sujet; Consternation ** Juliet Slughorn**
MessageSujet: Consternation ** Juliet Slughorn**   Consternation ** Juliet Slughorn** EmptyMer 29 Oct 2014 - 14:09

Invité
Invité
Consternation ** Juliet Slughorn** Empty
Consternation ** Juliet Slughorn** Tumblr_ndl0ewx2Ib1rl53x2o4_250


Tu viens de rentrer, il est tôt, tu viens de passer la nuit à l’extérieur sur une piste, tu a traqué cette bête. Tu sens encore un peu d’adrénaline dans ton corps, mais la fatigue prend de plus en plus d’ampleur, tu dois bientôt dormir pour être en forme ce soir, tu a un souper avec Sue et sa mère, comme tu commence à retirer ton manteau, on cogne à ta porte. C’est ton père, il est venu t’apprendre la nouvelle, Hannah a été retrouvée, mais il t’avertit qu’elle n’est plus des vôtres, tu penses aussitôt au pire, elle est décédée, ton père te dit qu’il aurait été mieux que cela se termine ainsi pour elle et sa famille. Elle avait bien quittée pour les insurgés, elle a été retrouvée ou plutôt capturée par ton cousin, son frère. Tu viens d’apprendre son triste sort, elle n’est plus qu’un rebut, une honte pour les Crouch. Tu te lèves aussitôt pour connaitre si elle a déjà été vendue à un sorcier, car bien que tu n’aimes pas l’idée d’avoir un rebut, pour la sauver, tu l’aurais achetée. Ton père souri et t’apprend l’autre nouvelle, elle est déjà à quelqu’un, quelqu’un que tu connais bien. Lysander la acheter, ton père satisfait te laisse à tes occupations, tu ne sais plus quoi faire, tu ne sais plus quoi penser. La colère gronde en toi, tu n’arrive pas à croire que les Crouch ai pu laisser l’une des leurs à ce triste sort.

Lysander semble t’avoir trahi, lui, un ami de longue date. Tu dois aller parler avec quelqu’un, tu as besoin de partager ça, tu pense aussitôt à Juliet, elle qui était ami avec Hannah, elle s’en inquiétait tout autant de sa disparition. Tu enfile rapidement ton manteau et tu sors rejoindre la maison de ta cousine, il est tôt, mais tu ne peu pas attendre, le sommeil ce sera pour plus tard. Le trajet, tu ne le remarque pas, tout semble flou autour de toi, tu marche automatiquement et ta tête, ta tête ne fais que penser, réfléchir a tout ce que tu vas lui dire, comment lui apprendre la nouvelle, comment elle réagira. Une fois sur place, tu attends qu’on t’ouvre, ta cousine t’accueil. Elle te sourit, elle ne connait rien encore de ta visite, mais sans doute qu’elle a deviné que ça ne va pas. Juliet arrive toujours à comprendre sans que tu ais à dire grand-chose. Tu t’approche d’elle et lui annonce la nouvelle. « Hannah a été retrouvée, elle était avec les insurgés, elle a été vendu comme rebut, c’est devenue une esclave Juliet… » Tu te sens impuissant. « Les Crouch on décidé de l’oublier, mon père m’a dit de faire comme si elle n’avait jamais existée, et je ne peu rien faire pour elle.»

Tu es en colère, tu ne sais pourtant pas quoi faire, même si tu allais voir Lysander, cela ne changerait rien. Décourager, tu te laisse tomber sur un siège, ton visage entre tes mains, tu soupires.  « Je ne sais pas quoi faire, en plus je connais le sorcier qui l’a acheté… La seule bonne chose que je peu voir c’est qu’il me sera possible d’aller la voir parfois, s’il me laisse la voir bien entendu. » Tu ferme les yeux en secouant la tête. La seule chose à laquelle tu arrive à penser c’est la blonde avec ce tatouage, cette marque honteuse qu’on leur grave tous, Lysander ne devrait pas la battre… Du moins tu l’espère, connaissant Hannah, elle n’acceptera pas de tout faire, Lysander quant à lui n’a jamais été reconnu pour la plus grande des patiences. Il pourrait très bien être rude et plus violent envers elle
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Consternation ** Juliet Slughorn** Empty
Juliet ouvrit brusquement les yeux, réveillée par un bruit sourd provenant du hall. Engourdie par le sommeil, elle essaya de se concentrer sur le bruit... et finit par comprendre que quelqu'un frappait à la porte du manoir Slughorn. Elle grogna, se levant du canapé sur lequel elle s'était endormie la veille. Elle se frotta les yeux pour s’éclaircir les idées, bougea le bout de ses orteils pour être sûre qu'elle s'agissait de la réalité puis se dirigea vers la porte d'entrée de la maison. Qui cela pouvait-il bien être, si de bonne heure ? Un marchand de journaux ? Un marchand de potions de jardinage malin ? L'elfe des voisins ? Qui que cela pouvait être, il fallait qu'il s'apprête à subir sa colère matinale ! Elle tira sur les manches de son petit pull émeraude pour se couvrir le bout de ses doigts gelés. En parlant d'elfe, où était donc le sien ?
Elle déverrouilla la porte en dessina un dessin sur le bois pour l'ouvrit tranquillement, histoire d'avoir le temps de voir qui se présentait chez elle si tôt... Et en resta quelques secondes complètement muette. Constantin Crouch. Son beau Constantin, son cousin d'amour. Elle sourit de toutes ses dents et ouvrit la porte en grand. Juliet avait toujours adoré, aimé Constantin – elle en était même littéralement amoureuse, lorsqu'ils étaient plus jeunes et qu'il s'accusait à sa place pour ne pas qu'elle soit punie. Elle l'avait toujours beaucoup admiré... et elle avait également été souvent jalouse de ses petites copines – mais c'était plus fort qu'elle et elle s'était toujours contrôlée (ou presque). Cependant, ce matin-là, Juliet comprit rapidement que quelque chose n'allait pas, que Constantin n'était pas dans son état normal et que quelque chose le chiffonnait. Elle ne fit donc aucun commentaire et se contenta de le faire entrer. Constantin ne perdit pas de temps avant de lui expliquer ce qui le tourmentait. Hannah.

Tandis que le jeune homme se libérait de ses pensées, Juliet le dirigea lentement vers la cuisine – il lui fallait un café bien fort, à Constantin aussi d'ailleurs. Elle lui fit signe de s’asseoir sur la chaise au bout de la grande table et, absorbé par ce qu'il lui disait, il le fit sans broncher.
Face à la détresse de son cousin, Juliet se sentit légèrement perdue. Elle s'approcha de lui et lui prit la tête entre les mains pour la poser contre son ventre. Elle lui caressa doucement les cheveux. Que dire ? Elle n'en avait absolument aucune idée. Elle savait depuis un certain temps que Hannah était rebut... et elle pensait que c'était mérité – après tout, c'était son propre frère qui l'avait vendu, qui l'avait donné et aux yeux de Juliet, il y avait forcément une bonne raison à ça, une très bonne raison car elle-même ne pourrait vendre sa famille (en aucun cas). Mais, la colère et le désespoir de Tintin lui brouillait l'esprit. Elle pensa brièvement à Lysander, cet homme qui l'avait sauvé bien des années auparavant sans même la connaître, cet homme qui était son protecteur, sa sécurité. Elle le savait à l'écoute et compatissant – c'était l'image qu'elle avait de lui et qui semblait chaque jour un peu plus véridique pour elle.
« Je te fais un café, dit-elle en se détachant de lui, quoi que tu en penses, ça ne te feras pas de mal! » Elle passa derrière le comptoir, où elle retrouve sa baguette magique et, en deux trois sorts, lança le moulin à café et chauffa de l'eau. « Comment Hannah était-elle devenue rebut ? Je ne comprends pas? C'est une sang-pur, non ? Comment un sang-pur peut-il devenir rebut ? » Voilà une question qui la tourmentait depuis longtemps et qu'elle n'avait pas osé poser à Lysander. Il y avait tellement de choses qu'elle ne comprenait pas et tellement d'autres qu'elle ignorait... D'ailleurs, elle faisait tout ce qui était en son pouvoir pour tenir ça loin d'elle et de sa vie... Mais, elle savait bien que parfois, elle ne pouvait pas faire semblant... Et certainement pas avec Constantin. « Elle a bien du faire quelque chose de mal pour en arriver là... » ajouta-t-elle naïvement, en versant deux tasses de café.


Dernière édition par Juliet Slughorn le Dim 30 Nov 2014 - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Consternation ** Juliet Slughorn** Empty
Juliet a toujours été si douce, si rempli d’empathie, sans parler, elle t’écoute et viens te caresser la tête afin de te calmer, la colère gronde, mais ses gestes apaisants, qu’autrefois tu lui offrais étant jeune lors de ses peurs, te réconforte un peu. Elle t’offre alors un café, c’est une bonne idée, car la fatigue se pointe malgré toute cette colère, tu ne resteras pas longtemps, ce soir tu dois aller rejoindre Susanna et ta tante, tu dois dormir un peu entre les deux. « Merci »

Les questions commencent alors, Juliet se pose plusieurs questions, pourquoi est-elle rebut, qu’a-t-elle fait pour mériter ce sort alors qu’elle est sang-pur. Ton père ne t’a pas expliqué toute l’histoire et tu sais qu’elle mérite peut-être son sort, mais en même temps, est-ce vraiment correct de les placer en tant qu’esclave… « J’en sais rien, mon père a été bref là-dessus. Je ne sais pas si elle a causée du tort à des gens ou non. Je me sens seulement en colère contre la famille Crouch, je sais qu’elle était une de tes amis. Je crois que si tu es avec les insurgés, que tu sois sang-pur ou non, peu importe aux yeux du gouvernement. » Elle t’offre une tasse de café tout en disant qu’elle avait sans doute fait quelque chose de mal pour en arriver là. Tu pensais que la nouvelle la rendrait plus inquiète, plus surprise, qu’elle serait peut-être dans le même état d’esprit que toi, mais elle semble plus s’inquiéter qu’un sang-pur devienne rebus et non de ce qui arrive à Hannah. Tu fronce des sourcils, goûtant ce café fort qu’elle t’a préparé et tu te dis que tu a peut-être cogner à la mauvaise porte. Tu as peut-être réveillée Juliet pour aucune raison, elle semble peu soucieuse d’Hannah et bien que tu peu comprendre, ça te rend malade de voir qu’elle a si peu d’empathie pour une ancienne amie, qui plus ai ta cousine de ton autre famille. « Tu sais, je suis désolé, je crois que je t’ai levé, je n’aurai pas du venir pour ça, je t’ai réveillé pour rien.. Puis je dois aller me recoucher, je n’ai pas encore dormis.»

Tu pensais pouvoir partagé ça avec elle, qu’elle comprendrait ton état d’esprit et non comprendre et savoir ce qu’elle a fait pour ça, puisque de toute façon, peu importe ce qu’elle a fait, on ne peu rien y changer. Tu repose ta tasse de café et tu te relève. Juliet a toujours su te calmer, voilà sans doute la raison de ta venue, mais aujourd’hui elle n’a pas réagit comme tu le pensais. Elle n’a pas semblé ce soucier de ce qui te tracassait, comme si elle était en accord avec tout ça, elle n’a pas semblée surprise non plus, le doute s’empare de toi. « Tu savais déjà pour elle? Tu savais et tu ne me la pas dit? »

Tu fronce des sourcils, tu n’as pas envie de devenir méchant, mais tu dois savoir, savait-elle? Si elle connaissait la vérité, elle aurait dû t’en faire part, peu importe qu’elle connaisse Lysander ou non. Lysander était un ami, même lui ne t’avait rien dit. Tu serres les poings, contrarier de te rendre compte que personne ne t’avais parlé de quoi que ce soit. Tu espères qu’elle te dise qu’elle n’en savait rien, qu’elle ne t’a pas rien caché, tu serais sans doute furieux, avec cette fatigue tu ne vois plus aussi clair. Tu es resté debout toute la nuit à chasser, et là maintenant, tu as peur de ta réaction, tu ne veux pas être en colère contre ta si jeune cousine. Tu la regarde donc en attendant une réponse de sa part.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Consternation ** Juliet Slughorn** Empty
Juliet avait toujours vécu sans comprendre réellement ce qui se passait autour d'elle. Surprotégée durant son enfance pour un père aimant à l'étouffer et une mère bien plus que simplement attentionnée, elle ne saisissait pas toujours ce qui se tramait autour d'elle... et n'avait jamais appris à faire semblant, dissimuler ou même mentir. C'était une piètre menteuse qui avait tendance à dire ce qui lui passait par la tête, sans trop réfléchir. On la disait tête en l'air et simple d'esprit et il y avait un fond de vérité là dedans. Jouer la comédie n'était pas son fort, elle était bien trop naturelle pour cela. Elle but une longue gorgée de son café brûlant. « Non, non, non, je suis contente que tu sois venu me voir ! Ça m'embête pas du tout! » Elle voulait le rassurer, le réconforter, l'aider mais pour la première fois de sa vie, elle avait l'impression que quelque chose était en train de se dérouler. Quelque chose d'important, quelque chose qui allait avoir un impact sur elle, sa vie, sa routine. Mais son manque d'esprit pratique ne lui permettait pas encore de comprendre d'où cela allait arriver. Ce n'était encore qu'un pressentiment, un peu à la manière d'une prédiction dans les cartes.

Hannah. Juliet connaissait la situation d'Hannah depuis un certain temps sans se souvenir de la durée avec précision. Elle refusait d'y penser, de s'en mêler. Au fond, la peur de perdre ses repères la tenait craintivement à distance de la situation politique. On la disait lâche, il y avait probablement un fond de vérité. A y tremper le doigt, où finirait-elle par se retrouver ? Elle n'était pas assez intelligente pour s'en sortir, ça, au moins, elle en avait conscience. Alors, à ses yeux, ne pas s'intéressait lui épargner les tortures morales car, au fond d'elle même, une petite voix (celle de la raison ?) lui chuchotait que ce n'était pas normal.
Soudain, le comportement de Constantin changea. Elle releva les yeux de sa tasse. Elle vit une étincelle de colère briller au fond de ses prunelles. Elle se surprit à le détailler avec plus d'attention, de précision. Il avait des cernes sous les yeux, une barbe naissante indomptée qui lui donnait un air à la fois sexy et désorienté. Si son expression était colère, elle y ressentit également une forme de désespoir et cela lui brisa le cœur.
« Je- je savais pas que tu n'étais pas encore au courant... Je pensais que tu le savais déjà. » Sa tasse lui échappa des mains et tomba comme au ralentit. Si le café restant éclaboussa le sol, la porcelaine ne se brisa pas – Thibalt, connaissant sa tendance à la maladresse avait ensorcelé tout objet cassable en prévision d'une éventuelle chute. Elle eut soudain peur, sans savoir pourquoi. Elle se sentait parfois tellement inutile, impuissante, fragile – comme à l'époque de Poudlard, avant de rencontrer Theodore. « Je te jure, Constantin. Je pensais que tu le savais depuis longtemps... depuis que c'était arrivé... » En réalité, ce qui était plus proche de la vérité, c'était qu'elle ne s'était pas posée la question de savoir s'il savait. Elle n'avait tout simplement pas imaginé qu'il puisse ne pas savoir.
Avoir croisé Julian Summerfield dans sa boutique, quelques jours plutôt, puis voir la douleur s'imprimer ainsi sur le visage de son cousin, sans compter une multitude d'autres éléments qu'elle avait tenté de tenir à distance mais qui venait quand même troubler son quotidien... Cela lui semblait soudain trop, beaucoup trop. Elle contourna le comptoir pour revenir vers Constantin. « Je ne comprends pas, Constantin, je ne comprends rien. Je sais même pas quoi faire... » Je voudrais juste que tout redevienne comme avant. ajouta-t-elle pour elle-même, sachant bien que c'était un souhait bien puérile et ridicule. Digne d'une lâche, comme les rumeurs le disaient. Son objectif était de minimiser la colère de son cousin. C'était égoïste mais le souvenir de Hannah l'agressant dans le manoir de Lysander lui donna des frissons. Elle se sentait terriblement seule, perdue entre ses repères anciens et son nouvel environnement. Qui était-elle ? Elle n’avait même plus de réponse à cette question. Partagée entre ce qu'on attendait d'elle et ce qu'elle avait envie, elle ne faisait plus rien. Même aller à la boutique ne l'intéressait plus. Elle avait bien trop peur d'y croiser à nouveau un ancien camarade de classe devenu rebut. « Tu peux m'en vouloir, si tu veux. Si ça peut t'aider. Moi, je ne sais pas quoi faire... » lâcha-t-elle en se laissant tomber sur une chaise, en face de Constantin. Elle le regarda, prête à recevoir tous les reproches qu'il avait à lui faire, prête à en prendre pour son grade. Ça, au moins, elle pouvait le comprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Consternation ** Juliet Slughorn** Empty
Ta subite colère s’évapora rapidement, Juliet semblait en état de panique, elle paniquait de te voir si bouleverser, tout en réexpliquant qu’elle pensait que tu avais été mit au courant de la situation depuis. Elle en échappa même sa tasse, tu regardais la tâche brunâtre se répandre contre le sol tel un fléau sur le parquet, tu fixas cette sombre tâche, s’agrandir pour s’éclaircir peu à peu et ça te rassura, durant un moment avant de relever les yeux sur ta jolie cousine, elle regardait à peine sa maladresse, toute son attention était sur toi. Tu levas la main alors qu’elle semblait vouloir se rapprocher de toi, tu te frotta les yeux un instant. Le but de ta visite n’était pas de déversé ta colère contre elle, tu n’avais pas envie de la faire payée pour des choses qui en concernait d’autre. « C’est bon Juliet, je comprends, je m’excuse, je n’ai pas encore dormis, je ne veux pas me mettre en colère, je te crois. » Tu relève la tête vers elle et lui fait un demi-sourire, puis c’est à ton tour de te rapprocher d’elle, elle semble désemparer, tu viens de lui débuter mal sa journée. Tout naturellement, tu glisse tes deux mains contre sa tête, reposant contre sa nuque et tu lui embrasse le front. « Je ne voulais pas te brusquer, c’est idiot, tu n’as rien fait, pardon… » Tes mains quitte sa tignasse et enveloppe son corps un instant en une caresse, puis tu te recules en lui offrant un petit sourire. Alors qu’elle t’offre de lui en vouloir, afin de te facilité la tâche pour finalement te dire qu’elle ne sait pas quoi faire, tu penches la tête sur le côté. « Non Jujube ce n’est pas comme ça que ça fonctionne…Tu sais j’ai de terrible sauts d’humeur, je m’excuse, vraiment. »

Elle ne connait pas la cause de ton humeur, mais elle connait tes humeurs variantes, elle sait normalement te sensibiliser sur autre chose, d’une certaine manière, elle l’a fait de nouveau. Tu te sens mal de l’avoir traité ainsi, tu ne voulais pas la faire paniquer, elle ne le méritait pas au fond. « Je crois qu’il vaut mieux que je dorme, tu sais, moi non plus je ne sais pas quoi faire, Lysander me laissera peut-être aller lui rendre visite pour au moins m’assurer qu’elle est bien traitée, enfin, elle s’est mise dans ce pétrin toute seule. Merci pour le café… Je ne voulais pas m’énerver contre toi cousine, tu sais que je t’aime. » Tu lui embrasse la tempe une dernière fois avant de te reculer d’un bon pied. « Je vais rentrer, j’ai vraiment besoin de dormir, j’ai eu une nuit d’enfer avec ses bestioles. » Elle connait ton travail et hier c’était pleine lune donc tu étais dans cette forêt interdite, entourer de cette lugubre forêt et de toutes ses créatures s’y cachant, tu déteste y remettre les pieds, mais tu est prêt à tout pour en attraper un nouveau par mois, même si cette chasse n’a rien donné cette fois-ci. « Pardon de t’avoir réveillée si tôt, tu sais n’y pense plus, on ne peu rien pour elle, merci de m’avoir écouté, je crois que j’avais surtout besoin de le dire à quelqu’un d’autre, je reviendrais te voir, avec de meilleure nouvelles et plus reposer. » Tu te sens un peu mal, mais bon, Juliet est douce et compréhensible, elle ne t’en tiendra pas rigueur. Tu lui offre un petit clin d’œil avant de passer le seuil de sa porte.

Tu retournes chez toi rapidement, tant pis la douche cette fois-ci, cela fait trop d’heure qui tu n’as pas dormi, tu retire rapidement quelque morceaux pour te laisser tomber entre tes draps, tes paupières se ferment toute seule. Tu t’endors avec ce goût amer dans la bouche. Tu rêve d’une femme blonde attacher comme un chien et tu revois sans cesse cette tâche de café qui se répand de plus en plus sur le sol…

Pardon de cette si longue attente yeux , j'ai été très prise par mon stage et les travaux + examens, si tu veux mettre la réaction de juliet vas-y puis on pourrait clore le sujet potte
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Consternation ** Juliet Slughorn** Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Consternation ** Juliet Slughorn**

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» A disturbing girl | PV.Juliet
» La politesse, tu connais ? [PV Juliet]
» Affrontement(s) au Wizzardstadium ! [Juliet & Pilli]
» Cours de drague [Pv Juliet, Jeremy]
» Discussion entre Gryffondor [Irving, Juliet]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Trésors rpgiques
-