se plait à s’accrocher à ses cheveux, à la base de la nuque. • baguette ; Taillée dans le bois d'un chêne doublement centenaire, elle mesure 26,68 centimètres, pas un millimètre de plus. Il se murmure que le cœur de l'instrument magique serait de la poudre de corne de chimère. Bien que raide et fort peu facile à manier, ce n'est qu'à sa maitresse qu'elle obéit réellement, se faisant toutefois résistance si la volonté de cette dernière n'est pas assurée. Prédisposée pour les arts occultes principalement.

The stars have faded away
► Avis sur la situation actuelle : Lorsque son aîné lui a parlé de la situation au Royaume-Uni et la fierté qu’il en retirait, la jeune demoiselle qu’elle était alors s’est seulement contentée de hausser les épaules. Russe de cœur et de nationalité, le sort d’une autre patrie que la sienne ne lui importait que peu. Lorsque pourtant, attirée par la découverte de la culture de cette contrée, elle fut mise devant le fait accompli, elle fut bien contrainte d’ouvrir les yeux et de grandir. Face à elle, le peuple anglais, celui qui se jurait grand et fidèle au potentiel de la magie, semblait avoir perdu l’esprit. Élevée dans la pure tradition élitiste, la créature ne fut pourtant guère étonnée de voir la suprématie du sang s’élever selon la volonté des hommes, la chasse aux traîtres ne fut pas non plus une surprise… Non, ce fut cette vente aux « rebuts » qui lui inspira une émotion crispée, un dégoût fielleux. Et aux dires de son frère, le retour de l’esclavagisme n’était pas prêt de prendre fin, pas avec les conséquences de cette longue guerre, pas quand le traître à son sang et autres vermines de même engeance courait encore dans la nature.

► Infos en vrac : Depuis son enfance, Nhÿx est conditionnée, éduquée et habillée pour devenir une femme du monde, un excellent parti, une délicieuse épouse. Si elle est aujourd’hui une jeune femme accomplie, il n’en demeure pas moins qu’aucun homme, qu’il soit Russe ou d’autre nationalité, n’a encore réussi à lui passer la bague au doigt. Δ Elle parle couramment quatre langues dont le russe, l’anglais, le français et le langage des signes. Cependant, elle conserve toujours son accent russe lorsqu’elle emploie la langue de son nouveau pays. Δ Elle a étudié à Durmstrang lors de sa scolarité, et s’est avéré être une excellente potionneuse, mais aussi une bonne jeteuse de sortilèges. Si elle s’était trouvée à Poudlard, la maison qu’elle aurait rejointe aurait été irrémédiablement Serdaigle. Δ À l’image des siens, Nhÿx possède un tatouage à la base de sa nuque, symbolisant son appartenance aux Dolohov. Δ Il lui arrive de consommer du (de la ?) Navitas, principalement après une séance d’entrainement de nécromancie. Cette substance l’apaise, lui fait oublier la sensation de se retrouver face à un pantin de la mort. Son frère toutefois, n’est nullement au fait de cette petite addiction qu’elle considère sans importance. Elle n’y est pas accro de toute manière. Δ Elle est devenue nécromancienne suite au désintérêt de sa propre famille pour elle. C’est aujourd’hui un regard nouveau qu’ils portent sur elle, à la fois admiratif néanmoins craintif, car si elle n’est pas encore passée maitre de l’art, l’acharnement dont elle fait preuve pourrait bien la mener sur ce chemin. Δ C’est une amoureuse des grimoires, dont elle possède une grande collection traitant de divers sujets, plus ou moins innocents. Δ Attirée par le mystère, c’est tout naturellement qu’elle s’est dirigée vers le département adéquat, aidé par la nouvelle notoriété de son aîné. Officiellement, elle fait des recherches sur la Magie Ancienne et ses dérivés ancestraux, officieusement, elle s’intéresse au mythe de la Mort, des diverses Géhennes et Élysées. Lorsque l’on joue avec les morts, on en veut toujours plus. Voilà sa véritable addiction. Δ Elle peut se montrer aussi chaleureuse que froide, néanmoins, elle arbore toujours un visage neutre, qu’elle a longtemps travaillé afin de ne pas faire transparaître trop d’émotions. Ses lèvres s’étirent bien souvent d’un sourire poli, mais qui jamais ne montent jusqu’aux yeux.


Nothing compares to you
• pseudo & âge ; o.dream. un âge avancé  jule  • comment as-tu trouvé le forum ? Bazzart, je suivais le projet depuis un moment :hhh: . • ton avis, tes suggestions ; il est au delà de mes espérances potte • connexion ; 5/7 pendant les vacances, 3/7 durant l'année scolaire • quelque chose à ajouter ? danse



Dernière édition par Nhÿx Dolohov le Sam 10 Jan 2015 - 20:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
Here comes the hurricane


La douceur de l'enfance
Assise dans un recoin du salon, l’enfant feuilletait avec intérêt son livre, silencieuse, quand non loin d’elle, des éclats de voix lui parvenaient, plus ou moins soutenus selon le propriétaire, pourtant la fillette n’écoutait pas, bien trop attirée par les lettres dansantes et les images l’amusant pour certaines, lui arrachant une mimique surprise à d’autres instants. Parfois, elle se permettait d’interrompre sa lecture afin de porter son attention sur la conversation. Du haut de ses quatre années de vie, elle ne pouvait guère comprendre le sujet dont il était question, seulement que son plus vieux frère était sujet de dispute. Comme bien souvent par ailleurs, lui au moins, avait le droit à de la considération, quand elle était presque ignorée, malgré bon nombre de ses efforts pour complaire à ses géniteurs. Jeune, pourtant consciente que le bon maintien de son corps ne serait jamais suffisant, parce qu’elle n’était pas réellement une enfant désirée, et plus encore, parce qu’elle était née avec le sexe dit faible. Hélas, bien trop jeune, elle ne pouvait que se contenter de se faire la plus discrète possible, de demeurer dans son coin à nourrir son esprit par les quelques livres qu’elle avait hérité de ses ainés. Le plus vieux se trouvait à 15 mètres d’elle, quand le second, de huit ans plus âgé devait certainement être en plein cours à Durmstrang. Elle-même aspirait à rejoindre un jour cet institut dont ses frères ne cessaient de vanter les mérites, la narguant, la charmant, la faisant suffisamment rêver pour qu’elle désire ardemment y entrer. Oh pour sûr, elle avait toutes les chances d’y entrer, son sang étant naturellement un passe-droit, mais bien plus encore, elle avait récemment fait preuve de son potentiel magique, sous l’œil médusé, néanmoins indifférent de ses parents. Quelle différence pour eux que leur cadette fasse preuve d’un potentiel magique, au même titre que ses frères ? « IDIOTIES !! FOUTAISES ! Par les dents de fer de Baba Yaga, as-tu donc perdu l’esprit ?? » Un sursaut, et le livre que Nhÿx tenait entre ses mains tomba brusquement au sol. Il n'était pas rare qu’elle entende son père entrer dans une colère suffisamment sombre pour jurer sur la vieille sorcière, à vrai dire, c'était même un de ses traits de caractère, ne jurant que par l'excellence, grinçant des dents dès lors que la médiocrité osait pointer le bout de son nez. Combien de fois avait-elle put assister au dur spectacle de la douleur tordant entrailles et faciès de ses aînés ? Bien trop, et pas assez encore. Elle-même n'était pas à l'abri de cette sombre humeur, n'y échappant pour l'heure que par son indéniable discrétion. Sautant de son siège, elle n’écouta nullement la répartie de son frère, captant quelques mots à peine, préférant ramasser son livre pour retrouver la page perdue. Hélas, son regard n’atteignit pas celle-ci, bien vite captivé par une silhouette se rapprochant d’elle. « Bonjour Antonin. » glissa t’elle doucement avant de retrouver sa place attribuée seule. « Hello, little Nhÿx. » lui glissa t’il en retour, bien conscient qu’il était sans aucun doute le seul à lui prêter de l’attention, et sans aucun doute pour échapper à la querelle née quelques instants plus tôt. « Alors, il paraît que tu fais de la magie maintenant ? » Sans mot dire, elle se contenta d’acquiescer, serrant son livre contre elle. « Tu me montres ? » Un regard en biais, puis une inspiration, alors qu’elle se concentrait sur son unique compagnon, une peluche ressemblant fortement à un vieux lapin, et dont bientôt, la tête s’agita, au même titre que ses oreilles. « Par Merlin, Durmstrang n’attend plus que toi. » Un haussement d’épaules, à peine l’esquisse d’un sourire, et finalement, une question sur le bout des lèvres. « 'tonin, c’est quoi un man… un mange… un mangemort ? » Une inspiration, des regards qui se croisent, et finalement, une caresse au sommet du crâne. « Ça, c’est un secret, tu veux bien le garder ? » Hochement de tête, puis de nouveau, des hurlements échangés plutôt que de simples banalités. Les querelles d’adultes n’intéressent pas les enfants.

L'ironie de l'adolescence
À bien peu de détails près, les frères Dolohov n’avaient pas menti, l’institut était tel qu’ils l’avaient dépeint : majestueusement glacial, radicalement conservateur. Là-bas, les mâles se proclamaient Maîtres, les demoiselles devenaient dès lors Dames. Quant à la racaille issue des bas-fonds de la société moldue ? Tout juste tolérée, à peine observée, hormis pour les pauvres hères capables de sortir du lot et prouver une excellence dont on ne les aurait pas cru capables. De ceux-là ? La jeune demoiselle devait se tenir le plus loin possible, au risque d’être associée à la vermine, ou de provoquer le mécontentement d’un paternel à l’humeur plus irascible à mesure que la faucheuse lui envoyait l’invitation à la rejoindre. Depuis que ses aînés avaient jugé opportun de s’éloigner de la demeure familiale, l’un en se laissant charmer par les côtes britanniques, l’autre en menant sa propre vie, elle se sentait plus démunie que jamais, plus seule que jamais. À côté de l’humeur déroutante du paternel, l’austérité de l’institut lui semblait bien plus salvatrice. Là, elle n’était pas ignorée, tout du moins, pas si elle ne le désirait pas, bien au contraire. Avoir un membre de la famille Dolohov sur les bancs de l’école relevait presque d’un honneur, tant la réputation de l’excellence marquait le nom lui-même. La cadette elle-même suivait ce modèle, étudiante avide de savoir, de connaissance et incapable de demeurer sur le goût de l’ignorance et de l’inachevé. Assurément, elle tenait ce trait du père, et de ses frères avant elle. La dextérité innée pour l’art des potions toutefois ? De sa mère, cette créature oubliée. Et de B.U.S.E en A.S.P.I.C, des notes frôlant l’au-delà de l’excellence, et pourtant, jamais encore assez pour un père ne souhaitant peut-être que le mieux pour sa dernière née, mais bien trop fier pour y voir une réussite pratiquement accomplie. Que faire d’une fille si ce n’est la marier au plus offrant ?

L'ivresse du pouvoir
« Que Baba Yaga me vienne en aide, enfant ingrate, à peine capable d’être meilleure que ses frères ! » Le visage neutre, la dite déplaisante se tenait à genoux devant le patriarche, le visage tourné vers le sol. N’en déplaise, elle s’avérait encore incapable de contenir la fureur de son père, qui lui-même se voyait incapable de comprendre sa cadette, ou de s’y intéresser. Elle n’était pas fils prodigue, et avait eu le malheur de naître fille. « Le fils Zlodov est un bon parti, meilleur que tu n’oseras jamais l’espérer, et tu OSES ! » un tressaillement, bien plus de dégoût que de peur face à ce ton qui hausse. « Tu as osé l’insulter devant moi, et commettre l’irréparable ? » Ah, si elle n’était aussi respectueuse, nul doute que le souvenir du verre de vin blanc jeté au visage du prétendant et le flot d’insultes ayant suivi l’aurait fait sourire. Là pourtant, dans cette nuit profonde avec quelques bougies seulement pour éclairer le salon, elle se tait, se ferme aux remontrances de son père, tente d’ignorer les attaques destinées à l’affaiblir. Jusqu’à présent, elle a su éviter les doloris infligés à ses aînés… Du haut de ses 21 ans pourtant, sans doute est-ce la dernière fois, ce dîner est bien de trop, et l’attitude désinvolte de l’enfant n’a de cesse de faire monter d’un cran la tension. Elle n’aspire qu’à mener sa propre vie, à étudier ce qui semblait maintenant la fasciner depuis sa sortie de Durmstrang, cette magie noire, ancestrale, interdite et oubliée. L’art de la nécromancie, l’art impardonnable, une science dont son père ignorait tout, et qui sans aucun doute l’aurait effrayé. L’homme qui se veut fort ne l’est pas forcément. C’était par hasard qu’elle avait trouvé les grimoires et livres s’y référent, sciemment abandonnés là. C’était avec acharnement qu’elle s’était entêté à comprendre les rouages de la discipline, sans jamais en murmurer un mot aux membres de sa propre famille. C’était dans le plus grand des secrets qu’elle s’était alors entrainée, sans succès. Comment aurait-elle put du haut de ses 18ans ? Sans jamais fléchir pourtant, recueillant récits et parchemins, se glissant plus encore dans l’ombre de la réflexion, se jurant de parvenir à un résultat pour prouver, pour faire ravaler cette fierté fielleuse, et montrer combien elle était digne d’être une Dolohov, et pas seulement une poupée à marier. Hélas, en l’instant, rien de ce qu’elle pourrait dire désormais n’a de réelle importance. Il n’est pas même utile de s’excuser, ces dernières sont inutiles et ne seraient en aucune façon sincères. Alors la poupée se contente de laisser le fiel de son père couler, laisse son regard s’ancrer sur le sol, son esprit se fermer à cette critique, à la colère qui s’échappe. Elle pourrait en avoir pour des heures à demeurer dans cette position de soumission, pourtant, c’est une longue plainte qui s’échappe d’une gorge extérieure qui interrompt le châtiment, oblige les deux protagonistes à porter le regard sur une femme à la beauté passée. Si l’un fronce les sourcils, l’autre plisse le nez et se redresse. À la main de l’impératrice, une lettre qui semble être responsable de ce regard lourd, désespéré. « Antonin. » Laisse t’elle seulement échapper de ses lèvres, sous un sanglot indigne d’une épouse russe. Et dès lors, les fragments de l’incompréhension forment un ensemble cohérent. Antonin n’est plus. Antonin ne viendra plus jamais la voir, ne lui écrira plus jamais. La poupée se lève, fière, frondeuse, plus froide que sa patrie elle-même, esquisse quelques pas, s’échappe et laisse ses propres ténèbres l’envahir hors de la bâtisse, sous la voix tonitruante d’un père qui n’aspire qu’à être obéi. Et les ténèbres l’engloutissent, elle comprend enfin la mécanique de la mort, et sous sa plainte, les victimes oubliées des Dolohov s’éveillent, créatures sans âmes, pantins sans fils d’une marionnettiste qui ne rêve plus que de ramener son frère et lui rendre son âme. Là, en cette nuit, la nécromancienne s’éveille et avive enfin le regard d’un père qui peut cette fois la considérer. Trop tard, bien trop tard hélas, car c’est bien cette nuit-là que l’enfant décide d’abandonner sa patrie pour une autre, accompagnant le nouveau chef de famille.



Dernière édition par Nhÿx Dolohov le Sam 10 Jan 2015 - 21:01, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
rebienvenue jule le nom est toujours aussi canon, l'avatar l'est encore plus, trop de perfection. cute courage pour la compétition, et puis on a un super lien à venir toi et moi. What a Face I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
Merci beaucoup ! J'espère cette fois pouvoir tenir mon engagement de rester… ça a été plutôt dur de réussir à tout gérer dernièrement !
Ah ouais ? Un lien ? Dis-moi tout mon enfant !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
je te le souhaite cute
je te mp pour le lien rougit
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
Bienvenue ici ma belle I love you
Quel personnage prometteur, j'ai hâte de la voir en action ow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
rebienvenue parmi nous, mademoiselle ! contente que EXCI te plaise à ce point ! leche
en tout cas, très bon choix de scénar ! bonne fin de rédaction de fichette... Arrow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
Citation :
Après avoir été harcelée par Astoria (oui oui, TOI là !)
Moi je t'ai harcelée ? :siffle:  Moi ? hehe J'aurais jamais osé faire un truc pareil mwaha
Mais de toute façon tu m'aimes, alors c'est pas grave yiih Pis tu t'es laissée facilement convaincre, hein :siffle:

Re bienvenuuuuuuuuuuuuuue même si j'étais pas encore là, la première fois où t'avais mis les pieds sur Exci hug
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
.... *pose ses paluches sur la fiche*
Avant de me faire traiter de frère indigne ; bienvenue. :russe: Comme si j'avais pas déjà assez de ma vie pour que tu viennes me compliquer les choses (en vrai, je te souhaite comme aux deux autres membres tentant la soeurette d'obtenir le rôle jule )

Et puis bah... vu la reprise, pas besoin de te souhaiter bon courage, t'as plus qu'avancé dans la rédaction mdr

Btw Lys, va falloir que t'arrêtes de vouloir te taper mes soeurs, ça devient pathologique et j'vais y voir un message sublimal. :russe: Arrow
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
calomnies, je ne lui ai même pas proposé un lien sessouel, elle peut confirmer :russe:
je m'en vais dans ton lit ou le sien, j'hésite encore. Arrow
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust › Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Nhÿx ‹ ashes to ashes, dust to dust ›

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» ashes to ashes
» 40k Dust Contest, courses de motos au 41e Millénaire...
» DUST TO DUST א d.l.
» Le renouveau de la World War avec Dust Tactics (et AT-43)
» 05. From the ashes I will rise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-