sujet; Dominique | A War worth fighting
MessageSujet: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMar 26 Juil 2016 - 22:50

Invité
Invité
Dominique | A War worth fighting Empty
Dominique Albert BoudreauxIs a true soldier only the one who despise war
❝ We're running in circles again ❞Hunted  ; Inventé

☇ pseudo complet & surnom(s) ; Devant qui pourrais-tu te présenter en tant qu’Américain quand ton patronyme empeste autant la francophonie ?
Dominique – qui appartient à Dieu
Albert – synonyme de célébrité
Boudreaux – allègre déformation d’un nom plus vieux, car les chiens de créoles qu’étaient tes ancêtres puisqu’ils méritaient à peine un nom, ne pouvaient pas être appelés porteurs d’armes.
Il écorche la lange des anglophones ton patronyme, mais comme le dit si bien ton père : au moins il a un sens, il porte un souhait, pas comme tous ces prénoms de bas étage à la mode dans cette nation en perdition ! La fierté placée par tes parents en tes prénoms est telle qu’il t’a fallu un temps avant d’accepter, enfant tout conditionné que tu étais, à accepter que l’on te d’une quelconque autre façon. Les sobriquets se sont à partir de là enchaînés, mais seul celui de « Hoof » gagné par ton talent avec les chevaux t’aura suivi.

☇ naissance ; Le 18 Avril 1969 à la Nouvelle Orléans.
☇ ascendance; S’il on oublie les innombrables liqueurs l’ayant traversé au fil des âges, le sang de ta lignée est pur. Avant que les temps ne reclasse la magie en tant que mythes et superstitions et que la scission entre le monde des sorciers et des moldus ne devienne totale, tes quimboiseurs de précurseurs étaient déjà une caste à part, gardant jalousement ses secrets… leur sang de magicien étant le plus grand d’entre eux.
☇ métier ;Au Royaume-Uni il ne vaut plus rien, mais jusqu’au jour où tu as traversé l’océan tu portais l’insigne des Major de l’Armée sorcière américaine. Peut-être l’arrivée de tes anciens collègues rendra-t-elle un peu d’éclat à ton blason
☇ camp ; Tu n’as de véritable allégeance qu’à ta mère-patrie, mais puisque c’est dans une guerre que tu t’es engagé, c’est aux côtés des rebelles que tu choisis de t’aligner.
☇ réputation ; Depuis l’enfance et tes premiers pas en dehors du cercle familial, la rumeur te veut profondément introverti, répudiant la compagnie et capable lorsque l’on se force à toi de poussées de colère injustifiées. Depuis l’enfance tu es vu comme celui qui n’acceptera que personne fasse entrave sur son chemin pour prouver sa valeur au monde... quand en réalité, bien que tu n’aies jamais été homme à t’entourer des foules, la solitude est l’une de tes pires ennemies. Ceux ayant outrepassé les murailles d’ouï-dire eux le savent, mais trop attachés aux plaisanteries nées de l’à-priori, continuent de le garder en vie.
Aujourd’hui au sein de l’armée, les choses ne sont pas bien différentes. Tu restes aux yeux de tes hommes ce même monstre de conviction, d’apparence un leader charismatique… mais bien plus souvent respecté à cause de la peur que tu leur inspire que par la sympathie qu’ils ont à ton égard.

☇ état civil ; Voilà presque dix ans maintenant que tu es marié à celle qui a décidé de prendre sur elle pour supporter les longues absences qu’oblige ton métier.
☇ rang social ; Dans ce pays tu n’existes pas. Le gouvernement ne reconnaît pas ta personne, faisant de toi la prime définition d’un hors-la-loi.
☇ baguette ; Un étau de tremble renfermant en son sein une plume d’oiseau-tonnerre, si tu ne mérites pas ta réputation de lunatique, alors ta baguette pourrait certainement en hériter. L’effilée demoiselle de 36.2 cm t’aura longtemps été un véritable cauchemar.
☇ épouvantard ;Ridicule aux yeux de la majorité, ta grande peur n’est autre que la source de joie de nombreux autres sorciers. L’altitude, la chute infinie sous les moqueries incessantes du monde entier, sans aucun espoir de voir la mort abréger tes souffrances. Tu exècres le balai magique car il représente le seul et unique échec que tu ne saurais surmonter.
☇ risèd ;Un éclat de rire, un baiser, un visage rayonnant de fierté. Ta femme, enceinte. Ton plus grand désir serait d’enfin avoir le droit de fonder une famille sans avoir à infliger tes absences à tes enfants… mais il se fait tard…
☇ patronus ; Le sortilège de lutte contre les détraqueurs, tu ne l’as que peu utilisé, et tu ne souhaites en rien t’y retrouver contraint, mais au moins tu sais ton totem être un banc de piranhas
☇ particularités ;  Eduqué selon les principes de tes parents avant de recevoir l’enseignement conventionnel des sorciers de ce siècle, tes fondations ne sont non pas dans le maniement de la baguette mais dans la danse du feu, l'exposition de l'âme et la manipulation d'étranges onguents, tous savoirs tirés du quimbois
☇ animaux ; Probablement la raison pour laquelle ta médiocrité en cours de vol te fut partiellement pardonnée, ton éternel partenaire est un Gronian nommé Kenta, progéniture des chevaux d’un élevage voisin, auquel tu t’es rapidement attaché.
☇ miroir ;  =/=
☇ Avis sur la situation actuelle :
Tu es un homme de couleur né dans une nation bâtie sur le dos de tes ancêtres, le fils de nègres créoles à quelques générations de l’esclavage. Tu es né dans un monde où ceux qui te ressemblent étaient méprisés et traités comme les bêtes sauvages que l’on voulait qu’ils soient. Tu es né dans un monde où Martin Luther King vient de mourir de la mort la plus injuste qui soit…
Et pourtant cela te semble bien dérisoire à côté du régime de terreur instauré par le nouveau Magistère du Royaume-Uni. L’oppression, l’injustice, la mort semée aux quatre vents. Quand tes ancêtres étaient une marchandise asservie, des sous-hommes ou même des meubles aux yeux de leurs maîtres, les victimes de cet Apartheid d’un nouveau genre n’étaient rien, absolument rien. Leur sang, leur vie, leur être tout entier n’a plus aucune valeur. Un monde dont les habitants servent de chair à canon et de bois de chauffage ; un monde où la révolte est réduite au silence ; un monde faisant des monstres de ceux qui donnent leur vie pour leurs droits légitimes ; ce monde a un arrière-goût de déjà-vu, et le souvenir qu’il t’inspire n’est que bile acide et coliques rageuses.

☇ Infos complémentaires ; La magie, tu as commencé à la pratiquer bien avant d’intégrer l’école des sorciers. Tu as appris de tes parents avant d’apprendre de tes professeurs, car il te fallait embrasser ton héritage avant de prendre le risque d’être modelé à l’image du monde. Plus tard tu découvriras à ta surprise que nombre de rites et de sortilèges issus du quimbois ne sont en réalité que le miroir de ceux pratiqués dans la « magie populaire ». Différentes manières pour un même résultat. Reste tout de même que les méthodes traditionnelles t’en sont parfois devenues difficiles à appréhender.  Habitué à la gestuelle manuelle et à l’usage de gri-gris, prendre en main ta baguette, surtout au vu de son caractère exigeant, fut par exemple, l’une de tes plus grandes épreuves. Les ponts que tu auras su tisser entre ta magie traditionnelle et la « magie populaire » auront cependant fait de toi un Sorcier extrêmement doué dans l’art de la Conjuration et dans celui moins noble de l’usage de Maléfices.

La réputation du vaudouisme et de ses formes dérivées n’aura pas particulièrement aidé à ton intégration parmi tes camarades de classe, mais malgré leurs appréhensions, tu es resté fidèle à toi-même et ne t’es jamais départi de ta sympathie envers ceux qui ont osé t’approcher.  Homme de loyauté tu as toujours de toute façon préféré t’entourer d’un petit groupe de véritables amis que de collectionner les copinages de quelques heures. Tu reconnais tout de même l’origine des racontars dans les comportements acerbes que tu es capable d’avoir lorsque la situation l’exige, mais intuitif que tu es, tu as généralement la réflexion assez vive pour jauger au mieux du comportement qui t’es le plus profitable à adopter face à tes interlocuteurs.
Quoi que l’on en dise, là où les murs ne mentaient pas, c’est en parlant de ta détermination. Tu es à la fois un battant et un combattant prêt à faire les sacrifices nécessaires pour arriver à ses fins, et désireux d’atteindre l’excellence dans ce qu’il entreprend ( tant que l’on ne te parle pas de balai magique ). Tu souhaites te surpasser et tu ne comprends pas que quiconque puisse faire autrement, et ainsi tu peux facilement te montrer autoritaire, trop au goût de certains de tes camarades de l’armée qui t’ont même qualifié de rigide. Pourtant lorsque tu peux te le permettre, c’est une personnalité légère et plaisantarde que tu aimes revêtir.
Heureusement d’ailleurs, car c’est cette légèreté d’âme qui t’auras autorisé à ne pas t’insurger contre les préjugés, en particulier quand ils commençaient à gratter la vérité. Les marques tatouées sur ton dos, tes bras et ta poitrine par exemple, ne sont pas une simple décoration, mais un charme censé renforcer tes afflictions et te protéger de celles des sorciers ennemis. C’est là l’une des choses qu’il t’a fallu assumer.

Les animaux eux ne s’attardent pas sur ce genre de détails, ce qui t’as voulu une certaine popularité auprès des bêtes de compagnie de tes proches, tout particulier des chevaux, que tu tiens en grande affection depuis que tu as assisté à la naissance de ton fidèle destrier Kenta. C’est exceptionnellement en sa compagnie que l’on t’a autorisé à atteindre au cours de vol à cause de ta piètre habilité au balai.

En tant que militaire c’est d’ailleurs toujours au dos de Kenta que tu as participé à la majorité de tes combats et les prouesses de votre duo, si elles sont loin d’être contées par delà les mers auront au moins fait ta notoriété au sein de ton escouade. Au vol, vous êtes deux entités séparées qui ne formez plus qu’un. La monture contrairement au balai est capable d’agir de son propre chef, et de prendre ses propres décisions. Vous vous comprenez tandis que vos adversaire sont déroutés par les comportements imprévisibles de votre unité ; c’est ainsi que tu décris la recette de votre succès.

❝ Nothing compares to you ❞Deux mots sur l'IRL

Appelez-moi Maxime. J'ai 19, je viens de Guadeloupe et j'ai connu le forum via tumblr. Si tout va bien vous me verrez connecté(e) 4-6 jours sur 7. Pour les scénarii uniquement : j'ai l'aval du créateur concernant ma fiche [] oui / [] non. Un dernier mot ? Non  èé  

Approuvé par le Ministère de la Magie


Dernière édition par Dominique Boudreaux le Dim 28 Aoû 2016 - 22:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMar 26 Juil 2016 - 22:51

Invité
Invité
Dominique | A War worth fighting Empty
Against all oddslife is a neverending trial
❝  Eveil  ❞1975 – New Orleans

- Tu as pensé à ramener les racines de palétuvier ?
- Oui m’man, tiens.
- C’est tout ? Pour le temps que tu as passé là-bas tu aurais pu faire plus d’efforts.
- Mais maman ! Y’avait un Botruc !
- Justement ! Tu aurais dû lui montrer de quel bois tu te chauffe et l’attraper !

Emilia rit à gorge déployée et perd ses doigts dans ta crinière frisée, comme à chaque fois que tu reviens des profondeurs du Bayou pour lui ramener les ingrédients qu’elle oublie  systématiquement de collecter avant de se lancer dans la préparation de ses concoctions. En réalité, ta manière de décrire le marais, ta façon enfantine de lui conter les terribles péripéties que tu as vécu en allant ramasser quelques feuilles lui sont d’une telle distraction qu’elle ne saurait plus se résoudre à tout faire elle-même. C’est ainsi de cette façon qu’elle aura commencé ton initiation. Force de parcourir les marais, d’y croiser de première main les habitants, faune ou flore et d’être appelé à en rechercher chaque fois un en particulier, tu auras eu le mérite de développer le début d’un savoir en herboristerie.

- Allez, au bain petit monstre !
- Mais m’man si je rentre dans ça je vais être encore plus sale.
- C’est pour te nettoyer l’esprit. C’est aujourd’hui qu’on commence.
- Pour de vrai ?

S’il te fallait plonger dans la plus écœurante des potions et boire le… liquide de ton bain ensuite, tu l’aurais fait sans hésiter si cela t’autorisait enfin à recevoir des leçons de magie. Apprendre les secrets si jalousement gardés par tes deux parents ; il était temps.

- Et maintenant…

Les lumières semblent avoir légèrement ployé devant l’intensité de la situation, Emilia dans de grands gestes presque macabres fait mine d’en appeler à ses dieux et à leur jugement. Une étincelle illumine durant une fraction de seconde votre salon avant que le feu ne s’embrase à partir du néant. Une flamme d’onyx et de jade danse dans les airs, au milieu de votre habitation, plongeant l’entièreté de la pièce dans sa menaçante teinte. Tu sais ce qui t’attends, et la peur te prends au ventre, cruelle maîtresse. Le feu de jade déchire les âmes, plonge ses victimes dans la folie, avant de dévorer d’un grand coup de mâchoire les corps de ceux dont l’esprit n’a su lui résister.

- Je t’aime maman.

Sans oser verser la moindre larme, le visage empli de la confiance et de la sérénité que le tien n’arrivaient pas à afficher, ta mère t’enlace comme si ce fut la première fois. Toi, tu te sépares d’elle comme si ce fut la dernière, et sous ses yeux, tu plonges au cœur de l’étoile. Pour vaincre, il te faudra la dompter.
N’aie crainte jeune enfant, car une mère n’impose jamais à la chair de sa chair une épreuve qu’elle est incapable de traverser.

❝ La Magie de la vie ❞1977 – New Orléans

Tourne la main, plie les doigts, fait rouler ton épaule, baisse toi. Fixe ton objectif, fouette l’air et laisse la magie opérer.

- Bon, tu me l’allume cette gazinière garçon ? C’est pas que j’aime pas te voir danser mais ton vieux père commence à avoir sacrément faim.

Fixe ton objectif, baisse toi, plie les doigts, tourne la main, fait rouler ton épaule, fouette l’air et laisse la magie opérer.

- À ce rythme tu vas nous finir en herboriste mon gars. C’est bien beau de savoir la recette des remèdes, mais si tu peux pas allumer le feu pour les préparer t’es dans de beaux draps.
- Mais p’pa c’est difficile le feu.
- Moi j’avais pas encore quitté mes couches que j’allumais déjà le boucan après qu’on en ait fini avec la plantation.
- Mais papa, tes parents étaient des domestiques…
- Et alors ! Parce que tu crois qu’ils voyaient jamais le champ les domestiques ? Maintenant arrête tes jacasseries et allume-moi cette gazinière que je prépare le repas.

Fixe ton objectif, baisse toi…

- Mais arrête de jouer les danseuses étoiles et allume-moi ce Bon Dieu d’feu !
- Mais maman elle…
- Les macaqueries de ta mère c’est juste pour faire joli quand les touristes s’en viennent vider leurs poches dans les tours de la grande prêtresse vaudou. Maintenant toi, tu fais comme que t’as envie mais tu m’allumes ce feu avant qu’y reste plus que mon squelette dans cette cuisine.

Fixe ton objectif, pense au résultat, pense au comment et au pourquoi. Un craquement… comme une allumette, ce serait logique. Claques des doigts avec toute la volonté du monde et prends fierté dans ton accomplissement… quel qu’il soit.

- Garçon ! Je t’ai dit d’allumer la gazinière, pas la cuisine toute entière !

D’un parent à l’autre l’apprentissage change du tout au tout, pour le meilleur et pour le pire. De l’application de ta mère tu glisses vers les intuitions de ton père, et il est bien difficile parfois pour ton crâne d’enfant d’encaisser les remous. C’est pourtant parce que ta psyché juvénile est encore malléable que leur stratégie trouve toute son efficacité.
Ta mère est ce que l’on pourrait appeler une sorcière intellectuelle. Elle a beaucoup appris, et ce qu’elle a appris, elle excelle à le recréer, à se l’approprier et à le magnifier. En magie elle est de ceux qui ne se trompent pas ou peu et d’elle c’est du perfectionnisme dont tu as hérité.
Ton père lui est un intuitif, ayant choisi de s’arrêter à une profonde connaissance de ses bases. À partir de ces bases, il aime forger ses propres sortilèges, inventer ses propres recettes, et créer ses propres artefacts… pour des résultats parfois aléatoires, mais tout autant d’enseignements. En magie il est de ceux qui inventent et de lui c’est la perspicacité que tu travailles à acquérir.

C’est une épreuve de longue haleine que de suivre les pas de tes parents et tu mentirais si tu disais que l’épuisement ne t’as pas souvent gagné, qu’il ne t’est pas arrivé d’avoir envie d’abandonner ou même de souhaiter ne pas être né sorcier. Ce sont généralement les petits accomplissements qui t’ont permis de tenir la route, des chaudrons qui n’ont pas explosé aux jouets que tu as réussi à animer, mais quand le moral était au plus bas, alors il y avait toujours Ixion et Dia. On raconte le contact avec les animaux être apaisant, et bien ce couple de chevaux s’était retrouvé ton thérapeute attitré.
Des visites fréquentes au point que leur prix ne se retrouve plus payé en monnaie mais en travail fourni aux côtés du palefrenier. Une habituation telle qu’il t’était arrivé de t’endormir aux côtés des deux chevaux ailés. Une habitude telle que tu fus le premier à être appelé le jour où la jument décidé de mettre son premier poulain au monde.
Tu n’avais beau être qu’un enfant, ce jour-là tu as aidé un autre enfant à voir le jour, et cet autre enfant est d’une certaine manière devenu ton enfant.


❝ Le Grand départ❞1980 – Route vers le Massachusetts

Seul. Ça y est, tu es seul. Tes parents t’ont laissé ouvrir tes ailes… ou du moins celles de Kenta. Cadeau final de la part du palefrenier pour l’implication que tu as eu dans sa ferme, et particulièrement dans le dressage du jeune Gronian durant ces dernières années, la bête en elle-même. Légèrement réticent de premier abord à l’idée de t’occuper de l’animal à toi seul, surtout lorsque tu ne savais pas ce qui t’attendrait une fois à l’école des sorciers, il s’en était quand même fallu de peu pour te convaincre. Une arrivée à Ilvermory sur le dos de ton fidèle destrier serait bien plus poétique que l’atterrissage d’un avion ou l’arrivée d’une voiture. C’est vrai, la route serait longue, c’est vrai, certains Non-maj seraient probablement surpris de croiser un enfant avec son cheval traversant leur bourgade, mais tant que le charme de dissimulation était consciencieusement appliqué sur ses ailes et au moment du décollage, alors tout ne pouvait se passer que pour le mieux.

Tout jusqu’à ce que tu doives choisir ta baguette – Premier arrêt important, le Fabricant de baguettes magiques.

Comment est-ce que ça fonctionnait exactement ces trucs-là. En onze année de vie, tu ne peux pas dire que tu aies particulièrement vu tes parents se servir des leurs, alors choisir celle qui est faite pour toi… Tout se passera bien qu’ils disaient, alors ainsi soit-il ; mais voilà de longues minutes que tu tournes en rond chez un artisan bien amusé par ton indécision.

- Alors monsieur ne trouve pas chaussure à son pied ?
- Non, c’est juste que… elles sont très bien vos baguettes, mais je ne sais même pas comment ça marche alors encore moins comment choisir.
- Prends-en une, essaie-la, et tu sauras tout de suite de quoi il en retourne, crois-moi ! Fais simplement attention aux autres clients.

Les adultes et leur langage crypté. Ces histoires ne t’avançaient pas à grand-chose. Les essayer, c’est une bien drôle d’idée d’essayer un bout de bois. Qu’est-ce que tu peux bien faire avec un bout de bois entre les mains. Tu en as ramassé plein des bouts de bois dans le Bayou, ils étaient peut-être moins jolis mais au moins tu savais quoi en faire. Parce qu’avec toutes ces baguettes tout ce que tu semblais capable de faire se limitant au néant intégral. Absolument rien. Tu avais beau les secouer dans tous les sens comme tu voyais faire les autres que rien ne semblait arriver.
Quitte à ce que tu te trimbales un bout de bois inutile toute ta vie, autant que ce soit le plus joli du magasin.

- Non non ! pas celle-là, celle-là a été fabriquée pour être maniée par un demi-géant, c’est pour ça qu’elle est plus gran…
- Ouch ! Je crois qu’elle a essayé de me frapper !
- Il suffit de la déposer, elle devrait se calm…
- Mais c’est fait ! Mais elle continue d’essayer de m’électrocuter !

Tout se passera bien qu’ils disaient ! Tu sauras tout de suite de quoi il en retourne qu’il avait ajouté, et voilà que tu te retrouvais coursé par un bout de bois enragé bien décidé à en finir avec toi. Un bout de bois télépathe peut-être ? Vexé par ce que tu pensais de ses congénères ? Ou alors simplement une baguette à fort caractère qui avait décidé de punir le premier qui oserait la toucher. Et merde, tant pis pour le prix qu’il te faudrait rembourser, tant pis pour sa valeur sentimentale auprès de son fabriquant, il fallait que tu te débarrasse de cette chose si tu tenais à la vie.

- Assez !

Sans sommation, tu t’es jeté sur le bout de bois, menaçant de le briser, sous l’œil perplexe plutôt qu’horrifié de l’artisan. Les décharges continuent, et pour chaque seconde qui passe, tu presses un peu plus la torsion.

Le bois émet son premier craquement. La bataille s’arrête.

- Tu devrais la prendre.
- Mais elle a essayé de me tuer !
- Connaissant la baguette, c'est une bonne chose.
- Ah bon ?
- C’est une baguette de tremble, au cœur de plume d’oiseau-tonnerre. Elle est extrêmement puissante, mais c’est une capricieuse qui a besoin d’action. Tu as dû lui taper dans l’œil, et elle aura juste voulu vérifier si elle s’était trompé ou pas. Tu devrais en profiter petit. Le tremble est un bois très rare chez nous.

Un bois très rare, une baguette puissante, un besoin d’action… finalement peut-être que tu t’entendrais bien avec ce bout de bois inutile. Ce serait probablement le début d’un merveilleux cauchemar.


❝ Tranches de Scolarité 1980-87 - Ilvermorny

1980 – Le choix

Aux portes d’Ilvermorny, le ventre noué à t’en donner des nausées, tu avances, devant les yeux inquisiteurs de la multitude. Tu réponds à l’invitation, et te soumet au choix. Qu’importe l’école, tout ce que tu demandes, c’est à entrer et à apprendre. Tu attends que jugement soit rendu, petit être sous le regard de tes trop nombreux camarades. Et si aucune des statues ne se prononçait ? Et si tu devenais le premier à être refusé par le purgatoire ? Les plumes de l’oiseau-tonnerre bruissent, il semble s’apprêter à te faire signe ; mais c’est finalement le félin géant qui rugit.

- Womatou !

Tu t’avances, soulagé, mais une fois les cérémonies terminées et les élèves rassemblés, c’est une toute autre musique qui est jouée. Les regards précédemment presque passionnés se font soudainement méfiants. Ils jaugent, ils jugent, ils répètent ce qu’on fait leurs parents avant eux et leurs grands-parents auparavant. Ils cherchent les signes qui les différencieront des uns et les rapprocheront des autres, comme dans toute communauté humaine. Chez les sorciers la race importe peu, dans cette école la pureté du sang encore moins, mais s’il est bien une chose que les magiciens savent faire, c’est de se méfier de la magie qu’ils ne connaissent pas. Aussi discrètement qu’en sont capables les enfants, ils chuchotent, lancent les premières rumeurs, partagent leurs premières appréhensions.

- Je suis sûr qu’elle se croit déjà meilleure que tout le monde avec sa baguette ancienne !
- Il paraît que les professeurs seront durs cette année, j’en vois qui feraient déjà mieux d’abandonner !
- T’as vu les marques sur son cou, je suis sûr d’avoir vu ça dans un grimoire de malédictions, tu crois qu’on va mourir si on le touche ?
- Je sais pas, mais compte pas sur moi pour essayer.

Il était beau le courage des guerriers en devenir choisis de la maison Womatou.


1980  - Cours de vol

Appeler son balai n’a rien de bien compliqué. Enfourcher un balai n’est pas bien plus complexe. Quitter le sol ne te fut pas non plus un problème, mais là où certains autres débutants peinaient à trouver leurs marques, les cours de vol te mirent dès le premier jour profondément mal-à-l’aise. Un balai, c’est un objet enchanté auquel on impose sa volonté. Un balai ne réagit pas de lui-même, il ne fait que suivre les commandes qui lui sont issues. En toute logique c’est ce qui en fait un moyen de transport de qualité, ce n’est fondamentalement pas bien différent d’un pauvre vélo… et pourtant il y avait tout un monde entre les deux, dans tous les sens du terme. La prise physique directe que tu as sur un véhicule de Non-Maj, on ne la retrouve pas sur un balai. Un balai il faut en quelques sortes communiquer avec lui, mais un balai ne te répond pas.

Un balai ne peut pas remplacer Kenta.

Trop conditionné à t’adapter aux humeurs et aux décisions de ton familier, tu n’es plus capable de concevoir l’idée d’issir ordre de ce niveau de fermeté. Ce n’est malheureusement pas faute d’essais, puisque tu as multiplié les tentatives infructueuses, collectionné les blessures plus ou moins graves, pour finalement comprendre que tu n’étais pas fait pour le balai. S’il est un seul objet sur terre que tu as pris en dégoût, c’est le balai volant, le seul obstacle que tu as été forcé de contourner plutôt que de grimper, et ton égo de battant en a pris un coup.
Au moins tes professeurs se seront prouvés compréhensifs, et passée l’évidence, à ta demande, il t’aura été accordé de participer à ce cours en compagnie de ton Gronian.
La douleur, tant physique que psychologique que tu auras tiré de ces classes cependant, elle ne s’en ira jamais ; que ton épouvantard le confirme.


1987 – Cours de défense contre les forces du mal

- …j’espère donc que vous comprendrez le fonctionnement et l’importance des contre-sorts.
- Tout ça c’est en théorie m’sieur, mais en pratique on sait pas du tout ce que ça donne nous.
- Et bien, mon cher, je pense que nous pouvons être heureux de ne pas être menacés par une légion de mages noirs qui vous forceraient à mettre en application ces cours, ne pensez-vous pas ?
- Mais si on se retrouve à devoir affronter des mages noirs un jour alors ? Ou même juste pour l'épreuve pratique de l’examen, ça se passera comment ?
- Nous nous sommes attaqués à bien assez de sujets pour que l’examen…
- On pourrait essayer entre nous non ? Avec un élève pour jouer le mage noir et un autre qui devrait s’en défendre !
- C’est pas comme si on en connaissait des dizaines des maléfices, ce serait pas bien probant comme exercice.
- Y’a qu’à demander au quimboiseur, il doit connaître que ça des malédictions.
- Fais gaffe, s’il t’entend il va te fiche la poisse pour le restant de tes jou…
- Pourquoi pas ?
- Hein ?

Ils s’étaient tous attendu à un rejet catégorique de cette idée qui pouvait paraître saugrenue, mais le fait est qu’elle n’était pas mauvaise. L’une des raisons pour lesquelles les derniers examens sont si punitifs, c’est qu’ils représentent pour certains une mise en situation de théories que l’on a pour beaucoup jamais eu l’occasion de mettre en pratique. Il fallait aussi avouer, que si cela pouvait prendre l’aspect de clefs données aux élèves pour succomber à la violence, un élève destiné à prendre cette route la prendrait clef en main ou pas et sans aucune notion directe des capacités offensives et défensives de sa magie, il serait un plus grand danger encore. Et puis… un duel peut être l’occasion de régler en toute civilité les différends.

- Si vous tenez tant à ce que Boudreaux soit votre partenaire d’études monsieur, alors qu’il en soit ainsi.
- Mais…
- Alors, t’as peur du vaudou finalement ? Fais pas ton froussard !

Lui, tu ne l’aimes pas. Son jeu de petit vantard de pacotille t’insupporte et ses plaisanteries douteuses te sont souvent restées en travers de la gorge. Peut-être est-ce en réalité simplement parce que derrière ses jeux de coq il reste en réalité un excellent élève, un adversaire vers le sommet ou alors est-ce juste parce qu’il fut toujours le premier à rire lors de tes nombreuses chutes de balai. Quoi qu’il en soit, tu avais ici et maintenant l’occasion rêvée de savoir qui de lui ou de toi était le meilleur ; et tu es certain qu’il n’en pense pas moins.

Position standard de duel pour lui,  posture moins conventionnelle pour toi. Ta baguette trône toujours à ta ceinture, sagement rangée dans son étui, mais frémissant déjà d’excitation à l’idée de devenir nécessaire dans les minutes qui suivront. Pas question encore de recourir à elle, seuls tes doigts et tes bras se crispent, se préparant à donner la première offensive. Fixe ton objectif, baisse toi, plie les doigts, tourne la main, fait rouler ton épaule, fouette l’air et laisse la magie opérer. Dans un geste aussi banal que celui d'allumer une cuisinière ne se dissimule pas moins la brûlure du feu. Couteau du boucher ou masse du crémier, les outils qui nous nourrissent cachent souvent une face bien plus sombre. Ce n'est cependant pas une simple étincelle d'allumette qui gênera ton adversaire. La baguette adverse pare aisément le sortilège. Il sourit, fier, t’incitant silencieusement à corser ton jeu, ce à quoi tu obliges sans hésiter. Plus vite qu’il n’en faut à son sourire narquois pour disparaître.

- Flagrante !

C’est baguette en main que tu relances l'offensive, et une véritable malédiction que tu lui présentes sur un plateau d’argent, à ton grand damn interceptée par le charme du bouclier. Tu prends le temps de réfléchir cette fois à comment tu mèneras ton prochain assaut, temps qui visiblement lui semble de trop.

- Repulso !

L’incantation t’envoie valser de l’autre côté de la salle, sous les yeux et les bouches arrondies des spectateurs. L’offensive vient de passer de main, et l’exercice vient de prendre une toute autre tournure. Que le défenseur passe à l’attaque, et l’apprentissage devient véritable duel, que tu te refuses de perdre.

- Alors Boudreaux, il n’y a pas de balai en vue pourt….

Perdre le contact de ses semelles contre le sol suffit à couper le sifflet de ton adversaire, mais le Leviosa ne durera pas bien longtemps contre quelqu’un d’aussi lourd, mais quelle importance ? C’est lui qui chutera cette fois.

- Incendio !

Un abruti au sol n’en reste pas moins une forte tête. À peine remis du choc, voilà qu’il s’attelait à redonner du rythme à l’affrontement. L’imbécile. Tu as dompté des flammes plus retorses que celles-ci, mais puisqu’il semblait tant vouloir faire de cette rencontre une joute sérieuse, ton poignet se tord en une double rotation. D’un tranchant mouvement, tu prends possession de la langue ardente pour la faire tournoyer autour de toi dans une sphère parfaite, avant de la rendre à son agresseur sous une forme bien plus vicieuse. Les flammes de jade qui ont marqué le début de ton apprentissage, tu les lui destinais, espérant pour lui qu’il abdique devant toi avant que son esprit ne le fasse devant le feu.

- Finite !

Le contre sort te prend par surprise, la disparition de ton arme te paralyse pendant un instant suffisant pour lui laisser le temps d’incanter, sans mots cette fois, le sortilège de désarmement. Ta baguette s’enrage. Tu as perdu. Tu ne peux pas perdre, tu n’as pas le droit, pas de cette façon, pas avec elle, pas alors qu’elle prenait autant sur elle pour se montrer docile.

- Daemonifors !

Tu tends la main et prononces un sortilège ; et de ta baguette il advient autre chose. Le bout de bois devient plus vivant qu’il ne l’était déjà, mais sous des traits bien moins élégants. Ailes crochues au patagium abîmé, visage informe percé de crocs infâmes, griffes recourbées prêtes à lacérer la chair… ton démon de sceptre a été fait véritable monstruosité, amas des traits les plus malfaisants des créatures de ton folklore. Une abomination, et une abomination désireuse de victoire. En quelques battements d’ailes elle se retrouvait face à ton adversaire terrifié, prête à cracher l’entièreté de l’infernal brasier hurlant dans son ventre. Rien n’en fut. Ton sort, à la volonté du bout de bois vainqueur s'efface, et ta baguette sous son apparence originelle te revint en main.
Tu n’as rien à rajouter. Tu as perdu. Ta baguette a gagné.


1987 – Fin du cycle d’enseignement

- Alors, alors ? Et la botanique ?
- Tu te moques de moi là ? Tu penses vraiment que c’est là que je risque quoi que ce soit ?
- Tu risques jamais rien tant qu’on te met pas un balai sous le nez toi ! Dommage que le vol ne fasse pas parti des ASPICS, au moins ça m’aurait fait une matière avec une meilleure note que toi !
- Dit-elle alors qu’elle a eu la note maximale en Histoire de la Magie et en Sortilèges.
- Bon, d’accord, mais soyons sérieux, c’est à peine si tu t’en souciais des cours d’histoires de la magie alors ça ne compte pas, et puis tu as eu une très bonne note aussi en Sortilèges il me semble.
- Mais moins bonne que la tienne.
- C’est que tu serais presque mignon à jouer les faux-modestes pour m’encourager, je suis touchée.
- Touchée au point de me donner mon bisou ?
- Non, pas encore, faut pas pousser non plus. Une femme a certaines attentes.

Vos derniers examens fièrement passés, Siobhan et toi pouviez enfin penser à demain, et l’un autant que l’autre, ça vous terrifiait. Demain était symbole d’accomplissement autant que de séparation, et vous ne vouliez pas être séparés. Vivre votre idylle adolescent encore quelques instants, sans responsabilités, sans mes obligations d’un métier, sans la distance pour vous écarter, c’était tout ce que vous demandiez. C’est autrement cependant que la vie en a décidé. Si proches mais en même temps si loin. En étroite relation, mais pourtant si différents. Toi ayant choisi de rejoindre les pions du corps militaire de ton pays, pour offrir ta protection ; elle s’étant retrouvée les yeux et les oreilles des sentinelles, dans une approche différente d’un but similaire, vous vous seriez volontairement condamnés à vous effacer l’un de la vie de l’autre… si les bagues à vos doigts n’avaient pas été là pour vous rappeler, que quelque part vous attend votre moitié.


❝ Nouveau Départ2002 – Boston

- C’est bon les gars. Notre boulot s’achève ici. Vous pouvez rentrer fiers de ce que vous avez accompli.

La clameur se soulève parmi tes hommes. Enfin. Voilà presque deux ans de combat acharné qui se termine. Non, vous êtes loin d’en avoir terminé avec l’ennemi que votre gouvernement a décidé de prendre d’assaut, mais à l’instant présent, ce n’est officiellement plus ton problème. C’est incroyable comme ici, monde des sorciers et des Non-Maj travaillent en parallèle, l’un dans l’ignorance de l’autre. Tes compatriotes magiciens ne sont pas les seuls à avoir été dépêchés ici pour lutter contre la montée de ce que les Etats-Unis s’amusent à appeler la menace terroriste ; ce sont d’ailleurs les pertes subies par les Non-Maj quand… tu préfères ne pas en parler. Combien de vies auraient pu être sauvées s’il n’y avait pas eu cette foutue scission entre les mondes jumeaux ? Combien en avez-vous laissé brûler ou sauter vers leur mort une cinquantaine d’étages au bas de leur lieu de travail au nom du secret ? Et combien en laisseriez-vous mourir de plus si cela venait à se reproduire ? Beaucoup, probablement, et ce qui te dégoûte, c’est que tu arrives encore à trouver cela légitime.

Mais ce n’est plus ton problème, ton seul problème maintenant à l’heure actuelle c’est.

- Devine qui est rentré !

Tu prends ta femme dans tes bras comme s’il s’était passé une éternité depuis votre dernière rencontre, prend rageusement possession de ses lèvres quand elle les écarte pour tenter de prononcer la moindre syllabe, et tu l’emportes. Tu la portes avec toute l’attention qu’elle mérite en tant qu’Impératrice des Royaumes de ton âme et de ton corps, sachant pertinemment qu’après que tant de saisons soient passés sous sa clémence, c’est l’impôt de plusieurs années qui tomberait…

- Alors, l’opération s’est bien passée ?

Nue, lovée contre toi, la tête reposant sereinement sur ta poitrine, c’est ainsi que Siobhan trouvait la force de parler du travail. Certains hommes, surtout les plus manipulables verraient probablement en cela les gestes de la parfaite succube, soutirant l’information à défaut de l’énergie en échange de ses charmes. Toi, tu reconnaissais simplement bien là ta femme, celle qui laisse son esprit vagabonder de sujet en sujet, et sa bouche énoncer toutes les questions qui lui passent par la tête, sans se préoccuper de la bienséance.

- Tu devrais déjà le savoir, Madame la plume du FBMI.
- Oui, mais tu sais bien que j’ai envie d’entendre ta version des faits.
- S’il on se contente de penser à la mission qui nous a été donnée, alors on a bien travaillé. On a récolté les infos qu’il nous fallait sans perdre de soldats. Tu caresses son dos de ton pouce, la conservant dans cet équilibre paradoxal entre la douceur du contact et la dureté des pensées. Mais on aurait dû faire plus. On aurait pu faire plus.

Un instant de pause le temps d’une bise volée, et c’est la malice dans le regard qu’elle reprenait la conversation.

- Tu veux toujours faire plus. Et puis le relatif sérieux revenait Et Kenta ?
- Il se repose aux écuries, tu devrais passer le voir demain, tu lui manques tu sais.
- Je me dépêcherai avant que vous ne deviez repartir, compte sur moi.
- Repartir ?

Repartir ? Elle et toi vous étiez promis de ne plus lamenter les départs avant qu’ils ne deviennent imminents. Se lamenter durant tes périodes de temps libre ne faisait que vous voler le peu de temps que vous aviez à vous accorder, alors pourquoi aujourd’hui ? Tu venais de rentrer d’une mission jugée hautement dangereuse, tu devais bien en avoir pour quelques longues semaines, si ce n’est même quelques mois de permission avant d’être réquisitionné à nouveau. Pourquoi briser votre promesse maintenant.

- Tu pars pour le Royaume-Uni dans quelques jours.
- Quelques jours ? Comment ?
- Et bien… c’est ma faute.
- Qu’est-ce que tu as mijoté encore ?
- Deux de nos Sentinelles partent bientôt pour le Royaume-Uni. Connaissant ton avis sur la situation de l’endroit, je me suis dit que tu ne refuserais pas une occasion d’y créer du mouvement. Officiellement c’est juste une mission de reconnaissance, mais tu sais aussi bien que moi qu’il se passe toujours bien plus que prévu durant les missions de reconnaissance.
- Mais… et nous alors ?
- Si tu connaissais Lara et Franck et surtout Franck d’ailleurs tu comprendrais pourquoi je leur ai proposé l’aide d’un militaire de ta réputation et surtout pourquoi leurs supérieurs l’ont accepté.
- Ça va faire presque deux ans qu’on n’a pas même eu l’occasion de s’effleurer et tu me renvoies déjà au loin ?
- Parce que ça t’embête peut-être ? Si je l’ai fait, c’est parce que je sais très bien quels sont tes idéaux. Je les partage je te signale, et ce qui se passe là-bas, c’est totalement à l’opposé de nos idéaux. Il y a une véritable guerre qui se joue de l’autre côté de l’océan, des gens qui se battent pour leur humanité. Tu vas vraiment me dire que tu ne veux pas en faire partie ? Tu vas vraiment me dire que passer du bon temps avec ton épouse est devenu à ce point ta priorité absolue, que tu serais prêt à fermer les yeux sur ce en quoi on croit ?

Non, elle a raison, tu en serais incapable. Elle te manquera atrocement durant ton absence, comme elle te manque dès que tu fermes la porte de votre foyer derrière toi, car bien souvent tu sais que ça pourrait être la dernière fois. Mais votre amour l’un de l’autre n’a d’égal que vos convictions, et si vous passez tant de temps loin des yeux, c’est pour que vos cœurs continuent de battre à l’unisson pour les causes qui vous font vibrer. Elle a raison tout du long et tu n’as pas besoin de pipier mot, car rien qu’à ton regard, elle le sait.

- Ça fait presque deux ans que l’on a pas pu être si proche, et je ne peux pas poser de durée sur la prochaine mission qui t’attends. Alors s’il te plaît… profites de l’instant et remets-toi au travail d’accord ?

Ce soir ou demain, tu comptes bien t’y mettre… au travail.


❝ Recherche d’une nouvelle Alliance❞2003 – Londres

Les règles régissant le monde des Non-Maj sont décidément beaucoup trop restrictives. Jamais tu n’aurais imaginé qu’il te faille remplir tant de paperasse pour que ton cheval soit pris en charge et que l’on accepte de le faire voyager. Et si tu veux bien comprendre que les pseudo papiers d’identité de l’animal soient vérifiés, que tu trouves normal que l’on surveille ses antécédents médicaux et le possible risque infectieux qu’il pourrait représenter, tu ne voyais pas l’utilité de leur fournir une facture. Comment font les éleveurs avec les poulains nés dans leurs étables pour obtenir une facture ? Comment obtenir une facture pour une bête que l’on t’a tout bonnement confiée ? Heureusement la déclaration sur l’honneur du palefrenier chez qui Kenta a vu le jour aura suffi à les convaincre… mais tout cela ne te laissait pas moins déçu. C’est une chance que ton vol et celui de ton compagnon fassent leur arrivée le même jour, mais après tant d’efforts, tu n’en es pas moins déçu à l’idée des conditions dans lesquelles il voyagera. Il mérite mieux que ça, les bêtes méritent toutes mieux que ça, et rien que de voir le stress qui anime le Gronian aux ailes désillusionnées et ses chevaux terrestres de compagnon te fend le cœur. Mais reste calme, ce n’est que pour quelques heures.


~  ~  ~  ~  ~  ~  ~  ~

- On est pas censés être ici pour faire du tourisme Frank, on devrait tenter de contacter les Insurgés pour savoir où ils en sont.
- Heureusement que j’ai croisé Lara aujourd’hui parce qu’à t’entendre, j’aurais juré que tu l’as avalée au petit-déjeûner. Ecoute, ils savent qu’on est ici, s’ils ont besoin de nous, ils nous le feront savoir, tenter de forcer le contact ne ferait que créer plus de problèmes.
- On pourrait au moins tenter d’en apprendre plus sur la situatio…
- Je me suis toujours demandé comment tu faisais pour ne pas avoir les jambes atrophiées avec tout le temps que tu passes à cheval, serrer les flancs d’une monture pour ne pas en tomber doit être un exercice plus difficile que je ne l’imagine.

Il est au moins aussi inquiet que toi pour la suite des événements, seulement c’est de Frank qu’il s’agit là. Il ne le montrera pas et te fera taire chaque fois qu’il te juge en dire trop. Il n’y a bien que Lara pour réussir à le tenir sur les rails et à lui tirer les vers du nez... sauf qu’à sa propre manière, la femme Sentinelle est tout aussi bornée que son collègue, et leurs incessants débats commencent à te peser. La situation n’avance pas, les missions superficielles que vous ont confié les Insurgés jusque-là ne vous ont pas gagné la moindre once de confiance auprès d’eux. Ils vous jaugent, toi en particulier, car tu es à la fois le seul qu’ils n’avaient pas demandé et le sorcier le plus dangereux d’entre les trois. Ils ne se permettent pas de mettre quoi que ce soit d’important entre tes mains tant que tu ne leur parais pas digne de confiance, et tu les comprends ; mais puisque tu ne fais jamais rien d’important, rien qui ne leur soit d’une réelle valeur, ils n’ont pas l’occasion de voir en toi un allié.

Déjà si tôt, vous vous enfoncez dans une routine malsaine, et toi qui aimes voir les choses bouger, tu commences à en être écœuré. Tu t’éloignes lentement des gens de ta patrie, tu t’éloignes lentement des querelles entre Frank et Lara, tu t’éloignes lentement de cet appartement trop petit pour trois. Tu pars, tu pars vers  ceux que tu essaies de comprendre depuis ton arrivée. Tu pars à la rencontre de ceux d’entre eux qui accepteront enfin que tu les aides réellement. Tu pars à la recherche de ceux qui te donneront l’occasion de faire tes preuves.

Seulement il ne t’aura pas fallu bien longtemps pour le remarquer ; ceux dont la méfiance est la plus simple à endormir, ceux qui sont le plus susceptibles de t’autoriser à agir ; il faudra très certainement te battre contre eux avant de te battre avec eux.



Dernière édition par Dominique Boudreaux le Dim 28 Aoû 2016 - 21:55, édité 19 fois
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMar 26 Juil 2016 - 23:13

HERO • we saved the world
Amelia Cartwright
‹ inscription : 31/05/2016
‹ messages : 723
‹ crédits : SHIYA. EXCEPTION POUR LA SIGNA.
‹ dialogues : #indianred.
Dominique | A War worth fighting Tumblr_o8tqi9mUPk1rfjviho1_500

‹ âge : VINGT-HUIT ANS
‹ occupation : AUROR.
‹ maison : GRYFFONDOR
‹ scolarité : 1987 et 1994.
‹ baguette : 30 centimètres, bois de noisetier, crin de sombral.
‹ gallions (ʛ) : 1873
‹ réputation : on dit d'elle qu'elle est loyale et intransigeante + on la trouve parfois désagréable, mais c'est juste parce qu'on la connaît mal et qu'elle n'est pas très avenante au premier abord + elle est une auror brillante et fonceuse + on la sait proche de la cause des loups-garous. on a du mal à comprendre pourquoi elle a fait le choix de se lier par triumvirat à un loup-garou.
‹ particularité : animagus en formation + son animal est un ours brun massif.
‹ faits : amelia a fait sa formation d'auror avec un an d'avance + quand le lord est arrivé au pouvoir, elle est restée, en pensant que ça n'allait pas durer + coincée et surveillée, elle prétendu être à ses côtés + c'est lors de la vente aux enchères des rebuts (2001) qu'elle arrive à fuir sans se faire remarquer et à échapper à la surveillance des mangemorts + elle passe deux ans à fuir, en solitaire, une situation qui l'a rendue plus sauvage et froide + elle a rejoint les insurgés en 2003 et a mené de nombreuses missions pour eux, forte de sa formation et de son expérience d'auror + elle a participé à la grande bataille de décembre 2003 + pendant les combats, elle a choisi d'être liée par triumvirat à édouard douglas afin de lui sauver la vie in extremis. ils ont failli ne pas s'en sortir + elle s'est battue contre le gouvernement intérimaire mis en place après la guerre, qui a injustement envoyé édouard en prison pour en faire un exemple, et a participé à faire échapper plusieurs criminels injustement jugés de la prison d'azkaban + elle a repris son poste d'auror après la guerre.
‹ résidence : entre son appartement du londres sorcier et storm's end.
‹ patronus : UN RENARD
‹ épouvantard : perdre les membres du pack. surtout perdre eddie.
‹ risèd : UNE SOIRÉE HEUREUSE ENTRE AMIS.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4645-amelia-can-anybody-save-me-no
Dominique | A War worth fighting Empty
hug hug hug hug hug hug

JE T'AIME DÉJA.
voilà.

(bienvenue.)
(bon courage pour ta fiche)
(tu auras compris que je trouve tes choix excellents)
(et que j'ai hâte d'en savoir plus)
(et qu'il nous faudra un lien, absolument)

rougit rougit rougit

• • •


  - I CAN HARDLY STAND MYSELF, SO WHAT AM I TO YOU? -
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMar 26 Juil 2016 - 23:54

PRISONERS • bloodstains on the carpet
Édouard Douglas
‹ disponibilité : always.
‹ inscription : 19/06/2016
‹ messages : 559
‹ crédits : sweet poison, tumblr, neil gaiman.
‹ dialogues : cadetblue.
Dominique | A War worth fighting Tumblr_nnl3ksCEXT1qaedvuo3_r1_250

‹ liens utiles :
rolf ft. ryan gosling, astoria ft. lily collins, theodore ft. dylan o'brien, édouard ft. bob morley, neville ft. daniel sharman, elijah ft. chris evans, ambroise ft. sen mitsuji, alexander ft. alfie enoch, olivia ft. emeraude toubia, brienne ft. natalia dyer, dean ft. john boyega, gregory ft. alden ehrenreich, priscilla ft. daria sidorchuk, charles ft. james norton, hwan ft. vernon choi, jay ft. gong yoo, hiram ft. abel tesfaye, adidja ft. reece king.


‹ âge : vingt-huit
‹ occupation : à Azkaban.
‹ maison : poufsouffle
‹ scolarité : 1986 et 1993.
‹ baguette : mesure trente centimètres virgule cinq, est composée de bois de chêne et contient un crin de licorne. Elle est inflexible et rigide comme son propriétaire.
‹ gallions (ʛ) : 1683
‹ réputation : j'ai été injustement envoyé à Azkaban. Mon crime? Avoir été mordu et être devenu loup-garou.
‹ particularité : un loup-garou depuis avril 1998. Je suis en triumvirat avec Amelia Cartwright, un lien émotionnel qui nous unit et nous permet parfois de partager nos pensées.
‹ faits : je suis un loup-garou, un ancien Auror bouffé par la culpabilité d'avoir vu ma famille et mes anciens amis décimés autour de moi. J'ai été défiguré à vie par mon Créateur et je me soumettais tous les jours à un sortilège d'Illusion pour cacher les dégâts. J'ai perdu un oeil dans l'affaire. J'ai fatT partie du groupe qui a attaqué Saint-Mangouste et me suis rendu compte de l'horreur de la situation trop tard. Je suis le loup-garou qui a mordu Ginny Weasley. Je suis actuellement à Azkaban à cause de ça et de l'attentat de Saint-Mangouste, même si la rumeur est que le juge m'a plus puni pour ma nature que pour mes crimes.
‹ résidence : dans une cellule d'Azkaban, que je partage avec Aramis Lestrange.
‹ patronus : un ours
‹ épouvantard : les corps massacrés de mes proches, détruits par la Bête qui m'habite.
‹ risèd : moi tel que je l'étais avant, libre de l'influence du loup en moi.
Voir le profil de l'utilisateur
Dominique | A War worth fighting Empty
ce PSEUDO plus RICKY plus ce DÉBUT DE FICHE je gaaaaah. gaah gaah gaah JE SORS LE ÉDOUARD DU LOVE POUR FAIRE LA BROCHETTE THE 100. gaah gaah gaah gaah
BIENVENUE PARMI NOUS, excellent choix d'avatar et de personnage, j'ai vraiment hâte d'en lire plus, IL NOUS FAUDRA UN LIEN of course. gaah courage pour l'écriture de ta fiche et encore une fois, bienvenue, promis, tu vas bien t'amuser ici. jule hinhin

• • •

There are a hundred things he has tried to chase away the things he won't remember and that he can't even let himself think about because that's when the birds scream and the worms crawl and somewhere in his mind it's always raining a slow and endless drizzle.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMer 27 Juil 2016 - 0:53

Invité
Invité
Dominique | A War worth fighting Empty
Si j'viens grossir la brochette c'est Elias qui va être content tiens xD
Mais franchement, merci pour l'accueil, ça fait chaud patate au coeur, et puis si vous venez me chercher pour un lien c'est tant mieux, de toute façon, vous l'auriez pas fait que je serais venu vous tirer par la peau des fesses èé
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMer 27 Juil 2016 - 9:32

HERO • we saved the world
June Winchester
‹ inscription : 13/02/2014
‹ messages : 2868
‹ crédits : moi et ma signature à crackle bones.
‹ dialogues : lightblue
Dominique | A War worth fighting Tumblr_n386dvTGPL1rv3a9bo4_250

‹ liens utiles : présentation - reaghan - ronald - daphne - mood - lyanna - lorcàn - remus
‹ âge : trente ans. (01/06/1974)
‹ occupation : à la renaissance du phénix, je n'ai pas de métier (la faute au gouvernement qui estime que les loups-garous sont trop dangereux pour avoir un métier).
‹ maison : gryffondor
‹ scolarité : septembre 1984 et juin 1991.
‹ baguette : Elle est en bois d'ébène avec une plume de phénix à l'intérieur et mesurant vingt-quatre centimètres.
‹ gallions (ʛ) : 5783
‹ réputation : À Poudlard et jusqu'à sa morsure, on la connaissait parce qu'elle ne ressentait pas la douleur et qu'elle passait plus de temps à l'infirmerie pour vérifier qu'elle ne s'était pas fait mal qu'en cours. Elle a été joueuse de Quidditch aussi et pas une mauvaise. C'est un sport qu'elle a toujours adoré et qu'elle aurait bien continué par la suite. Puis après sa morsure, sa maladie s'est guérie grâce (ou à cause du) au gène loup-garou et on a fini par l'oublier. Puis après elle a été recherchée parce qu'elle a fait partie de l'Ordre du Phénix puis des insurgés. On l'a connu comme étant le rebut de Severus Snape. Puis de nouveau une insurgée. Puis héros de guerre, mais un héros qu'on remercie par un simple sourire et une petite somme d'argent, pas un héros qui mérite l'Ordre de Merlin. Vous comprenez, elle n'est pas normale. L'Ordre de Merlin, June s'en moque, mais elle ne supporte pas le snobisme de ce gouvernement qui se veut tolérant. Depuis la fin de la guerre, June se renfonce dans l'anonymat et ça lui va très bien.
‹ particularité : Loup-garou. Totalement. Elle a été mordue par Claevis, un membre de la meute de Thurisaz en 1995. La cicatrice est toujours visible et bien brillante sur son flanc gauche. Le gène lui a permis de guérir de sa maladie d'insensibilité congénitale à la douleur, mais il lui a fait perdre son boulot d'Auror aussi.
‹ faits : uc
‹ résidence : à storm's end.
‹ patronus : un renard roux
‹ épouvantard : le feu.
‹ risèd : Teddy avec Dora et Remus. Et puis elle avec Elijah et leurs enfants. Des enfants qui ne souffrent pas du gène du loup-garou.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t6908-june-shadow-of-the-colossus
Dominique | A War worth fighting Empty
AAAAAAH
AH
AAAAAH gaah
BONSOIR MONSIEUR (j'aime ce choix d'avatar gosh jule) gaah yeah
Bienvenuuuuuue sur exci officiellement du coup trognon si tu as encore des questions, n'hésite vraiment pas brille bon courage pour le reste de ta fiche et j'espère que tu te plairas parmi nous minikr

• • •

she wolf but i can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. what do you see in those yellow eyes? 'cause i'm falling to pieces.
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMer 27 Juil 2016 - 16:13

HERO • we saved the world
Luna Lovegood
‹ inscription : 31/05/2015
‹ messages : 5660
‹ crédits : LUX AETERNA (avatar), TUMBLR + MATHY LA BEST (gifs), KAZUO ISHIGURO (quote).
‹ dialogues : bleu (luna - #669999) ; rosé (marie - #cc6666).
Dominique | A War worth fighting C9rrp50

‹ âge : (depuis le 13/02/04) 23
‹ occupation : aventurière dans l'âme, souvent bénévole, étudiante par correspondance et mère à plein temps.
‹ maison : Serdaigle
‹ scolarité : septembre 1992 et décembre 1997.
‹ baguette : mesure 25, 8 centimètres, a été taillée dans du bois de sorbier et son cœur recèle un ventricule de dragon.
‹ gallions (ʛ) : 8419
‹ réputation : je suis différente ; même je ne suis plus aussi loony qu'auparavant.
‹ particularité : douée d'un sixième sens tel qu'on me soupçonne d'avoir le troisième œil.
‹ faits : Marie n'est plus ; que je me réhabitue à mon nom, mon visage et ma vie d'autrefois, tant bien que mal ; que les conséquences d'une année et demie volée sont rudes ; que je crois en Harry Potter depuis toujours ; que je suis une héroïne de guerre ; qu'il me manque du bon sens et une part d'humanité ; que je ne pourrais pas survivre sans ma fille, Lesath, ni son père, Rolf Scamander, à mes côtés ; que notre famille détonne ; que je suis l'une des sacrifiés scolaires de la guerre ; que Lesath est atteinte du syndrome Rosier.
‹ résidence : dans cette drôle de demeure du Devon, en forme de tour d'échecs, avec Rolf et notre fille, Lesath. Autrefois musée du gouvernement, aujourd'hui réhabilitée, elle s'élève toujours aux abords de Loutry-Ste-Chapsoule.
‹ patronus : un sombral, après de nombreuses métamorphoses (le lièvre et le panda ont été les plus marquantes).
‹ épouvantard : une forme prostrée dans un sous-sol tantôt calciné, tantôt humide (représentation d'un retour en arrière inéluctable, sans Lesath, sans Rolf, sans ceux qui comptent pour moi).
‹ risèd : une longue chaine dorée, sertie de six pendentifs très particuliers.
Voir le profil de l'utilisateur http://www.smoking-ruins.com/t4738-lovegood-a-circle-has-no-begi
Dominique | A War worth fighting Empty
OMG. RICKY. gaah oui, okay okay je sors gaah
Franchement, le début est superbe et j'ai vraiment hâte de découvrir l'histoire de Dominique, ça promet yeux BTW, si tu veux, Luna va bientôt commencer le dressage d'une escouade de choc Thestralienne yeah si Kenta manque à Dominique, elle serait ravie de lui en garder un au chaud love (surtout le retors, celui qui obéit qu'aux mecs yeah - epic time, i swear tbe )

BIENVENUUUUUE CHEZ NOUS gaah kr bon courage pour la suite et surtout, garde-moi une place dans tes liens trognon potte

• • •

AND SO WE STOOD TOGETHER JUST LIKE THAT, AT THE TOP OF THAT FIELD FOR WHAT SEEMED LIKE AGES, NOT SAYING ANYTHING, JUST HOLDING EACH OTHER; WHILE THE WIND KEPT BLOWING AND BLOWING AT US, TUGGING OUR CLOTHES, AND FOR A MOMENT, IT SEEMED LIKE WE WERE HOLDING ONTO EACH OTHER BECAUSE THAT WAS THE ONLY WAY TO STOP US FROM BEING SWEPT AWAY INTO THE NIGHT.


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMer 27 Juil 2016 - 18:55

Invité
Invité
Dominique | A War worth fighting Empty
Je repasse par là pour te souhaiter officiellement la bienvenue petit fou :russe:
C'est bien dommage que tu sois insurgé, on aurait pu être copain :stare:
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyMer 27 Juil 2016 - 20:17

Invité
Invité
Dominique | A War worth fighting Empty
Vaudou ? Nouvelle-Orléans ? Tu vas t'entendre avec Hecate Shacklebolt toi... Je sais pas si c'est bon signe !

J'aime beaucoup le début de ta fiche en tout cas, il me tarde de lire la suite ! Ca c'est un bonhomme, un vrai, un dur !

BIENVENUE PAR ICI pompom

edit : haha, j'ai cru que j'étais co avec Keziah. C'est toujours bizarre les pompom avec Gillou...
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Dominique | A War worth fighting   Dominique | A War worth fighting EmptyJeu 28 Juil 2016 - 8:51

Invité
Invité
Dominique | A War worth fighting Empty
Bienvenue parmi nous et surtout bon courage pour ta fiche !! :dance:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Dominique | A War worth fighting Empty
Revenir en haut Aller en bas
 

Dominique | A War worth fighting

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Anna + anything that's worth having is sure enough worth fighting for.
» Rebondissement dans l'affaire du meurtre Jean Dominique
» Un des meurtriers de Jean Dominique sous les verrous ?
» Gabriel ∂ A word before, is worth two behind.
» LISTE PARTIELLE DES VICTIMES ET MAGOUILLES DU LAVALAS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXCIDIUM :: “ Until the very end ”
like the tiny dust floating in the air
 :: Evanesco; they lived happily ever after :: Fiches poussiéreuses
-