sujet; Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir?

Invité
Invité
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_nfayya2Fe81rns0quo1_500

La journée avait été atrocement longue, ponctuée de rencontres plus ou moins fructueuses pour mon travail. Je préparais activement la prochaine vente aux enchères et j’avais comme toujours pris rendez-vous avec les divers sponsors. Ma soirée s’était terminée par une discussion avec Edwin Mc Alwen, mangemort de son état, sponsor occasionnel. A chaque rencontre, il se montrait courtois à outrance. Cet homme faisait surgir en moi autant d’animosité que de pitié. Il souriait trop, s’excusait d’avantage, me donnait du miss à toutes les sauces. Il transpirait la peur, la peur de mon simple nom, comme si mon père ou Bellatrix se cachait derrière moi, prêts à lui sauter à la gorge s’il faisait un pas de travers. Il m’avait une fois encore demandé pourquoi je ne souhaitais pas prendre un rebut moi-même. Après tout, disait-il, j’étais à une place de choix pour choisir en avant première le rebut qui me conviendrait le mieux. Bien sûr, il avait raison, je les voyais tous passer, j’avais entre mes mains leurs dossiers pour préparer aux mieux leur vente mais jamais il ne comprendrait que j’abhorrais cette pratique. Il était évident qu’une Lestrange se devait d’apprécier le spectacle des sang mêlé et sang de bourbe sur l’estrade. Ma réponse était souvent la-même. Je ne souhaitais pas imposer la présence d’un être aussi vil qu’un sang impur dans la demeure familial. Un elfe de maison était une présence suffisante à la bonne tenue du manoir. Une réponse parfaite pour que la conversation soit close. Une fois les derniers points au clair, je prenais congé pour quitter le ministère, Londres et transplaner. Je me dirigeais vers le nord de l’Angleterre, dans cette petite ville industrielle sans âme mais qui se rapprochait le plus d’un village d’enfance pour moi. J’allais user de ma baguette pour entrer quand je me souvins de la présence d’une intruse ... Severus avait pris un rebut. June Winchester, ancienne Gryffondor, polluait son espace vital depuis quelques temps maintenant. Je trouvais la présence de cette dernière à la fois agaçante et dangereuse. Elle ne voyait en lui que le traître qui avait tué Dumbledore ... Elle ignorait la vérité ... elle ignorait tant de choses que j’entendais ses remarques avec un agacement visible. Moi ? Jalouse ? Sans aucun doute. Il était comme un père pour moi et elle s’évertuait, du moins le peu que j’avais pu la croiser, à le dénigrer sans cesse. A cause d’elle, mes rencontres et mes discussions avec Severus se faisaient plus rares. Personne ne devait se douter du lien qui nous unissait. Voilà pourquoi je frappais à la porte avant d’entrer pour qu’il soit prévenu. Après tout, Severus m’avait donné rendez-vous pour me donner les potions qui maintenaient mon aspect physique ainsi. Avec la présence de June dans ces murs, je préférais le voir à Poudlard quand cela était possible mais depuis que j'avais moi-même quitter l'enceinte du château cela se faisait rarement. Je refermai la porte derrière moi tout en m’annonçant. Professeur ? Sans savoir si June était dans les parages, je ne pouvais prendre le risque de l’appeler Severus. J’espérais néanmoins pouvoir avoir une conversation avec lui, quelques minutes pour être moi-même ...
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
June Winchester
June Winchester
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_n386dvTGPL1rv3a9bo4_250

‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5965
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_mjxippAPrC1qf2zyko5_250 Il y avait des jours où elle regrettait de ne pas avoir réussi à s’enfuir de chez Snape. Des jours où elle avait grandement envie de lui en coller une tellement il l’agaçait. Des jours où elle regrettait simplement d’avoir voulu sauver une fille de son groupe. Elle ne supportait pas être enfermée. Elle ne supportait pas cette maison dont elle connaissait les recoins par cœur. Elle ne supportait plus rien. Snape était devenu beaucoup plus froid avec elle, beaucoup plus détestable aussi et son dos se souvenait encore des douleurs qu’il lui avait infligée pour la punir. Elle sentit la bête en elle se réveiller, elle n’avait pas vraiment digéré que June ne réplique pas comme elle aurait du répliquer. Elle avait toujours apprécié l’aspect violent de la jeune femme et malheureusement pour elle, elle ne l’avait vu qu’une seule fois lors de son combat contre l’autre loup juste avant d’être proclamée rebut à vendre. La rouquine frissonna réprimant un accès de colère contre la pauvre étagère du salon. Chez les insurgés, elle se serait prise un moment pour respirer loin de tout ça. Elle se serait éloignée du camp pour éviter de s’en prendre inutilement aux autres et aurait profité d’une après-midi dans la forêt histoire d’éviter de casser tout ce qui bougeait. Mais à l’heure actuelle, elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait rien faire d’ailleurs à part arpenter la maison en attendant que Snape soit de retour. Il avait d’ailleurs décidé de totalement l’ignorer, si elle devait prendre cela comme une autre punition, c’était raté. Ne plus l’entendre la reprendre à longueur de journée lui faisait des vacances et elle était persuadée que lui aussi retirait de tout ça une certaine satisfaction. Vous êtes content, vous avez pu montrer votre force aux autres… vous êtes lamentable. C’était ce qu’elle lui avait craché à la figure lorsqu’il l’avait ramené chez lui, juste après sa punition. Elle avait senti qu’il lui en fallait encore un peu pour qu’il lui donne la deuxième correction de sa vie, mais elle avait abdiqué trop rapidement. La douleur qu’elle avait ressentie avait été suffisamment forte pour elle pour qu’elle n’en redemande pas. Elle regrettait sa maladie par moment, elle aurait pu le regarder avec toute l’insolence du monde sans ciller une seule seconde.

À l’heure actuelle, il lui semblait que Snape était à la cave. Elle avait entendu du bruit alors qu’elle rangeait pour la énième fois les livres du directeur de Poudlard sur ses étagères. C’était une de ses manie, il ne supportait pas que la poussière se dépose sur ses précieux livres aussi il demandait à June de le faire une fois tous les deux jours. En fait, elle ne savait pas si ça relevait du TOC ou si c’était simplement pour l’embêter. La Gryffondor pouvait donc passer la journée là-dedans, éternuant de temps à autre et commençant à faire cet ordre les yeux fermés, connaissant par cœur les titres qu’elle avait vu depuis ses premiers jours chez lui. Elle sursauta lorsqu’elle entendit qu’on tapait à la porte et qu’on entrait. June leva les yeux au ciel. C’était un peu la provocation du directeur de Poudlard : il laissait le verrou ouvert tout en sachant qu’il avait bloqué l’accès à la rouquine. Tentation constante, mais frustration puissante. June avait du l’injurier une bonne dizaine de fois lorsqu’elle découvrit l’entourloupe. Professeur ? Cette voix. C’était la fille qui venait sans arrêt voir Snape. Elle lui tapait un peu sur le système. Il lui semblait qu’elle était en amour devant le professeur en question et ça l’agaçait. June se leva et vint à sa rencontre. Elle se trouvait de dos à elle. La rouquine se racla la gorge. « Il est pas là pour le moment. » Fit-elle le ton légèrement froid. « Je peux prendre un message ? » Elle pencha la tête sur le côté tout en regardant le dos de la brunette. Elle n’avait pas envie de se montrer aimable avec qui que ce soit. Elle savait qu’elle mentait sur la présence de son maître, mais elle s’en moquait.

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.


Dernière édition par June Winchester le Jeu 29 Jan 2015 - 22:51, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
J’observais ce couloir que j’avais longtemps arpenté durant mon enfance. J’avançais, écoutant le moindre bruit, le moindre crissement du bois du parquet mainte fois foulé. La maison n’était pas bien grande mais elle était suffisante pour son propriétaire. Je pouvais avancer les yeux fermés mais je n’en faisais rien de peur d’être interrompue dans mes souvenirs par June, son rebut. Ces moments de nostalgie étaient aussi fugaces que le sourire qui éclaire mon visage au peu de souvenirs heureux qui peuvent me revenir. Je rabaissai la capuche de ma cape, libérant ainsi mes cheveux bruns. Mon attention fut rapidement attirée par un bruit de pas derrière moi. Ma main s’était rapidement placée, mais sans aucun geste brusque, vers la poche de ma robe de sorcier où se trouvait ma baguette jusqu’a ce que je reconnaisse la voix de la rouquine vendue à Severus. June. Aussi aimable que ma mère, voilà qui me changeait ... ah, ironie, quand tu nous tiens ... mais nous pouvions être deux à être désagréable. Voilà pourquoi je me retournais vers elle, le sourire aux lèvres. Bonjour à vous aussi. Bonjour, pratique élémentaire des bonnes manières. On pouvait reprocher beaucoup de choses à l’éducation que j’avais reçue, j’avais moi même beaucoup de chose à dire à ce sujet, mais pas les bonnes manières, la bienséance, les us et coutumes de l’élite sorcière que je devais représenter.  Pas de message, je vous remercie mais vous pourriez prendre ma cape et me porter un thé dans le salon où je vais l’attendre. Car non, je n’avais pas l’intention de laisser un simple message et de m’en aller. Il m’avait donné rendez-vous et si ce n’était pas la première fois qu’il me faisait faux-bond, je tenais à ennuyer un peu June qui avait eu la malchance, d’entrée de jeu, de se montrer revêche avec moi alors que ma journée n’avait pas réellement été un long fleuve tranquille. Ô, croyez bien que je me doutais que la sienne avait dû être particulièrement mauvaise aussi mais, en ce qui me concernait, je n’avais pas usé d’un ton désagréable à son encontre. Je savais pertinemment que June n’était pas un elfe de maison mais, en me demandant si elle avait un message à prendre, c’est le rôle qu’elle se donnait. Etant une demoiselle parfaitement polie, j’étais tout simplement allée dans son sens. J’ôtai donc ma cape mais ne lui fis pas l’affront de la lui tendre. Je me doutais qu’elle n’allait pas exécuter mes demandes du moins pas sans m’avoir fait comprendre qu’elle n’était pas à mon service. Avez-vous une idée de l’heure de son retour ? J’attendais, non sans une certaine impatience, qu’elle me rétorque qu’elle ne tenait pas son agenda ou qu’elle n’était pas sa femme et que, par conséquent il ne la prévenait pas de ses horaires exacts. Severus était le Directeur de Poudlard, il était très occupé. J’espérais néanmoins qu’il n’annulerait pas cette fois-ci. J’avais besoin de ces potions, certes, mais au fond je ne venais pas pour cela et j’espérais qu’il en était pleinement conscient. Après tout, si je ne prenais pas ses potions, qu’arriverait-il ? Certainement autant de mal que de bien. De toute façon, Severus n’avait jamais loupé une seule livraison et ma “mère” non plus, elle tenait trop à notre petit secret pour le voir s’éventer par simple manque de potions.
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
June Winchester
June Winchester
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_n386dvTGPL1rv3a9bo4_250

‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5965
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_mjxippAPrC1qf2zyko5_250 June grogna lorsqu’elle la salua. Elle n’avait pas pris la peine de lui rendre la pareille ou de le faire en premier lieu, elle pouvait être sûre que Snape allait s’en prendre à elle pour cette faute qui lui semblait tant impardonnable à ses yeux. Elle n’avait pas envie de se montrer aimable avec les mangemorts, ni avec son maître ni avec les prétentieux qu’il recevait. Et surtout pas en ce moment. Elle la fusilla du regard souhaitant plus que tout lui faire ravaler ce sourire. Elle resta silencieuse, se contentant de l’observer. Elle devait se calmer pour son propre bien. N’avait-elle pas suffisamment appris ces derniers temps ? Elle était loin la guerrière June, celle qui arrivait à prendre des coups sans broncher, maintenant elle craignait plus que tout la douleur. Cette douleur qui lui était inconnue depuis des années. Lorsque la jeune femme lui ordonna de prendre sa cape et de lui préparer un thé, elle eut un moment d’hésitation. Devait-elle une fois de plus se montrer insolente ou abdiquer ? La jeune femme poussa un soupir préférant capituler, ignorant les protestations de la louve en elle.

Elle finit par s’avancer vers la brune et l’aida à se débarrasser de sa cape qu’elle alla accrocher sur le porte-manteau du salon. Elle balaya des yeux la pièce, elle était encore en désordre et elle savait que si elle mettait l’invitée de Snape là-dedans elle aurait droit à une avalanche de reproche. Comme d’habitude. Elle revint auprès de la jeune femme et consentit finalement à ouvrir la bouche. « Par contre, si vous voulez bien me suivre, le thé sera servi dans la cuisine plutôt que le salon. » Inutile de préciser pourquoi le salon n’était pas disponible, elle n’avait pas à le savoir. Principalement parce que June n’avait pas envie de voir la brunette être dans ses pattes alors qu’elle continuait de ranger les étagères. Elle ne supportait pas qu’on l’observe travailler et pire encore, ça la rendait nerveuse. La mangemort finit par lui demander quand est-ce qu’il allait être de retour, June baissa un instant la tête sachant pertinemment qu’elle allait très certainement se faire punir pour le mensonge qu’elle lui avait dit. « Il n’a pas cru bon de m’en informer. » Fit-elle. « J’ignore parfaitement quand est-ce qu’il va rentrer. » Ni trop froid, ni trop arrogant. Du moins c’était ce qu’elle espérait. Sans plus attendre, elle conduisit la jeune femme dans la cuisine de son maître et prépara la bouilloire qu’elle posa sur le poêle. Elle chercha une tasse dans le placard qu’elle posa sur une petite assiette le tout sur la table de la cuisine. « Vous prenez du sucre ? » C’est bien, essaie d’être aimable, ça atténuera la colère de Snape si jamais il remonte et qu’il apprend que tu as menti. Elle tenta un sourire, mais abandonna rapidement en songeant que ça devait plus ressembler à une grimace qu’autre chose. Elle se détourna une nouvelle fois de la jeune femme pour chercher la boîte qui contenait le thé de Snape. Les odeurs qui s’en échappaient lui chatouillaient le nez, mais elle adorait ça. Elle la posa sur la table, non loin de la théière attendant que l’eau se mette à bouillir. Elle songea pendant un instant à abandonner la demoiselle pour reprendre ce qu’elle faisait, peu à l’aise en présence d’un partisan de face de serpent. Ils avaient tous tendance à lui mettre les nerfs en pelote.

Spoiler:
 

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.


Dernière édition par June Winchester le Dim 8 Fév 2015 - 18:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Touché ! J’avais fait mouche en soulignant son oublie, qui en réalité n’était pas si impardonnable que ça mais qui m’amusait beaucoup. Malgré son regard assassin il allait être compliqué de me retirer le sourire que j’avais aux lèvres pourtant June ne semblait pas vouloir entrer dans une joute verbale ce qui me désolais un peu. Bien que je sois une fille « modèle », en apparence du moins, j’appréciais agacé ma tendre mère –hrm- avec quelques pics bien placés qui faisaient mouche à chaque fois. Je n’avais pas beaucoup de mérite la simple vue de mon visage avait une légère tendance à l’agacer, alors que j’ouvre la bouche en sa présence était un outrage. Concernant June je n’avais nullement l’intention d’aller raconter quoi que ce soit à Severus, il connaissait ma désapprobation sur sa présence ici et je n’allais pas le lui rappeler tous les jours à moins qu’il ne me questionne à son sujet. J’avais bien assez à faire avec mes problèmes personnels pour y ajouter ceux d’une autre. La rousse, non sans exprimer son mécontentement en silence s’approcha de moi et prit ma cape. C’est toujours avec le sourire que je la regardais faire. Je vous remercie. Il était évident que j’aurai pu le faire moi-même mais cela apprenait à June que je n’avais pas l’intention de « jouer » avec elle. Je l’observais, tout comme j’observais furtivement le salon. Le désordre m’importait peu, l’étroitesse de l’endroit entraînait souvent ce genre de désagrément, mais je posais les yeux quelques secondes sur la biche posée sur la cheminée. Elle n’avait pas bougée d’un centimètre, elle trônait fièrement à sa place, comme toujours. Je replaçais une mèche de cheveux derrière mon oreille quand June m’annonça que le thé serait pris dans la cuisine, je me retenais de m’y rendre moi-même, sachant parfaitement ou se trouvait la pièce et laissait le rebut jouer les elfes en me montrant le chemin. Je vous suis. Elle ignorait quand il reviendrait, j’espérais néanmoins qu’il la prévenait lorsqu’il ne rentrait pas. J’avais certes du temps mais je n’avais pas l’intention de passer ma soirée et ma nuit ici. Je l’aurai fait si j’avais été seule mais pas avec elle. J’observais ses gestes tant de fois répété durant toutes mes visites et séjours ici, si j’étais d’une nature plus jalouse encore je dirai que le rebut me remplaçait mais ce n’était pas le cas. Severus et moi entretenions une relation plus… chaotique mais beaucoup plus précieuse à mes yeux. Non, je vous remercie. Mais, sortez une seconde tasse, vous n’allez pas me laissez prendre seule le thé. Savez-vous ou le Professeur cache ses gâteaux ? Dans une boîte en fer en haut de l’étagère de gauche juste au-dessus de l’évier… Lorsque j’étais arrivée ici il ne les cachait pas mais ma gourmandise avait eu raison de ses réserves à de nombreuses reprises, depuis il les mettait en hauteur, comme si cette précaution suffisait… Souvenir tendre et drôle. Je n’avais nullement l’intention de rester seule à l’attendre, June, même si elle n’était pas dans le top ten de mes connaissances préférés ferait parfaitement l’affaire. Vous semblez avoir pris vos marques ici. Le professeur Snape est-il aussi réservé en privée qu’en cours ? Un bon moyen d’entamer la discussion et de tenter d’en découvrir un peu plus sur June. Ce qu’elle me dirait ne serait sans doute pas vrai, elle n’allait pas me parler en mal de lui j’en étais consciente mais c’était un début.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
June Winchester
June Winchester
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_n386dvTGPL1rv3a9bo4_250

‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5965
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_mjxippAPrC1qf2zyko5_250 Elle ne s’attendait pas à ce que la jeune femme qu’elle avait en face d’elle lui demande d’en sortir une seconde pour elle. June en fut tellement surprise qu’elle manqua de masquer ses émotions, laissant échapper un air étonné apaisant le loup qui sommeillait et le faisant taire pour le reste de la journée. La rouquine mit un certain temps avant de comprendre sa question. Les gâteaux. Elle était tombée sur une boîte en fer qui en contenait un certain nombre la dernière fois qu’elle avait dû astiquer la cuisine. Elle hocha rapidement la tête avant de se diriger vers le placard en question, perdue dans une intense réflexion sur pas toutes les personnes qui passent ici sont dénuées de bon sens. Elle était trop habituée aux regards de dégoût et au mépris des uns et des autres à son encontre. Tellement trop qu’elle avait développé cette carapace qui faisait un peu brute de décoffrage. De toute façon, même avant de se faire capturer par des mangemorts, elle n’avait pas été la plus aimable des personnes avec eux. June prit la boîte remplie de gâteaux et alla se chercher une tasse, elle déposa le tout sur la table, juste à côté de l’autre avant de se tourner vers le poêle vérifiant que l’eau ne se mette pas à déborder. Elle finit par reporter son attention sur la jeune femme. « Servez-vous ! » Fit-elle en désignant les gâteaux. June s’avança vers la théière et ouvrit la boîte à thé. « Qu’est-ce que vous préférez ? » Elle la présenta à la jeune femme. « Thé typiquement anglais ou thé de Chine ? » Et ce fut à ce moment précis qu’elle lui posa une question à laquelle la rouquine ne s’attendait pas. June resta un moment interdite, évaluant si la jeune femme était sérieuse ou si elle faisait simplement la conversation histoire de passer le temps.

« Eum… » Elle se connaissait plus loquace que ça. « Je ne connais que ça à vrai dire. Ça fait un moment que je n’ai plus pris la peine de sortir. » Inutile de préciser qu’elle n’avait pas spécialement le droit de s’aventurer dehors sans quoi, ce maudit tatouage la ramènerait immédiatement chez Snape. Elle en avait la douloureuse expérience il y a quelques temps de cela. Machinalement, elle passa une main sur sa nuque comme si elle sentait encore cette douleur cuisante. « Il n’est pas si différent des cours. J’ignore s’il a une autre personnalité qu’il cache, mais je l’ai toujours connu assez distant avec les gens alors… » Elle haussa les épaules. Tout ce qu’elle retenait de lui était qu’il avait froidement assassiné Albus Dumbledore et que beaucoup – dont elle – lui en voulaient. Et elle se retenait bien d’aborder le sujet avec lui, elle n’était pas sûre d’avoir la réaction adaptée selon ses réponses. Pour elle, c’était un traître point. « Et vous ? Vous le connaissez depuis longtemps ? » Simple retour de politesse, elle n’était pas sûre qu’elle lui dirait la vérité, mais ça permettait qu’il n’y ait pas de blanc entre elles. « D’ailleurs, j’ai une terrible mémoire, mais vous vous appelez comment ? » Histoire qu’elle puisse commencer à identifier les personnes qui rendent visite à Snape et qu’elle ne se contente plus de décrire simplement à quoi ils ressemblent.

Malgré tout, June guetta des bruits venant du sous-sol et essaya de se rassurer en se disant qu’il avait demandé à ne pas être dérangé pour quoi que ce soit. Cela étant, elle savait pertinemment que s’il remontait et qu’il voyait la jeune femme avec June, la rouquine en prendrait pour son grade bien plus tard. Elle se mordit l’intérieur de la joue et alla s’occuper de retirer l’eau qui bouillait avec intensité qu’elle versa par la suite dans la théière.

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.


Dernière édition par June Winchester le Jeu 29 Jan 2015 - 22:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Je n’avais jamais arboré un masque de dégout envers qui que ce soit. J’étais une Lestrange, une sang-pur, une adhérente et je travaillais pour les enchères voilà qui aurait suffi pour faire de moi une personne suffisante mais il n’en était rien. Oui, bien sûr, j’avais un port altier, de bonnes manières et un regard fier mais rien de condescendant, jamais. Elle semblait étonnée de ma demande ce qui m’amusait encore plus. Je me doutais bien qu’elle ne croisait pas, tous les jours, des mangemorts bien attentionnés entre ses murs. Severus avait, en règle générale, peu de visite et celle qu’il avait n’était pas vraiment les personnes les plus souriantes que cette terre ait jamais portées. De plus le professeur de potion à présent directeur leur offrait rarement du thé avec des petits gâteaux. Je la laissais se remettre de ses émotions tout en observant tout autour de moi tous ces détails qui se rappelaient à moi. La tasse en elle-même était tout un souvenir, tout comme cette boîte métallique qu’elle posait face à moi. La demoiselle m’invita à me servir et je regardais, avec gourmandise, le choix qui s’offrait à moi. Je prenais le premier venu sachant que, de toute façon étant une proche parente des estomacs sur pattes tout me convenait parfaitement. Je la remerciais d’un sourire avant de répondre à sa question. Qu’importe. Je vous laisse le soin de choisir. Je n’ai qu’une exigence c’est qu’il soit fruité. Je compte sur votre odorat développé pour me trouver ce qu’il faut. Tout comme pour la nourriture, mes goûts concernant le thé étaient très variés, mais à cette heure je préférais quelque chose de fruité et d’agréable avec des petits gâteaux. Connaissant le dossier de la demoiselle je savais que sa « nature » lui conférait un odorat plus développé que le commun des mortels ce qui, dans le cas présent, l’aiderait sans doute à faire le bon choix. Je croquais dans le gâteau attendant qu’elle me réponde, elle semblait étonnée que je m’intéresse à elle. Elle ne sortait plus beaucoup, à dire vrai, quand bien même elle aurait pu sortir librement sur un certain périmètre, il n’y avait pas grand-chose dans ce quartier à découvrir. Tout comme vous, depuis mes années d’étude à Poudlard. J’ai sans doute pu apprécier un caractère disons plus… souple à l’égard des membres de ma maison. Parce que oui, ce n’était un secret pour personne que Severus était plus « coulant » avec les Serpentard même si dans l’ensemble il restait, en effet quelqu’un de très distant. Distant… malgré tout, c’est ce qu’il souhaitait que je fasse mais j’en étais bien incapable. Il était pour moi ma seule famille. Mon unique bouée de sauvetage, celui qui connaissait la vérité, qui me connaissait moi et pas seulement la jeune fille de bonne famille que je laissais paraître. Alors qu’elle me demandait mon nom je lui offrais un regard surpris à mon tour. Mais c’est sans perdre mon sourire que je lui demandais. Je suis étonnée que vous ne vous souveniez pas de mon nom. D’habitude les rebuts ne m’oublient pas. En bien ou en mal les rebuts se souvenaient souvent de moi. Pour beaucoup j’étais la vendeuse. Celle qui vérifiait leurs préparations et qui organisait toutes ces ventes aux esclaves. Sans compter que mon nom n’aidait en rien à mon anonymat. Au fond savoir que June ne me reconnaissait pas était plutôt rafraichissant. Oui en définitive plus que de la surprise cela m’amusait. Jouons si vous le voulez bien. Cela nous distraira jusqu’à ce que le professeur Snape ne revienne. Autant m’amuser pleinement. Premier indice, je fais partie des familles de sang-pur qu’on appelle les 28 sacrées. Une indice de taille, ça éliminait tout de même beaucoup de sorciers !
Revenir en haut Aller en bas

HERO • we saved the world
June Winchester
June Winchester
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_n386dvTGPL1rv3a9bo4_250

‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5965
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Tumblr_mjxippAPrC1qf2zyko5_250 June eut un léger temps d’arrêt à cette allusion à peine voilée. Elle ne savait pas si elle devait s’y attarder ou si c’était une remarque qui n’avait aucun rapport avec sa particularité. Un sourire nerveux naquit sur ses lèvres avant de laisser tomber dans la théière le sachet de thé de Chine. Un thé que Snape ne voulait pas vraiment qu’elle touche puisqu’il était – selon lui – très cher aussi elle n’avait pas le droit d’en boire. Elle le soupçonnait de lui avoir menti sur la valeur des sachets dans le simple but de la voir finir le thé anglais qu’il savait qu’elle trouvait absolument infâme. Tant pis pour cette fois. Elle prendrait le prétexte d’une invitée pour justifier son utilisation. La brune lui répondit qu’elle non plus ne le connaissait pas autrement et elle hocha la tête à l’allusion à la maison des serpentards. Il était vrai qu’il avait largement sa préférence et que c’était bien quelque chose qui l’avait toujours agacée sans savoir si c’était parce qu’elle avait toujours considéré les Serpentards comme des rivaux ou simplement parce que le comportement de Snape à l’égard des autres maisons étaient inacceptables. « Ah sa maison… autant ne pas y toucher. » Fit-elle en souriant à la jeune femme. La maison Serpentard, chose très sacrée pour le professeur Snape. June se demandait si en étant directeur de l’école, il agissait toujours autant avec favoritisme envers sa maison. Vu le gouvernement en place, elle se doutait que oui.

June vérifia l’eau dans la théière, elle avait pris une jolie couleur ambrée signe que le thé était prêt. Elle retira le sachet qu’elle jeta à la poubelle et versa la boisson dans les tasses laissant s’échapper la douce odeur de ce thé noir si particulier et si cher au cœur de Snape. Elle bloqua son geste lorsqu’elle lui répondit enfin sur son identité. Enfin… sur un indice qui concerne son identité. D’habitude les rebuts ne m’oublient pas. Elle eut du mal à arrêter sa main de trembler. Elle travaillait pour le ministère probablement, dans le service qui s’occupe des rebuts… d’eux. June redressa la tête et tenta un léger sourire qui mourut instantanément sur ses lèvres. Si elle s’occupait des rebuts, elle avait forcément du la voir alors pourquoi est-ce qu’elle ne se souvenait pas d’elle ? La rouquine rêvait encore de ses moments à Azkaban et de sa préparation au combat de loup. Y était-elle pour quelque chose ?

Puis elle parla de jouer. June se mordit l’intérieur de la joue, elle n’avait pas envie de jouer. « Alors jouons. » Murmura-t-elle en poussant la tasse en direction de la brune. Machinalement, elle alla prendre deux sucres qu’elle fit glisser dans son thé attendant la suite. Ô joie, elle se trouvait en présence d’une sang pur. Une sang pur. De quelle famille pouvait-elle être ? À en croire son statut, ce devait être une famille sympathisante à Lord Voldemort sinon elle ne se présenterait pas devant ses yeux. Pas de la sorte. « Et vu que vous vous baladez comme ceci, je suppose que votre famille est bien placée et dans le cœur de votre Magister ? » Finalement, elle avait presque envie que Snape débarque. Là, maintenant. Elle se ferait probablement remonter les bretelles une fois la brune partie, mais au moins, elle n’avait pas à deviner quel était son nom de famille. C’était dommage, c’était la première fois qu’elle avait un vrai dialogue avec cette fille. « Ça fait tout de même beaucoup de possibilité. Vous êtes trop brune pour être une Malfoy du coup on élimine cette possibilité. Dans mes souvenirs les Black n’ont pas de fille de votre âge. Les Nott n’ont qu’un fils... » Elle grimaça au souvenir de Théodore Nott. Lui le jour où elle lui mettrait la main dessus, il allait salement en baver. « Vous avez un autre indice à me donner ? » Par la même occasion, elle poussa la boîte en fer contenant les gâteaux en direction de la jeune femme. June se sentait toujours autant mal à l’aise et songeait très sérieusement à écourter la conversation. Elle voulait un nom et la voici en train de jouer aux devinettes. C’était tellement étrange.

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Nous ne jouions pas avec les mêmes cartes et j’en avais pleinement conscience. Elle réagissait à la moindre de mes réflexions sans savoir si je connaissais la réalité ou non. Au fond je m’amusais assez de ces petits jeux de regards, tantôt surpris tantôt nerveux. Depuis son arrivée en ces lieux j’avais tout fait pour qu’elle ne voit pas mes visites comme quelque chose de régulier. Pour nos « échanges » je  rendais visite à Severus à Poudlard ou même à Herpo Creek, chez moi, le tout étant que nous n’attirions l’attention de personne. Dans mes souvenirs, il en était de même pour les directeurs des autres maisons.   Certes de façon moins prononcé que Severus mais, si je parvenais toujours à éviter qu’on ne me remarque pour de mauvaises intentions j’avais observé chaque professeur agir et réagir face à toutes sortes d’infractions au règlement.  McGonagall, que je respectais beaucoup, n’était pas toujours un modèle d’impartialité lorsqu’il s’agissait des réflexions à l’encontre des étudiants. Beaucoup moins flagrant, avec plus de parcimonie oui mais les faits étaient là, il était humain que chaque directeur protège ses élèves. Une fois la tasse remplie, je rapprochais celle-ci de moi profitant pleinement de l’odeur délicieuse de ce thé noir. Elle avait choisi le thé de Chine, bon signe pour moi, elle souhaitait visiblement prolonger notre conversation, sinon elle se serait contenter d’un thé anglais qu’on boit sans même se soucier de son goût. Je ne relevais rien à son tremblement ni même à son regard ou son petit sourire qui l’aidait sans doute à masquer son trouble, c’était un échec  face à moi. Oui je l’avais vendu. J’avais accordé à Severus le « plaisir » de sa compagnie avec trois coups de marteau mais comme beaucoup de rebut elle ne m’avait pas observé. Certains me fixaient pour être sûr que je n’oublie jamais leurs visages et d’autres n’observait rien ni personne, fixant un point imaginaire pour que leur esprit  s’évade à défaut de leur corps. En revanche je n’étais pour rien dans la préparation que subissaient les rebuts, encore moins les entraînements des lycans. Elle avait maintenant accepté de jouer et tout en l’écoutant j’avalais une gorgée de thé. Je répondais, amusée par ses réflexions. En effet. Oui, les Lestrange étaient bien placé auprès du Lord, mais ce n’était en rien grâce à moi et encore moins grâce à ma mère qui, bien qu’elle était fière d’être une sang-pur n’était pas extrémiste et ne faisait pas partie des mangemorts. Il n’y a qu’un descendant masculin chez les Malfoy et plus aucun chez les Black. Draco et son fils maintenant bien que celui-ci soit né hors mariage… et hors convenance d’ailleurs. Concernant les Black, il n’y avait que des femmes encore en vie. Pour les Nott il n’y avait bien qu’un seul descendant masculin, Théodore que je connaissais très bien.  Et bien, malgré notre manque de ressemblance capillaire, Draco Malfoy se voit être mon cousin par alliance.   Du côté de sa mère qui était la sœur de ma tante… Cela ne faisait pas de lui un « réel » cousin mais les liens familiaux chez les sangs-pur étaient parfois bien complexe. Que Morgane en soit louée, ma tante et mon oncle n’avait pas eu d’enfant et Andromeda faisait à présent partie des indésirable à cause de son mariage. En étant relié à Draco j’étais également relié à l’enfant de Rémus et Nymphadora… que voulez-vous le monde des 28 sacrées était minuscule… Si cela peut vous aidez, j’ai deux frères, l’aîné, qui a trois ans de moins que vous a également fait ses classes à Serpentard.   Comme tous les Lestrange. En attendant qu’elle ne découvre mon identité je reprenais un gâteau et buvais encore une gorgée de thé. Même si ces devinettes étaient plaisantes j’espérais que Severus finisse par arriver, j’avais une question qui me brûlait les lèvres et je devais là lui poser.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Dans la cave Snape testait un nouveau sortilège, destiné à ralentir quiconque tenterait d'approcher de son foyer sans que sa présence n'ait été au préalable considérée comme étant tolérée. Une façon d'éviter que des événements désagréables ne se reproduisent. De même qu'il avait prévu que sa rebut ne puisse pas s'échapper après la dernière petite tentative d'évasion qu'elle avait mise au point. Combien de temps avait-il travaillé sur ce maléfice ? Il n'en avait aucune idée et ce n'était pas plus mal. Ne pas voir la face de sa rebut n'était qu'un soulagement pour un Severus qui regrettait d'avoir dû la punir de la façon qu'il l'avait fait. Et pourtant en y réfléchissant un instant il considérait qu'il avait été plutôt correct avec elle, n'ayant jamais abusé de sa situation pour l'humilier plus qu'il ne l'aurait fait d'ordinaire et surtout qu'il ne l'avait pas martyrisée. Mais l'ingrate avait tenté de s'enfuir et il avait dû la sanctionner pour ça. Depuis la dynamique, déjà bien fracassée, de leur relation dysfonctionnelle avait déraillé complètement et Severus évitait au maximum le contact de sa rebut, lui ordonnant ça et là des injonctions qui occupaient une longue partie de ses journées et qu'il lui faisait recommencer le lendemain. Il espérait qu'elle comprendrait qu'il tentait d'éviter de lui donner des traitements inhumains contrairement aux autres propriétaires, mais à la façon dont elle le regardait il savait bien qu'il n'en était rien. Décidant que ses efforts étaient suffisants pour l'heure il remonta en direction du salon. Ce n'est qu'à mi-chemin qu'il entendit une voix légèrement déformée par la distance et qui n'était pas celle de sa rebut, en un instant sa baguette avait été sortie de la poche de sa robe et il avançait à pas de velours, sans un bruit, jusqu'à la porte du salon alors que le bruit de vaisselle se reposant sur un dessous de tasse tintait à ses oreilles. Tel une ombre il sortit du couloir pour faire face à un visage qu'il aurait préféré ne pas voir en discussion avec sa rebut. « Guenièvre, que faites-vous ici ? Le Maître vous envoie je présume ? » demanda-t-il la voix légèrement plus grave qu'à l'accoutumée, ses yeux perçants se dirigeant vers sa rebut. Sa baguette toujours à la main il la pointa vers elle, menaçant. Ses pas étaient lents mais précis, il s'approchait d'elle comme un prédateur le ferait sur la proie qu'il dégusterait le soir même. « As-tu cru que la visite était pour toi rebut ? » questionna un Snape d'une voix pernicieuse. Elle prenait de plus en plus d'initiative et ce n'était pas pour lui plaire. « Nocturna Tormenti. » murmura-t-il alors que sa baguette s'éloignait du visage de sa propriété maintenant condamnée à des nuits de cauchemars. Le sortilège était une de ses dernières inventions. Il venait de passer des jours à le tester sur des rats qui avaient fini par se laisser mourir de privation de sommeil plutôt que de fermer l'oeil et de se retrouver confrontés une fois de plus à des images terrifiantes. « Puis-je savoir pourquoi je n'ai pas été prévenu de l'arrivée de Mademoiselle Lestrange ? » le ton dans sa voix n'invitait pas vraiment à la conversation et, il l'espérait, ne donnerait pas à la Winchester des envies de défi. Son excuse avait intérêt à être solide si elle ne voulait pas qu'il l'affame en plus de lui fournir des cauchemars.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir? Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Impasse du tisseur : Aurais-je ma dose ce soir?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» gia +" je lui aurais volontiers pardonné son orgueil s'il n'avait pas blessé le mien."
» IUKHA ⊱ leave out all the rest.
» Claes ✉ Excuse-moi tu n'aurais pas un salameche , que je puisse allumer mon mystherbe ?
» [Université] "Je n'aurais jamais cru te revoir, et pourtant..." [EunJi Hoseok / Shin Hoseok][Terminé]
» » Je n'aurais plus jamais honte... « || Schame

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Trésors rpgiques
-