sujet; ϟ where my demons hide. (theodore)
MessageSujet: ϟ where my demons hide. (theodore)   ϟ where my demons hide. (theodore) EmptyDim 23 Nov 2014 - 17:25

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
Theodore aldus Nott
feat Dylan O'Brien • crédit tearsflight

Death Eaters • Prédéfini
• nom complet ; theodore aldus nott, nom connu et reconnu dans le monde sorcier, notamment grâce à son ancêtre, Teignous Nott, possible auteur du célèbre registre des sang-pur. Si son oeuvre est extrêmement connue dans le monde sorcier, sa descendance a souhaité suivre ses pas en s'illustrant tout autant. C'est ainsi que Tobias Nott est devenu l'un des premiers partisans de Lord Voldemort dès son apparition, pensant trouver la gloire. Il a été naturel que son fils, Theodore, brille à son tour dans les rangs des mangemorts, devenant à ce jour, l'un des plus jeunes à avoir eu le privilège d'être marqué. • surnom(s) ; theo, pratiquement devenu son appellation d'usage. Si le jeune homme n'a jamais exigé qu'on l'appelle ainsi, il n'en est pas moins satisfait de voir son prénom, Theodore, qu'il apprécie peu, être délaissé. Aujourd'hui, rares sont les personnes qui l'appellent par son prénom, le seul à vouloir garder ce privilège est son père, attaché au prénom choisi par son épouse avant de rendre son dernier soupir • naissance ; il a toujours été d'usage que les Nott voient le jour dans le manoir familial, situé à Herpo Creek, village autrefois côtoyé par les moldus, au grand mécontentement des Nott. Theodore a donc vu le jour dans la chambre parentale du manoir, le premier novembre de l'année mille neuf cent quatre-vingt. Funeste jour dédié aux morts, selon les moldus, et comme pour prouver les croyances des hommes, c'est en ce jour précis que sa mère est morte, succombant à cet accouchement. • ascendance ; sang pur, personne n'a jamais osé remettre en cause la pureté du sang des Nott et ce depuis des générations. Le liquide rouge qui coule dans les veines de Theodore est devenu un privilège, une chance que tous les sorciers n'ont pas. C'est désormais une fierté pour tous les partisans du Magister, un véritable trésor auquel Theodore n'a jamais prêté la moindre attention. • camp ; voldemort, ça sonne comme une évidence. Theodore ne pouvait pas y échapper : fils d'un mangemort actif et reconnu, élève de serpentard, autant de clichés qui font de lui le candidat idéal pour soutenir le Magister. Le fait est que Theodore ne s'est jamais posé de questions sur son allégeance. Il était normal de suivre les traces de son paternel, d'approuver ses idées et de s'y tenir. • métier ; effaceur, malgré son jeune âge, Theodore a très vite été mature et d'une sagesse remarquable. C'est de cette manière qu'il a reçu sa marque de mangemort et qu'il a pu rejoindre les rangs des effaceurs. En quelques mois, il était devenu l'élément le plus prometteur des troupes, se détâchant de ses collègues de par son manque de pitié et d'empathie vis-à-vis de ses victimes. • réputation ; fils Nott, rien que le nom est poursuivi par des rumeurs : celle d'une malédiction, d'une incapacité pour les épouses Nott de mettre au monde sans périr. Theodore, plus particulièrement, a la réputation d'être l'un des plus jeunes mangemorts de l'histoire. Le jeune homme a obtenu ce titre grâce à une participation active lors de la célèbre Bataille de Poudlard. Reputé comme étant un mangemort cruel et impitoyable, le jeune homme est craint pour son manque d'empathie. • état civil ; célibataire, éternel solitaire incapable de partager son existence avec une personne autre que lui-même. Non pas par égocentrisme, au contraire par sollicitude pour cette pauvre fille qui pourrait devenir son épouse. Malgré des tentatives de la part de son père, c'est l'un des rares points non-négociables pour Theodore, il refuse de se fiancer. • rang social ; mangemort, un honneur pour le père, un devoir pour le fils. Rejoindre les rangs des partisans du Lord a été si naturel que Theodore n'a jamais pensé qu'il était difficle de devenir mangemort. Pourtant, le fait est que l'héritier Nott est un privilégié, l'un des rares à avoir obtenu la ténébreuse marque aussi jeune, même certains adultes, sorciers accomplis n'auront jamais cette chance. • particularité(s) ; aucune, si ce n'est celle d'avoir un manque de pitié et de sensibilité flagrant. • patronus ; aucun, il n'a jamais été capable d'en créer un, comme tout bon mangemort accompli. S'il a pourtant essayé à maintes reprises le sortilège, Theodore s'est trouvé être incapable de trouver des souvenirs assez bons et heureux pour former la moindre petite veloute blanche. Le jeune homme aurait aimé, à l'instar de Potter ou d'autres sorciers normaux, pour faire sortir un animal majestueux du bout de sa baguette mais son esprit trop torturé n'y est jamais parvenu et n'y parviendra certainement jamais. • épouvantard ; lord voldemort, en personne. Le jeune homme a bien conscience que cette peur lui serait préjudiciable si on venait à la découvrir. Seuls des insurgés ou des nés-moldus devraient craindre le Magister, pourtant, Theodore est bel est bien effrayé par cette silhouette encapuchonnée et ce visage dépourvu de nez. Voldemort représente tout ce que Theodore craint à cause de sa puissance et de sa cruauté, il s'agit du maître, celui à qui il faut obéir, celui à qui il est enchaîné, bien malgré lui, avec ce tatouage magique. • risèd ; la liberté, pure et simple. Devenir indépendant, sans chaînes invisibles reliées à son père, aux autres mangemorts ou au Seigneur des Ténèbres. Theodore rêve de pouvoir diriger sa vie lui-même, de pouvoir aller où il le veut, quand il le veut, faire ce qu'il veut. Pouvoir être son propre maître, sans allégeance aucune et sans contrainte, sans comptes à rendre à quiconque. • animaux ; autrefois un furet, prénommé Heraclès, qu'il a eut pour son entrée à Poudlard. Il est mort lors de sa quatrième année, de la main de son père. Theodore a enterré lui-même l'animal dans un lieu dont lui seul a le secret. Aujourd'hui, il n'a plus aucun animal, il utilise les hiboux homologués par le Ministère pour communiquer lorsqu'il en a besoin. • baguette ; acacia, ce bois noble et belliqueux, réputé pour n'obéir qu'à son maître. La baguette du jeune Nott est taillée sur trente-cinq centimètres avec quelques rayures décoratives sur tout son long. Elle est composée d'une griffe de dragon en son coeur, élément qui donne de la puissance et une grande loyauté à la baguette. A la fois rigide et fragile, elle est très efficace pour les sortilèges non-formulés et les duels.

The stars have faded away
► Avis sur la situation actuelle : Theodore Nott n'exprime pas son avis, tout simplement parce que jusqu'à lors, personne ne lui a jamais demandé ce qu'il pensait. Assez intelligent pour savoir qu'il n'est jamais bon de dire le fond de sa pensée à haute voix, Theodore, en tant qu'effaceur sait quel sort est réservé à ceux qui osent émettre des idées autres que celle du Seigneur des Ténèbres. Alors il ne peut qu'approuver le gouvernement et les nouvelles réformes mis en place. Fortement influencé par les idées de son père, le jeune Nott soutient le mouvement pour la pureté du sang, sans pour autant détester les moldus et les sorciers issus de leur union. La vente de rebuts est une activité assez distrayante et Theodore y assiste lorsqu'il le peut. Il possède d'ailleurs son propre rebut et s'il n'aurait jamais eu l'esprit assez sadique pour mettre en place ce type de punition, il trouve que ces condamnations peuvent s'avérer être de bons compromis. Azkaban était, lorsqu'il était plus jeune, un endroit qu'il redoutait, pour autant il aurait préféré y être enfermé plutôt que de finir rebut. La traque des insurgés est également une distraction pour Theodore. Il aime remplir les missions de recherches qui lui sont attribuées, considérant cette tâche comme un jeu, une sorte de cache-cache mortel. Il a beaucoup plus de scrupules à arrêter ou torturer des sorciers mais il obéit toujours. Aujourd'hui impliqué dans la guerre jusqu'au cou et depuis tellement de temps, Theodore n'imagine plus un monde sorcier en paix. Les jours défilent et ne se ressemblent pas, contenant leur lot de malheurs. Il n'ose envisager la paix même si il aimerait vivre assez longtemps pour voir cela.

► Infos en vrac : IMPASSIBLE/INSENSIBLE + SOLITAIRE + TACITURNE + FIER + LOYAL + OBSERVATEUR + TACTICIEN + MYSTERIEUX + POLI + TORTURE + FROID + DISTANT (n'aime pas le contact social) + DEPENDANT (à la drogue) + PATIENT + IMPITOYABLE + OBEISSANT

presque chapeau flou lors de sa cérémonie de répartition, il n'en a jamais parlé à personne, il a échappé de peu à la maison poufsouffle mais son argumentation très calme avec le choixpeau l'a finalement envoyé chez les vert et argent fervent amateur de quidditch, il jouait dans l'équipe de sa maison en tant que poursuiveur, son équipe fétiche reste les Canons de Chudley il possède la célèbre Marque des Ténèbres sur son avant-bras gauche, s'il est fier d'appartenir aux rangs des mangemorts, Theodore trouve pourtant ce tatouage infâme et le montre le moins possible on a longtemps pensé que Theodore Nott allait devenir un mage noir, qu'il pratiquait cet art obscur et était ainsi capable de terribles actes adepte des duels lorsqu'il était à Poudlard, il est devenu un adversaire hors pair lors de sa sixième année en apprenant ardemment l'informulation des sorts sa naissance a causé la mort de sa mère, ce qui a toujours pesé sur la conscience de Theodore, son père aimant le lui rappeler de manière cruelle lorsqu'il souhaitait punir son fils consommateur d'Orviétan, Theodore apprécie les effets de cette drogue qui lui permet de s'évader de son quotidien froid et maccabre, l'espace de quelques instants, il oublie ainsi les tortures, les traques, les meurtres qui hantent ses cauchemars intelligent, Theodore Nott était un élève plutôt bon qui ne fournissait que le minimum pour garder ses notes à flots, il n'a commencé à faire des apparitions à la bibliothèque lors de sa cinquième année, lorsqu'il guettait Hermione Granger, le reste du temps, il travaillait ses cours dans le dortoir de serpentard pour être tranquille peu à l'aise socialement, Theodore a toutefois étrangement la côte avec les filles, son côté mystérieux et torturé jouant en sa faveur pendant ses études à Poudlard, cependant le jeune homme reste distant il a toujours eu une relation très complexe avec son père, tantôt complices tantôt étrangers, à la fois proches mais aussi très éloignés, Theodore a toujours tout fait pour le rendre fier sans avoir l'impression de jamais y parvenir il a reçu la Marque très tôt, lors de sa septième et dernière année pour avoir pris part activement aux combats lors de la Bataille de Poudlard effaceur doué, Theodore a su se faire rapidement une place au sein de cette brigade particulière, son manque de pitié est l'un de ses points forts : il n'hésite jamais à faire disparaitre les oppositions au régime, que ce soit en effaçant un souvenir, une mémoire entière ou en faisant tout simplement disparaître un individu de la surface du globe s'il avait pu, il aurait aimé devenir joueur de quidditch, cependant ce rêve ne concordait pas avec les exigences de son père et suite à une chute accidentelle de balai alors qu'il s'entrainait chez lui, il lui est par la suite devenu impossible de devenir joueur professionnel pour son entrée à Poudlard, son père lui a offert un furet qu'il a appelé Heraclès, nom d'un héros grec, l'animal a été froidement tué par Tobias Nott quelques années plus tard à la suite d'une bêtise de Theodore il déteste les ragots et les rumeurs, un bon nombre de on-dits circulaient sur lui à Poudlard et s'il n'y prêtait pas attention, il n'en était pas moins agacé il a longtemps lu le Chicaneur pour les articles décalés mais tout de même intéressants qui étaient publiés, il a définitivement arrêté de le lire lorsque Xenophilius Lovegood s'est lui-même revendiqué comme étant partisan de Harry Potter Theodore n'aime pas les friandises, c'était l'un des seuls élèves à ne pas en acheter lors des visites à Pré-Au-Lard, son pêché mignon était la bièraubeurre à l'époque et ça l'est toujours aujourd'hui.


Nothing compares to you
• pseudo & âge ; Huhu. • comment as-tu trouvé le forum ? dans ma poche. hehe • ton avis, tes suggestions ; partouze ? hinhin • connexion ; 3 ou 4/7. • quelque chose à ajouter ? bed .



Dernière édition par Theodore Nott le Mer 7 Jan 2015 - 12:26, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty

Here comes the hurricane


――――――-―• The water is warm but it's sending me shivers a baby is born crying out for attention memories fade like looking through a fogged mirror •――――-―――
« Que fais-tu ? » la voix froide et sévère du patriarche le fit sursauter. Theodore se tourna précipitement, cachant avec très peu de discrètion l'objet du délit dans son dos. « Rien du tout. » tentative vaine. Les nombreux essais du jeune Nott pour cacher des choses ou pour mentir étaient sans cesse des échecs. Plus le temps passait et plus il apparaîssait évident que le garçon était incapable de mentir, trop expressif. Son père, en particulier, avait le sinistre don de lire dans l'esprit de son fils comme dans un livre ouvert. « Allons, dis moi, que caches-tu comme ça ? » Le patriarche prit un air curieux, un sourire étrange collé sur ses lèvres fit hésiter son fils qui s'était toujours accommodé d'une figure ridée et figée, constamment dépourvue d'expression. L'enfant resta un moment tétanisé devant ce sourire si inattendu, incapable de répondre parce que trop occupé à fouiller dans sa mémoire à quand remontait la dernière fois où il avait vu son père sourire. Lorsque le jeune garçon se concentra à nouveau sur son père, celui-ci avait perdu son enjouement facial, signe évident que tout cela n'était qu'une mascarade depuis le début pour parvenir à ses fins. Theodore baissa aussitôt le regard, abandonnant la bataille contre les yeux perçants et dur de son paternel qui avait déjà fait un pas vers sa descendance. L'enfant ne bougea pas d'un millimètre tandis que son père, duquel émanait une froideur intimidante, attrapait avec violence le sujet de toute cette confrontation. « Je peux savoir ce que tu faisais avec ça ? » Tobias agita un large album photo avec une reliure en cuire sous le nez de son fils unique. « Je voulais juste regarder. » La tête toujours baissée, le garçon commença à se tortiller sur place, mal à l'aise. Son père attrapa son menton avec une certaine brusquerie pour que le visage poupin fasse face au sien, marqué par les évènements qu'il avait vécu. « Tu voulais regarder quoi ? » Intimidé par le ton employé par son père, Theodore garda le silence, ce qui n'arrangea pas son cas : Tobias Nott perdait patience devant le mutisme de son fils. Un court instant passa et finalement, le patriarche ouvrit l'album au hasard, là où la reliure était marquée. Sur la page de gauche, on voyait une femme, les cheveux noirs de jais et les yeux tout aussi foncés, avec une bonté et une bonne humeur évidente dans le regard. La photo était en noir et blanc mais on devinait que sa peau n'était pas blanche comme la neige. Elle souriait à l'objectif et sa chevelure épaisse virevoltait au gré du vent. Derrière elle se dessinait un jardin, celui des Nott qui n'avait quasiment pas changé, si ce n'était cet arbre qui avait perdu de sa splendeur au fil des années. Sur la page de droite, on retrouvait la même femme entourée par les bras de son époux, Tobias Nott, dont les traits semblaient bien différents de ceux de l'homme qui tenait actuellement l'album. C'était une époque bien différente et Nott senior avait fini par changer et perdre cette joie qu'il avait auparavant. Soudain, il ferma le livre avec une certaine violence, faisant sursauter son fils au passage. Tobias reposa l'album puis tourna les talons sans rien ajouter, laissant Theodore seul et désemparé.

Le garçon se tenait droit comme un i, imperturbable. Son père l'avait accompagné en personne sur le quai de la gare. Pour l'occasion, Theodore avait mis sa tenue la plus élégante et se comportait comme le digne héritier des Nott en présence d'autres sorciers. La foule s'agglutinait autour du train qui commençait à se remplir progressivement. La plupart des parents restaient face à la fenêtre du wagon de leurs progénitures, refusant de les quitter avant de voir le célèbre Poudlard Express. La main scotchée à ses valises, Theodore ne s'attendait absolument pas à voir son père faire preuve de la moindre affection, surtout en public. Le garçon restait néanmoins face à son père, attendant patiemment l'autorisation de pouvoir embarquer. Il vit Malfoy et sa chevelure blonde plaquée sur son crâne monter à bord du train, hautain comme à son habitude et Theodore pria pour ne pas se retrouver avec lui à l'école. « Tu m'écoutes, Theodore ? » Le garçon hocha vigoureusement la tête. « J'espère te voir intégrer la maison serpentard. Ça serait une grande déception si tu te retrouvais ailleurs que chez les vert. » A nouveau, l'enfant secoua la tête pour confirmer les dires de son paternel. Serpentard, il entendait parler de cette maison depuis toujours, son père étant incroyablement fier d'en avoir occupé les rangs pendant sa scolarité. Les Nott vont à serpentard. Comme une vérité fondamentale, aussi certaine que la Terre était ronde. Et Theodore ne tenait absolument pas à devenir l'exception.

La cérémonie n'avait rien d'impressionnant et pourtant, lorsque le Choixpeau fut posé sur la tête de Theodore, la pression monta d'un cran pour le jeune garçon. L'objet magique resta un moment silencieux, si bien que l'assemblée et même les professeurs se demandèrent si cette vieillerie ne s'était pas endormie sur la tête du futur élève. La vérité c'est qu'il lui chuchotait son avis à l'oreille, cherchant discrètement à savoir où finirait le jeune Nott. « Hm, une loyauté à toute épreuve et une pointe de patience, pour sur, les qualités d'un poufsouffle. » Sans faire preuve de la moindre panique ou colère, Theodore répondit aussitôt au vieux chapeau. « Il y a aussi de l'ambition, de la fierté et une certaine ruse, non ? » Le Choixpeau maugréa mais, à contre cœur, il confirma. « Je dois aller à serpentard et vous le savez. » L'objet sembla irrité de cette déclaration et bougonna de plus belle, avant d'annoncer avec cette fougue habituelle la maison du jeune Nott. Sitôt le nom de Salazar Serpentard prononcé, le garçon sauta du tabouret et s'élança vers la table de ses camarades vert et argent, sans demander son reste.


――――――-―• Oh dear you look so lost, eyes are red and tears are shed. This world you must've crossed. You said you don't know me, you don't even care. He said you don't know me, and you don't wear my chains •――――-―――
L'odeur de renfermé qui subsistait dans la cave avait toujours été agréable aux narines de Theodore. C'était curieux et pourtant, la fraîcheur qui émanait de ce lieu lui procurait une sensation de bien-être inexplicable, toutefois la vue des toiles d'araignées ne rassurait absolument pas le jeune Nott, âgé de treize ans. Il était rarement descendu à la cave, à chaque fois à la demande de son père et en ce jour particulier, la requête de son paternel ne l'enchantait pas. Le ton qu'il avait employé était emprunt de sadisme, un sourire carnassier sur les lèvres et cette démarche étrange, que le jeune Theodore qualifiait alors de bestiale. L'attitude de Tobias Nott trahissait son enjouement, et ça n'avait rien de rassurant. « Approche, Theodore, j'ai quelque chose pour toi. » Le garçon s'exécuta, il parcourut la distance qui le séparait de son père mal assuré. La seule lumière qui filtrait provenait d'un vieux hublot donnant sur le jardin et le patriarche Nott avait volontairement laissé la pièce dans la pénombre, si bien que son héritier eut du mal à distinguer la haute silhouette de son père. « Prend ta baguette. » le jeune adolescent s'empressa de se saisir de son arme magique, prêt à riposter contre une éventuelle attaque. Son père avait l'habitude de manigancer ce genre de choses, des entrainements, comme il le disait. « Nouvel entrainement, mon fils. » Theodore se concentra pour distinguer les traits de son père malgré l'obscurité générale. « Mise en application des sortilèges impardonnables. J'imagine qu'à Poudlard, ils ne sont plus enseignés mais ils te seront utiles lorsque tu deviendras mangemort. » Les mots étaient froids, durs, implacables. La consigne était claire et Tobias Nott attendait à voir son fils obéir sans broncher. L'adolescent sentit une vague de panique le gagner à l'idée de devoir prononcer ces sorts devenus un tabou dans la société sorcière. Nott senior indiqua de sa baguette un recoin de la cave un peu éloigné, plongé profondément dans la pénombre. Aussitôt Theodore fit un pas pour parvenir à voir ce qui se cachait là. A l'approche des pas, un mouvement se fit dans la zone noire, un mouvement de recul qui permit à Nott junior de comprendre et de reconnaitre ce qui se recroquevillait là. Un sentiment d'effroi gagna le garçon qui stoppa net son avancée. Elle était traumatisée, repliée sur elle même, le visage sali par les larmes et le manque d'hygiène. La première pensée de Theodore fut de l'approcher pour savoir si elle allait bien mais là peine eut-il fait un pas dans sa direction que la large main de son père s'abattit sur son épaule. « Tu n'es pas là pour ça, prend ta baguette. » le ton était plus ferme et menaçant désormais. C'était un ordre et Theodore, troublé, fixa son père pendant un long moment, sans comprendre où il venait en venir. « Tu souhaites que je te montre, mon fils ? » et joignant le geste à la parole, Tobias Nott leva sa baguette, non pas en direction de la prisonnière mais directement vers son fils. Theodore ne prononça pas un mot, incapable de dire quelque chose de cohérent. Le choc fut rude et pourtant, comprenant ce qu'il risquait, le jeune garçon se tourna aussitôt vers la captive, brandissant sa baguette avant de prononcer les mots si redoutés.

Les cris résonnaient dans sa tête tandis que la voix de son père se faisait entendre ensuite, le félicitant chaleureusement, commentant les exploits de son fils. Il avait fermé les yeux les premières fois mais son père avait rapidement remarqué le manque d'intensité des sorts impardonnables jetés par son fils et ce manque de conviction l'avait fâché. Theodore avait été incapable de jeter un avada kedavra ce jour-là, malgré les réclamations de son paternel et ça n'avait pas arrangé son cas aux yeux du patriarche. Lâche, incapable, faible, tels étaient les mots qui étaient sortis de la bouche de Tobias Nott suite à cet échec. La fille, quant à elle, Theodore ne l'avait jamais revue, elle restait un souvenir cuisant dans son esprit fragile, des cris insupportables, un visage terrorisé. Pour exemple, Tobias Nott avait utilisé le furet de son fils qui avait succombé au sortilège de mort. « Eh, ça va ? » la voix fluette de Daphné le ramena sur terre. Il se contenta de hocher la tête sans un sourire, le visage impassible. Sa cousine reprit donc la conversation comme si de rien n'était, sa bouche laissant pleuvoir des paroles qui ne parvinrent jamais aux oreilles du jeune Nott. Au bout de quelques minutes, la rousse se rendit compte de l'absence d'attention de son cousin et d'un coup de coude dans les côtes, elle l'interpela. « Theo, tu m'écoutes ? » Theodore la regarda sans exprimer la moindre émotion. « Sincèrement ? Non. » il y eut un flottement durant lequel Daphné ne sut visiblement pas s'il plaisantait ou non. En voyant l'air impassible et sérieux de Nott, elle en vint à conclure qu'il était sérieux. « Mais qu'est-ce que tu as en ce moment ? » elle avait l'air surprise, ne comprenant certainement pas ce qui se passait dans la tête de son cousin. S'ils n'étaient pas toujours collés ensemble, ils avaient toutefois toujours été très proches grâce à leur âge. Theodore ne répondit pas jusqu'à ce qu'elle insiste, son regard brun fermement posé sur le jeune garçon. « Rien. Rien qui te concerne en tout cas. » marmonna-t-il. « Très bien, c'est noté. » elle lui lança un regard noir qui le fit regretter son comportement aussi méchant. Pourtant, il ne la rattrapa pas, il ne lui fit pas d'excuses et il la laissa s'éloigner, l'air sincèrement vexée. Pouvait-il vraiment lui expliquer qu'il avait torturé cette sorcière, l'autre jour ? Qu'il avait levé sa baguette vers elle en prononçant les sorts les plus terribles du monde sorcier ? Il était désormais incapable de se regarder dans une glace alors qu'aurait bien pu penser Daphné Greengrass, la douce rouquine ? Il ne voulait pas que ça se sache et il ne voulait pas que l'esprit encore pur de Greengrass ne soit confronté à de telles horreurs, il ne voulait pas que des personnes comme Daphné ne soient confrontées à des sorciers aussi abominables que lui.


――――――-―• And the battle's just begun, there's many lost, but tell me who has won ? Trenches dug within our hearts, and mothers, children, brothers, sisters torn apart •――――-―――
Le philtre avait bien évidemment cessé d'agir au bout de deux jours mais Theodore se sentait toujours nauséeux en repensant à la blague de Malefoy et Zabini. Accepter une bierraubeurre de leur part avait été une erreur qui ne se reproduirait pas de si tôt. Theodore éprouvait une rancœur sans nom envers ses deux compatriotes de serpentard qui eux étaient visiblement ravis de leur farce. Il se perdait dans ses pensées, horrifié à l'idée qu'il aurait pu finir dans les bras de n'importe quelle sorcière. Le choix de ses amis s'était porté sur Hermione Granger, et bien qu'elle ne fut pas repoussante, Theodore ne cessait de se demander ce qu'il se serait passé s'il l'avait croisé. Il était soulagé de ne pas être tombé sur la sorcière au cours de ce week end, ayant éviter le pire. « Je vous dérange, monsieur Nott ? » la voix froide et dure du professeur Snape parvint à peine aux oreilles de Theodore dont les yeux vitreux fixaient le sol. Il jeta un regard vers Hermione, assise au second rang, droite comme un i qui fixait Merlin savait quoi face à elle. Puis, ses yeux furent attirés par Draco et Blaise, assis côte à côte sur la même rangé que lui, qui mimaient des baisers et autres cœurs avec leurs baguettes. « Theodore Nott ? » le ton monocorde n'augurait rien de bon. « Quoi ? » fini par lâcher Theodore avec une certaine impatience. Un silence se fit aussitôt dans la classe, Malfoy et Zabini pouffaient bêtement dans leur coin, sachant parfaitement que Nott allait passer un sale quart d'heure. En un rien de temps, Snape fut aux côtés de Theodore, les mains derrière son dos. « Moins cinq points pour serpentard pour insolence. Vous viendrez en retenue toute la semaine et dès demain, je veux que vous me rendiez une dissertation de quinze pages sur le philtre de paix vu aujourd'hui. » Theodore ne répondit pas, ne préférant pas aggraver son cas. Il posa à nouveau les yeux sur la chevelure châtain de Granger qui n'avait pas bougé d'un poil, contrairement au reste de la classe qui regardait avec une curiosité malsaine l'insolent du jour.
Le soir même, il avait pris place à la bibliothèque pour la première fois et il s'était presque naturellement dirigé vers la table où travaillait silencieusement la gryffondor la plus brillante de sa génération. Elle fut passablement étonnée de le voir s'asseoir face à elle mais elle ne fit aucun commentaire. La fois suivante, Theodore réitéra ce placement particulier et au bout d'un mois, il était presque normal de les voir tous les deux assis face à face. Theodore était apaisé par le calme de la sorcière et il avait réussi, de par sa présence, à éloigner les curieux et ignorants qui venaient sans cesse troubler le travail d'Hermione. Au bout de quelques jours, les regards noirs et les soupirs du serpentard avaient dissuadé les élèves les plus enquiquinants. Ils ne parlaient pas, se regardaient uniquement lorsqu'ils étaient surs de ne pas croiser le regard de l'autre et désormais, leur silence n'était dérangé que par leur départ, souvent simultané, à quelques minutes près, Theodore remballant souvent ses affaires une fois sûr qu'Hermione fut partie de la bibliothèque. Il la trouvait fascinante de par son intelligence et sa rapidité de réflexion, il avait commencé à l'apercevoir dans les couloirs, à la remarquer en classe avec sa main continuellement levée et sa capacité à avoir toujours réponse à tout. Pourtant, il s'était passé déjà presque deux mois sans qu'il ne lui adresse un mot. Il se contentait de s'asseoir à sa table pour travailler. Que pouvait-il bien lui dire ? D'autant plus que lui qui détestait être dérangé pendant ses devoirs ne souhaitait pas lui infliger l'affront de l'embêter. Alors, il y avait réfléchi pendant de longues soirées, devenant encore plus pensif qu'auparavant. « A quoi tu joues Nott, tu m'écoutes ? » le blond était assis en tailleur sur son lit et regardait son colocataire d'un œil mauvais, visiblement mécontent d'avoir été ignoré. « Je pensais à autre chose. Tu disais ? » Draco plissa ses yeux bleus inquisiteurs avant de répliquer : « Oui et bien, tu devrais arrêter. Ça ne te va pas de penser. » tête à claques. Theodore ne répondit cependant pas, il ne lui adressa qu'un regard glacial avant de s'allonger dans son lit. Il n'écouta Draco que d'une oreille avant que le blond ne finisse par se coucher, laissant ainsi Theodore réfléchir librement au meilleur moyen pour parler avec Hermione Granger. Finalement, ce fut le lendemain, lorsqu'il fut face à la gryffondor que Theo trouva une idée pour entrer en contact : il lui fit glisser un mot sur lequel il lui demandait un livre qu'elle avait en sa possession et auquel elle avait répondu de sa belle écriture, avec un sourire malicieux.

Les sorts fusaient de partout. Certains élèves avaient eu le temps de fuir tandis que d'autres semblaient fermement déterminés à défendre un camp ou l'autre. Nott s'était retrouvé avec évidence aux côtés des mangemorts. Il avait laissé Draco partir à la poursuite de Potter accompagné de Crabbe et Goyle, en espérant que Granger ne serait pas l'un des nombreux dommages collatéraux. A la surprise générale, Blaise s'était rallié à Potter et Theodore voyait dans cette trahison ce qu'il avait toujours vu chez Zabini : un sorcier sans la moindre honneur. Il n'avait pas forcément souhaité poursuivre cet ancien ennemi désormais devenu traître aux yeux de tous. Theodore armé de sa baguette, ne cessait de lancer des sorts de stupéfixion, faisant ainsi tomber plusieurs rebelles. Il avait longuement déambulé, restant discret, et profitait de toutes les brèches pour lancer des sortilèges informulés aux insurgés qui menaient des duels face à des mangemorts. Toutefois, un poufsouffle de sixième année n'avait pas hésité à lui jeter un sortilège de mort qu'il avait évité de justesse avant de se venger en bonne et due forme. Il avait également participé à la torture de Dedalus Diggle, aux côtés de son père qui posait un regard de fierté sur son fils unique. Aucun des deux ne semblait s'inquiéter pour l'autre, d'un regard, le père et le fils s'était tacitement mis d'accord pour ne pas tomber lors de cette bataille.

« Je trouve que tu t'es bien battu. » avait finalement confié Tobias Nott à son fils, une fois de retour au manoir familial. Theodore avait accueilli le compliment avec joie et modestie, ignorant totalement ce que son père savait déjà : Theodore allait recevoir la Marque des Ténèbres. Il était l'un des plus jeunes sorciers à avoir pris part dans la bataille de Poudlard, l'un des rares étudiants à être resté dans le camp mangemort et son dévouement allait être récompensé. Il avait beaucoup repensé aux évènements de cette soirée et Theodore revoyait le visage de Malfoy marqué par une grimace et par la suie, ressortant de justesse de la Salle sur Demande grâce à Potter et ses deux acolytes. Néanmoins, le jeune Nott était incapable de se souvenir d'Hermione. Était-elle morte pendant les combats ? Il en doutait fortement, il savait que Malfoy n'aurait pas hésité à rappeler à tous que celle qu'il ne voyait que comme une sang-de-bourbe sans valeur était morte. Les questions torturaient l'esprit de Theodore qui revint pourtant à lui lorsque son père lui désigna la cheminée éteinte. « Nous avons rendez-vous aujourd'hui. » son fils fronça les sourcils mais garda toute interrogation pour lui, son père était fier de lui et c'était pour l'heure tout ce qui importait vraiment. Le patriarche se plaça au centre et ordonna le manoir Malfoy comme destination et peu de temps après, Theodore l'imita. Lorsqu'il débarqua chez les Malfoy, Theodore comprit en voyant la longue tablée, à laquelle plusieurs places demeuraient vides, avec au bout, tel un roi le Lord en personne. Draco avait sa place aux côtés de son père. Tout comme Lestrange et Avery, deux grands noms de la magie noire. Theodore résista à l'envie de tous les dévisager, il se contenta de suivre les pas de son père qui resta debout, à l'autre extrémité de la table. Il fit signe à son fils de se tenir à ses côtés, face à Lord Voldemort, le seul et l'unique. Le jeune Nott dut faire un effort considérable pour ne pas fixer le visage blafard et sans narines du Seigneur des Ténèbres. Plusieurs mots s'échappèrent de sa bouche sans lèvres et un sourire machiavélique se dessina sur sa figure effrayante. Voldemort était visiblement satisfait de Theodore, il alla jusqu'à le qualifier, avec Malfoy, de bonnes recrues ce qui semblait être un compliment immense dans la bouche du mage noir. Lorsque l'annonce tomba, Theodore ne laissa paraître aucune émotion. Marqué, il allait être marqué de la main de son père et sous les yeux du Lord lui-même. Un sourire discret passa sur les lèvres du jeune homme qui garda toutefois une impassibilité certaine. Tout alla très vite et déjà Tobias Nott levait sa baguette en récitant des incantations inconnues aux oreilles de son fils. Il fit le tracé de la marque avant d'entailler la chair de son héritier. Theodore serra les dents et les poings et aussi insupportable que fut la douleur, il fit tout son possible pour éviter de crier. Mais lorsque l'encre fut apposée, il ne put s'empêcher de laisser échapper un grognement. La cérémonie dura encore de longues minutes durant lesquelles Theodore prêta serment, vouant une allégeance totale au Seigneur des Ténèbres, celui là même qui l'effrayant tant, assis sur son trône face au jeune mangemort, caressant de ses longs doigts fins et blancs comme du marbre la tête de son horrible serpent. « Tu es maintenant un mangemort, mon fils. Sois digne de ce titre. » et dans les mots de son père, Theodore sentit l'émotion, la fierté indicible qu'il ressentait pour son fils unique. Alors l'allégeance de Theodore, dont les yeux craignaient la vue du mage noir, se détourna à peine du but initial : son dévouement allait à son père, depuis toujours et pour toujours. Cette marque était certes le symbole de son appartenance aux fidèles du Lord mais elle représentait également la loyauté et le respect incommensurables d'un fils pour son père.


――――――-―• Let’s light it up, let’s light it up until our hearts catch fire. Then show the world a burning light that never shined so bright •――――-―――
La porte claqua derrière lui, trahissant instantanément l'entrée du jeune Nott dans le demeure familiale. A peine eut-il franchi le vestibule que la voix froide de son père raisonna dans le manoir. « Theodore. » l'intéressa ferma les yeux, agacé par cette interpellation, puis passa sa tête par l'encadrement de la porte du salon dans lequel se trouvait Tobias Nott. « Oui ? » « Tu as du courrier. Officiel. » le vieux mangemort tendit une enveloppe aux marques du Magistère au jeune homme, indifférent. Il ne porta pas les yeux sur son fils et continua sa lecture du journal, arrêté sur les chroniques funéraires. C'était une rubrique que le père Nott avait toujours aimé lire, se réjouissant lorsqu'il constatait le décès d'ennemis potentiels et laissant échapper un soupir faussement attristé lorsque le nom d'un ami ou d'un sorcier apprécié y était écrit. Theodore resta un instant bouche bée devant son enveloppe, sachant parfaitement qu'à l'intérieur se trouvait la décision prise concernant un poste d'effaceur pour lequel Nott junior avait postulé plusieurs mois auparavant. Finissant par l'ouvrir, il survola les mots qui s'inscrivaient au fil de sa lecture sur le papier épais. Accepté. A la fin de la lettre se dessinait la signature du Lord en personne, Theodore se demanda toutefois si c'était bien le Seigneur des Ténèbres qui avait signé de sa main. Peu importait. « Et bien ? » calmement, Theodore plia la lettre qui aussitôt se désagrégea en d'élégantes flammes vertes, couleur des mangemorts. « Je suis accepté dans leurs rangs. Sous réserve cependant. J'ai un mois pour faire mes preuves. » toujours focalisé sur la chronique mortuaire du journal, Tobias Nott ne releva pas les yeux à l'annonce de cette nouvelle. « Et tu les feras, j'en suis sûr. Tu ne portes pas le nom de Nott pour rien. »

Ses pas dévalèrent lourdement les escaliers, Theodore fut d'ailleurs à deux doigts de dégringoler. Son excitation était palpable, si un simple sourire discret décorait son visage, le jeune Nott bouillonnait de l'intérieur. Il entra sans cérémonie dans le salon où son paternel buvait tranquillement un thé, il fut d'ailleurs agacé de l'arrivée soudaine de son fils et ne se gêna pas pour le lui signifier en soupirant bruyamment. « Je suis accepté. » il n'en fallut pas plus pour que le patriarche accorde toute son attention à sa progéniture. « Ils ont été impressionnés par mes talents. Et par ma fidélité pour le Lord également. » des talents, ou plutôt un manque de sensibilité et d'empathie devenus caractéristiques de Theodore. Néanmoins, un sourire satisfait se dessina sur le visage usé de Tobias Nott. « Que croyaient-ils ? Que tu avais obtenu la Marque dans un paquet de chocogrenouille ? » le jeune sorcier laissa échapper un léger rire, son père était visiblement de meilleure humeur à la suite de cette annonce. « Je savais que tu en étais capable. Et maintenant, en plus d'être l'un des plus jeunes mangemorts, tu es également l'un des plus jeunes effaceurs de ta génération ! » le vieil homme se leva et fit un pas vers son fils pour lui assener une tape amicale dans le dos. L'un des rares gestes tendres que le jeune homme avait obtenu de la part de son père au long de ces dernières années et il sut instantanément que dans ce geste anodin se cachait toute la fierté de son vieux père.

La réunion commençait à durer trop longtemps. Theodore ne cessait de s'impatienter, lui qui avait pourtant cette faculté à pouvoir attendre des heures durant. Les deux patriarches ne cessaient d'échanger des banalités, évitant soigneusement le sujet qui fâchait. La jeune femme, assise en face de Theodore, semblait pourtant à l'aise. Elle ouvrait peu la bouche et se contentait de sourire à la ronde, comme si elle participait à un concours de beauté. « Entrons dans le vif du sujet, Tobias. » coupa le sorcier à l'accent français prononcé. « J'imagine que si tu nous as fait venir, ma fille et moi, c'est pour une annonce importante. » Tobias Nott afficha un sourire mi-poli, mi-carnassier dont il avait le secret, les seuls sourires sincères qu'il offrait au monde. Il posa sa tasse de thé sorcier tranquillement avant de se réinstaller correctement dans son fauteuil de chef de famille. « En effet, je crains que l'alliance entre nos deux familles ne soit impossible. » Le français perdit aussitôt son sourire. Il posa à son tour sa tasse sur la table de salon avec violence. « Pardon ? » demanda-t-il en français. Tobias Nott ne se départit pas de son calme et se contenta de hausser les épaules en faisant un signe de tête vers Theodore. Le jeune homme cessa aussitôt de remuer les jambes nerveusement, sentant les regards de ses trois interlocuteurs posés sur lui, inquisiteurs. « Je suis navré, monsieur D'Anjou mais je ne souhaite pas me fiancer. Mes occupations me prennent beaucoup de temps et je crains de délaisser sérieusement ma future épouse, ce que je ne supporterai pas. » C'était la stricte vérité. Du moins, il était vrai que le fils unique des Nott refusait de se fiancer, certes, son statut de mangemort lui prenait du temps mais il ne s'agissait pas de la seule raison. « Comprend bien cher ami, que mon fils est très pris par son travail. J'aurais été ravi de le voir épouser une D'Anjou sous peu mais je ne peux l'y forcer. » Quelle ironie ! Le paternel Nott avait pourtant exigé tant de choses bien pires de son fils. Theodore, dont les gestes impatients avaient totalement cessé, fixait son père avec intensité, incapable de s'empêcher de penser qu'il était un fin manipulateur. Le père et sa fille restèrent un long moment avant de finalement prendre congé, raccompagnés par Maverick Rowle, le rebut des Nott.

« Tu as bien fait. » Theodore leva les sourcils surpris par la remarque de son père. « Quoi donc ? » Tobias Nott s'enfonça dans son large fauteuil, soupirant comme s'il venait de sortir d'une lourde épreuve physique. « Ce mariage avec les D'Anjou, ce n'était pas une bonne idée. Tu as bien fait de refuser. J'aimerais te trouver une fiancée plus... impliquée, mon fils. Enfin, si tu vois ce que je veux dire. » Bien entendu, c'était clair comme de l'eau de roche. Il voulait une autre héritière, une marquée ou au moins, membre d'une famille partisane du Seigneur des Ténèbres. Les D'Anjou étaient ainsi trop neutres pour le patriarche Nott. « Mais j'étais sérieux en disant que je ne souhaitais pas me fiancer. » Tobias ouvrit la bouche pour parler puis la referma un instant plus tard. Il fronça les sourcils et aussitôt, son fils craignit les représailles, il fut ainsi surpris par les mots qui sortirent de la bouche de son père. « Tu changeras d'avis. Et quand ce jour arrivera, je serais là pour te trouver une épouse digne de toi. » Theodore ne répondit pas, il se contenta de hocher la tête solennellement lorsque son paternel posa son regard dur sur lui, cherchant à saisir des réactions cachées. Il paru satisfait de ce qu'il lut sur le visage de son unique héritier et afficha un léger sourire suffisant, sans se rendre compte qu'il avait fini par forger un masque de neutralité sur le visage de son fils.


Dernière édition par Theodore Nott le Jeu 18 Déc 2014 - 2:38, édité 22 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
PREUM'S ! foufou

edit: YOU + DYLAN + THEODORE NOTT + LE TITRE
PERFECTION ! inlove :oué: love bed bounce leche yiih :wéé:
rebienvenue parmi nous et hâte de te liiiiiire !
(j'suis reamoureuse, là, piouffff...)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
Juliet Slughorn a écrit:
PREUM'S ! foufou

edit: YOU + DYLAN + THEODORE NOTT + LE TITRE
PERFECTION ! inlove :oué: love bed bounce leche yiih :wéé:
rebienvenue parmi nous et hâte de te liiiiiire !
(j'suis reamoureuse, là, piouffff...)

la même love t'es swag, cousine d'une autre vie inlove
rebienvenue bed
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
juliet + huhuhu merciii, tu es trop mignonne ! love J'espère ne pas te décevoir avec ce nouveau Theo ! yeux

lys + merci à toi, j'espère bien avoir un lien à nouveau ! (a)
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
mamamama. J'allais dire la même chose que mes deux voisins, mais théo. cute il m'avait trop tenté comme personnage, mais j'ai choisi Ernie. Fais en un perso de dingue han iiih
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
MON COUSIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIN gaah
je t'aime ma biche jule
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
ernie + merci ! potte j'ai pas trop la pression, ça va... :euh:

daphné + mi amooooor, trop hâte de développer notre lien tmtc kouzine cute (et plus si affinités babe, parce que la p'tite Daphné... hinhin )
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
Cousinnnnnnnnnn + toi = j'ai hâte d'en lire plus hug

Re bienvenuuuuue et bon courage pour cette fiche placard
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
Spoiler:
 

(re)bienvenue gaah :-^: iiih hehe
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
ϟ where my demons hide. (theodore) Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

ϟ where my demons hide. (theodore)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Dragomir ▽ IT'S WHERE MY DEMONS HIDE
» JOSH ✈ look into my eyes it's where my demons hide
» Demons 2
» Je veut JOSE THEODORE!!!!
» Chimère # I know you suffered But I don't want you to hide It's cold and loveless I won't let you be denied

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-