64 résultats trouvés pour aranyss

AuteurMessage
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: This kind of torture, I just can't bare ; I want you here ⊹ ARANYSS#9
Invité

Réponses: 1
Vues: 656

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: This kind of torture, I just can't bare ; I want you here ⊹ ARANYSS#9    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyMar 4 Oct 2016 - 1:10
this kind of torture i just can't bare
i want you here

I’ll keep you safe. Try hard to concentrate. Hold out your hand. Can you feel the weight of it. The whole world at your fingertips. Don’t be, don’t be afraid.  Our mistakes they were bound to be made. But I promise you I’ll keep you safe
27 MAI 2003 ; {#}Aranyss{/#} 9


Elle se souvient qu'il avait boudé à l'époque. « C'est trop risqué », avait-il râlé quand elle avait exigé que les mêmes enchantements s'enlacent aussi autour de son annulaire. « C'est trop dangereux », avait-il protesté quand elle avait menacé de refuser de lier leurs magies au bout d'une de leurs sempiternelles disputes d'amour. « Je ne veux pas que tu souffres », avait-il marmonné quand l'Enchanteur avait tissé la magie autour du métal précieux. Aujourd'hui, Nyssandra est contente d'avoir insisté et d'avoir gagné. Aujourd'hui, le mal-être d'Aramis qui lui retourne l'estomac, c'est tout ce qu'il lui dit qu'il est encore en vie.

Paradoxalement, elle est contente d'avoir au moins ça.
Elle n'aurait pas supporté de revenir dans leur appartement et d'y trouver leurs affaires dans l'exact même état que lorsqu'elle est partie, deux jours plus tôt, pour se rendre au rendez-vous donné à Astoria. Elle n'aurait pas supporté ce que ça voulait dire. Ces derniers jours, elle a tendance à ne plus vraiment être rationnelle vis-à-vis de la Mort ; alors Nyssandra est presque certaine qu'elle aurait fait une bêtise et que c'est un cadavre froid, au lieu d'elle, qu'Aramis serait en train de se serrer contre lui.

« N-Nyss. » La bouche se tord un peu en grimace, en éclats de douleur. Les bras l'enlacent trop fort, meurtrissant ses chairs fragiles ; et Aramis a en lui des chagrins qui grattent, parviennent à accrocher son empathie sevrée et débridée, malgré l'eau qui s'attarde encore sur sa peau chaude, dans ses cheveux trempés. « Nyss. » Un instant, elle le laisse faire pourtant. Elle se laisse étouffer, bouleversée de le voir pleurer, pour la première fois sans doute, bouleversée par les suppliques qu'il explique sur ses lèvres. « Mon amour. Ne pars pas. Ne me laisse plus. » Bouleversée, aussi, de retrouver sa chaleur contre le coeur malade d'inquiétude pour lui qui ne revenait pas, qui n'allait pas. « S'il te plaît ... s'il te plaît. J-je ne veux plus être seul. » « Aramis, je- » « Je promets ... je promets de mieux t'aimer. J-Je promets de t'acheter ... cette maison en Irlande. On mangera des crêpes. On fera l'amour alors ... s'il te plaît. » Un moment, elle se demande où il a eu l'idée de l'Irlande, des crêpes et de l'amour - elle se souvient à peine de ce qu'elle a déliré aux portes de la mort ; elle sait seulement qu'elle avait des regrets par bouquets et qu'elle ne veut plus jamais vivre, ou mourir, avec cette sensation d'inachevé, de raté. « S'il te plaît, ne me quitte plus. » Nyssandra se mord la lèvre pour assassiner un couinement de douleur quand les doigts serrent plus fort sur ses muscles encore endoloris par les mauvais traitements. « Tout ce que tu veux, Amour, essaie-t-elle, et ses mains essaient de deserrer les doigts, de s'y enlacer pour le rassurer : mais- » « Je t'en supplie, Nyss. Mais il n'écoute pas, il s'égare sur sa peau, glissant de cauchemar en monstre dans le placard : Je promets sur la Magie. J-je promets de tellement mieux t'aimer »

« ARAMIS » est-elle obligée de crier, d'appeler comme on réveille un enfant qui n'arrive pas à échapper aux mauvais rêves. Dans le silence de l'entrée, le nom résonne, ferme et autoritaire, mais les doigts qui caressent les joues creuses d'Aramis sont tendres, aimants comme les lèvres qui embrassent les traits mouillés de larmes. « Je suis là, regarde ... » Et Nyssandra sourit, rassurante - elle a au fond des yeux fauve, ces lueurs qui disent qu'elle sait de nouveau, qu'elle peut lire, et sentir, et ressentir ; qu'elle partage de nouveau les tourments qui le torturent : « Je ne vais pas partir, j'ai promis. » Lentement, la main fine s'enroule sur le poignet d'Aramis, tire doucement pour mener la main là où bat le coeur. « Je suis vivante, d'accord ? » Puis elle porte la main à ses lèvres, dépose un baiser sur le bout des doigts. « Et je t'aime, tu le sais, ça, pas vrai ? Je t'aime tellement fort, tu n'as pas besoin d'empathie pour le sentir. » Et enfin, un baiser lent sur l'alliance qui marque l'appartenance et les promesses de pour toujours et à jamais dans l'union de leurs magies.

Patiemment, elle attend qu'il acquiesce avant de reculer d'un pas, sortant de son étreinte à contre-coeur mais ne lâchant son poignet que pour glisser ses doigts autour des siens. « C'est fini, maintenant, Amour, promet-elle quand elle le sent commencer à paniquer à nouveau : On est à la maison. » Ils sont en sécurité maintenant, ça va aller ; ils sont forts à deux, ils peuvent survivre à tout si c'est l'un pour l'autre. « Je ne te lâche plus, on va juste s'occuper de toi, tu veux bien ? » D'une main, la porte de la salle de bain est repoussée, claquant paresseusement contre le mur. Dans la pièce, l'humidité s'accroche encore au carrelage et sur le miroir, dernières traces de la douche de laquelle Nyssandra est sortie précipitamment en sentant la magie d'Aramis pleurer, enlacée à l'alliance. La baguette trace un sort, un peu faiblard, même pour elle ; et l'eau coule à flots chauds dans la baignoire pendant qu'elle s'affaire à l'asseoir : « Je vais m'occuper de toi, Amour » Elle va réparer son cœur et soigner son corps ; elle va le guérir. « Et après, on ira dormir. »

Et après, on laissera tout ça derrière nous - le monde, le chaos, la guerre, les abandons : tout ne sera plus qu'un mauvais rêve.
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: ARANYSS #5 bis ► one thing you can't hide is when you're crippled inside
Invité

Réponses: 3
Vues: 555

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: ARANYSS #5 bis ► one thing you can't hide is when you're crippled inside    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyDim 31 Juil 2016 - 1:35
one thing you can't hide is when you're crippled inside

Nobody looks good in their darkest hours. But it's those hours that make us what we are.
25 JUILLET 2002 ; {#}Aranyss{/#} 5 bis


Tu n'as jamais saisi, compris.

Tu as toujours cru que c'était plus facile. Tu as toujours cru qu'en les ignorant, en les balayant, elles s'en iraient, te délaisseraient. Tu as toujours su, pourtant, qu'elles te rattraperaient un instant, un moment. Tu sais qu'elle se brise, qu'elle se bousille sur la crise des émotions, des tensions. Tu sais que c'est de ta faute. Les sentiments tambourinent, s'assassinent, enveniment le don. Et vous avez perdu tant de temps à vous engueuler, à vous engluer dans ces maux, dans une overdose de maux.

La cage dans laquelle tu les as enfermé n'a jamais rien arrangé, l'a toujours dérangée. Tu te souviens de ses larmes, des douleurs & de ta rancoeur. Elle n'est pas si loin de ton coeur. Tu te souviens n'avoir pas compris, tu lui en veux. Tu lui en as toujours voulu de savoir te lire, t'écrire, te décrire. De savoir mieux que toi. Et pourtant, cette fois, tu ne veux pas fuir, tu veux la retenir. Cette fois, tu n'écouteras pas. Tu n'as jamais été bon pour écouter.  « J-je veux mourir. » , souffle-t-elle, les cils bercés de larmes, le maquillage ravagée par les traces du chagrin. Quelque chose étrangle ton coeur & tu souffles un « Non » lent. Ne sait-elle pas ? Ne comprend-t-elle pas ? Elle n'en a plus le droit depuis qu'elle est dans tes bras, qu'elle est à toi.

Et tu promets.
Tu jures que tu promets de l'aimer, la protéger, la garder.
De tout réparer, même si tu dois en crever, même si tu dois te damner.

« -mal. » , et tu es désolé de lui faire encore un peu plus mal. Et tu es navré d'encore l'étrangler dans tes sentiments, dans tes ressentiments. Mais bientôt, tout s'en ira, tout ira bien. Et elle crie, silencieuse, malheureuse ( tout est de ta faute). Elle crie entre vos lèvres liées, ses pleurs se perdant dans ta barbe. Encore un peu, veux-tu lui souffler, pour te faire pardonner, pour la laisser avaler. Encore un peu & on se vengera de ceux qui t'ont fait ça. D'une main, tu essuies ce qui a glissé sur ton menton, figé dans tes masques alors que les bourrasques soufflent colère, soufflent culpabilité, douleur amère. Elle tousse, la respiration difficile, le cœur en équilibre instable. Contre toi, le nez dans ta chemise, elle peine à parler, s'exprimer.

Et tu voudrais avoir un peu de patience, de décence. Tu voudrais ne pas la brusquer. Mais ça t'agace. Merlin, qu'est-ce que ça t'emmerde. Les mensonges se sont toujours entassés, se sont toujours bloqués dans ta gorge.  « Je- ce n’est pas …»  Quoi ? , la fusilles-tu des yeux bleus orageux. Grippé d'une maladie excessive d'amour, tu refuses de la voir se casser de la gueule au coeur. Tu refuses de ne rien faire en voyant l'enfer dans laquelle elle est jetée. « C’est- »  , souffle-t-elle, essaie-t-elle et tu sens le contrôle se rétrécir tel une peau de chagrin. La pupille rétrécit dans son orbe givré, damné, signe d'une envie de violence, d'une envie de tout casser, tout briser. « Parle. », caresses-tu d'une voix douce où pourtant se cache une fureur difficilement masquée. Les muscles jouent sous la peau & elle amorce la fuite. ( Tu vas craquer, tout envoyer valser, la pulvériser. ) Les pas à peine esquissés sont déjà comblés. Il en est hors de question. « C’est- »  « C'est   quoi ? Tu inspires, expires brutalement, la mécanique déjà enrayé par une poussée de chaleur au fond des tripes. Merlin, Nyss si tu ne parles pas, je vais - » , tu te stoppes la voyant souffrir, se détruire. Quelque chose vomit en toi, quelque chose bruisse, dégueule sa haine.  « C’est un secret,  le bras se tend aussitôt, faisant s'effondrer le secrétaire dans une poussée brusque. Les fioles explosent, éclatent, les lettres s'effondrent. Le bois tremble, martyrisé.  Tu vas mourir sinon. ». Un sourire s'affiche, s'épaissit ; « Au cas où tu n'aurais pas remarqué, tu humectes tes lèvres. Je ne compte pas crever. » « Non, je ne veux pas. Je ne le supporterai pas. » , souffle-t-elle. Et tu grimaces ; « Soit, tu ne veux pas. »


Mais, toi, tu veux. Et on ne te dit jamais non impunément. « Alors, je le prendrai. »,  ombre féroce, tu te penches au-dessus d'elle, enroulant tes doigts autour de sa gorge blanche. Tu la forces à lever les yeux. Terre humectée de larmes contre océan violent, tu souffles doucement, lentement. Tu  inspires te vidant la tête de toutes pensées parasites, de tous sentiments trop puissants, trop collants, « Ne bouge pas. ». Et brutalement, tu tires sur la magie aux alentours, l'avalant à grandes doses, te noyant dans ses bras. Ta pupille se dilate, le passé s'étale, s'emballe. Les visages s'entremêlent, se démêlent. Tu remontes le fil, dans les tremblements de ton corps. Tu tires plus vite, plus fort. Et ce que tu vois te dégoûte, ce que tu vois t'arrache le ventre. Le cœur est rapide, se suicide dans ton torse. Tu trembles un peu en retirant tes doigts ; « Bones & Rookwood. », scelles-tu comme une promesse. Une promesse de les abattre, de les foutre plus bas que terre, l'enfer.

« Si tu crois que je vais les laisser me tuer. », un silence. « Tu te mets le doigt dans l'oeil jusqu'au coude, Ollivander. Une caresse sur son visage. Si tu crois que je vais te laisser à eux, un regard où filtre le dégoût pour ceux qui ont osés la toucher, l'effleurer, tu ne me connais toujours pas. » Tu l'observes ; Combien de fois, ont-ils osés te la voler? Combien de fois, l'ont-il pris pour acquise ? « Tu es à moi. », vérité affirmée, scandée, tu ne la laisseras à personne d'autres que toi. Tu ne la laisseras jamais qu'à tes bras, qu'entre tes draps. Et tu les maudis, ceux-là qui croient qu'ils peuvent rester impunis, dans le déni. Tu les maudis car ils n'ont jamais connus la fureur des Lestrange. Ils n'ont jamais bravés la tempête qui va exploser, tout pulvériser. « Juste à moi. », la voix exprime une possessivité mal maîtrisée, à peine retenue dans tes yeux clairs. Et tu te damnes, tu t'enflammes juste pour elle, juste contre elle. La raison décline, s'épuise contre l'amour qui t'étrangle les veines.

Un soupir, tu la relâches, te rétractes un instant dans un pas de distance. « Tu veux vraiment que je parte maintenant ? », cales-tu, te calmant doucement, progressivement. Tu te grattes le crane, observant de tes yeux clairs la brune. « C'est à toi, je crois. », murmures-tu, et dans un regard fuyant, sans faux-semblant, tu laisses la bague au creux de ses doigts. Puisqu'au fond de toi, il y a un besoin de la garder un peu. Puisqu'au creux de ton ventre, il y a toujours trop d'amour pour l'Ollivander.
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: NYSSANDRA LESTRANGE ► Here I am, the victim of my own choices. And I'm just starting.
Invité

Réponses: 6
Vues: 964

Rechercher dans: Fiches poussiéreuses   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: NYSSANDRA LESTRANGE ► Here I am, the victim of my own choices. And I'm just starting.    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyDim 19 Juin 2016 - 16:19
Boys don't cry
une citation de ton choix une citation de ton choix


Aramis Lestrange
{#}aranyss{/#}

ft. Nicolas Simoes, (sovereign)
Elle s'en va, et elle revient, la trajectoire elliptique au possible. De rencontres aux paroles assassines en trêves sur un champ de bataille bicolore, Nyssandra sait qu'Aramis est mauvais pour elle. Dangereux. Parce qu'il connait par cœur ses masques, ses mensonges et ses pitoyables manipulations. Lui possède la carte de ses failles et, contrairement aux autres, il n'hésite jamais à y enfoncer les doigts pour l'ouvrir toute entière et faire sortir sa laideur. Pourtant, Nyssandra reste. Elle érige des murailles, creuse des douves et aiguise ses mots pour établir des distances sans jamais oser s'éloigner de trop. Il y a des aimants en elle qui tirent, l'attirent et la font dérailler. Il y a l'attraction, la gravité et ces forces cosmiques qui la ramènent toujours à lui comme une planète piégée par une étoile. Ce n'est pas plus mal, susurre la petite voix de ses noirceurs égoïstes : leurs jeux ne se font qu'à deux et elle ne veut pas qu'il se trouve un autre partenaire. Elle ne le laissera pas l'abandonner. Jamais. Pas même pour le Magister et cette Marque qui signe son appartenance à un autre qu'elle.
Ascleus Ollivander
{#}asclyss{/#}

ft. Liam Neeson, (Lutiine)
On raconte que toutes les petites filles veulent épouser leur père, et la petite Eudoxie de son enfance n'a pas dérogé à la règle. Elle voulait désespéremment l'amour de son père, son affection, son attention. Sans doute aurait-elle tout préféré à cette déception permanente, cette impression de ne jamais être assez, de ne pas valoir les quelques moments où il posait le regard sur elle. Tu es une fille. Le reproche éternel. L'infinie déception. Ascleus voulait un fils, et il devait se contenter d'Eudoxie. Une gamine dont les prouesses d'enfant faisaient raisonner des et si douloureux dans sa tête (et si Esther n'avait pas perdu leurs fils en fausse couche ? et si il devait se contenter d'Eudoxie toute sa vie ?). Une adolescente qui a rejeté la Magie, qui a abandonné (qui abandonne toujours). Une femme qui a osé abandonner les siens, s'est convertie à l'indépendance au lieu de continuer à adorer les Ollivander. Aujourd'hui encore, ses mots sont les plus douloureux pour Nyssandra. Aujourd'hui encore, sa déception est un poignard qu'il lui fiche dans le coeur. On ne se débarrasse pas si aisément des liens du sang.
Jerald Macmillan
{#}jeroxie{/#}

ft. Richard Armitage, (Nuit Parisienne)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
Ardal Ollivander
{#}nyssardal{/#}

ft. Max Irons, (big bad wolf)
Les relations entre Nyssandra et Ardal ont toujours été ... compliquées, délicates. Conflictuelles. La première née des Ollivander aurait dû être l'exemple à suivre, mais Ardal est le fils que tout le monde attendait. Le fils qu'on attendait depuis trop longtemps. Pour l'attention qu'il recevait sans mal d'Ascleus, et pour l'amour que lui témoignait ouvertement Esther, Nyssandra l'a envié, longtemps jalousé pour ça. De son côté, il a méprisé cette sorcière qui rejettait les Ollivander et leur héritage en partant travailler pour des journaux à l'étranger et s'extirpant de l'autorité familiale. Bien sûr, il y a les liens du sang entre eux. Bien sûr, il y a Lorcàn comme un trait d'union entre eux. Mais il y a aussi les individualités fortes que sont Ardal et Nyssandra. Des individualités qui entrent fréquemment en collision alors qu'il donne tout aux Ollivander et qu'elle refuse tout ce qui en porterait le sceau. Il a parfois l'impression qu'elle le rejette aussi pour ces mêmes raisons. Peut-être que leur seul vrai problème ne vient pas des Ollivander et de la lignée. Mais simplement de leur amour mal exprimé.
Lorcàn Ollivander
{#}lorcanyss{/#}

ft. Max Irons, (mistake storms)
Lorcàn est un passionné de Magie, comme Ardal. Mais contrairement à son frère, il ne fait pas tout sous le sceau des Ollivander. S'il leur reste loyal, il n'oriente pas ses buts en fonction du bien-être des Ollivander et ne se sent pas obligé de ramener Nyssandra dans la famille. Ce qui explique qu'il y ait bien moins de frictions entre lui et sa soeur. De là à dire que Lorcàn est aussi proche d'elle qu'il l'est d'Ardal, il y a un gouffre. Ils demeurent différents - et Lorcàn prend plus souvent le parti d'Ardal que celui de Nyssandra lorsque ces deux-là s'opposent. Même lorsqu'il n'est pas d'accord. Un détail stupide qui agace la sorcière. Cependant, Lorcàn est le seul à l'avoir soutenue quand elle est partie à l'étranger. Le seul à ne pas avoir critiqué son choix de s'émanciper d'un nom qui lui pesait. Il ne l'a pas dit, bien sûr, se contentant de lui envoyer une lettre pour lui demander comment elle allait. Mais c'était suffisant. Qu'il ne la prenne pas de haut est suffisant à leur bonne entente.
Ian Ackermann
{#}ianyss{/#}

ft. Jude Law, (Ecstatic Ruby)
Ian était pur et c'était bien la seule chose qu'il avait pour lui, auraient dit ses parents. Esther Parkinson ne le trouvait pas assez prestigieux, Ascleus Ollivander ne le pensait pas assez érudit. Après avoir appris à le connaître, Nyssandra, elle, le trouvait très bien. Trop bien pour elle, même. Et elle n'a jamais vraiment compris pourquoi il l'aimait. Elle s'est longtemps (toujours) demandé si, au final, il n'était pas amoureux de la Nyssandra forte, indépendante et adorablement peste plutôt que de cette Nyssandra égoïste, désabusée et pessimiste qu'elle est au fond. Elle n'a jamais su, et n'a jamais voulu le savoir, s'efforçant d'être celle qui serait à la hauteur de Ian et de l'amour qu'il avait pour elle. Oui, elle l'a aimé. Enormément. Au point d'accepter un mariage et d'envisager sa vie avec lui. Mais elle n'a jamais su lui montrer entièrement qui elle était, avec ses failles et des défaillances, de peur qu'il décide de partir.

Draco Malfoy
{#}drassandra{/#}

ft. Tom Felton, (schizophrenic)
Sans qu'il le sache, Draco est celui qui a réconcilié Narcissa avec Nyssandra. Ce n'est qu'avec la naissance de l'héritier Malfoy que l'adulte a adressé ses premiers mots à la fillette qui avait toujours senti l'affection de Cissa mais s'était toujours heurtée à son indifférence glaciale. Paradoxalement, Draco a aussi été source de souffrance pour la gamine, blâmée plus encore d'être une fille par une Esther qui se détestait d'être jalouse du bonheur de sa meilleure amie.
Envieuse, elle l'a été bien sûr : Narcissa incarne un idéal maternel hors de portée et l'attitude de Draco n'y rendait pas toujours justice. Jalouse ? Non. Elle le voyait courir obsessionnellement après l'approbation de son propre père comme elle l'avait fait dans le passé et c'est sûrement pour cette raison qu'elle a mieux et plus aimé le fils de Narcissa que ses propres frères. Ca, et le fait qu'elle sentait bien l'amour de Draco pour sa mère sous ses airs de garçon qui joue les grands. Combien de fois a-t-elle levé les yeux, souri à la cheshirienne ou soupiré d'un air entendu devant la trop grande fierté du blond ? Trop souvent, si on écoute le garçon. Mais lui-même n'est pas vraiment dupe de l'attitude blasée de Nyssandra, de cette indépendance qui dissimule des carences en affection familiale. Match nul donc. Pourtant, avec Draco, cet équilibre ne la gêne pas. Si certaines vérités sont dévoilées, révélées en filigrane, Nyssandra sait que celles-ci se parent du sceau du secret et de la discrétion. Amis, leur complicité et leur confiance se sont étendues jusqu'au secret de la naissance de Scorpius dont elle connait les sombres tenants et aboutissants par la bouche même de Draco. Et, étant une des personnes encourageants le blond à prendre la responsabilité de l'enfant à naître, il lui fallait bien accepter la demande (extravagante, si vous lui demandiez son avis) de l'héritier Malfoy à ce qu'elle soit la marraine de l'enfant. Qu'importe à quel point elle avait peur de décevoir Draco en étant une mauvaise marraine.
Scorpius Malfoy
{#}nyssius{/#}

ft. nobody, (Heresy)
Nyssandra a l'amour égoïste. Il n'y a que placée face à la blondeur et aux moues de son filleul qu'elle revient à sa nature d'antan, celle d'une gamine qui veut donner et ne demande qu'à recevoir un peu d'amour, bien loin de l'adulte qui se permet tout et prend ce qu'elle veut sans permission. Car, pour Scorpius, elle a toutes les attentions, toutes les délicatesses. Imitant inconsciemment Narcissa, elle le couvre d'amour et de cadeaux, sortant de ses sentiers battus pour investir la cuisine en conquête d'un gâteau au chocolat aux bords un peu trop cuits ou pour lui installer une chambre jusque dans son refuge secret de Lake District. Parce qu'elle aime Scorpius et, avec lui, elle se découvre un instinct maternel qu'elle pensait tordu, brisé par Esther. Elle découvre la Nyssandra, plus douce, plus belle, qu'elle aurait pu devenir. Et elle s'assurera que l'enfant deviendra celui qu'il est destiné à être et qu'il ne se retrouvera pas utilisé et brisé par le reste du monde (ou sa stupide et égoïste génitrice), dusse-t-elle se noircir le cœur plus encore pour le protéger.
Rabastan Lestrange
{#}rabanyss{/#}

ft. Michael Fassbender, (SWAN)
Bien qu'elle soit une des familières des enfants Lestrange et que sa mère fréquente assidûment Mrs Lestrange, ce n'est qu'une fois au bras de Roman Travers que Nyssandra a rencontré le terrible Rabastan Lestrange, toutes barrières levées. Et c'est à peine s'ils échangèrent plus que des politesses de circonstance avant que Nyssandra ne se désintéresse de la discussion entre les deux Mangemorts, s'excusant pour aller rejoindre ses amies. Depuis, les deux sorciers croisent assez peu, et essentiellement lors d'occasions officielles, mais c'est bien assez pour que sous un masque parfait de la bienséance et du professionnalisme, l'empathie de Nyssandra ait senti toute la méfiance qui émane du sorcier à son égard. Prudente, elle se retranche derrière une politesse impeccable mais évite les contacts superflus avec le Mangemort, persuadée qu'il a appris d'une façon ou d'une autre ses velléités vis-à-vis du Magister dont il est un des plus fidèles lieutenants. Si elle savait les reproches de Rabastan sont d'ordre familial plus que politique, nul doute qu'elle rirait bien joyeusement de sa paranoïa.

Arsenius Lestrange
{#}arsyss{/#}

ft. Vinnie Woolson, (Shiya)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
Bill Weasley
{#}byss{/#}

ft. Domhnall Gleeson, (sovereign)
Il était facile de se moquer de Bill Weasley dont les vêtements passés de mode criaient à la pauvreté. Il était facile de rejoindre la masse. Bien qu'à Poufsouffle, la petite Nyssandra était trop occupée à se chercher une place dans le monde et la société (et peu lui important la société, en vérité) pour se préoccuper d'être juste ou injuste. C'était presque exaspérant qu'il ne réagisse pas à ses piques, que son humeur vacillait à peine face aux moqueries qu'elle lui assénait à chaque fois qu'ils se croisaient. Puis elle a abandonné, frustrée de voir qu'il ne répondait pas à son immaturité patente et se trouvant d'autres cibles. Et enfin, ça l'a un peu attirée, un peu charmée quand elle a cru être tombée sur l'exception à la règle. Sur cette personne au cœur noble de ses idéaux naïfs. D'amis en couple officiel, ils se sont mis ensemble un peu par hasard. C'était une relation tranquille et confortable dont la rupture a été consommée quand Bill a fini ses études sans qu'aucun heurt ne soit fait à leur amitié. Une amitié qui, renouée au retour de l'Ollivander sur les terres anglais, a servi de prétexte à Molly pour une invitation à dîner au Terrier dans l'espoir de vendre une anglaise à son fils aîné et de détourner Bill de son mariage imminent - une manœuvre aussi amusante que gênante pour la sorcière. Son dernier bon souvenir avec Bill avant que la guerre ne rompe le contact à nouveau.
Alastar Doherty
{#}Alyss{/#}

ft. Theo James, (.Cranberry)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Jeremiah Anderson
{#}jessandra{/#}

ft. Benedict Cumberbatch, (Shiya)
La cohabitation entre Nyssandra et Jeremiah a toujours été un peu délicate. Intelligents tous les deux, mordants tous les deux et  ... le gouffre se creuse quand vient la question de la politique ou de l'idéologie. Quand Jeremiah est passionné et s'engage facilement dans de nombreuses causes, Nyssandra préfère rester en retrait et ne s'impliquer dans rien. Une attitude qui l'agace d'autant plus qu'il trouve la femme intelligente et clairvoyante. Longtemps, d'ailleurs, elle n'a été que l'idiote qui gaspille son cerveau sur des choses inutiles (il n'a jamais eu beaucoup d'admiration pour la section mondaine de la presse) et il a longtemps montré de l'incompréhension sur la relation entre Ian, son meilleur ami, et Nyssandra. Sur la fin, pourtant Nyssandra lui semblait plus fréquentable (et il semblait moins chiant à l'anglaise). Ils auraient pu se considérer comme amis, mais quand elle est revenue en Angleterre pour oublier Ian, l'Ollivander a simplement décidé de rompre leurs liens. Elle ignorait d'ailleurs qu'il était venu avec d'autres journalistes étrangers jusqu'à ce qu'elle trouve son nom dans le Phare à On. Au nom de leur vieille amitié, elle a voulu le sauver, jouant de relations pour tenter de le faire sortir d'Azkaban, quitte à en faire son Rebut, jusqu'à ce qu'elle apprenne sa mort au détour d'une conversation dans les locaux de la Gazette.
Theodore Nott
{#}theoxie{/#}

ft. Dylan O'Brien, (CryingToYourHeart)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
Severus Snape
{#}sevexie{/#}

ft. Alan Rickman, (schizophrenic)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.

Matteo Grimaldi
{#}nysseo{/#}

ft. James McAvoy, (SWAN)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
Davius Llewellyn
{#}dassandra{/#}

ft. Misha Collins, (Eclatic)
La voix grave de Davius. La chaleur du sort qui la percute. Davius Llewellyn est d'abord synonyme d'une terreur nouvelle, de la réalisation de sa propre mortalité. Une nouvelle vulnérabilité de plus, une faille qui se crée alors qu'elle se vide de son sang. Si elle a accepté ses excuses dans cet atelier maudit et qu'elle l'a aidé, il lui est encore difficile de mettre une étiquette sur ce qu'est l'insurgé à ses yeux. Une alliance ? L'homme qui a manqué de la tuer ? Ou celui qu'elle a aidé contre toute logique ? Une chose est certaine, cependant. Il l'intrigue autant qu'il la dérange. Il a ces serments et ces certitudes qu'elle ne comprend pas vraiment, incapable qu'elle est de déterminer comment elles ont fait pour se cheviller à son cœur si profondément. Et pire encore, il a engrainé en elle des idées dont elle se passerait bien. Que le Magister n'est pas invincible. Qu'elle peut changer quelque chose. ... Peut-être qu'au fond, elle lui en veut de bouleverser ses habitudes et d'essayer de raviver des idéaux qu'elle veut enterrer. Qu'a-t-il dit déjà ? Qu'elle n'est pas comme les autres ? Quelle mauvaise blague.
(Et peut-être qu'elle le remerciera un jour)
Keziah Campbell
{#}nyssiah{/#}

ft. Simon Baker, (Kaiji)
Campbell est l'insupportable blondinet qui tapait sur les nerfs du rédacteur en chef de la Gazette, lequel tapait ensuite sur les nerfs de ses journalistes. Alors fraîchement revenue des Etats-Unis, autant dire que se faire houspiller à la place d'un Monsieur Sourire (et qu'importe les qualités vantées par Eris à propos dudit sourire), ça n'est pas bien passé chez Nyssandra et que la mention de Keziah Campbell suffisait à l'agacer. Jusqu'à ce jour où elle a pu enfin le mordre de sa verve alors qu'il essayait de la titiller alors qu'ils étaient devant le bureau du rédacteur en chef. Pas sensible pour un sou à son numéro de charme, elle reconnaît cependant une intelligence face à laquelle il est souvent amusant de s'opposer.

Wayland d'Anjou
{#}noway{/#}

ft. Dane Dehaan, (LARME STLAURENT)
Wayland d'Anjou lui fait peur. Lorsque le sorcier approche d'elle, son instinct de survie virait au rouge et il n'avait jamais beaucoup besoin de s'approcher pour qu'elle sente toutes les émotions noires du sorcier gratter contre ses barrières mentales. L'homme est un psychotique, une opinion déjà fort négative qui a trouvé le moyen de s'aggraver encore quand Nyssandra a constaté qu'il prenait un malin plaisir à l'approcher. Comment il est parvenu à comprendre qu'elle le craignait et qu'il la mettait mal à l'aise ? Elle l'ignore, car elle est certaine qu'il n'est ni empathe, ni legilimens. Mais les faits demeurent : Wayland joue au chat cruel qui s'amuse à effrayer la souris et leurs rencontres sont provoqués. Du moins, elles l'étaient jusqu'à ce qu'on l'enferme à Azkaban. Une nouvelle dont elle se réjoui.
Augustus Rookwood
{#}augnyss{/#}

ft. Mads Mikkelsen, (Datura)
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipisicing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam, quis nostrud exercitation ullamco laboris nisi ut aliquip ex ea commodo consequat. Duis aute irure dolor in reprehenderit in voluptate velit esse cillum dolore eu fugiat nulla pariatur. Excepteur sint occaecat cupidatat non proident, sunt in culpa qui officia deserunt mollit anim id est laborum.
Roman Travers
{#}roxie{/#}

ft. Luke Evans, (Shiya)
Epouse Roman Travers et tu auras ta place chez les Ollivander. On peut se croire aussi indépendant qu'on veut, on aspire toujours à trouver sa place. Nyssandra a toujours aspiré à obtenir une place dans sa propre famille, une rédemption pour ses promesses brisées. Alors elle a accepté l'arrangement. Pas pour le bien des Ollivander, mais pour son bien à elle. De façon égoïste. Ce qui ne signifie pas qu'elle doive en sauter de joie, n'est-ce pas ? Epouser un Mangemort, ce n'est pas vraiment la joie. Epouser celui-ci ? Pire encore. Aussi prompt à s'enflammer de colères incompréhensibles qu'à envahir son espace personnel comme si elle était sa chose. Fatigante girouette pour ses boucliers mentaux. Elle a pour lui un mépris grinçant et une condescendance acide. Mais aujourd'hui, Roman Travers a rompu les fiançailles en apprenant que ses entrailles sont plus inutiles que celles d'Esther Ollivander. Et quand bien même si lui viendrait l'idée de venir réclamer sa possession sur elle, il lui faudrait revenir d'entre les morts.

Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: ARANYSS #5 bis ► one thing you can't hide is when you're crippled inside
Invité

Réponses: 3
Vues: 555

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: ARANYSS #5 bis ► one thing you can't hide is when you're crippled inside    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptySam 28 Mai 2016 - 0:07
one thing you can't hide is when you're crippled inside

Nobody looks good in their darkest hours. But it's those hours that make us what we are.
25 JUILLET 2002 ; {#}Aranyss{/#} 5 bis


« Laisse-moi voir » Le geste de la tête trace le refus. S’il te plaît, non. C’est trop difficile de tout montrer, de dévoiler les faiblesses laides et tous les monstres d’égoïsme sous les soies, le maquillage et le sourire. C’est trop douloureux de se dire qu’il va la quitter s’il découvre tout. S’il réalise qu’elle est juste pitoyable, juste faible – tellement inutile, tellement décevante. Il va la quitter, et elle n’aura plus rien. Ou, pire, il va la mépriser. « Laisse-moi tout voir. » Qu’il parte, pitié. Nyssandra jure qu’elle sourira mieux demain, qu’elle ira mieux, qu’elle sera belle – qu’elle fera la belle, l’enfant mondaine et la reine de cœur. Elle promet, mais – pas maintenant, pas ce soir. Elle a le cœur bouffé, explosé sous les fils tranchants, brûlants des émotions tyranniques. Elle est jalouse, elle est triste, désespérée, ravie déçue, en colère, méprisée, méprisante, trompée, amusée, malmenée, angoissée ; elle est toutes ces choses qui tirent dans tous les sens et elle ne sait même pas pourquoi. « Nyss, montre-moi, s'il te plait, amour. » Instinctivement, elle ramène ses jambes contre elle, elle évite le contact dans le souffle court d’un animal traqué.

Elle fuit, elle cherche refuge près du secrétaire en bois, elle cherche la protection des potions-poisons, des tueuses de cette empathie anarchique qui dévaste son identité. Nyssandra, Nyssandra, Nyssandra. Elle est Nyssandra ; et elle s’accroche au nom, au mot, même si elle ne sait plus bien ce que ça signifie. Est-ce que ça ne signifie encore quelque chose ?

« Ollivander » Quelque part dans les brumes fiévreuses, le mot éveille des souvenirs, de vieux réflexes qui bousculent l’équilibre précaire ; et malgré les doigts accrochés au tiroir, la fiole roule au sol, déverse le contenu sur les lattes du parquet.  « -s’arrête. » Les larmes coulent plus fort, les articulations sont blanches sur le bois. « Oui, je sais. Je vais t'aider, d'accord ? » « J-je veux mourir. » Tout fait mal du corps au cœur. Et elle veut juste que ça cesse, que ce soit fini. Un sanglot pitoyable l’étrangle. Qu’on la tue, qu’on assassine l’empathie. Pitié, que ça s’arrête. Elle a mal, elle a tellement mal, perdue dans les tempêtes d’émotions étrangères.

La proximité la brûle, elle gémit douloureusement quand le bras d’Aramis se glisse autour d’elle. Ça fait - « -mal. » Sanglote-t-elle, n’ayant plus la force de s’échapper, de se sauver. Les émotions d’Aramis ont toujours été fortes, trop fortes comme des vents d’Eole trop longtemps enfermés dans leurs outres. Sa mère n’a jamais compris que tout brider ne les rendait que plus sauvages, plus furieuses. Sur l’empathie hypersensible, c’est comme un tison sur ses nerfs à vif. Et c’est encore pire quand leurs lèvres se scellent, que le contact s’établit. Le cri de douleur se noie dans la potion, les doigts se crispent plus fort sur la chemise. « Avale. » L’obéissance est naturelle, tant elle est perdue, désespérée. Nyssandra se jetterait du haut d’un pont si on le lui disait. « Tout. » Alors elle avale, ça la fait tousser, ça brûle dans sa gorge – mais elle obéit (parce qu’il a promis d’aider). Et elle déglutit plus fort, et elle tousse encore, encore quand la potion étend son emprise sur le don, ramène, puis étouffe l’empathie qui a tiré sa magie partout en elle. Peu à peu, le noir se fait, le froid revient, elle s’éloigne d’elle-même, de sa propre nature – dans les bras d’Aramis, elle frissonne comme une enfant qui a peur de la nuit. « Depuis combien de temps ? » Attaque-t-il, elle ne répond pas tout de suite. Sa gorge fait mal encore, quelque chose tambourine de nouveau dans sa tête – comme une migraine. (tais-toi, tais-toi, tais-toi) « Je- ce n’est pas … » Le mensonge vacille sur le fil d’une voix qui déraille. Et aussitôt, il continue son attaque, chercheur de vérité sans repos. « Qui te fait prendre ses merdes ? » A nouveau, la bouche s’ouvre, puis se referme quand les mots se refusent à elle. (tais-toi, tais-toi, tais-toi) « Qui les a créé ? » « C’est- » (tais-toi, tais-toi, tais-toi) Et involontairement, les muscles se tendent, amorcent la fuite. Mais ses jambes fragiles tremblent sous elle, lâchent et elle retombe en arrière. « C’est- » Les lèvres essaient d’esquisser la vérité (tais-toi, tais-toi, tais-toi) mais rien ne vient, tout est étouffé dans la litanie fiévreuse d’une voix dans sa tête. (tais-toi, tais-toi, tais-toi) Avec un hoquet de douleur, les bras s’enroulent autour du crâne, le souffle s’affole, erratique dans sa poitrine. (tais-toi, tais-toi, tais-toi) Mais elle veut lui dire, elle veut se confier. Elle ne veut pas lui mentir. (ne dis rien – tu vas le tuer, tu vas le tuer, tu vas le tuer) « C’est un secret, couine-t-elle entre deux respirations sifflantes (tu vas le tuer) : Tu vas mourir sinon. » (c'est ça, tu vas le tuer, tu veux le tuer ?) « Non, je ne veux pas. Je ne le supporterai pas. »
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: ARANYSS #6 (warning) ► Somewhere only we know
Invité

Réponses: 9
Vues: 1172

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: ARANYSS #6 (warning) ► Somewhere only we know    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyVen 27 Mai 2016 - 16:41
somewhere only we know

If I lay here, If I just lay here
Would you lie with me, And just forget the world?
11 SEPTEMBER 2002 ; {#}Aranyss{/#} 6


« Tu n'as pas idée de combien je t'aime. » Taquine, la langue s’égare contre le bout du doigt, les dents s’invitent sur la pulpe. « Alors montre-moi, souffle-t-elle et le baiser qui vient le cueillir épèle la tendresse et l’envie contre sa langue : Je ne suis qu’à toi. » Du bout des doigts, elle guide sa main contre le cœur qui bat, furieux, sous les fièvres amoureuses.

« Je ne suis qu’à toi. »
Puis, soudainement, il s’arrache à elle comme brûlé, effrayé. Et Nyssandra ne comprend pas, pas tout de suite. Un instant, le regard trahit la blessure des abandons avant qu’elle ne comprenne, aux aboiements du chien accouru, que c’est le temps qui vient de se déchirer, le passé qui le piétine. Dans un élan de cœur, tout le corps bouge, glisse de la table, tombe à ses côtés pour le rassurer et la main attrape ses doigts tendus. La douleur est fulgurante, les crocs du chien s’enfoncent dans la jambe pour la tirer loin de la silhouette effondrée de son maître. Elle flanche un instant, rien qu’un, où sa main se desserre autour des doigts d’Aramis ; et c’est un réflexe, rien qu’un geste, quand elle vire le gardien, protecteur des visions, d’un sort qui le transforme en tapis comme elle l’a si souvent promis.

« Ca va aller, shh, souffle-t-elle, d’une voix douce, en pressant des doigts inquiets dans les boucles brunes : c’est fini, je suis là, Amour. » « Pardon. » Doucement, Nyssandra embrasse les larmes, elle cherche à effacer les drames sous la tendresse. « Je les ai tués. » Elle sait qu’il tue, qu’il assassine. Elle sait ce qu’il est, cette marque, crachat de magie noire, le dit pour lui. Et même s’il n’en parle jamais, elle devine dans les articles de journaux, dans les histoires racontées dans la rue que, peut-être, il a été une de ces ombres masquées qui charrient la colère et les ambitions sanglantes du Lord. Nyssandra sait surtout qu’il n’y a plus vraiment de choix, une fois la Marque prise. Elle comprend bien, elle voit Draco s’exploser, Gwen s’exposer. Elle voit Aramis se briser. « A Godric Hollow, on les a piégés, ils sont morts empoisonnés puis on a tout brûlé. » Les yeux fauves se ferment, un instant, pour cacher la détresse née de son impuissance. « Je sais, shhh. » Un baiser s’égare sur le front. Et que peut-elle faire, sinon attendre dans l’angoisse, priant pour qu’ils n’en crèvent pas ? Elle n’arrive même plus à se souvenir de la dernière fois où ils ont souri sans avoir besoin d’une raison.

Quand est-ce qu’ils ont basculé en enfer exactement ?
Quand est-ce que le monde est devenu fou ?
Quand est-ce que le monde a transformé des enfants, un peu trop arrogants mais pas vraiment méchants, en instruments de mort et de désastres ?

Doucement, Nyssandra le redresse, l’aide à se lever. Menée à la baguette, la bouilloire se remplit d’eau et s’installe sur le feu. Contre elle, il tremble encore alors leurs pas les mènent dans le salon, près de la flambée qui crépite dans la cheminée, et le forçant à s’asseoir, Nyssandra le couvre d'un plaid moelleux, celui-là même où elle s’enroule tous les soirs pour travailler depuis le début de l’automne. « Je reviens vite. » Promet-elle dans un murmure, déposant un baiser dans les cheveux ébène. Elle s’échappe dans l’escalier en grandes enjambées, avalant marches deux à deux, pour verser une potion de soin sur sa plaie rouge et dénicher une de ses propres potions de soins. Et quand elle lui retourne, le plateau est aussi chargé du thé préféré d’Aramis et ce gâteau qu’il aime dévorer. « Je t’ai apporté ma potion. » Tout tient dans ce qu’elle ne dit pas, il sait bien de quelle potion elle parle. Il sait bien, il l’a souvent forcée à la prendre quand elle revient effondrée d’un interrogatoire, encore hagarde de toute cette magie qui parasite son corps. Prudemment, elle s’installe contre lui, la théière verse le liquide brûlant dans une tasse tandis que Nyssandra lui présente une bouchée de la pâtisserie au chocolat. « Tu dois manger un peu, il faut te débarrasser des restes de magie. » Nyssandra l’a assez vu s’effondrer pour savoir ce qui encourage les visions. « Mieux vaut eux que toi. » Son propre égoïsme la dégoûte, mais c’est la terrible, l’horrible vérité pourtant. Tout plutôt que les personnes qu’elle chérit. Pour eux ? Pour rester avec eux ? Elle sacrifierait, elle sacrifie le monde entier. Même si elle sait que c’est mal, même si elle doit en pleurer pour ces amours moches qu’elle traîne dans son cœur déglingué – parce que c’est eux, c’est lui avant le reste du monde. Elle est tellement laide, et il est tellement laid son amour pour eux. « Mieux vaut des milliers d'inconnus que toi – elle répète pour être sûre qu’il comprenne qu’elle accepte tout de lui, même sa culpabilité : Moi, je ne pars pas. » Elle choisit lui, coupable et meurtrier, avant eux, innocents ou pas.

Même si je dois vivre dans ce monde devenu fou, tant que je peux vivre avec toi alors ça me suffit – alors je ne pars pas.
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: I'm not an owl ► les petites lettres des rps
Luna Lovegood

Réponses: 237
Vues: 10027

Rechercher dans: HRP & beuglantes staffiennes   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: I'm not an owl ► les petites lettres des rps    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyVen 27 Mai 2016 - 10:40
mais WTF ? JE... okay, heureusement que je m'étais rajouté un jour et demi de rab' pour rattraper tout mon retard (et 'ai toujours pas fini) mais....


OMG LES FEEEEEEEEEEEEEEEELS QUE VOUS VENEZ TOUS D'ENVOYER DANS MA FACE LES GENS tbe mon keur a mal, il a très mal, omg :waterfall:

#event9 #aranyss #sifredi #bastus #draco #event8quiseprépare #touslesautres #jesuisdead

(sauvez une mel en détresse, ayez un bon coeur mes p'tits m'sieurs/dames, faites un don au 3615WRACKSPURTSPERDUS)
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: ARANYSS#8 ⊹ and now that I'm without your kisses, I'll be needin stitches
Invité

Réponses: 6
Vues: 879

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: ARANYSS#8 ⊹ and now that I'm without your kisses, I'll be needin stitches    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyMer 25 Mai 2016 - 2:01
and now that I'm without your kisses, I'll be needin stitches

There's a reason I said I'd be happy alone. It wasn't because I thought I'd be happy alone. It was because I thought if I love someone and it fell apart, I might not make it. It's easier to be alone because what if you learn you need love and then you don't have it?
27 JANVIER 2003 ; {#}Aranyss{/#} 8


(Arrête de pleurer, tu es agaçante à la fin !)
Pardon. Pardon. Pardon.
Nyssandra a honte. Elle a tellement honte de pleurer devant lui. Encore. A nouveau. Elle s’est promis que la dernière fois serait vraiment la dernière, la vraie ; elle s’est juré qu’elle ne l’embarrasserait plus avec ses larmes, avec l’expression disgracieuse de tous ses échecs.

(Et tu brises tous tes serments.)
Pardon. Pardon. Pardon.
Elle fera mieux, elle promet. Elle va faire mieux. Frénétiquement, les mains viennent frotter les yeux et la peau rougit, s’irrite du traitement indélicat, des gestes trop pressés qui éraflent la soie trop fragile.  « Viens là. Viens contre moi. » Doucement, elle s’approche à pas lents, à enjambées prudentes ; au bout de ces doigts qui cherchent à la ramener, elle redevient l’enfant craintive, jamais certaine d’être acceptée et toujours persuadée de sa culpabilité, des châtiments qui viendront punir son existence.

Contre lui, elle étouffe, emprisonnée dans une étreinte trop étroite ; et à nouveau, elle respire. Autour d’elle, tout contre elle, il y a l’odeur du citron qui l’apaise, la chaleur musquée qui la berce. Contre son oreille, elle entend le cœur qui s’apaise, chante le soulagement. Contre son cœur, il y a ces aveux qu’elle n’avait plus ressentis depuis longtemps. Et c’est tout ce qui lui faut. Précipitamment, les bras s’enroulent autour de la taille, les doigts s’accrochent à la peau chaude et mouillée. Alors reste. Elle ne veut plus jamais le laisser partir, elle ne veut pas mourir du manque de lui. « Tu es bête. » Et les larmes redoublent, se démultiplient en torrents de sanglots où se mêlent tristesse et soulagement. « Je sais, couine-t-elle, piteuse : Je sais que je suis stupide », on le lui a si souvent répété et reproché. Nyssandra sait bien qu’elle n’est ni la plus intelligente, ni la plus savante – elle connait bien tous les espoirs qu’elle a foulés du pied et les attentes qu’elle a étendues à l’infini. « Je suis désolée. Je voudrais vraiment, mais je-je suis désolée » d’être juste ça. De ne pas répondre à ses attentes, de décevoir encore et encore. Le visage caché contre son torse et les larmes mêlées à l’eau du bain qui s’accroche, elle renifle doucement. La brunette veut s’excuser sans jamais s’arrêter, c’est ce qu’elle fait de mieux ; faire de son mieux et échouer quand même, puis s’excuser et promettre et tout recommencer avec les mêmes erreurs. « J'ai fait comme toi. J'ai menti. » Les yeux sont grands ouverts, la surprise au fond des iris fauves, quand elle les relève vers lui. Même lorsqu’il tremble du froid contre ses os, Nyssandra n’y croit pas vraiment – elle a tellement peur de se tromper (encore) et de s’inventer des histoires pour elle seule. « Je ne vais pas bien sans toi. » Les doigts se promènent contre la peau encore chaude du bain avorté et sous la pulpe tendre, contre son cœur, elle croit le sentir, l’enfer de solitude, sous la glace. Ça s’effondre sous sa paume en tempêtes de désastres qui viennent éroder son cœur et son empathie. « Je ne vais pas du tout bien. » Une grimace froisse les traits de Nyssandra quand tombe le masque. « A cause de moi ? » Couine-t-elle, la voix qui dérape un peu sous la morsure des angoisses solitaires. « Je vais mourir si tu pars. » La tête se secoue, elle refuse cette extrémité où ses propres pas l’égarent mais qu’elle refuse de le voir emprunter. C’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité, mais elle s’en moque, Nyssandra n’en a même pas honte. « Tu n’as pas besoin de moi. » Parce qu’Aramis est fort, il est puissant et il a bien plus qu’elle dans sa vie. Elle refuse de le voir périr pour elle et sa misérable existence. « Tu peux vivre sans moi, tu l’as déjà fait. » Pendant des années, quand ils se déchiraient. Pendant des années, quand elle était loin – et même quand elle est revenue. Nyssandra veut se croire indispensable pour lui, mais elle ne veut pas de ces promesses morbides qui lui mettent la mort dans l’âme. Egoïste, elle préfère l’idée qu’il avance sans elle, même s’il doit en souffrir un moment, longtemps, pour un temps ; parce qu’Aramis mort, ce n’est pas acceptable dans son monde, ça la rend malade, tremblante d’horreur comme on frémirait de ces grippes voraces. Dans cette vie et dans toutes les suivantes, c’est une idée qui lui coupe le souffle autant que cette voix grave qui tremble en lâchant l’aveu (« J'ai menti, je veux te voir tous les jours de ma vie. Je veux … Toi. Notre maison. Le bain. »), autant que cette larme qui s’égare sur les lèvres, qu’elle efface d’un pouce tendre. « Tu comprends? Je t'aime. » Un rire s’éclate sur ses lèvres, laissant une traînée de joie incrédule. « Tu es un peu stupide toi aussi … » Nyssandra le mérite si peu, et elle sait déjà que ses maladresses vont continuer de le briser, elle sait qu’un jour, elle demandera, volontairement ou pas, la chose de trop et que, pour lui faire plaisir, il va s’exploser à ses pieds – parce que c’est comme ça qu’aime Aramis. Beaucoup trop.

« Et j'ai froid. » « On- » -va aller au bain. Mais elle bascule dans l’eau quand il l’y précipite. Un moment, les étoiles explosent dans ses yeux quand la tête cogne contre la céramique précieuse. Dans sa bouche, un cri s’étrangle, se noie un miaulement. A nouveau, les places sont inversées dans un vieux réflexe de fuite et le chat, pris au dépourvu, s’indigne lorsque l’eau savonneuse se glisse sous son poil et que ses griffes glissent sur la surface lisse de la baignoire jusqu’à ce qu’il accroche le rebord. D’un mouvement souple, gracieux, rendu ridicule par l’eau qui dégouline tout autour, le félin se hisse enfin sur le rebord, et retombe sur ses pattes de l’autre côté de la baignoire avant d’essayer de filer hors de la pièce, de rencontrer la porte fermée et de s’y cogner, tête la première.
Tête de Nyssandra, la première.
Sonnée, désorientée, il lui faut un moment pour couiner à Aramis : « p-pourquoi… tu as fait ça ? » et elle ne réalise pas que, sur tout son visage, s’étale une expression d’enfant boudeuse, prête à pleurer parce qu’on vient de brûler son jouet. Regards accrochés, agrippés l’un à l’autre, elle cligne de ses grands yeux bruns, sans comprendre le geste de son fiancé. « J’ai eu peur. » Insiste-t-elle pour lui arracher une excuse. Elle veut voir un peu de culpabilité lui mordre le cœur car elle a vraiment eu peur après tout. Mais c’est son estomac qui, débarrassé de son nœud d’angoisses et d’anxiétés, rompt le premier le silence quand il proteste un jeûne de trois jours de la plus bruyante et gênante des façons. Remplis-moi, j’ai faim, répète-t-il après quelques secondes. « J’ai eu peur quand même. » Et, incapable de s’empêcher de rougir, Nyssandra cache son visage entre ses mains au troisième nouveau rappel de son ventre.

Jamais deux sans trois.
Jamais moi sans toi.
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: ARANYSS #5 bis ► one thing you can't hide is when you're crippled inside
Invité

Réponses: 3
Vues: 555

Rechercher dans: Trésors rpgiques   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: ARANYSS #5 bis ► one thing you can't hide is when you're crippled inside    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyLun 23 Mai 2016 - 1:13
one thing you can't hide is when you're crippled inside

Nobody looks good in their darkest hours. But it's those hours that make us what we are.
25 JUILLET 2002 ; {#}Aranyss{/#} 5 bis


Tu veux juste la tenir un peu plus longtemps contre toi.
Tu veux juste un peu la retenir.

Blotti dans tes bras, tu l'observes. Les cheveux châtains coulent en rivières chaudes dans le creux de ses épaules, et il y a ton cœur qui trébuche, qui s'embrume. Il y a là une envie de toujours la garder contre toi, saine & sauve. « Nyssandra », souffles-tu, tout doucement, écartant quelques mèches de ses cheveux pour poser un baiser sur ses lèvres. Mais déjà, elle s'éventre contre le souffle, en lâchant un « Va-t-en , tu fronces les sourcils, l'observant entre tes cils, de tes yeux bleus inquiets.  Pars. ». Déjà, tu fais non de la tête. Tu ne veux plus jamais la laisser, l'abandonner. Et elle s'agite, se débat, t'échappant en tombant sur le paquet comme une poupée brisée, cassée. Tu blêmis, palis.  « Ce n’est pas moi. Ce n’est pas moi. » , crisse-t-elle, en se  détruisant, en te  fuyant. Les jambes tremblantes, elle vacille comme un funambule imbécile sur son fil. C'est pourtant bien elle, danseuse aux chevilles fragiles, princesse à la plume acérée aux forces insoupçonnées. Et elle panique & tu ne sais pas quoi faire, tu ne sais plus quoi faire.  Tu sais qu'elle va encore t'échapper, tu sais que tu vas encore tout faire foirer.

D'un « accio plaid » lancé d'une voix rouillée, ébréchée, tu cherches déjà à la ramener dans le creux dans tes bras. Tu cherches un peu à la rassurer, à la protéger. « Nyss … Non, un croassement & elle se débat, refusant l'étreinte, refusant ta protection. Et le bout de tissu échoue à tes pieds, sur le cuir vernis de tes chaussures. Tétanisé, elle va te rejeter, elle va t'abandonner dans la morsure, la blessure d'un tourbillon d'émotions. Ne regarde pas » . Et toi, tu veux tout voir, tout apercevoir. Toi, tu veux tout aimer, tout adorer. « Laisse-moi voir », susurres-tu, en tentant un geste avorté pour la toucher, la caresser. « Laisse-moi tout voir. ». Il n'est plus question de se cacher. Il est temps d'avouer.

Et Nyssandra dérape sous tes yeux clairs. Quelque chose la mange, la dévore. Quelque chose que tu ne peux pas toucher, arracher, bousiller. Quelque chose qui se tord, qui mord. Et tu sens impuissant face à ses douleurs, ses horreurs. Tu te sens monstrueux de ne pas réussir à la calmer, à l'apprivoiser.  Tu te sens tellement inutile, tellement futile comme quand les coups tombaient sur Gwen, la pliant, la froissant dans ses pleurs, dans ses peurs. « Nyss, montre-moi, s'il te plait, amour. », et il y a comme un cri de détresse quand tu agenouilles en face  d'elle, quand tu lui réclames de savoir. Tu veux tout apprendre, même ses pires erreurs, ses pires laideurs. Tu veux esquisser les contours de ses imperfections pour lui faire réaliser toute sa perfection.

Et elle te laisse, te délaisse, semant pagaille dans son sillage. Les grimoires menacent de s'étaler dans un défilé de papier ravagé sur le parquet. Les cadres vacillent quand elle s'appuie. Et tu te dresses, te redresses, la cherchant du bout des yeux. Le vase se brise, noyant le sol d'eau & les  fleurs s'étalent en funeste présage, en horrible ravage. « Ce n’est pas moi. Je- … tu- »  , le sanglot te fait mordre ta lèvre inférieure plus fort.  « … tu t’appelles Nyssandra, tu n’es pas ça. Ce n’est pas toi, je suis Nyssandra, je- »  Et tu la fixes, attendant un geste, une demande. Tu veux juste la serrer contre toi, lui rappeler que tout va bien, que tu ne vas pas partir, que tu ne vas jamais la trahir. Elle gratte le bois à la recherche de quelque chose. Tu fronces les sourcils, certain de comprendre entre les lignes. Tu sais où s'agite ta mémoire sans parvenir à mettre le doigt dessus. « Nyss, dis-m-Ce n’est- ce n’est pas Nyssandra ». Et les larmes tombent tels un collier de perles cassées entre angoisse & frustration. Et elle pleure, pleure comme tu ne l'as jamais vu pleurer. Le tiroir explose, laissant valdinguer son contenu. Les fioles pleines & vides trébuchent dans un son de verre pressé. Un peu péniblement, un peu faiblement, tu réalises comme elle t'a menti. Colère. Elle se déverse en flux amers, enflant dans tes veines d'une sensation de haine brutal, animal. Tristesse. Elle tombe aussi sûrement que celle des yeux de Nyss, sans pour autant s'échapper, se  frayer un passage. Elle ne te fait pas confiance. Elle ne peut pas te faire confiance, hein ? Elle sait que tu n'arrives jamais à aider, que tu fais tout empirer. Et pourtant, il y a l'Amour. Agile & lent, il s'enroule à toi, un peu abîmé, un peu fatigué. Elle a tellement menti. Elle a tellement trahi. Et tu veux juste un peu la soigner, l'aider. « Ollivander, le murmure est un peu rude, un peu abrupte. Tu avales la distance, combles la méfiance. -s’arrête. Oui, je sais. Elle souffre tellement, depuis tellement longtemps, toute seule. Tellement seule. Je vais t'aider, d'accord ? ». Tu espères qu'elle comprend. Et en douceur, tu saisis une fiole. Le liquide est précieux, signifiant la fin de ses tourments, signifiant pourtant le début des tortures, des usures. Tu rapproches Nyss d'une main passée sur ses reins. Elle est tellement belle, malgré les larmes. Tu avales le contenu de la fiole & tu te baisses pour l'embrasser, pour laisser glisser la mixture dégueulasse de ses lèvres aux tiennes. « Avales », soupires-tu, en essuyant ton menton. « Tout. », rajoutes-tu. Tu veux l'apaiser, la calmer et puis la coucher avec le dîner.

Tu caresses doucement les cheveux, observe la potion agir, refermer les horreurs, les douleurs. Et pourtant, ta haine reste greffer à ton cœur. Tu les détestes tous  de l'avoir laissé subir ça, tu te détestes d'avoir laissé faire. Tu n'as rien vu, rien entendu. « Depuis combien de temps ? », un silence qui vous enlace, qui vous fracasse. Finis de jouer, de se cacher, tu veux la vérité. « Qui te fait prendre ses merdes ? Qui les a créé ? ». Tes lèvres ne forment plus qu'un pli bien serré, tes yeux ne sont plus que glace monstrueuse, porteuse de bien des supplices, des caprices. Dans ta posture, dans ta figure, tu es prêt à tuer. Tuer ceux qui te l'ont volés.
Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: Nyssandra.
Draco Malfoy

Réponses: 41
Vues: 4695

Rechercher dans: MSN, ancienne version   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: Nyssandra.    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyLun 9 Mai 2016 - 19:24
Nyssandra :STALKING
14.05.03
We got married May 13th, 2003, in Lake District, almost in front of our Précieux Caprice. Despite the rush and all due to the change of date, this day was perfection. Thank you to our families and friends. kr (unfortunately, attendees' list was shorten and we couldn't invite everybody on such a short notice - but we promise to organize a celebration party soon). Thank also to my dear @Alastar Doherty and #TwillfittandTattings (the gown was a beauty minikr ). Aramis :
Perfect Wife. Perfect Day.  minikr
GRENGRASSJR :
#ARANYSS!! Look at them!! Such a wonderful, beautiful, inspiring wedding for two of the most wonderful, beautiful, inspiring people I ever got to meet. True love does exist and I am so glad I got to be there to see it happen. Thanks for everything, you two, and I wish you all the happiness in the world! x
DRACO MALFOY :
Congratulations, newlyweds ! May the unending circle of your rings become the symbol of a lasting and strong union.

Tag aranyss sur EXCIDIUM DgxnSujet: Astoria Greengrass
Astoria Greengrass

Réponses: 28
Vues: 3562

Rechercher dans: MSN, ancienne version   Tag aranyss sur EXCIDIUM Nonew12Sujet: Astoria Greengrass    Tag aranyss sur EXCIDIUM EmptyLun 9 Mai 2016 - 10:41
Nyssandra :STALKING
14.05.03
We got married May 13th, 2003, in Lake District, almost in front of our Précieux Caprice. Despite the rush and all due to the change of date, this day was perfection. Thank you to our families and friends. kr (unfortunately, attendees' list was shorten and we couldn't invite everybody on such a short notice - but we promise to organize a celebration party soon). Thank also to my dear @Alastar Doherty and #TwillfittandTattings (the gown was a beauty minikr ). Aramis :
Perfect Wife. Perfect Day.  minikr
GRENGRASSJR :
#ARANYSS!! Look at them!! Such a wonderful, beautiful, inspiring wedding for two of the most wonderful, beautiful, inspiring people I ever got to meet. True love does exist and I am so glad I got to be there to see it happen. Thanks for everything, you two, and I wish you all the happiness in the world! x

Revenir en haut 
Page 1 sur 7Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Sauter vers: